Recherche scientifique sur les moules d'élevage

La recherche scientifique est au cœur d'une industrie aquacole écologiquement durable. Les scientifiques et les chercheurs de Pêches et Océans Canada ont lancé de nombreuses études dans le but d'améliorer la production de la moule d'élevage au Canada grâce à des techniques novatrices de collecte et de transfert du naissain, ainsi que de grossissement et de récolte. La recherche s'est concentrée sur les avantages et les répercussions potentielles de la mytiliculture sur l'écosystème marin, et notamment sur les zones benthiques et les espèces sauvages de poissons, de mollusques et de crustacés. Dans ce contexte, on a également étudié la place de la mytiliculture dans l'aquaculture multitrophique intégrée.

Innovation

En collaboration avec l'industrie mytilicole des Îles-de-la-Madeleine, une équipe de recherche multidisciplinaire a étudié la manière dont on pourrait gérer les flux de matière et d'énergie au sein du réseau trophique pour améliorer la production de mollusques et de crustacés récoltables et de haute qualité. On s'attend à ce que cette étude ait une forte influence sur les politiques gouvernementales et à ce qu'elle donne lieu à de nouvelles méthodes de production.


Des chercheurs de Terre-Neuve mènent actuellement un projet échelonné sur trois ans qui a pour but de comparer la santé et l'état des moules cultivées dans les sites d'eau profonde et peu profonde, en fonction des conditions environnementales, de l'indice de condition, du stress physiologique et de la biochimie des lipides. Les résultats de cette étude aideront à mieux comprendre le développement potentiel de l'élevage des moules au large à Terre-Neuve.


Une étude financée à l'échelle fédérale et provinciale à Terre-Neuve-et-Labrador a évalué la possibilité de submerger les filières de moules à plus grande profondeur pendant l'hiver. Avec de bons résultats pendant la première phase de l'étude, un site en eaux profondes a été choisi pour de premiers essais commerciaux en 2008 et 2009.

  • Résumé de recherche, R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2009)
  • Communiqué : Les gouvernements fédéral et provincial investissent dans la mytiliculture en eau profonde

Des chercheurs de l'Île-du-Prince-Édouard évaluent actuellement de nouveaux systèmes de conservation des usines de transformation et de nouvelles méthodes de conservation dans l'optique de prolonger la période durant laquelle les moules vivantes peuvent être conservées en entreposage humide. Ces nouveaux systèmes et ces nouvelles pratiques contribueront à améliorer la capacité de l'industrie à être concurrentielle au sein des marchés internationaux.


On a testé et adapté une technologie néerlandaise pour produire des moules cuites en tenant compte du taux de décorticage, du rendement et de la qualité de la chair cuite pour trois catégories de moules. On s'est servi des résultats pour établir des normes concernant la chair cuite des moules de tailles moyenne et grande.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Afin d'aider les conchyliculteurs à gérer leurs équipements maricoles et leurs stocks de mollusques, des chercheurs du Québec ont conçu un nouveau logiciel de gestion d'exploitation et offert des formations sur ce logiciel à l'industrie.


Un projet de recherche multidisciplinaire au Québec a testé un appareil venturi modifié pour économiser du temps lors de la récolte de naissain et de moules de taille commerciale et pour réduire les pertes par décrochage de moules. D'après les essais en mer, la récolte à l'aide de cet appareil prend 3,5 fois moins de temps qu'au moyen de convoyeurs.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2009)

À Terre-Neuve, on a mis au point un système hydraulique doté de la capacité d'huile nécessaire pour faire fonctionner plusieurs moteurs hydrauliques en vue d'automatiser la récolte de naissain et le boudinage en réduisant considérablement les coûts.


Aquaculture multitrophique intégrée

L'idée d'élever ensemble des poissons, des mollusques et des plantes marines au profit de l'environnement et de ces trois cultures est connue sous le nom d'aquaculture multitrophique intégrée ou de polyculture. Des chercheurs canadiens étudient présentement plusieurs aspects de ce modèle en élevant des moules bleues et en cultivant du varech à proximité d'exploitations salmonicoles préexistantes dans la baie de Fundy. Des recherches sont également en cours en Colombie-Britannique.


Génomique

Un programme d'envergure a été lancé en Colombie-Britannique dans le but d'élaborer un outil génomique pour les moules, un bio-indicateur reconnu de la santé de l'écosystème. Les chercheurs espèrent mettre au point un moyen précis pour mesurer l'activité de gènes particuliers sensibles à une série d'agents de stress en vue d'établir une corrélation entre les niveaux de stress et les conditions environnementales et d'être ainsi en mesure de mieux comprendre ce qui, en dernier lieu, déclenche une réaction fatale. L'information génomique et les outils servant à étudier les moules marines seront également utilisés dans les évaluations de la santé des milieux côtiers.


On a examiné la façon dont les pratiques mytilicoles habituelles et la sélection de caractères peuvent avoir une incidence sur la diversité génétique, et on a évalué leurs conséquences sur les futurs programmes d'élevage de géniteurs. L'étude portait sur trois populations de moules bleues d'élevage en Colombie-Britannique ainsi que sur une population sauvage dans l'aire de répartition d'origine de l'espèce, à l'Île-du-Prince-Édouard.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Production

Naissain de moule

On a amélioré les tests d'ADN qui permettent de faire la différence entre deux espèces de moules, Mytilus edulis et Mytilus trossulus, de sorte à pouvoir tester davantage d'échantillons à moindre coût. Ces tests ont ensuite servi à étudier la composition par espèces de jeunes moules recueillies en Nouvelle-Écosse afin de déterminer les bonnes régions pour le captage de naissain. Les chercheurs se sont aussi penchés sur le rapport entre les deux espèces et l'aptitude physiologique de chacune dans la population naturelle et les sites aquacoles de la Nouvelle-Écosse.


Un projet de cinq ans a été lancé à Terre-Neuve visant à trouver des sources de naissain de moule de bonne qualité à l'aide de réseaux de collecteurs de naissain. Le projet sur le naissain a comparé les données océanographiques biologiques et physiques des deux espèces pour expliquer leur survie et leur croissance dans les différentes baies lorsqu'elles sont transportées dans de nouveaux sites.


On a recommandé à l'industrie d'utiliser des stocks transférés de M. edulis plutôt que de capter des naissains à des endroits abritant des proportions élevées de M. trossulus; toutefois, les stocks transférés n'ont pas toujours affiché un rendement supérieur à ceux des stocks autochtones plurispécifiques. Les chercheurs soupçonnent que c'est la variation génétique au sein du génotype de M. edulis qui est en cause. On a donc testé le rendement des stocks de M. edulis dans les sites d'ensemencement afin de déterminer leur potentiel réel comme sources de naissains. Les résultats de l'étude indiquent qu'il faut évaluer séparément les paramètres de rendement des sites qui servent de source de naissain à transférer et gérer ces sites de manière à ce que seuls les meilleurs produits soient conservés pour l'élevage ou le marché.


Des chercheurs du MPO à Terre-Neuve-et-Labrador se sont penchés sur la variabilité qui touche le rendement de différents stocks de naissain de moules lorsqu'ils sont confrontés à des agents stressants liés à la température et à la salinité. L'équipe a mis en place des protocoles normalisés d'essais pour la « protéine de choc thermique » et les autres protéines du stress dans l'espoir de trouver une méthode quantitative capable d'identifier les souches « résistantes » qui pourraient être utilisées pour des transferts entre sites.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2009)

Pour optimiser la collecte de naissain en Gaspésie (Québec), une équipe de recherche multidisciplinaire s'est employée à acquérir des connaissances de base sur les mécanismes régissant la distribution larvaire dans le but de déterminer les périodes des pics d'abondance, ainsi que la provenance et la diversité de M. edulis et de M. trossulus. Parmi les résultats obtenus dans le secteur de la baie de Cascapédia, on peut citer l'apparition de petites larves à la mi-juin. Dans le secteur de Gaspé, on a observé trois cohortes de petites larves véligères et un pic très important vers la mi-juillet.


Au Québec, une équipe de chercheurs a mis au point une méthode simple, efficace et économique de surveillance du recrutement et de la croissance du naissain de moules à partir du naissain fixé sur les bouées de navigation dans plusieurs sites du golfe du Saint-Laurent.


Pour aider l'industrie de la mytiliculture de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick à réduire le risque d'un taux de mortalité élevé particulièrement coûteux pendant l'étape de grossissement, des chercheurs ont établi et évalué des critères de qualité du naissain de moule, notamment l'état de santé du point de vue physiologique et pathologique. L'étude a examiné également les avantages économiques et écologiques des nouvelles méthodes de tri du naissain pour maintenir ou améliorer sa qualité.


Entre 2002 et 2003, une équipe multidisciplinaire de chercheurs s'est employée à mettre au point des systèmes normalisés de surveillance et d'acquisition de données sur la productivité dans les baies conchylicoles. Dans le cadre de ce projet, on a élaboré une série de protocoles normalisés afin de surveiller la croissance, la survie et le rendement par rapport aux conditions du milieu et d'élevage dans plusieurs sites de grossissement de moules.

Fixation des moules

Les « chutes » de moules des boudins en suspension sont vraisemblablement liées à la force avec laquelle les moules sont collées au substrat d'élevage et entre elles. D'après les principaux résultats des travaux de recherche effectués en 2004 et 2005, la diminution considérable de la force de fixation en été serait liée à la ponte et l'augmentation de cette force à l'automne à la turbulence accrue de l'eau.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2007)

La relation entre les pertes passives par dégrappage et la force de fixation des moules aux boudins a été étudiée dans le but de mieux comprendre les mécanismes biologiques sous-jacents et de quantifier les pertes pour les mytiliculteurs.


Au Québec, des chercheurs ont essayé de déterminer la meilleure approche pour calculer les chutes de moules sur collecteur autorégulé afin de proposer une estimation préliminaire des chutes. Cette étude a servi à comparer les effets écosystémiques de la méthode classique de culture de moules en suspension et la culture de moules sur collecteur autorégulé.


Les moules se fixent aux boudins en suspension et s'unissent entre elles grâce aux filaments de leur byssus. On a cherché à comprendre les facteurs qui ont une incidence sur le taux de production du byssus, notamment la température, la salinité, la coupe du byssus et l'agitation de l'eau. Selon une analyse préliminaire des résultats, la production de byssus augmente avec la température, mais seulement à faible débit d'eau; par ailleurs, le byssus est très sensible à la quantité de nourriture disponible, mais le débit d'eau n'a pas d'effet direct sur lui; enfin, la coupe du byssus cause une nette diminution du taux de croissance corporelle.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2007)

Bâillement des moules

Une équipe de recherche du Québec a vérifié si la propension au bâillement chez les moules est volontaire et provoquée par l'exposition à l'air ou si elle est due à une baisse du tonus du muscle adducteur responsable du mouvement des valves.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2009)

Entreposage des moules

À Terre-Neuve-et-Labrador, des chercheurs évaluent les effets de l'entreposage prolongé des moules afin de déterminer pendant combien de temps on peut garder les moules entreposées tout en satisfaisant aux exigences en matière de qualité du produit. On étudiera également la composition en lipides et en acides gras des moules par rapport à l'appétibilité et au goût dans des conditions de conservation de longue durée.


Effets et avantages potentiels de la culture de moules bleues sur les poissons sauvages, les mollusques, les crustacés et le milieu marin

Un projet de recherche international offre des connaissances scientifiques, des indicateurs de durabilité, une capacité de modélisation, des approches écologiques durables pour la gestion des fermes mytilicoles et de l'expertise pour répondre à la demande des évaluations à grande échelle de la mytiliculture. Ce projet concernant la durabilité écologique de la mytiliculture en suspension – connu sous le sigle ESSMA en anglais – vise à combler des besoins scientifiques découlant des politiques de réglementation maritime liées à la gestion écosystémique au Canada et dans l'Union européenne.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Entre 2012 et 2013, des chercheurs au Québec utiliseront des approches de modélisation pour : estimer la production des biodépôts générés par l'élevage de moules et leur influence sur le fond marin; évaluer les prévisions à partir d'une série d'expériences sur le terrain; paramétrer un indice de la condition benthique pour l'est du Canada.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Les interactions entre les fermes mytilicoles et les populations de homards dans l'est de Terre-Neuve on fait l'objet d'une étude visant à déterminer si l'élevage de moules était responsable de la baisse des débarquements de homards. D'après les résultats de l'étude, ce lien causal est peu probable.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Un vaste programme d'échantillonnage du milieu a été mis en œuvre entre 2008 et 2009 dans une concession de moules à St. Ann's Harbour pour vérifier les prévisions de l'étude d'impact sur l'environnement et l'efficacité du plan de surveillance environnementale. Les données obtenues serviront à améliorer la réglementation.


Des chercheurs ont entrepris de vérifier l'hypothèse voulant que la productivité benthique soit plus élevée dans les sites mytilicoles que dans les habitats sablonneux et les habitats de zostère marine adjacents. Ensuite, ils ont modifié le taux d'alimentation en matière organique (fèces de moules) pour tracer les courbes de la relation dose-réponse afin de déterminer les effets de différentes densités d'occupation sur les communautés endofauniques benthiques. Les résultats indiquent que la productivité endofaunique benthique est plus élevée dans les zones où l'on pratique d'élevage de moules.


Entre 2004 et 2008, des chercheurs ont essayé de : déterminer si les filières de boudins de moules attirent réellement des crabes communs; déterminer si l'on constate une baisse de l'abondance du crabe commun au-dessus et au-dessous des filières durant et après la pêche dirigée; vérifier la croyance répandue qui voudrait que le crabe commun favorise la productivité des filières de moules; évaluer l'impact du crabe vert sur la productivité des filières de moules.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2007)

Pour savoir si les caprelles sont une espèce nuisible à la mytiliculture, on a étudié : la densité de fixation du naissain de moules et la biomasse des caprelles en fonction de la profondeur, le comportement alimentaire des caprelles par l'examen de contenus stomacaux; l'effet de différents protocoles d'entretien des filières lestées sur les populations de caprelle. Les résultats indiquent que les caprelles ne consomment pas de larves ou de naissain de moule.


Les chercheurs ont aussi examiné les interactions entre caprelles, hydrozoaires et moules dans les sites mytilicoles des baies de Cascapédia et de Gaspé, au Québec, afin de vérifier l'efficacité d'un protocole de contrôle des épibiontes et de mettre au point des critères de coûts-avantages pour décider de la pertinence d'un traitement. Au cours de cette étude de trois ans, l'équipe de recherche s'est penchée sur la biologie, l'écologie et la variabilité spatio-temporelle de l'établissement des communautés d'épibiontes indésirables; elle a aussi étudié l'effet négatif que les caprelles et les hydrozoaires sont censés avoir sur le captage et la croissance du naissain de moules à court terme et à long terme afin d'en quantifier l'impact.


Entre 2009 et 2010, des chercheurs ont caractérisé la réduction des particules de nourriture dans la zone d'influence en aval des concessions de moules et ont tenté d'établir dans quelle mesure la disposition des moules mises en culture peut contribuer à définir cette zone. Les résultats montrent que la diminution des ressources alimentaires a rarement une incidence au-delà des limites des concessions.


Une équipe internationale de chercheurs canadiens et norvégiens a mis au point des indicateurs de suivi de l'appauvrissement des ressources en phytoplancton afin d'analyser l'effet de l'élevage de moules sur la concentration et la taille du phytoplancton. Échelonnée sur cinq ans, cette étude internationale tente aussi d'élaborer une méthode fiable pour : cartographier rapidement l'étendue spatiale de l'appauvrissement des ressources en phytoplancton à l'intérieur et à l'extérieur des installations de mytiliculture en suspension; obtenir des données pratiques sur divers cadres géographiques et aquacoles; identifier les limites d'appauvrissement en phytoplancton critiques aux fins de l'évaluation de la capacité de charge pour la culture de moules en suspension.


Espèces aquatiques envahissantes

Les tuniciers sont des espèces aquatiques envahissantes dans les eaux canadiennes, où leur arrivée a causé des infestations dévastatrices pour les exploitations conchylicoles, car ils se fixent sur les boudins de moules et l'équipement d'élevage. Les activités de recherche contribuent au développement de stratégies de gestion et de procédures d'intervention rapide.


Santé animale

Une étude visant à analyser la dynamique de contamination de pétoncles élevés dans la Baie de Gaspé et la Baie des Chaleurs a évalué la corrélation entre la toxicité de la chair de moules par rapport à celle des pétoncles et la durée nécessaire à la détoxication.

  • R et D en aquaculture au Canada (article publié en 2011)

Les résultats d'une étude de cinq ans sur deux parasites qui ont une incidence sur la conchyliculture au Canada atlantique semblent indiquer que les niveaux du parasite castrateur des moules Prosorhynchus squamatus sont normalement bas et que les infections sporadiques dont il est responsable ne représentent pas de menace sérieuse pour les populations de moules des Maritimes.


Des chercheurs ont mis au point une stratégie qui consistait à introduire une bactérie qui dégrade les toxines dans le régime alimentaire de mollusques toxiques afin d'accélérer la détoxication. Parmi les objectifs, on cherchait à analyser des bivalves toxiques afin d'identifier les bactéries pouvant dégrader les toxines paralysantes ou l'acide domoïque (intoxication par phycotoxine amnestique) in situ.


Information connexe :