R et D en aquaculture au Canada de 2007

Divers

Un partenariat interprovincial encourage l’aquaculture d’eau douce durable

Sites expérimentaux : LARSA – Ferme piscicole des Bobines – Pisciculture Marinard.

Le Partenariat interprovincial pour le développement durable de l’aquaculture d’eau douce, anciennement connu sous le nom Initiative interprovinciale pour le développement durable de l’aquaculture d’eau douce, se donne comme mission le développement durable de l’aquaculture d’eau douce au Canada. Il propose une approche novatrice : l’établissement de partenariats de R-D avec des spécialistes canadiens pour mener des projets reliés aux problèmes soulevés par les intervenants de l’industrie. Ses objectifs sont les suivants :

  • susciter un consensus sur les priorités de l’industrie;
  • identifier les projets montrant un potentiel de R-D ou de développement précommercial et trouver des les compétences en recherche et/ou en transfert de la technologie requises pour exécuter ces projets;
  • favoriser la création de synergies entre tous les groupes concernés de sorte à éviter la répétition des efforts de R-D et à encourager l’utilisation optimale des ressources;
  • obtenir des fonds de recherche et les canaliser vers les projets découlant directement des priorités établies par l’industrie.

Le Partenariat interprovincial pour le développement durable de l’aquaculture d’eau douce regroupe principalement des représentants des associations provinciales et régionales d’aquaculture en eau douce.

Essais de moulée au Canada

En 2004-2005, les premiers projets de la série d’essais de moulées au Canada ont été menés dans le but de comparer la performance de salmonidés nourris de moulées danoises par rapport à des salmonidés nourris de moulées commerciales canadiennes.

L’industrie danoise des moulées pour truite doit se conformer à des règlements relatifs à la composition des moulées de croissance. Ces règlements établissent la teneur maximale en phosphore, en azote et en cendres, le niveau d’énergie et le coefficient d'utilisation digestive, ainsi que les indices de conversion alimentaire maximums des moulées.

L’étude canadienne a permis aux chercheurs de mettre à l’essai la pratique d’utiliser des moulées à haute valeur énergétique, à petite échelle sous conditions contrôlées en laboratoire (ombles de fontaine de 60 à 200 g et truites arc-en-ciel de 400 à 1 000 g) et à grande échelle sous conditions normales d’élevage commercial (truites arc-en-ciel de 200 à 500 g, ombles de fontaine et ombles chevaliers de 60 à 200 g). Les résultats ont montré que les moulées à haute valeur énergétique, les moulées danoises ou des moulées semblables, lorsque utilisées conformément à des normes environnementales rigoureuses, aident à améliorer les performances de croissance (ICA, TCS) ainsi que les performances environnementales (réduction des rejets de phosphore dans les effluents). Un accès élargi à des moulées à haute valeur énergétique permettra aux pisciculteurs canadiens d’atteindre leurs cibles environnementales tout en maintenant les coûts de production à un niveau concurrentiel.

Recherche : Grant Vandenberg, Éric Boucher, Richard Moccia, Pierre Dubé, Robert Vaillancourt, Sylvain Lareau, Karen Tracy, Guy Ouellet, Normand Roy, Yves Boulanger, François Roberge, Francis Dupuis et Jean Maheu. Information : Charley Cyr, à CyrCh@dfo-mpo.gc.ca, ou Doug Geilling, à geilingd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport :PCRDA - MPO.

Les tests ont été effectués à une ferme d’élevage commercial en circuit fermé de l’Alberta, une ferme d’élevage commercial en cages de la Saskatchewan et à la Station de recherche aquacole d’Alma.

Autres essais

Une deuxième série d’essais de moulée ont été effectués en 2006. De portée élargie, ils ont été menés dans différents systèmes d’élevage et ont visé exclusivement des truites arc-en-ciel de grande taille. La performance des moulées danoises a été évaluée, puis comparée à la performance des moulées utilisées à l’heure actuelle dans deux fermes d’élevage commercial en circuit fermé de l’Alberta (truites de 60 à 200 g), une ferme d’élevage commercial en cages de la Saskatchewan (truites de 650 à 1 000 g) et une installation d’élevage expérimental à la Station de recherche aquacole d’Alma (truites de 750 à 1 500 g). Les résultats de ces essais montrent des tendances semblables à ceux obtenus dans le cadre des essais précédents : les moulées danoises améliorent la performance de croissance (ICA, TCS) et la performance environnementale (réduction des rejets de phosphore dans les effluents). Cependant, les nouvelles moulées développées par les fabricants canadiens tendent à réduire l’écart entre les performances des moulées danoises et les performances des moulées canadiennes traditionnelles.

Recherche : Grant Vandenberg, Éric Boucher, Richard Moccia, Lorne Louden, Dean Foss et Max Ménard. Information : Doug Geilling, à geilingd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Les travaux expérimentaux ont été menés à la Pisciculture Mont-Tremblant, au LARSA et à la Pisciculture des Alléghanys.

Menée en 2006 au LARSA, une autre étude des performances commerciale, environnementale et physiologique d’ombles de fontaine nourris avec une nouvelle moulée canadienne à faible teneur en phosphore et à haute valeur énergétique a permis aux chercheurs d’examiner les effets de la teneur en lipides et du remplacement de la farine de poisson dans les moulées commerciales sur la performance des sujets. Cette étude visait à établir les effets de moulées expérimentales sur les performances de croissance, la fonction hépatique (niveaux cellulaire et physiologique), la composition corporelle et les déchets de phosphore. Par la suite, des essais faits dans des fermes commerciales ont permis de valider les différences dans la performance, la composition corporelle et les rejets de phosphore. Les résultats de cette étude permettront de mieux comprendre la relation entre la performance de l’omble de fontaine et la teneur en lipides dans les moulées, ce qui pourrait mener au développement de nouvelles moulées. Ceci est très important dans le contexte québécois étant donné l’importance de l’espèce et les normes environnementales rigoureuses relatives au rejet de matières nutritives dans le milieu récepteur.

Recherche : Grant Vandenberg, Éric Boucher, Keith Were, Pierre Dubé, Yves Boulanger et François Roberge. Information : Charley Cyr, à CyrCh@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Essais de culture aquaponique en Alberta

Vue de l’installation de culture aquaponique construite en 2002 à la serre du ministère de l’Agriculture de l’Alberta, à Brooks, sur le modèle de l’University of Virgin Islands développé par le chercheur James Rakocy.

Les installations de culture aquaponique marient plantes et poissons dans un seul système en circuit fermé. L’eau sortant des bassins à poissons, riche en matières nutritives, sert à irriguer les plantes, qui elles agissent comme biofiltre, ce qui permet de réduire la concentration de déchets azotés et de déchets minéraux dans l’eau ramenée aux bassins à poissons. Une étude approfondie menée durant la première année du projet a permis de démontrer la faisabilité technique de la culture aquaponique dans les conditions de croissance trouvées en Alberta.

L’accent a été mis sur les plantes à fort rendement économique aux fins d’analyse des activités de culture aquaponique au Canada. Des données sur les rendements des cultures de plantes et de poissons ont été recueillies en 2005-2006 et une écloserie a été construite à l’installation de Brooks, en Alberta, pour optimiser les activités de culture aquaponique.

Des mini-systèmes de culture aquaponique ont été construits afin d’accroître la capacité de culture aquaponique expérimentale en Alberta. Ils ont servi à expérimenter diverses stratégies de lutte non chimique contre les ravageurs pour maintenir les rendements élevés des cultures sans introduire des contaminants dans les poissons d’élevage. Le projet a aussi été financé par l’University of Alberta et le CRSNG.

Le secteur de l’économie and compétitivité de l’Alberta Agriculture Food and Rural Developmenta fait une analyse économique, qui a révélé que les cultures de serre peuvent constituer jusqu’à 70 % du revenu brut des activités de culture aquaponique. Des mini-systèmes de culture aquaponique ont été construits. Ils sont en opération depuis un an, confirmant que les mêmes principes peuvent être appliqués à plus petite échelle. Les essais ont donné les rendements de culture les plus élevés signalés dans les ouvrages portant sur la culture sans sol et sans apport de fertilisants.

Recherche : Nick Savidov, Eric Hutchings et Nabi Chaudhary. Information Nick Savidov, à nick.savidov@gov.ab.ca. Rapport - Alberta Agriculture Food and Rural Development et PCRDA - MPO.

Avril 2006 – Mars 2008

page précédente | table des matières | page suivante

Le Québec crée un noud de connaissances stratégiques en aquaculture

Le Réseau Aquaculture Québec (RAQ) regroupe des chercheurs (d'universités, de CEGEP et des gouvernements provincial et fédéral) en aquaculture du Québec. Ces chercheurs évoluent dans trois domaines de recherche ciblés par AquaNet, soit contexte social de l'avenir de l'aquaculture, écosystèmes sains et création de nouveaux produits. Bien que notre principale force soit les écosystèmes, nous avons intégré les sciences humaines et les sciences sociales dans notre programme de recherche dés le début de nos activités et nous sommes en voie d'acquérir des compétences en biotechnologie marine.

Le but général du RAQ est le développement d'un secteur québécois de l'aquaculture durable sur le plan économique et environnemental. Nos objectifs particuliers à titre de noud de connaissances stratégiques avec enracinement géographique d'AquaNet sont : i) promouvoir le réseautage entre, d'une part, l'industrie et les chercheurs québécois et, d'autre part, l'industrie canadienne et les chercheurs d'AquaNet d'autres régions; ii) promouvoir les activités d'AquaNet auprès de nos partenaires locaux; iii) participer à l'établissement de partenariats internationaux (Marine Genomics, réseau France-Canada pour la production de larves; iv) participer à la formation de PHQ et la promouvoir; v) promouvoir le partage des ressources techniques et humaines; vi) aider nos chercheurs à obtenir des gouvernements provincial et fédéral des fonds pour la recherche en aquaculture et vii) disséminer l'information auprès de l'industrie, des gouvernements et du public.

Information : Céline Audet, à Celine_Audet@uqar.qc.ca. Rapport : AquaNet.

Le MPO se dote d’un nouveau labo pour les animaux aquatiques

Le nouveau Laboratoire de bioconfinement des agents pathogènes des animaux aquatiques de Charlottetown, à la fine pointe de la technologie, permettra de mener des recherches sur pratiquement n’importe quel agent pathogène ou maladie des animaux aquatiques.

Le Laboratoire de bioconfinement des agents pathogènes des animaux aquatiques de Charlottetown (LABIC) est un élément important du réseau de laboratoires de référence du MPO pour la santé des animaux aquatiques. Le LABIC est situé dans une installation comprenant un laboratoire et un bureau administratif de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), à Charlottetown (Î.-P.-É.). L’infrastructure de stabulation d’animaux aquatiques vivants a été réaménagée dans les anciennes grandes salles de confinement de niveau 3. Par conséquent, le LABIC constitue une installation de bioconfinement à la fine pointe de la technologie qui permet au MPO d’appuyer pratiquement toutes les recherches sur les agents pathogènes et les maladies des animaux aquatiques. La combinaison de la structure physique et du traitement des déchets au LABIC est supérieure à celle de toute autre installation existante en Amérique du Nord. Les travaux scientifiques menés au LABIC porteront sur la recherche à l’appui du Programme national sur la santé des animaux aquatiques, c.-à-d. la recherche sur les interactions entre les maladies et les animaux aquatiques (sur le plan de la santé, des maladies et des agents pathogènes), l’élaboration d’outils de diagnostic et l’étude des épizooties et des nouvelles maladies. En plus de la capacité de stabulation d’animaux vivants, le laboratoire est doté d’outils d’essais moléculaires (in vitro) et offre un soutien vétérinaire (diagnostics, autopsie et soins pour animaux) ainsi qu’une expertise en matière d’assurance de la qualité et de conformité aux normes ISO et CEI.

Recherche : Phil Byrne et Gilles Olivier. Information Phil Byrne, à byrne@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Mobiliser les connaissances en aquaculture : AquaPort.ca comme Web sémantique

De par le fait qu’elle est une nouvelle industrie au Canada, le secteur de l’aquaculture a besoin de beaucoup de connaissances pour devenir plus concurrentiel et durable. Englobant l’industrie, le monde universitaire, divers paliers gouvernementaux et des communautés, il dépendra de plus en plus sur l’échange de connaissances par l’intermédiaire du Web. Sans un tel véhicule, des opportunités d’innovation et de recherche seront perdues et la capacité d’amener le public à en apprendre davantage sur l’aquaculture sera limitée.

Aquaport.ca, le portail pour le secteur aquacole canadien, comblera de façon efficace le fossé dans le savoir en offrant l’accès à des produits pertinents au moment opportun. Le contenu sera adapté aux besoins des utilisateurs et la recherche d’information sera efficace. Le portail sera un point d’accès unique à une vaste gamme de ressources tels des comptes-rendus d’atelier et de conférence, des publications scientifiques, industrielles et gouvernementales, de l’information sur les recherches en cours, des bulletins d’information, des colloques et forums en ligne, des répertoires de spécialistes et de services, et des articles de journaux récents. Il sera construit à partir d’une base de données solide ancrant une interface web dynamique pour les utilisateurs. Ils sera ouvert et accessible au public, fondé sur le principe « construire une fois - déployer pour plusieurs utilisations » et structuré de sorte à croître avec le secteur canadien de l’aquaculture.

Au moins 10 étudiants en aquaculture de tous les coins du pays aideront à établir le contenu du portail et à résoudre les problèmes de transfert de connaissances. AquaPort.ca est une initiative concertée de l’équipe de recherche et de la grande collectivité aquacole canadienne – l’industrie, divers paliers gouvernementaux et des chercheurs et des partenaires du monde universitaire. Le British Columbia Aquaculture Research & Development Committee, l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture, l’Association aquacole du Canada, la Société de développement de l’industrie maricole, le Réseau Aquaculture Québec et le Programme coopératif de recherche - développement en aquaculture du MPO comptent parmi les collaborateurs, et l’Institute for Coastal Research du Malaspina University-College est l’établissement directeur du projet.

Recherche : Bill Pennell, Tim DeJager, Céline Audet, Duane Barker, Thierry Chopin, Cyr Couturier, Rich Moccia, Jeremy Rayner, Rick Rollins, Barbara Thomas, Joy Wade et Carmen Léger. Information : Tim DeJager, à dejagert@mala.bc.ca, ou www.aquaport.ca. Rapport : AquaNet.

Juillet 2006 – Juin 2007

Comprendre les possibilités de l’aquaculture biologique et ses coûts de production

Ce projet a pour but d’évaluer les coûts et les avantages de l’aquaculture biologique, du point de vue des consommateurs, des détaillants, des producteurs et du grand public. Les chercheurs évalueront i) la demande canadienne et internationale de produits biologiques, ii) les écarts entre les méthodes de l’aquaculture canadienne traditionnelle et les normes qui s’appliquent aux produits biologiques sur le marché canadien et sur les marchés d’exportation, iii) les principes qui peuvent présider au choix des exigences aquacoles clés qui serviront dans les discussions avec les parties prenantes sur les normes de l’aquaculture biologique. De plus, ils mesureront l'empressement de ces mêmes parties prenantes à se servir des résultats de nouvelles observations scientifiques pour contribuer à l’évolution des normes de l’aquaculture biologique au Canada.

Le projet a débuté en mars 2005. Il a pour but l’élaboration de normes provisoires pour l’aquaculture biologique au Canada, qui serviront aux négociations entre les intéressés.

Recherche : Keith Culver, Norman Siebrasse, Karen Finlay et David Castle. Information : Keith Culver, à kculver@unb.ca. Rapport : AquaNet.

Mars 2005 – Juillet 2006

Évaluation de l’utilisation de zones côtières

Ce projet porte sur l’examen du problème que pose la définition de la valeur d’un site marine d’après ses caractéristiques et les effets cumulatifs sur l’écosystème d’une gamme d’options stratégiques pour son utilisation, y compris le développement de sites d’aquaculture. Il vise à fournir, aux gouvernements fédéral et provinciaux, aux intérêts commerciaux, aux organisations environnementalistes et aux associations communautaires, des outils de prise de décision en ce qui concerne l’utilisation efficace d’un site marin. Le cadre de résolution de problèmes présenté reposera sur :

  • une analyse spatiale des principales caractéristiques de l’écosystème du site marin;
  • une méthode d’évaluation des effets de l’utilisation du site marin sur l’écosystème;
  • la rétroaction directe de multiples décideurs participant au processus de gouvernance des océans;
  • un modèle de prise de décision multicritère pour hiérarchiser les évaluations des sites d’aquaculture;
  • une analyse d’autres options d’utilisation du site côtier et leur hiérarchisation par les divers participants.

Des outils ont été élaborés, notamment une interface de l’information spatiale, qui facilite l’estimation des effets cumulatifs du fait qu’elle considère les effets des éléments écosystémique chevauchants de chaque site. Un outil d’aide à la décision a également été conçu pour concilier les diverses perspectives, souvent opposées, en ce qui concerne la gamme d’options stratégiques pour l’utilisation des zones côtières.

Recherche : Dan Lane, Wojtek Michalowski, Rob Stephenson, Fred Page, Michael Sutherland, Yanlai Zhao et Ibrahim Ozer. Information : Dan Lane, à dlane@uOttawa.ca ou http://aqua.management.uottawa.ca/. Rapport : AquaNet.

En cours depuis janvier 2005

Essais de culture d'une algue brune dans la baie des Chaleurs

Ces laminaires à long stipe ont été cultivées à l'Institut Maurice-Lamontagne, près de Mont-Joli (Québec).

Le développement des marchés de nutraceutiques, cosméceutiques et fertilisants horticoles à base d'algues marines suscite de l'intérêt au Québec. La production de biomasse algale à partir de culture a été suggérée comme méthode permettant un meilleur contrôle de la l'approvisionnement en algues et de la qualité de celles-ci. Des laminaires à long stipe (Laminaria longicruris) ont été mises en culture en milieu contrôlé à l'Institut Maurice-Lamontagne (IML) à l'automne 2005, à partir de spores provenant de frondes fertiles récoltées dans la baie de Paspébiac. En mai 2006, les algues cultivées ont été transférées en mer au large de Paspébiac.

Initialement, le projet visait à suivre jusqu'en décembre 2006 la croissance saisonnière des algues et à évaluer les constituants d'intérêt commercial des algues cultivées comparativement aux algues sauvages. Le transfert en mer a été réalisé avec succès et les plants ont montré une bonne croissance jusqu'au milieu de l'été. La colonisation des algues par le bryozoaire (Membanipora membranacea, une espèce envahissante) vers la fin juillet a cependant causé leur perte, mettant ainsi un terme à la culture vers la fin septembre. Une analyse des causes et conséquences de cette colonisation sera ajoutée au projet. De plus, au cours de l'automne 2006, l'expérience de préculture menée en 2005 sera répétée en réduisant les densités d'ensemencement afin d'accélérer la croissance.

Recherche : Louise Gendron et Gilles Savard. Information : Louise Gendron, à gendronl@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2006 - Mars 2007

Gestion holistique de la santé des écosystèmes aquatiques

Notre équipe, qui se compose de sept chercheurs de quatre universités du Canada atlantique, vise à établir un noud de connaissances stratégique à enracinement géographique. Ce partenariat avec l’industrie de l’aquaculture vise à développer et à faire avancer les sciences appliquées se rapportant à la santé des écosystèmes, à la lutte contre les maladies et à l’empreinte environnementale des pratiques aquacoles au Canada. L’argument essentiel de ce noud est que la gestion optimale de la santé des écosystèmes devrait viser à : i) minimiser les incidences néfastes des maladies dans les systèmes aquacoles et les écosystèmes aquatiques et ii) optimiser les effets réciproques entre les écosystèmes et la pisciculture. Les objectifs spécifiques sont : i) établir un groupe stratégique de chercheurs spécialisés dans la compréhension et la prédiction de la santé des écosystèmes aquatiques; ii) établir un groupe de réflexion multidisciplinaire pour amorcer des synergies transdisciplinaires et orienter les nouvelles approches de santé des écosystèmes aquatiques; iii) étayer les initiatives de recherche novatrices contribuant à une aquaculture fondée sur la science, respectueuse de l’environnement et durable sur le plan écologique; iv) renforcer la collaboration scientifique et le réseautage dans le domaine de la santé des écosystèmes aux niveaux régional, national et international; v) aller chercher le levier financier nécessaire pour financer des projets additionnels de recherche sur la santé du poisson et des écosystèmes; vi) encourager le transfert efficace des connaissances aux intervenants, en particulier au secteur privé et au personnel hautement qualifié.

Recherche : Franck C.J. Berthe, Larry Hammell, Michael Van Den Heuvel et David Speare (UPEI); Omer Chouinard (UMoncton); Bruce G. Hatcher (UC Cape Breton); et Karen Kidd et Matt Litvak (UNB). Information : Franck Berthe, à fberthe@upei.ca. Rapport : AquaNet.

Juin 2006 – Juillet 2007

Recherche sur les résidus de l’aquaculture au Marine Institute de Terre-Neuve

Chaque année, le secteur de l’aquaculture du Canada atlantique produit d’importantes quantités de résidus de transformation. Il fait face à des pressions, attribuables aux règlements sur l’environnement plus rigoureux et aux coûts de gestion des déchets à la hausse, pour trouver des utilisations de ces résidus. Pour aider le secteur à capitaliser sur l’énorme potentiel de développement de produits, de diversification et d’ajout de valeur, le Fisheries and Marine Institute de la Memorial University of Newfoundland a ouvert l’Atlantic Canada Fishery By-Products Research Centre à l’automne 2006. Le but de ce centre de recherche est d’utiliser la R-D novatrice pour encourager l’utilisation complète du poisson, des mollusques et des crustacés de sorte à générer d’importantes retombées pour la région du Canada atlantique.

L’Atlantic Canada Fishery By-Products Research Centre développe de nouveaux produits et de nouvelles utilisations des « déchets » de transformation du poisson, des mollusques et des crustacés.

Des activités de R-D exclusives, portant sur divers résidus de la transformation de produits aquacoles, ont été menées à ce centre de recherche. Les pisciculteurs cherchent des méthodes de conservation des résidus de transformation du poisson d’élevage aux fins de leur utilisation comme aliment par l’industrie de la fourrure. Ils s’intéressent également à la production d’ensilage, ainsi qu’au séchage des résidus après que l’huile en a été extraite. Le matériel d’extrusion du centre permet aux chercheurs de produire diverses formulations de moulées pour animaux aquatiques, qui sont ensuite mises à l’essai dans les installations aquacoles du Marine Institute.

Recherche : Thomas Brown. Information : Tom Brown, à tom.brown@mi.mun.ca. Rapport : AquaNet.

Analyse des défis posés par la recherche appliquée en aquaculture

La recherche en aquaculture est une activité multidisciplinaire qui met à contribution diverses spécialités, entre autres les sciences naturelles, les sciences sociales et les sciences politiques, et qui exige que les chercheurs de divers domaines universitaires communiquent leurs connaissances de façon efficace pour répondre aux questions d’intérêt public. Ce projet visait à explorer les défis que posent l’entreprise de recherches multidisciplinaires en aquaculture et la communication efficace des connaissances recueillies auprès des diverses disciplines et des divers groupes du secteur de l’aquaculture, ainsi que d’améliorer la coordination des recherches afin de mieux intégrer les résultats de sorte à guider de façon efficace les activités d’élevage et la participation de la collectivité aquacole.

Ce projet a permis d’élaborer un cadre théorique pour analyser et comprendre l’organisation et la coordination de recherches multidisciplinaires en aquaculture. Un outil de sondage, destiné à bâtir un consensus entre les divers groupes d’intervenants en aquaculture quant à la manière dont les questions sont formulées et les enjeux de l’aquaculture abordés, a également été produit.

Recherche : Jean-Paul Vanderlinden, Omer Chouinard et Brad Walters. Information : Jean-Paul Vanderlinden, à vandrejp@umoncton.ca.

Avril 2003 – Septembre 2006