Sélection de la langue

Recherche

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines : Un résumé de ce qui a été entendu, Mars 2018

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines : Un résumé de ce qui a été entendu, Mars 2018 (PDF, 1.43 MB)

Un résumé de ce qui a été entendu
Mars 2018

Mobilisation sur l’examen scientifique sur les baleines
Un résumé de ce qui a été entendu

Préparé par le consortium de Nielsen, Delaney + Associates, PubliVate.
Nº de contrat : FP918-17-0001

This publication is also available in English.

Table des matières

7. Perturbations acoustiques et présence de navires

Toutes les baleines émettent des vocalisations et certaines baleines écholocalisent pour communiquer et socialiser entre elles, trouver leur nourriture et s’orienter.

Le bruit généré par les activités anthropiques, qu’il soit chronique (p. ex., bruit généré par les navires, exploitation de traversiers, observation des baleines, etc.) ou aigu (p. ex., battage de pieux, dynamitage, relevés sismiques, sonars militaires, etc.), peut interférer avec la capacité des baleines à accomplir ces processus biologiques essentiels. La présence de navires peut également modifier le comportement des baleines, par exemple, puisqu’en tentant de les éviter, elles accordent moins d’attention aux activités comme la quête de nourriture, l’alimentation, la socialisation et la reproduction.

Car les différentes espèces de baleines entendent et émettent des vocalisations à différentes fréquences, le bruit sous-marin affecte de différente manière les différentes espèces de baleines. Par exemple, les baleines à fanons comme la baleine noire de l’Atlantique Nord entendent et émettent des vocalisations à différentes fréquences par rapport aux baleines à dents comme l’épaulard résident du sud et le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent. On estime que les niveaux de bruit sous-marin ambiant (en arrière-plan) ont augmenté en moyenne de 15 dB au cours des 50 dernières années dans les océans du mondeNote de bas de page 28 (une augmentation de 3 dB représente des niveaux de bruit deux fois plus élevés).

7.1 Résumé des thèmes principaux

Les groupes autochtones, les gouvernements et les autres intervenants ont formulé des commentaires sur la menace associée aux perturbations acoustiques pour les trois populations de baleines en voie de disparition : la baleine noire de l’Atlantique Nord, le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent et l’épaulard résident du sud. Des commentaires sur la menace associée à la présence de navires ont été fournis pour l’épaulard résident du sud et le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent.

Les participants ont indiqué que la question du bruit sous-marin ne se résout pas de façon aussi simple que le retrait des navires ou la diminution de la vitesse des navires; par exemple :

Les commentaires sur les mesures de gestion prioritaires particulières pour cette menace devraient être lus en prenant en compte ce contexte. De nombreuses mesures de gestion prioritaires sont propres aux régions; toutefois, les commentaires suivants ont été formulés uniformément pour les trois populations de baleines en voie de disparition en ce qui concerne les perturbations acoustiques.

Réduire le trafic maritime dans les zones principales ou mettre en œuvre une nouvelle réglementation sur les navires, de nouvelles lignes directrices ou de nouveaux programmes incitatifs afin de réduire les perturbations acoustiques.

Voici quelques-unes des suggestions :

Les intervenants de l’industrie ont souligné l’importance de prendre des mesures qui cherchent à établir un équilibre entre les activités économiques et la protection des mammifères marins et de leur habitat.

Augmenter la distance minimum autorisée entre les trois populations de baleines en voie de disparition (individus ou groupes) et les embarcations de plaisance ainsi que les bateaux d’observation des baleines.

Peu de représentants de l’industrie d’observation des baleines étaient présents aux réunions en personne et par webinaire qui traitaient des perturbations acoustiques étant donné qu’elles ont eu lieu pendant la haute saison. Une présentation écrite de l’industrie touristique a fourni quelques commentaires supplémentaires de l’industrie d’observation des baleines.

Voici quelques-unes des suggestions :

Désigner et créer des zones de refuge acoustique dans les aires d’alimentation et les autres aires importantes de l’habitat des populations de baleines en voie de disparition.

Voici quelques-unes des suggestions :

En plus du concept des zones de refuge acoustique, certains participants ont soutenu la création d’un réseau d’aires marines protégées (voir la figure 6).

Figure 6. Commentaires précis sur les aires marines protégées

De nombreux participants étaient d’avis que la création d’aires marines protégées pourrait favoriser grandement le rétablissement des trois populations de baleines en voie de disparition. Les aires marines protégées peuvent inclure l’habitat de frai, les corridors migratoires, les zones d’alimentation ainsi que les habitats des proies des baleines.

Les aires marines protégées ont pour but de gérer l’ensemble des activités humaines au sein de l’aire et de répondre à l’ensemble des menaces en même temps, en offrant aux baleines un lieu sûre et silencieux où vivre, p. ex., en protégeant les baleines et leurs proies des contaminants, en leur offrant un refuge les protégeant des menaces associées au bruit sous-marin, des collisions avec des navires et des incidences négatives d’une série d’activités (les empêtrements dans les engins de pêche, les navires destinés à l’observation des baleines, les embarcations de plaisance et les activités d’exploitation pétrolière et gazière).

Voici quelques-unes des suggestions :

7.2 Ce que les groupes autochtones ont dit

Voici quelques-unes des suggestions des participants autochtones :

7.3 Ce que les gouvernements et les autres intervenants ont dit

Baleine noire de l’Atlantique Nord

Retirer les navires et/ou limites les activités de pêche dans les habitats essentiels ou les zones très fréquentées afin de réduire le niveau de bruit et la menace associée aux perturbations acoustiques. Note de bas de page 30

Pour la baleine noire de l’Atlantique Nord, le retrait des navires et les restrictions imposées sur les activités de pêche sont définis comme des mesures de gestion prioritaires vidant à réduire la menace associée aux empêtrements et aux collisions avec des navires (voir les parties 6 et 8). Ces mesures permettraient également de réduire le niveau de bruit des navires dans les zones proposées.

Tandis que les participants conviennent de façon générale que le bruit peut être nuisible, ils ont discuté du manque de preuves scientifiques sur les répercussions du bruit sous-marin sur les baleines noires de l’Atlantique Nord. Une étude a démontré une diminution des hormones de stress chez les baleines noires de l’Atlantique Nord après les attaques terroristes du 11 septembre 2001 lorsque le trafic aérien et maritime a cessé. Note de bas de page 31 En général, les niveaux de bruit de référence et les niveaux acceptables ne sont pas bien compris. On ne sait pas bien encore dans quelle mesure la suppression complète du bruit dans des zones précises fera une différence pour le rétablissement de la population de baleines noires de l’Atlantique Nord.

Les participants ont exprimé des divergences quant au fait de déterminer si :

Voici quelques-unes des suggestions :

Béluga de l’estuaire du Saint-Laurent

Pour le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent, le rapport d’évaluation scientifique de la phase 1 a mis en évidence un certain nombre de mesures de gestion prioritaires particulières visant à réduire les perturbations acoustiques produites par l’activité humaine. La discussion portait sur les mesures concernant les distances d’approche sécuritaires des baleines, la modification des trajectoires des navires et la création de refuges acoustiques.

Voici quelques-unes des suggestions :

Épaulard résident du Sud

Pour l’épaulard résident du sud, le rapport d’évaluation scientifique de la phase 1 a mis en évidence un certain nombre de mesures de gestion prioritaires particulières visant à réduire la menace associée aux perturbations acoustiques.

Mettre en œuvre les règlements, les lignes directrices ou les programmes incitatifs sur les navires propres à une zone pour réduire les répercussions acoustiques globales sur les épaulards résidents du sud dans leur habitat ou à proximité de celui-ci, notamment dans la mer des Salish.

Les participants considéraient la mise en œuvre de règlements et/ou de lignes directrices sur les navires propres à une zone qui réduisent le bruit dans la mer des Salish comme une entreprise à long terme.

Voici quelques-unes des suggestions :

Mettre en place un comité transfrontalier Canada-États-Unis visant à réduire le bruit des navires dans la mer des Salish.

Les participants à la réunion multipartite ont qualifié la création d’un comité transfrontalier de réussite facile mais ont également estimé qu’il s’agit plus d’une recommandation dans le cadre du processus que d’une mesure directe.

Voici quelques-unes des suggestions :

Autres mesures proposées

7.4 Ce que le grand public a dit

Le portail en ligne Parlons des baleines posait une question ouverte destinée à demander l’opinion des participants sur les mesures déterminées par les scientifiques dans l’évaluation scientifique de la phase 1 en vue de répondre à la menace associée au bruit sous-marin. Une liste de mesures particulières était incluse dans la question à titre d’exemple :

Compte tenu de l’ouverture de l’approche, de nombreuses réponses ont été reçues. Néanmoins, deux tiers des réponses étaient directement en lien avec les mesures énoncées dans la liste.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :