Sélection de la langue

Recherche

Réalisation des objectifs de conservation marine du Canada

Les objectifs

Les objectifs

En 2010, le Canada s’est engagé à atteindre la cible de conservation marine établie en vertu de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CNUDB). Cet objectif, communément appelé objectif 11 d’Aichi, engageait le Canada à conserver 10 % des zones côtières et marines grâce à des réseaux de zones protégées gérés efficacement et à d’autres mesures de conservation efficaces par zone (AMCEZ) d’ici 2020. Ces cibles ont été reconfirmées en 2015 dans le cadre de l’objectif 14 du Programme de développement durable pour 2030 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

En 2018, le Plan d’action de Charlevoix pour la santé des océans, des mers et des collectivités côtières résilientes (G7) a fait participer davantage le Canada et d’autres pays développés à soutenir des stratégies visant à protéger et à gérer efficacement les zones vulnérables de nos océans et de nos ressources. Cela se ferait en créant des zones de protection marine (ZPM) et d’AMCEZ efficaces et fondées sur la science.

Le gouvernement du Canada a soutenu ces engagements en effectuant les investissements les plus importants depuis une génération :

  • affectation de 81 millions de dollars sur cinq ans consacrés à l’appui de la réalisation de la cible de conservation marine de 10 %;
  • augmentation de 40 millions de dollars par année pour les sciences des pêches et des océans, notamment l’embauche de 135 nouveaux scientifiques et la formation de nouveaux partenariats scientifiques avec des universités et d’autres établissements;
  • investissement de 1,5 milliard de dollars sur cinq ans dans la protection des océans, notamment pour soutenir la restauration des côtes, l’intervention d’urgence et plus encore.

En août 2019, le Canada a dépassé l’objectif de 10 %. Nous regardons maintenant au-delà de 2020, en travaillant vers un nouvel objectif ambitieux de conservation de 25 % de nos zones marines et côtières d’ici 2025, pour atteindre 30 % d’ici 2030.

En juillet 2020, le Canada a rejoint l’Alliance mondiale pour les océans, qui prône la protection d’au moins 30 % des océans du monde par la création de ZPM et d’AMCEZ d’ici 2030. Par l’intermédiaire de l’Alliance mondiale pour les océans, le Canada se joint aux pays partageant les mêmes idées pour plaider à l’échelle internationale en faveur de l’adoption d’un objectif mondial de conservation de 30 % d’ici 2030. Le Canada continuera à travailler avec d’autres pays en vue de l’adoption de nouveaux objectifs mondiaux ambitieux en matière de biodiversité dans le cadre de la Convention des NU sur la diversité biologique lors de la 15e Conférence des Parties en 2021.

Outils

Outils en matière de protection du milieu marin du gouvernement du Canada

Les zones de protection marine (ZPM) établies par Pêches et Océans Canada en vertu de la Loi sur les océans, protègent et conservent les espèces, les habitats et les écosystèmes marins, qui sont importants et distincts sur le plan écologique. Les types d’activités autorisées ou interdites dans une ZPM de la Loi sur les océans dépendent des objectifs de conservation de la zone. Les possibilités économiques compatibles avec ces objectifs de conservation sont généralement autorisées dans l’aire protégée ou dans des zones spécifiques de l’aire protégée.

Les aires marines nationales de conservation (AMNC), créées par Parcs Canada, protègent et conservent des zones des océans et des Grands Lacs du Canada pour le plaisir et l’enrichissement du public. Les AMNC doivent comprendre au moins deux types de zones : une qui favorise et encourage une utilisation écologiquement durable et une autre qui protège pleinement les caractéristiques spéciales ou délicates de l’écosystème de la zone.

Les réserves nationales de faune et les refuges d’oiseaux migrateurs, créés par Environnement et Changement climatique Canada, servent à la conservation, à la recherche et à l’interprétation de la faune. Les activités interdites varient selon le site. Lorsque les réserves nationales de faune, les refuges d’oiseaux migrateurs et les parcs nationaux comprennent une composante marine, ces aspects peuvent être comptés comme des ZPM.

Les refuges marins, établis par Pêches et Océans Canada, sont des mesures qualifiées d’« AMCEZ ». Ces mesures aident à protéger d’importantes espèces et leur habitat, y compris les coraux et les éponges uniques, contre les effets de la pêche. Elles devraient rester en place à long terme, de sorte qu’elles contribueront de façon durable à la biodiversité.

Tous les outils fédéraux de protection marine sont assujettis aux normes de protection du Canada.

Pour de plus amples renseignements sur les aires marines qui sont déjà protégées et conservées par le gouvernement du Canada et les provinces, consultez le site Web des Indicateurs canadiens de la durabilité de l'environnement.

Réalisations

Réalisations

À ce jour, le Canada a établi 14 zones de protection marine (ZPM) en vertu de la Loi sur les océans, trois aires marines nationales de conservation, une réserve nationale de faune en milieu marin et 60 refuges marins. Ces aires contribuent à la protection de 14,66 % des zones marines et côtières du Canada.

Date de modification :