Moules d'élevage

Salmon

Illustration : Brenda Guild

Noms :

Moule bleue de l’est (Mytilus edulis), Moule bleue de l'ouest (Mytilus trossulus), Moule gallo (Mytilus galloprovincialis)

Emplacements :

Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Québec, et Terre-Neuve-et-Labrador

Méthode :

Collecte de naissains de leur état naturel (méthode utilisée surtout sur la côte Est), ou achat de semis d’écloseries (méthode utilisée surtout sur la côte Ouest), suivie d'un processus de grossissement jusqu'à ce que ceux-ci atteignent la taille marchande mené au moyen de boudins de moules suspendus à des systèmes de filières (cordes) ou à des radeaux

En bref

La moule est le principal coquillage cultivé au Canada; on la cultive dans les provinces de la Colombie-Britannique, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec ainsi celle de Terre-Neuve et Labrador. Les moules sont disponibles toute l'année, elles représentent la deuxième plus importante espèce cultivée au Canada en terme de volume et de valeur à la ferme. La majorité des moules cultivées au Canada sont exportées dans les marchés des États-Unis.

Valeur

La moyenne annuelle de la valeur à la ferme de la production de moules était de 44,7  millions de dollars durant les cinq dernières années (2011-2015) . L'Île-du-Prince-Édouard est le plus grand producteur de moules au pays, sa production représente environ 65% de la valeur totale canadienne. La valeur à la ferme correspond à la valeur du produit lorsque ce dernier est mis en marché par le producteur.

Production

Une moyenne annuelle de  25 800 tonnes de moules a été produite au Canada dans les cinq dernières années (2011-2015).

L 'Île-du-Prince-Édouard a produit presque 80 % de cette quantité.

Les moules d'élevage ne sont pas cultivées sur le plancher océanique : le naissain libre ou naturel est transféré sur des boudins de moules suspendus à des radeaux ou à des filières placées près de la surface de l'eau jusqu'à ce qu'il atteigne la taille marchande. Le milieu naturel marin répond à tous les besoins nutritionnels des moules, par conséquent, celles-ci n'ont pas besoin d'être nourries par les mytiliculteurs. La moule bleue est un organisme filtreur et mange en pompant et en filtrant l'eau grâce à ses filaments branchiaux, lesquels éliminent les petites particules. L'espèce se développe pendant une période de 18 à 24 mois, selon l'emplacement, la température de l'eau et la quantité de plancton à manger. La moule bleue de taille  commerciale moyenne est pêchée lorsqu'elle mesure de 5,5 à 6 cm. (I can't correct the format, please ensure consistency)

Lorsqu'elles sont bien situées et bien conçues, les exploitations mytilicoles ont peu de répercussions sur le milieu marin. En fait, la mytiliculture, combinée à la pisciculture et à la production de plantes marines, peut réduire l'impact sur l'environnement marin. Ce concept est communément appelé « aquaculture multitrophique intégré » et constitue le thème de plusieurs projets de recherche scientifique.

Pour en savoir plus sur les répercussions de l'aquaculture, consultez :

Réglementation

À l'Île-du-Prince-Édouard, un conseil de gestion composé de membres du MPO, de la province et de l'industrie délivre une concession à laquelle est rattaché un permis. Pêches et Océans Canada a la responsabilité de délivrer les permis de pêche aux mollusques et aux crustacés aux éleveurs de la Colombie-Britannique. L'administration des concessions aquacoles en Colombie-Britannique relève du gouvernement provincial. Dans les autres provinces où sont cultivées des moules, des lois et des règlements provinciaux régissent l'administration des baux, des licences et des permis de pêche liés à l'aquaculture.

Recherche scientifique

Les recherches scientifiques alimentent l'élaboration des règlements régissant l'aquaculture au Canada ainsi que les décisions connexes. Les études scientifiques sur l'élevage de la moule bleue portent également sur l'optimisation de la collecte des naissains de moule, le renforcement de la capacité des moules à rester sur les filières pendant la récolte, l'atténuation et le contrôle des espèces envahissantes de tuniciers, l'évaluation de la capacité de charge dans les sites aquacoles et à proximité et l'utilisation des nouvelles technologies pour améliorer la production de moules bleues, tout en assurant un développement durable de l'industrie.