Sélection de la langue

Recherche

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines : Un résumé de ce qui a été entendu, Mars 2018

Consultation sur l'examen scientifique sur les baleines : Un résumé de ce qui a été entendu, Mars 2018 (PDF, 1.43 MB)

Un résumé de ce qui a été entendu
Mars 2018

Mobilisation sur l’examen scientifique sur les baleines
Un résumé de ce qui a été entendu

Préparé par le consortium de Nielsen, Delaney + Associates, PubliVate.
Nº de contrat : FP918-17-0001

This publication is also available in English.

Table des matières

5. Disponibilité des proies

Les épaulards résidents du sud sont des prédateurs très spécialisés se nourrissant principalement de saumon quinnat. La survie et le rétablissement de cette baleine en voie de disparition semblent être fortement associés à l’abondance de saumon quinnat. En particulier, une diminution marquée de l’abondance du saumon quinnat ayant persisté pendant quatre ans à la fin des années 1990 a été associée à des taux de mortalité jusqu’à 2 à 3 fois plus élevés que prévu.Note de bas de page 11 Ce manque de disponibilité des proies persiste de nos jours et constitue l’une des principales menaces au rétablissement de la population.

De même, le déclin de la population de bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent à la fin des années 1990 et la modification de la dynamique de la population ont coïncidé avec des changements intervenus dans plusieurs conditions environnementales, notamment une baisse de l’abondance des poissons démersaux et de certaines proies pélagiquesNote de bas de page 12, ce qui laisse entendre que l’approvisionnement en nourriture est peut-être devenu limité et pourrait encore jouer un rôle dans le déclin actuel.

Les changements au niveau de l’approvisionnement en nourriture qui touchent les baleines noires de l’Atlantique Nord comprennent la diminution de la disponibilité de nourriture (elles se nourrissent de zooplancton appelé copépodes) et de sa qualité (c.­à­d. valeur nutritive), ainsi que certaines modifications de leur répartition, y compris les modifications qui déplacent leur source de nourriture vers des zones où plusieurs menaces connues se chevauchent. Par exemple, à l’été 2017, on a observé un nombre record de baleines noires de l’Atlantique Nord dans le golfe du Saint-Laurent, une région où elles n’ont pas l’habitude de se réunir en grand nombre.Note de bas de page 13

5.1 Résumé des thèmes principaux

Les groupes autochtones, les gouvernements et les autres intervenants ont formulé des commentaires sur la menace associée à la disponibilité des proies pour l’épaulard résident du sud. Les groupes autochtones ont formulé des commentaires sur la disponibilité des proies pour le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent.Note de bas de page 14

5.2 Ce que les groupes autochtones ont dit

Épaulard résident du sud

Les représentants des groupes autochtones ont exprimé d’importantes préoccupations concernant les retards de mesures de gestion prioritaires concrètes et substantielles pour l’épaulard résident du sud et ne pensaient pas que le processus de mobilisation sur l’examen scientifique sur les baleines avait permis d’équilibrer les commentaires formulés par les groupes autochtones et les autres intervenants. Ils ont exprimé que l’on peut s’attendre à ce que l’inaction menace l’existence de l’épaulard résident du sud et ait une incidence générale dramatique sur la chaîne alimentaire et les droits ancestraux de pêcher.

Voici quelques-uns des commentaires des participants autochtones :

Béluga de l’estuaire du Saint-Laurent

En répondant aux mesures de gestion prioritaires déterminées par l’évaluation scientifique de la phase I, les participants se sont centrés sur les mesures qui visent à améliorer l’abondance des proies en réduisant la concurrence et en aménageant l’habitat.

Voici quelques-unes des suggestions des participants autochtones :

5.3 Ce que les gouvernements et les autres intervenants ont dit

Béluga de l’estuaire du Saint-Laurent

Le Ministère de l’Agriculture, des Pêches et de l’Alimentation du Québec a commenté qu’il faudrait prendre en compte la gestion de la population de phoques gris et a suggéré que cette approche pourrait réduire la concurrence pour les proies du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent.

Épaulard résident du sud

Planifier et gérer les pêches en vue de réduire la concurrence humaine pour les proies de l’épaulard résident du sud

Certaines personnes ont soutenu la mise en œuvre de mesures visant à réduire la concurrence humaine pour les stocks de proies de l’épaulard résident du sud dans les zones importantes de quête de nourriture aux périodes clés, p. ex., pendant les mauvaises années de montaison du saumon quinnat. Elles pensent qu’aucune recherche supplémentaire n’est requise avant d’agir. Une suggestion particulière consistait à réduire immédiatement la pression de la pêche dans les zones de quête de nourriture déjà déterminées, y compris les zones qui abritent des stocks épuisés de saumon quinnat qui traversent l’habitat essentiel de l’épaulard résident du sud.

Toutefois, d’autres participants ont pensé, qu’avant de prendre des mesures, des travaux supplémentaires doivent être réalisés afin de :

Créer et officialiser un groupe de travail transfrontalierNote de bas de page 20 de science et de gestion.

La possibilité de mettre en œuvre un grand nombre de mesures de gestion prioritaires liées aux proies dépend de la gestion transfrontalière avec les États-Unis et s’intègre dans le cadre du Traité sur le saumon du Pacifique. Un soutien général a été exprimé pour faire avancer les travaux transfrontaliers à court terme.

Protéger et préserver l’habitat d’eau douce d’importants stocks de proies pour les épaulards résidents du sud.

Pêches et Océans Canada dépend actuellement de la législation existante, p. ex., la Loi sur les pêches, pour protéger les stocks de poissons locaux et l’habitat local du milieu marin. Pour ce qui est de l’habitat d’eau douce, la Loi sur les pêches requiert que les projets évitent de causer des dommages sérieux au poisson, à moins que ces dommages n’aient été autorisés par le ministre des Pêches et des Océans. Cela s’applique aux travaux réalisés dans un plan d’eau ou à proximité d’un plan d’eau dans lequel vivent des poissons visés par une pêche commerciale, récréative ou autochtone, ou des poissons dont dépend une telle pêche (p. ex., le saumon quinnat). À l’échelle provinciale, certaines mesures sont en cours pour protéger l’habitat du saumon quinnat, comme les nouveaux règlements provinciaux sur l’eau souterraine.

Il a été indiqué par certains participants aux réunions et dans certaines présentations écrites que la réduction des menaces qui pèsent sur l’habitat d’eau douce est plus importante que le contrôle des niveaux de prises (la « voie de la facilité »).

Voici quelques-unes des suggestions :

Mettre en œuvre des mesures de gestion des pêches qui favorisent la santé et l’abondance des populations de hareng et de lançon Note de bas de page 22 et permettent une meilleure disponibilité du saumon quinnat.

L’épuisement des populations locales de poisson fourrage en raison de la pêche est préoccupant dans la région. Cet épuisement peut entraîner une diminution de la biomasse du saumon quinnat dans le milieu marin et, par conséquent, une diminution de la principale source de nourriture pour les épaulards résidents du sud.

Les participants aux réunions en personne et par webinaire et les personnes qui ont envoyé une présentation écrite ont soutenu ce qui suit :

Certains participants ont exprimé leurs préoccupations concernant :

Voici quelques-unes des suggestions des participants :

5.4 Ce que le grand public a dit

Une liste des quatre mesures déterminées par les scientifiques pour aider à atténuer la menace associée à la diminution de la disponibilité des proies a été présentée dans le cadre de la question principale posée dans la plateforme en ligne Parlons des baleines. On a demandé aux participants de classer les mesures selon leur importance à leurs yeux pour aider les baleines (voir la figure 5 ci-dessous).

Figure 5 : Classement par le grand public des mesures déterminées pour répondre à la menace associée à la diminution de la disponibilité des proies (nourriture)

Figure 5 : Classement par le grand public des mesures déterminées pour répondre à la menace associée à la diminution de la disponibilité des proies (nourriture)

Sur les 265 personnes qui ont répondu Note de bas de page 23:

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :