Huîtres d'élevage

Oysters Oysters

Illustration : Brenda Guild

Noms :

Huître américaine ou huître de l’est (Crassostrea virginica), huître creuse du Pacifique (Crassostrea gigas).

Emplacements :

Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, et Québec

Méthodes :

Huîtrières sur le plancher océanique ou en suspension (sacs, cages, plateaux ou cordages)

En bref

Dans l'industrie de la conchyliculture au Canada, l'élevage de l'huître suit immédiatement celui de la moule en termes de rentabilité. Il s’agit de la troisième plus importante espèce cultivée au pays en terme de volume. La Colombie-Britannique est la province qui produit le plus d'huîtres au Canada.

Valeur

La moyenne annuelle de la valeur à la ferme de la production d’huîtres au Canada était de 11,7  millions de dollars durant les cinq dernières années (2011-2015). La production en Colombie-Britannique représente presque 45% de ce total alors que la production de l’Île-du-Prince-Édouard représente un peu plus de 30% et celle du Nouveau-Brunswick d’environ 20%. La valeur à la ferme correspond à la valeur du produit lorsque ce dernier est mis en marché par le producteur.

Production

Une moyenne annuelle de  25 800 tonnes d’huîtres a été produite au Canada dans les cinq dernières années (2011-2015). La Colombie-Britannique a produit 60% de cette quantité.

L'huître creuse du Pacifique est l'huître la plus cultivée dans le monde. Importée du Japon spécifiquement pour l'aquaculture canadienne, cette espèce est élevée exclusivement en Colombie-Britannique, principalement dans le détroit de Géorgie et sur la côte Ouest de l'île de Vancouver. Les principaux marchés de l'huître creuse du Pacifique sont les États-Unis, Singapour et Hong Kong.

L'huître américaine est cultivée dans les eaux chaudes des baies et des estuaires peu profonds du sud-ouest du golfe du Saint-Laurent le long des côtes de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick, ainsi que dans les anses du lac Bras d'Or de l'île du Cap-Breton. La température de l'eau dans les autres zones côtières est généralement trop froide pour permettre la reproduction naturelle et une croissance appropriée de cette espèce d'huître. Dans le Canada atlantique, on produit deux formes d'huîtres américaines : l'huître classique (de 76 à 127 mm, ou 3 à 5 pouces) et l'huître « cocktail » (moins de 76 mm, ou 3 pouces).

Les ostréiculteurs ont besoin d'une source fiable d'embryons ou de naissains. Les producteurs du Canada atlantique utilisent des « capteurs de naissains » depuis les années 1950 pour élever les naissains, tandis que ceux de la Colombie-Britannique se tournent vers les écloseries pour obtenir la semence. Le moment de la croissance venu, les huîtres sont placées sur des plages ou suspendues dans des systèmes de culture. Dans la culture en flottaison ou en suspension, les ouvrages peuvent revêtir la forme de radeaux flottants, de sacs flottants, de sacs en cages, de plateaux ou de sacs sur tables. Lorsqu'elles sont élevées en suspension, les huîtres croissent plus rapidement et deviennent plus charnues car la circulation de l'eau augmente la disponibilité de nourriture.

Pour en savoir plus sur les répercussions de l'aquaculture, consultez Statistiques et rapports en aquaculture 

Réglementation

Pêches et Océans Canada est responsable de l'administration des demandes de concession d'ostréiculture à l'Île-du-Prince-Édouard. Au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, l'administration des concessions et des permis d'aquaculture est régie par la réglementation provinciale. Les différentes périodes pendant lesquelles le captage des naissains est autorisé varient d'un lieu à un autre et sont indiquées sur le permis de captage.

En Colombie-Britannique, les permis d'élevage de l'huître creuse du Pacifique sont administrés par Pêches et Océans Canada en vertu de la Règlement du Pacifique sur l'aquaculture. Dans cette province, l'administration des tenures des sites d'aquaculture est régie par la réglementation provinciale.

Recherche scientifique

Les recherches scientifiques alimentent l'élaboration des règlements régissant l'aquaculture au Canada ainsi que les décisions connexes, y compris les règlements régissant les sites d'élevage de l'huître américaine et de l'huître creuse du Pacifique. Des études scientifiques sont en cours en vue d'améliorer les technologies et pratiques de production; d'atténuer les effets des engins de culture sur l'écosystème marin; de mieux comprendre les maladies qui peuvent affecter les huîtres de culture.