R et D en aquaculture au Canada de 2007

Poissons - Saumon

Pigments naturels ou pigments synthétiques? Quels sont meilleurs pour le saumon? Pour le rendement?

Fiona Cubitt montre un de ses bassins expérimentaux.

Une étude de quatre mois menée au Centre for Aquaculture and Environmental Research (CAER) de l’Université de la Colombie-Britannique a permis de confirmer que le saumon quinnat d’élevage bénéficie grandement de l’ajout d’astaxanthine dans sa nourriture.

Il a déjà été établi que les caroténoïdes – la famille de pigments à laquelle l’astaxanthine appartient – ont un effet positif sur la survie et la capacité d’anti-oxydation chez le poisson.

Les résultats de l’étude, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire de grande envergure portant sur les coûts et avantages d’une industrie canadienne de l’aquaculture biologique, n’ont cependant pas encore tous été rassemblés, tabulés et analysés.

En conséquence, seules quelques observations préliminaires peuvent être faites, selon Fiona Cubitt, directrice des recherches et chercheuse associée.

Ainsi, les jeunes saumons quinnats ne commencent typiquement à absorber du pigment - qu’il soit d’origine naturelle ou synthétique - que lorsqu’ils ont atteint un certain point dans leur développement. En général, ils ne commencent à en absorber que lorsqu’ils pèsent environ 100 g.

Lorsque cela se produit, selon Mme Cubitt, la différence dans la couleur des saumons de petite taille et des saumons de grande taille est très marquée, tout comme dans le cas des saumons nourris d’aliments supplémentés en pigment et ceux nourris d’aliments libres de pigment.

En juin 2006, les chercheurs du CAER ont mis neuf groupes de saumon quinnat en élevage dans des bassins extérieurs séparés de 4 000 L. Au départ, les sujets d’élevage pesaient environ 50 g. À la mi-septembre, soit au milieu de la période de l’étude, ils atteignaient 110 g en moyenne et, selon les prévisions, pourraient peser près de 200 g à la fin de l’étude.

Ce programme de recherche vise principalement à établir des comparaisons entre une source naturelle et une source synthétique d’astaxanthine pour la pigmentation de la chair chez les postsmolts du saumon quinnat en regard d’une gamme de facteurs tels les coûts pour l’industrie, ainsi que les avantages pour la santé et la croissance des sujets d’élevage. Cet additif alimentaire est reconnu pour ses propriétés anti-oxydantes, mais les deux sources potentielles de ce produit, soit le krill sauvage et la production synthétique, suscitent des préoccupations.

Pour examiner les questions propres à l’aquaculture biologique, Mme Cubitt et ses associés ont mené des recherches sur l’astaxanthine d’origine synthétique et l’astaxanthine d’origine naturelle, produite par la levure Phaffia. Ils ont prélevé des échantillons de sujets expérimentaux chaque huit semaines, puis ils ont établi leur longueur, leur poids, leur pigmentation et leur facteur de condition dans le but d’évaluer leur état de santé et de bien-être.

Avec l’aide de David Higgs, nutritionniste des poissons, les chercheurs ont fabriqué leurs propres moulées à partir d’ingrédients obtenus de diverses entreprises, notamment EWOS Canada. Après les avoir mélangés, ils y ont ajouté de l’huile de poisson, puis les ont comprimés pour obtenir leurs propres granulés.

Les poissons ont été nourris manuellement jusqu’à satiété le matin et l’après-midi. Mme Cubitt a souligné qu’il était très important de calculer la quantité exacte des différentes sortes de moulées offertes à chaque groupe.

« Trois de nous étaient chargés de nourrir les poissons. C’est un projet qui a exigé beaucoup de main-d’œuvre, a ajouté Mme Cubitt. »

L’astaxanthine et la castaxanthine, deux pigments utilisés en salmoniculture, sont des substances d’origine naturelle qui améliore la fonction hépatique et la capacité d’anti-oxydation chez les poissons. En pisciculture conventionnelle, les deux composés, de source synthétique, sont utilisés.

Cependant, d’après Mme Cubitt, le fait que les pisciculteurs exigent de plus en plus que les anti-oxydants proviennent de sources naturelles signifie que la variété, le coût et la qualité de ces produits, ainsi que la prévisibilité des approvisionnements, augmentent. Il a également été suggéré qu’ils ne sont pas aussi efficaces et prévisibles que les pigments synthétiques – et donc qu’ils ne sont peut-être pas aussi bénéfiques pour la santé. D’où cette comparaison en double des effets de cette toute nouvelle source d’astaxanthine à l’astaxanthine synthétique dans un contexte commercial.

Recherche : K.F. Cubitt, A. Chan, J. Mann, J. Henry, S. McKinley et D.A. Higgs. Information : K.F. Cubitt, à kfcubitt@interchange.ubc.ca, ou D.A. Higgs, à higgsd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : MPO et UBC Centre for Aquaculture and Environmental Research.

De juin à novembre 2006

Étude du devenir des granulés pour poisson sur le plancher océanique

Un navire de recherche du MPO passe à côté d’une pisciculture, où un employé se sert d’un système de détection des moulées.

Mme Terri Sutherland passe beaucoup de temps à observer comment différents granulés pour poisson réagissent à divers débits dans un circuit fermé expérimental.

Mme Sutherland est en tête d’un projet visant à éventuellement établir un graphique ou une matrice du devenir des granulés pour poissons de tailles et de types différents une fois qu’ils ont passé à travers les filets des cages et sédimentés au fond.

Mme Sutherland, qui est chercheuse scientifique au Centre for Aquaculture and Environmental Research (CAER) dirigé par le ministère des Pêches et des Océans et l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, a déjà étudié ce problème sur le terrain au Maine au milieu des années 1990.

De concert avec des collègues du CAER et de l’Université de Southampton, en Angleterre, elle peaufine certains de ses premiers travaux dans le but d’aider les pisciculteurs et d’autres intéressés à prédire plus précisément la dispersion sur le plancher océanique des restes de granulés et des matières fécales provenant des fermes.

« Les facteurs qui doivent être pris en compte sont plutôt complexes et ne sont pas forcément directement reliés entre eux, a précisé Mme Sutherland. Nous venons tout juste d’établir un lien entre certains d’entre eux, et nous espérons pouvoir construire un jour une matrice de prévision qui pourra être utilisée de concert avec DEPOMOD, le modèle de modélisation de l’empreinte environnementale d’une ferme utilisé par le MPO. »

« En général, a ajouté Mme Sutherland, la règle veut que plus grand est le diamètre du granulé enrobé, plus vite il sédimente et plus de force est requise pour le remettre en suspension. Qui plus est, les granulés des différents rations sont de densités différentes, la densité de l’eau est différente en été et en hiver, et la mesure dans laquelle le granulé restera collé au fond dépend de la topographie et de la composition du plancher océanique, c’est-à-dire si c’est un fond argileux, limoneux, rocheux ou sableux. »

Les chercheurs ont placé différents types de substrat au fond d’un bassin circulaire expérimental transparent, ce qui permet d’enregistrer les déplacements des granulés sur bande magnétoscopique. Ce bassin en plastique, muni à l’intérieur d’appareils de mesure, a été conçu par Carl Amos pour des études menées par la Commission géologique du Canada et l’Université de Southampton. Les chercheurs disposent d’une version semblable de ce bassin, qui peut être installé sur le plancher océanique sous un enclos d’élevage.

Terri Sutherland montre le bassin circulaire.

Mme Sutherland a précisé que, jusqu’à maintenant, elle et ses collègues n’avaient étudié que les rations d’hiver de 3,5 à 11 mm de diamètre fabriquées par la société Skretting Canada. Elle a ajouté que son équipe avait l’intention d’étudier les rations d’été l’an prochain.

Des travaux d’analyse de la composition chimique des granulés (teneur en eau, en composés organiques, en carbone et en azote, ainsi qu’en isotopes lourds du carbone et de l’azote) et d’identification de traceurs potentiels des déchets seront également menés.

Recherche : T.F. Sutherland, C.L. Amos, C. Ridley, I.G. Droppo et S.A. Petersen. Information : T.F. Sutherland, à sutherlandt@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : MPO et UBC Centre for Aquaculture and Environmental Research.

Détection rapide de poussées d’algues nuisibles au Nouveau-Brunswick

Formation d’employé.e.s de salmonicultures en identification du phytoplancton.

Ce projet a porté sur la faisabilité et la rentabilité de plusieurs moyens potentiels de détection des poussées d’algues nuisibles dans les salmonicultures. Il comprenait les éléments suivants : formation du personnel des salmonicultures du sud-ouest du Nouveau-Brunswick en identification des algues nuisibles; exécution par le personnel de certaines salmonicultures d'activités de surveillance quotidienne du phytoplancton; analyses statistiques des données de surveillance fréquemment observées; analyses rétrospectives des données de surveillance existantes; expériences de laboratoire en vue d'établir les seuils de concentration de certaines algues nuisibles pour le saumon d'élevage; études sur la circulation de l'eau en vue d'identifier l'origine spatiale et temporelle de l'eau (voie de transport d’algues nuisibles) entrant dans les salmonicultures; évaluation de l'efficacité d'un réseau de détecteurs optiques pour déceler les poussées; et évaluation de l'utilité de l'imagerie satellitaire pour déceler celles-ci. Les travaux en laboratoire et sur le terrain ont été effectués en 2004 et 2005. Quatre salmonicultures y ont collaboré chaque année. L’analyse des données et la préparation du rapport sont presque terminées. Le projet prendra fin en mars 2007.

Recherche : Blythe Chang, Jennifer Martin, Fred Page, Les Burridge, Murielle LeGresley, Alex Hanke, Paul McCurdy, Glen Harrison et Ed Horne (SBSA - MPO). Information : Blythe Chang, à changb@mar.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA – MPO.

Juin 2004 – Mars 2007

Essais de vaccins recombinants pour la pisciculture

Les vaccins à ADN sont une séquence d’ADN hybride synthétique. Cette séquence est utilisée par les cellules de l’hôte pour produire des protéines immunogènes qui, une fois libérées, sont captées par les cellules présentatrices de l’antigène.

Les maladies infectieuses constituent un lourd fardeau économique pour les pisciculteurs et soulèvent de graves préoccupations à l’endroit des populations de poissons sauvages. Des vaccins permettent d’immuniser le poisson contre diverses maladies, ce qui a permis de réduire les incidences de celles-ci et d’améliorer le bien-être des sujets d’élevage. Mais comme peu de vaccins antiviraux ont été développés, l’industrie de la pisciculture n’a aucun moyen de prévenir de nombreuses maladies virales.

Les vaccins à ADN sont une solution de remplacement aux vaccins traditionnels, qui offrent certains avantages : sans risque, activation de plusieurs mécanismes de défense contre une substance étrangère chez l’hôte, possibilité de vaccination polyvalente, stabilité élevée, coût relativement peu élevé, etc. Ces vaccins prometteurs en sont toutefois encore au premier stade de conception, d’évaluation et de réglementation.

Les protéines de choc thermique (HSP, de heat shock protein en anglais) sont abondantes dans les cellules, où elles jouent un rôle dans la conformation et la réorganisation des protéines. L’une de leurs fonctions est de présenter les peptides antigéniques aux cellules immunitaires, ce qui déclenche une réponse immunitaire.

Ce projet porte sur une nouvelle approche de développement de vaccins à ADN. Nous proposons d’intégrer une séquence pour un antigène et une séquence pour une protéine de choc thermique provenant de l’hôte au sein d’un même plasmide d’ADN, ainsi qu’une séquence de tête afin d’assurer que l’hôte secrète la protéine. Nous allons également évalué diverses formulations et méthodes d’administration du vaccin en nous servant comme modèle virus-hôte le Nodavirus et la morue franche.

Recherche : Nellie Gagné (MPO); et Stewart Johnson, Laura Brown et Luis Afonso (IBM - CNRC). Information : Nellie Gagné, à gagnena@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA – MPO.

Avril 2006 – Mars 2008

Gestion des déchets organiques et de la raréfaction de l'oxygène dans les salmonicultures du Nouveau-Brunswick

L’objectif primaire de ce projet est l’étude du dépôt de déchets organiques et de la raréfaction de l’oxygène dissous dans certaines salmonicultures de la baie de Fundy, au sud-ouest du Nouveau-Brunswick (SONB). Des courantomètres seront mouillés dans les eaux d’élevage, et les données recueillies serviront à établir le régime de circulation de l’eau autour des installations d’après un modèle. Des échantillons de sédiments benthiques seront prélevés et analysés, et les données obtenues, ajoutées aux données disponibles sur les sédiments, serviront à établir une carte de la distribution de la charge organique dans le milieu benthique sous les cages et à proximité. Les données sur la bathymétrie locale, la disposition des cages, la production en poisson, leur alimentation, le taux de sédimentation des particules organiques, ainsi que les estimations de la vitesse du courant, seront utilisées pour faire l’essai du modèle DEPOMOD de modélisation du devenir des déchets de l’aquaculture, mis au point par les autorités de l’écosse. Un lien sera également établi entre un module de sédimentation des particules et un modèle tridimensionnel des marées dans la région du SONB. Les résultats seront comparés aux données actuelles sur le milieu benthique en vue de déterminer la capacité de ces modèles de prédire le dépôt, dans les eaux du SONB, de déchets organiques provenant des salmonicultures.

Dispositifs d'échantillonnage des sédiments utilisés dans les salmonicultures du sud-ouest du Nouveau-Brunswick.

En outre, nous utiliserons un modèle numérique simple de flux équilibré pour prédire les teneurs en oxygène dans les eaux des salmonicultures choisies en regard de données sur les teneurs en oxygène à une certaine distance des fermes, la vitesse du courant pénétrant dans les fermes, la biomasse, la composition par taille et la densité de mise en élevage des poissons, ainsi que des estimations publiées du taux de respiration du saumon. Les prédictions du modèle seront comparées aux mesures de la variabilité spatiale et temporelle des teneurs en oxygène dissous dans la colonne d’eau dans ces salmonicultures et à proximité.

Recherche : Fred Page, Blythe Chang, Randy Losier, Paul McCurdy et Joe Crocker (SBSA - MPO). Information : Fred Page, à pagef@mar.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Novembre 2005 – Mai 2008

page précédente | table des matières | page suivante

Évaluation des zones de gestion des baies pour l’industrie salmonicole du sud-ouest du Nouveau-Brunswick

Salmoniculture typique du sud-ouest du Nouveau-Brunswick.

Le Plan de développement durable de la salmoniculture au Canada atlantique (publié en 2005) établit que « les emplacements marins doivent être organisés par rapport à un système de gestion efficace des baies en se basant sur un milieu biophysique, la gestion du risque (quant à la santé des poissons et à l’environnement) et les besoins en infrastructure ». Lors d’un atelier tenu en juillet 2005, les salmoniculteurs ont indiqué que plusieurs facteurs clés doivent être considérés lorsque des améliorations sont apportées au système existant de zones de gestion des baies en appui du Plan de développement durable. Ces éléments incluent l’hydrodynamique et la circulation de l’eau, la santé des poissons, l’élevage concurrent d’autres espèces, l’infrastructure, les interactions avec les intervenants, la durée de la mise en jachère, l’équilibre de la production et l’appui à la croissance.

Mouvement modélisé des marées dans les piscicultures de la région de l’île de Grand Manan.

Les objectifs du projet sont la production d’une série de cartes SIG à deux dimensions de la distribution spatiale des sites d’aquaculture, des zones potentielles d’effet de l’aquaculture (estimations simples des panaches de dispersion des déchets), des panaches de dispersion des maladies depuis les salmonicultures (mouvement des marées) et de la distribution des principales ressources et activités halieutiques dans la zone côtière du sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Les cartes SIG serviront à identifier les chevauchements particuliers à chaque site et les chevauchements cumulatifs entre les sites d’aquaculture et les zones d’impact potentiel en ce qui a trait, d’une part, à la dispersion des maladies et des déchets et, d’autre part, aux principales ressources et activités de récolte. Les chevauchements cumulatifs seront établis pour chacun de plusieurs scénarios de délimitation des zones de gestion des baies fournis par l’industrie de la salmoniculture.

Recherche : Fred Page, Blythe Chang et Randy Losier (SBSA – MPO). Information : Fred Page, à pagef@mar.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA – MPO.

Novembre 2005 – Mai 2007

Utilisation de l’huile de colza comme source de lipides pour les tacons du saumon quinnat

Susie Huang, candidate à la maîtrise à l’UBC, trie les granulés émiettés selon leur taille pour nourrir les poissons de différentes tailles.

Cette étude de nutrition visait à établir les effets du remplacement progressif, dans les granulés pour salmonidés, de l’huile d’anchois par de l’huile de colza, à différentes concentrations, sur la croissance, la santé, le développement de la capacité d’ionorégulation, la tolérance à l’eau de mer, la performance natatoire, la composition du corps entier et la teneur en lipides chez le saumon quinnat de printemps (Oncorhynchus tshawytscha) avant et après le transfert en eau de mer. Des groupes en trois exemplaires de saumon quinnat de printemps (poids initial, 0,42-1,9 g) ont été nourris d’une de quatre rations isoazotées et isoénergétiques contenant une de quatre teneurs en huile de colza (soit 0, 25, 50 ou 75 % de la teneur totale en lipides alimentaires).

Sur une période de sept mois, les régimes alimentaires n’ont pas eu d’effets néfastes significatifs sur la croissance, la capacité d’ionorégulation, la performance natatoire ou tout autre aspect de la santé des sujets expérimentaux (du point de vue hématologique et immunologique). L’huile de colza est donc considérée comme une excellente source de lipides alimentaires pour le saumon quinnat de printemps durant la plus grande partie de sa période de séjour en eau douce. En raison des coûts à la hausse de l’huile de poisson sur le marché mondial des produits de base, ces résultats ont une grande importance pour les fabricants de granulés pour poisson et les producteurs publics et privés de smolts de saumon quinnat.

Recherche : Susie Huang, Colin Brauner, Trish Schulte, Shannon K. Balfry et Dave A. Higgs. Information : Dave Higgs, à higgsd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

De mai à décembre 2005

Évaluation d’appétents pour le saumon quinnat

Ce projet porte sur l’évaluation de l’efficacité de divers produits à base de protéines d’origine marine pour rendre les granulés pour salmonidés plus appétents. Une étude de 35 jours verra la mise à l’essai, chez des juvéniles du saumon quinnat (Oncorhynchus tshawytscha), de deux types d’hydrolysats protéiques de poisson (HPP) expérimentaux obtenus par traitement de la chair de merlu du Pacifique (Merluccius productus) avec des enzymes du commerce, deux HPP du commerce et un produit à base de krill pour établir leurs qualités d’attractifs alimentaires.

Les sujets témoins seront nourris d’aliments à base d’huile et de farine de poisson, alors que les sujets expérimentaux seront nourris d’aliments contenant du tourteau de soja à une concentration connue pour diminuer l’appétit. Ces derniers contiendront ou non une concentration identique de chacun des exhausteurs d’appétibilité potentiels susmentionnés. Le résultat escompté est qu’un ou plusieurs des exhausteurs d’appétibilité masqueront, en partie ou en entier, les effets anti-appétents du tourteau de soja, ce qui permettra d’utiliser plus communément cette source de protéines végétales à bon marché pour l’alimentation du saumon quinnat. L’exhausteur d’appétibilité le plus efficace se révèlera peut-être utile également pour d’autres espèces de salmonidés, comme le saumon atlantique, nourri en grande partie de granulés à base de protéines végétales. Les résultats obtenus pourraient également permettre de trouver une autre utilisation pour le merlu du Pacifique, une espèce grandement sous-utilisée.

Recherche : T. Ho, B. Skura, D.A. Higgs, E. Li-Chan et B.S. Dosanjh. Information : Dave Higgs, à higgsd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

En cours depuis septembre 2006

Tom Ho, candidat à la maîtrise à l’UBC, nourrit les saumons quinnats expérimentaux.

Réponse immunitaire du saumon atlantique au virus de l’anémie infectieuse du saumon (vAIS)

Les maladies infectieuses imposent une lourde charge économique aux industries piscicoles et l'on craint qu'elles aient des effets négatifs sur les populations de poissons sauvages. On utilise de plus en plus des outils de génomique pour étudier les maladies des poissons et leurs agents étiologiques. Ces moyens fournissent aux scientifiques, aux cliniciens et aux organismes de réglementation des solutions de gestion. Pourtant, on sait très peu de choses sur les maladies et les agents pathogènes qui frappent les installations des industries canadiennes d'aquaculture ou les populations voisines de poissons sauvages.

Le virus de l’anémie infectieuse du saumon (vAIS) est un agent pathogène qui cause des hécatombes dans les populations de saumon. Il demeure un problème chronique dans l’est du Canada et au Maine depuis les premières épizooties en 1996.

Nous proposons une démarche de génomique dans le but de mieux comprendre la diversité génétique du vAIS et de mettre cette diversité en relation avec les réactions des hôtes à l'infection, l'évolution de la maladie et le rétablissement ou la résistance au rétablissement (maladie clinique). Le critère de sélection des isolats du virus sera la pathogenèse. Des saumons atlantiques seront exposés au virus, et nous ferons une analyse des biopuces pour identifier les biomarqueurs moléculaires de l’infection virale et les mécanismes de résistance à l’AIS.

Recherche : Nellie Gagné, Philip Byrne, Kyle Garver et Simon Jones. Information : Nellie Gagné, à gagnena@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2005 – Mars 2008

Caractérisation des souches du vAIS dans la baie de Fundy

Le programme de surveillance du vAIS exécuté récemment par le ministère de l’Agriculture, des Pêches et de l’Aquaculture du Nouveau-Brunswick a permis de repérer un grand nombre de saumons infectés par des souches du vAIS génétiquement distinctes, d’origine nord-américaine et européenne, certaines semblants plus virulentes que d’autres. La différence apparente dans la virulence complique la prise de décisions de gestion relatives aux poissons infectés compte tenu des nombreuses questions sans réponse. L’existence de souches différentes, qui peuvent être décelées ou non à l’aide des tests de diagnostic disponibles, et l’incapacité de ces tests de routine d’établir une distinction entre des souches de virulence variable compliquent la gestion du vAIS. Des études doivent donc être menées pour mieux caractériser les souches au niveau génétique et établir les différences de virulence entre les souches du vAIS afin d’être en mesure de i) développer de meilleurs tests, rapides et économiques, pour différencier les souches dans le cadre des programmes de surveillance courants et ii) gérer la maladie de façon intelligente et économique.

Le but du projet est de caractériser au plan génétique les isolats du vAIS prélevés sur une période de trois mois de surveillance dans la baie de Fundy. Les observations sur le terrain faites au niveau des cages, y compris la mortalité, seront corrélées au génotype du vAIS causant l’infection. Les isolats serviront également à des tests de provocation contrôlés de saumons atlantiques. Divers facteurs, tels le taux de mortalité et la charge virale, seront mesurés durant ces tests.

Recherche : Nellie Gagné (MPO); Rachel Ritchie (RPC); Sandy McGeachy (MAPANB); et New Brunswick Salmon Growers Association. Information : Nellie Gagné, à gagnena@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

De janvier à mars 2006

Teneur en composés organohalogénés chez le saumon d’élevage : étude sur le terrain

Appareils d’analyse de l’Institut des sciences de la mer du MPO utilisés pour mesurer les concentrations de composés organohalogénés.

Ce projet répond au besoin urgent de corriger la perception négative du public envers la qualité de la chair du saumon d’élevage. Il examine des moulées commerciales dans lesquelles l’huile de poisson a été remplacée en grande partie par du gras de volaille, de l’huile de colza ou d’un mélange de ces deux sources de lipide, pour réduire radicalement les concentrations de contaminants organohalogénés dans la chair des saumons d’élevage. Le principe veut que les moulées de remplacement permettraient de réduire radicalement les concentrations de contaminants organohalogénés à un niveau inférieur au niveau trouvé chez les espèces de saumon sauvages et aux lignes directrices nationales et internationales en vigueur pour le poisson destiné à l’alimentation humaine.

Dans un même temps, l’étude sur le terrain vise à démontrer que les moulées de remplacement permettent de maintenir dans la chair du saumon d’élevage des teneurs adéquates en acide gras n-3 polyinsaturés à longue chaîne, reconnus pour leurs effets bénéfiques sur la santé humaine. Les récents résultats de cette étude concertée, menée par des chercheurs du MPO et la société Marine Harvest, indiquent qu’il est possible de réduire par jusqu’à 10 fois la teneur en BPC dans la chair du saumon atlantique d’élevage de taille marchande en les nourrissant de moulées qui ne contiennent pas des teneurs élevées en huile de poisson. Les résultats, ainsi que ceux d’une étude en laboratoire, devraient permettre de corriger la perception négative du public envers la qualité de la chair du saumon d’élevage.

Recherche : M. Ikonomou, E. Friesen, D.A. Higgs et Keng Pee Ang. Information : Michael Ikonomou, à ikonomoum@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2005 - Juin 2007

Réduction de la concentration de contaminants dans la chair du saumon atlantique d’élevage

Janice Oakes lève les filets d’un saumon atlantique aux fins de mesure de la concentration de composés organohalogénés.

Cette étude de nutrition de postsmolts du saumon atlantique visait à i) réduire radicalement les concentrations de polluants organiques persistants dans la chair jusqu’aux niveaux les plus faibles observés chez le saumon sauvage en leur donnant périodiquement de la moulée contenant des concentrations élevées de lipides d’origine végétale et/ou animale et, dans deux cas, des concentrés de protéines végétales et de l’huile de poisson à teneur réduite en contaminants et ii) rétablir, jusqu’aux niveaux observés chez le saumon sauvage, les concentrations d’acides gras bénéfiques pour la santé humaine dans la chair du saumon de taille marchande.

L’étude comportait deux volets. Dans le cadre du premier volet (24 semaines), les postsmolts ont été nourris de moulée dans laquelle l’huile et la farine de poisson conventionnelles avaient été remplacées par ces nouvelles sources de protéines et de lipides alimentaires. Dans le cadre du deuxième volet (12 semaines), les concentrations, dans la chair des sujets, des acides gras essentiels pour la santé humaine (DHA et EPA) réduites dans le premier volet ont été relevées en nourrissant les sujets de moulée de finition supplémentée uniquement en huile de poisson conventionnelle ou à teneur réduite en contaminants. Les sources expérimentales de lipides alimentaires et de protéines n’ont généralement pas eu d’effet sur la performance de croissance des sujets durant le premier volet de l’étude par rapport aux sujets nourris de la moulée témoin à base de farine et d’huile de poisson. Cette découverte permettra à l’industrie de l’élevage du saumon dans les eaux de la Colombie-Britannique de réaliser d’importantes économies.

Erin Friesen, candidat au doctorat à l’UBC.

Les travaux de détermination des concentrations de composés organohalogénés et de la composition de la chair du saumon atlantique en acides gras se poursuivent. Les résultats de cette étude devraient permettre d’apaiser les préoccupations du public envers la qualité de la chair du saumon d’élevage du point de vue des contaminants et des acides gras.

Recherche : E. Friesen, D. Higgs, M. Ikonomou, B. Skura, A.P. Farrell, S.K. Balfry, J. Oakes, J. Mann, G. Deacon et D. Maenz. Information : Dave Higgs, à higgsd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2005 – Mars 2006

Dépistage et caractérisation de la SHV au Canada

Le virus responsable de la septicémie hémorragique virale (vSHV) est un rhabdovirus aquatique hautement pathogène qui cause de graves pertes chez les poissons sauvages et les poissons d'élevage en Europe, en Amérique du Nord et au Japon. La SHV, qui touche une vaste gamme d'hôtes et qui a des effets dévastateurs sur l'économie, est classée comme une maladie à déclaration obligatoire par l'Office international des épizooties (OIE). Au cours de la dernière décennie, le vSHV a été isolé chez un nombre croissant de populations de poissons marins sauvages et d’élevage dans le Pacifique Nord et l'Atlantique Nord, et récemment chez de nombreuses espèces de poissons dulcicoles dans le bassin versant des Grands Lacs. Ces nouveaux cas de SHV signifient que l'aire de répartition et la gamme d'hôtes du virus responsable s'accroissent en Amérique du Nord et illustrent les conséquences possibles pour les populations de poissons.

Afin de mieux comprendre l'épidémiologie et l'évolution de la SHV, nous caractériserons la diversité génétique d’isolats du virus prélevés en mer et en eau douce en Amérique du Nord. Nous évaluerons aussi la pathogénicité de variantes génétiques du virus et nous utiliserons une approche génomique afin de mieux comprendre la réponse de l’hôte à l’infection, l’évolution de la maladie, ainsi que le rétablissement ou la résistance de l’hôte à la phase clinique de la SHV.

Recherche : Kyle Garver, Simon Jones, Philip Byrne et Nellie Gagné. Information : Kyle Garver, à garverK@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2005 – Avril 2008

Effet des lipides alimentaires oxydants sur le saumon atlantique

Cette étude de 12 semaines visait à établir les effets néfastes possibles des lipides alimentaires s’oxydant activement sur la croissance et la santé (paramètres hématologiques et immunologiques) du saumon atlantique (Salmo salar) de petite taille (4 g). Les paramètres histopathologiques de la chair, la composition du corps entier, la teneur en vitamine E et les concentrations de produits d’oxydation (substances réactives à l’ATB) dans les tissus ont également été déterminés.

Jill Sutton sur les lieux au Centre MPO/UBC de recherche sur l’aquaculture et l’environnement.

Les saumons ont été nourris quotidiennement jusqu’à presque satiété (28 premiers jours) ou satiété (56 derniers jours) de granulés secs comprimés à la vapeur, isoazotés et isoénergétiques, supplémentés en huile de hareng non oxydée ou préoxydée selon l’indice de peroxyde (IP : < 2 ou < 2+, 30+ ou 50+ meq/kg). La peroxydation des lipides dans la farine et l’huile de poisson a été contrôlée par ajout d’éthoxyquine (150 mg/kg) dans les granulés contenant des lipides non oxydés (< 2 mEq/kg). Tous les autres granulés ne contenaient pas d’éthoxyquine et, en conséquence, ont subi une oxydation active (+). Le jour 0, tous les granulés contenaient au moins la teneur requise en vitamine E (30 UI/kg). Le jour 84, cette teneur était moindre dans tous les granulés, et ceux ayant un IP initial de 30+ et 50+ contenaient des teneurs significativement moins élevées de cette vitamine que les granulés ayant un IP initial de < 2 et < 2+. Un premier rapport de ces résultats sera présenté aux fins de publication en novembre ou décembre 2006.

Recherche : J Sutton, S.K. Balfry, G. Marty, J. Mann, B. Hicks, W. Kay et D.A. Higgs. Information : Dave Higgs, à higgsd@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

De juillet à octobre 2006

Recherche sur les oufs du saumon atlantique

Œuf de saumon atlantique au stade de 4 cellules (20 heures après la fertilisation à 10 ºC).

L’industrie de l’élevage du saumon atlantique en Colombie-Britannique dépend de stocks reproducteurs résidants pour s’approvisionner en œufs. Mais, jusqu’à maintenant, la survie et la qualité des œufs n’ont pas été optimales. Ce projet a porté sur l’examen d’un certain nombre de protocoles de production en écloserie dans le but d’identifier les meilleures méthodes et techniques de manutention des œufs afin d’en améliorer la survie.


Les recherches suivantes ont été menées sur des œufs de saumon atlantique :

Gros plan d’un embryon de saumon atlantique. La nageoire pectorale et les arcs branchiaux se développent (52 jours après la fertilisation à 6 ºC).

  • la sensibilité aux chocs mécaniques;
  • la sensibilité aux chocs mécaniques et la désinfection à l’iode;
  • l’entreposage et le transport des gamètes, y compris l’évaluation de la densité minimum du sperme;
  • l’incubation à des températures allant de 3 à 14 oC;
  • le transfert des œufs embryonnés de 8 à 10, 12 et 14 oC;
  • des mesures du taux de respiration à 8, 10 et 12°oC.

Quatre rapports d’étape (disponibles sur demande) ont été présentés lors de la Northwest Fish Culture Conference, tenue du 7 au 9 décembre 2004 à Victoria (C.-B.). Les analyses se poursuivent, et un rapport complet sera publié en principe en 2007.

Œuf embryonné de saumon atlantique (504 heures après la fertilisation à 12 ºC).

Des modèles mathématiques du développement embryonnaire chez le saumon atlantique ont été ajoutés dans un programme informatique destiné aux pisciculteurs, appelé WinSIRP.

Recherche : John Jensen, Bill Damon,, Ted Sweeten, Joan Bennett et Bill Mclean (MPO); Maureen Lawrie (Panfish Canada Ltd.); Jamie Gaskill (Marine Harvest Canada Ltd); Jack Smith; et Karin Davis. Information : John Jensen, à jensenj@pac.dfo-mpo.gc.ca, ou http://www-sci.pac.dfo-mpo.gc.ca/aqua/sirp/sirp_f.htm et http://www-sci.pac.dfo-mpo.gc.ca/aqua/sirp/sirp_e.htm. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2003 – Juin 2006

Étude des effets des gaz dissous et de la température sur les géniteurs de saumon atlantique

Prélèvement d’un échantillon de sang aux fins de dosage hormonal.

L’industrie de l’élevage du saumon atlantique en Colombie-Britannique dépend de gamètes de qualité produits par des géniteurs élevés dans la province. Elle a des raisons de croire que les faibles teneurs en oxygène dissous dans les installations de stabulation des géniteurs en cage et les citernes de transport peuvent avoir des effets néfastes sur le processus de maturation et produire des œufs de mauvaise qualité et des anomalies chez les larves.

Transfert de géniteurs de saumon atlantique dans des bassins de stabulation à la Station biologique du Pacifique à Nanaimo (C.-B.).

Des essais en cours à la Station biologique du Pacifique à Nanaimo (C.-B.), qui font appel à un système de dégazage unique de l’eau capable de traiter jusqu’à 400 L/min, ont révélé que de faibles teneurs en oxygène dissous (aussi faibles que 4 mg/L) ont des effets directs sur les géniteurs : augmentation de la mortalité avant la fraie, action sur la libération d’hormones sexuelles et d’hormones du stress durant la vitellogénèse et l’ovulation et réduction de la production d’oeufs et de leur viabilité.

Colonne de dégazage à vide utilisée pour réduire les teneurs en oxygène dissous jusqu’à 4 ppm.

L’effet défavorable de la température élevée de l’eau durant la maturation sera également établi. De plus, les effets néfastes de l’accumulation de dioxyde de carbone durant le transport des géniteurs dans des citernes préoccupent l’industrie Des essais seront donc menés dans le but d’éliminer ce métabolite ou d’en réduire la teneur par filtration.

Recherche : John Jensen, Bill Damon et Ted Sweeten (MPO); Maureen Lawrie (Pan Fish Canada Ltd.); Jamie Gaskill (Marine Harvest Canada Ltd.); Bill Mclean; et Jack Smith. Information : John Jensen, à jensenj@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2005 – Juin 2007

Comparaison de tests de dépistage d’un parasite du saumon atlantique

Filet de saumon atlantique infesté par Kudoa thyrsites.

Plasmodes et spores de Kudoa thyrsites.

Ce projet porte sur la mise au point de méthodes quantitatives d’amplification par la polymérase (qPCR) pour le dépistage du gène 18S de l’ADNr (qPCR-ADN) et de la (L)-cathepsine de l’ARNm (qPCR-ARN) de Kudoa thyrsites (Gilchrist) et la comparaison des résultats aux résultats histologiques de détermination des niveaux d’infestation à K. thyrsites chez le saumon atlantique (Salmo salar L). Les deux méthodes qPCR étaient spécifiques, reproductibles et sensibles jusqu’à trois copies.

La méthode qPCR-ADN a permis de déceler des niveaux d’infestation plus faibles que la méthode qPCR-ARN et la technique histologique. Cette différence semble être de nature biologique, ce qui indique que moins de copies de la (L)-cathepsine étaient présentes dans l’ARNm en comparaison du gène 18S dans l’ADNr dans les échantillons. Les trois méthodes de diagnostic étaient toutefois hautement corrélées. Des analyses de régression des données de la qPCR-ADN et des données histologiques provenant de deux groupes de sujets distincts ont révélé que la relation entre ces deux méthodes de diagnostic était reproductible. Une analyse régression logistique de comparaison des données diagnostiques et des données d’évaluation visuelle de la qualité de la chair après abattage a révélé que la technique histologique était le meilleur indicateur de la qualité de la chair, suivie de la méthode qPCR-ADN et enfin de la méthode qPCR-ARN.

Recherche : Valerie Funk, Monique Raap, Ken Sojonky, Simon Jones, John Robinson, Christy Falkenberg et Kristi Miller. Information : Kristi Miller, à millerk@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2004 – Août 2006

Un test de dépistage précoce de la microsporidiose des ouïes chez le saumon quinnat

Ce projet porte sur le développement d’un dosage immunoenzymatique (ELISA) comme outil de diagnostic pour le dépistage et la quantification de l’infection à Loma salmonae chez le saumon quinnat (Oncorhynchus tshawytscha). La technique ELISA fait appel à des anticorps spécifiques à haute affinité (Ab) pour déceler les agents pathogènes.

Des anticorps polyclonaux de jaune d’œuf (IgY) ont été obtenus par immunisation de poules au moyen de spores purifiées de L. salmonae. Les anticorps ont été extraits des jaunes d’œuf à partir de 28 jours après l’immunisation. Leur pureté a été établie par électrophorèse sur gel de polyacrylamide en présence de SDS et transfert Western d’extraits de protéines de jaune d’œuf. La réactivité de la préparation IgY à L. salmonae a été déterminée par immunofluorescence indirecte de spores purifiées. Des tests immunohistochimiques ont permis d’établir que la préparation était pure, hautement sensible et spécifique à L. salmonae. La biotinylation des anticorps de capture a été confirmée par dot-blot.

Le développement de la méthode ELISA se poursuit. La préparation IgY s’est cependant révélée utile pour le dépistage des premiers stades de développement de L. salmonae chez le saumon du Pacifique. Dès quatre semaines après l’exposition de saumons quinnats (Oncorhynchus tshawytcha) à ce parasite, des xénomes immatures ont été décelés par immunohistochimie dans des coupes histologiques du cœur et des ouïes. Le dépistage précoce non létal de L. salmonae a été fait par immufluorescence indirecte de morceaux d’ouïes fixés à l’acétone.

Recherche : Simon Jones. Information : Simon Jones, à JonesS@pac.dfo-mpo. gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Août 2005 – Décembre 2006

Essais de vaccins contre la furonculose du saumon atlantique sur la côte Est

La souche atypique de furonculose présente dans la baie d’Espoir a causé d’importantes pertes financières aux salmoniculteurs de Terre-Neuve. Bien que beaucoup de recherches aient été effectuées sur la furonculose des salmonidés, la Newfoundland Salmonid Growers Association (NSGA) tenait beaucoup à quantifier l’efficacité des vaccins existants contre la furonculose dans les conditions trouvées dans la baie d’Espoir pour déterminer s’il faudrait mettre au point de nouveaux outils vétérinaires. Un programme de recherche proactif et visionnaire a donc été lancé en 2001 dans le but de déterminer la nature de l’agent pathogène, d’autres traitements possibles pour le combattre et la possibilité de créer de nouveaux vaccins dans l’éventualité où les vaccins existants seraient d’une efficacité limitée.

Les deux premières années du programme de recherche ont permis d’établir la taxinomie de la bactérie, la grande pathogénicité de cet organisme et un modèle d’infection expérimental. Ce modèle permet d’étudier en laboratoire et sur le terrain l’efficacité des vaccins disponibles dans le commerce. L’étude sur l’efficacité des vaccins a été effectuée dans des conditions contrôlées de laboratoire en 2003-2004; les résultats ont servi à l’établissement des critères de sélection des vaccins pour les essais sur le terrain. Des analyses bibliographiques de l’utilisation de bactériophages et d’immunostimulants comme autres outils de lutte contre la maladie ont aussi été effectuées. Ces résultats expérimentaux serviront de fondement aux essais sur le terrain de vaccins contre la sous-espèce nova de Aeromonas salmonicida, qui seront réalisés de 2004 à 2006 dans des fermes salmonicoles de la baie d’Espoir.

Recherche : Atef Mansour, Larry Hammell, Daryl Whelan et Gilles Olivier. Information : Atef Mansour, à Mansoura@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juin 2001 – Mars 2006

Nouveaux vaccins contre les infestations par Kudoa chez le saumon atlantique

Kudoa thyrsites (Myxozoaires; Myxospories) ne semble pas avoir d’effet apparent sur le poisson qu’il parasite tant qu’il est vivant, mais les graves infestations chez le saumon atlantique d’élevage entraînent une déterioration de la chair après abattage, ce qui résulte en un produit invendale.

Ce projet a porté sur la détermination de la capacité de deux vaccins recombinants purifiés de déclencher une réponse immunitaire chez le saumon atlantique et ainsi de réduire les niveaux d’infestation par K. thyrsites. La méthode qPCR et un examen histologique ont permis d’établir que les deux vaccins ont effectivement déclenché une réponse anticorps spécifique de longue durée, ce qui a résulté en une réduction du nombre de parasites en comparaison du groupe témoin injecté d’une solution saline. L’effet du traitement était évident jusqu’à 1 200 degrés-jours après l’exposition des poissons vaccinés au parasite, ce qui correspond à 1 800 degrés-jours après vaccination. En outre, le parasite a été décelé chez un plus faible nombre des sujets vaccinés par rapport aux sujets témoins lors de l’examen histologique.

L’étude a démontré que l’adjuvant a contribué à l’efficacité observée. Les deux méthodes diagnostiques ont permis d’établir que les niveaux d’infestation moyens par K. thyrsites étaient plus élevés chez les sujets injectés d’une solution saline et plus faibles chez les sujets injectés de l’adjuvant seulement. Ces résultats justifient l’utilisation de ces vaccins recombinants purifiés nouveaux, efficaces en termes de coûts, pour réduire les niveaux d’infestation par K. thyrsites chez le saumon atlantique d’élevage.

Recherche : Valerie Funk, Kristi Miller, Jan Burian et Simon Jones. Information : Val Funk, à valfunk@telus.net. Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2005 – Mars 2006

Établissement et validation des paramètres DEPOMOD pour les fermes piscicoles de la Colombie Britannique

Exemple d’une simulation selon le modèle DEPOMOD des effets des déchets d’aquaculture montrant la dissémination des dépôts (g carbone/m2/d) sous des cages d’élevage en mer et aux alentours.

Le premier projet PCRDA - BCSFA entrepris en 2004-2005 a permis de démontrer l’utilité du modèle DEPOMOD pour ce qui est de prédire les effets rapprochés des déchets de la pisciculture marine en cages sur le fond de la mer. Des relations significatives ont été démontrées entre le flux de carbone prédit et plusieurs mesures d’effets benthiques à une ferme de la C.-B. Mais des lacunes et des faiblesses infirmaient les données sous-tendant plusieurs paramètres utilisés dans le modèle. En outre, toutes les relations reposaient sur les préavisons du modèle pour lesquelles les processus de remise en suspension n’avaient pas été simulés. L’application du module de remise en suspension du modèle DEPOMOD a produit des prévisions où la presque totalité des particules a été exportée hors de la grille du modèle, empêchant ainsi la comparaison entre les flux modélisés et les données de terrain.

Les résultats du projet ont été présentés lors de la réunion tenue par le MPO en février 2005 dans le but de faire l’examen scientifique par les pairs de la pisciculture marine en cage, dont les conclusions ont été publiées dans un avis scientifique du Secrétariat canadien de consultation scientifique. Plusieurs priorités de recherche ont été cernées dans cet avis et le compte rendu de la réunion, notamment poursuivre la mise à l’essai du modèle à d’autres sites; évaluer les taux de perte d’aliments; analyser la teneur en carbone des aliments et des matières fécales; établir l’importance des processus de remise en suspension; et évaluer les déplacements des cages dus aux courants et au vent. Ce projet vise à satisfaire à ces recommandations de recherche.

Recherche : Dario Stucchi et Jon Chamberlain (MPO); Mary Ellen Walling (BC Salmon Farmers Association); et Barron Carswell (BC Ministry of Agriculture and Lands). Information : Dario Stucchi, à StucchiD@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Septembre 2005 – Mars 2007

Le saumon élevé dans la baie de Fundy est-il d’ascendance européenne ou nord-américaine?

La présence d’individus entièrement européens et d’individus hybrides (euro-nord-américains) chez des saumons évadés d’élevage capturés dans les eaux canadiennes de la baie de Fundy a déjà été signalée dans des études publiées. La plupart des salmoniculteurs canadiens soumettent déjà leurs géniteurs à des tests de dépistage génétique pour s’assurer qu’ils ne sont pas d’ascendance européenne afin de satisfaire aux règlements de l’État du Maine, selon lesquels il est interdit d’élever du saumon d’origine autre que nord-américaine dans les eaux du Maine, mais certains fournisseurs locaux d’œufs et de smolts ne le font peut-être pas. Ce projet a porté sur le criblage génétique, par un laboratoire indépendant utilisant des méthodes mises au point par le MPO et l’USFWS, de saumons non testés afin d’établir s’ils portaient des gènes d’origine européenne.

Des 400 saumons d’élevage criblés, cinq portaient de l’ADN mitochondrial de type européen, alors qu’un grand nombre portaient des allèles nucléaires de type européen. Selon les méthodes du MPO et de l’USFWS, ces sujets étaient d’ascendance européenne. Des 314 saumons sauvages capturés dans la baie de Fundy, quatre portaient de l’ADN mitochondrial de type européen et deux des allèles nucléaires de même type. Aucun ne portait plus d’un marqueur de type européen, et aucun n’a été identifié d’après la méthode du MPO comme étant d’ascendance européenne. Malgré ce résultat, trois de ces saumons sauvages ont été classés comme étant d’origine autre que nord-américaine selon la méthode de l’USFWS. L’analyse révèle que, sauf dans de très rares cas, la méthode de l’USFWS permet de mieux dépister les saumons d’ascendance européenne que la méthode du MPO.

Recherche : Rachael Richie et Patrick O’Reilly. Information : Rachael Ritchie, à Rachael.Ritchie@rpc.ca). Rapport : PCRDA - MPO.

Septembre 2004 – Décembre 2006

Développement d’un vaccin contre la microsporidie des ouïes chez le saumon

Loma salmonae (Microsporidia) est l’agent causal de la microsporidie des ouïes (MGD) chez toutes les espèces de saumon du Pacifique (Oncorhynchus). La microsporidie des ouïes est la principale cause des cas de mortalité chez le saumon quinnat d’élevage. La recherche a révélé que les sujets qui s’étaient rétablis avaient développé une immunité à l’infection à L. salmonae, ce qui a mené à des efforts de développement d’un vaccin. Le développement d’un vaccin recombinant purifié est l’approche la plus prometteuse pour obtenir un vaccin commercial contre L. salmonae.

Le développement d’un tel vaccin exigera en premier lieu l’établissement des séquences de protéines issues du parasite. Pour ce faire, nous établirons une banque soustractive d’ADNc à l’aide d’échantillons de tissu d’ouïes infectées et saines. Par le biais de l’immunochimie et d’essais cellulaires in vitro, nous identifierons les protéines du parasite reconnues par l’hôte et, à ce titre, sont les plus susceptibles de lui offrir une immunité. La banque soustractive d’ADNc nous permettra également d’identifier les gènes de l’hôte surexprimés en réponse à une infection et nous fournira les premières indications directes des réactions de l’hôte au niveau moléculaire.

Recherche : Valerie Funk, Angela Schulze, Simon Jones et Kristi Miller. Information : Kristi Miller, à millerk@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2006 – Mars 2008

Étude du syndrome de la dilation gastrique et de l’aérosacculite chez le saumon arc-en-ciel d’élevage

À Terre-Neuve, les élevages de saumon arc-en-ciel ont connu un grave problème de santé dans les dernières années. Le syndrome de la dilatation gastrique et de l'aérosacculite (SDGA) cause une mortalité accrue dans les fermes, une baisse du taux de croissance, un abdomen distendu et l'argenture chez les individus touchés et l'apparition d'un nombre élevé de gouttelettes d'huile à la surface des cages. La fréquence des poussées du SDGA semble augmenter lorsque la salinité de l'eau augmente, et également lorsque la température de l'eau diminue. L'alimentation et la maturation précoce, et peut-être la constitution génétique de la souche élevée dans la baie d'Espoir, sont d'autres facteurs étiologiques, mais aucune cause définitive n'a encore été identifiée. Cela a poussé l'industrie à considérer la possibilité de se procurer une souche danoise de saumon arc-en-ciel pour remplacer la souche actuellement élevée.

Afin de maximiser la productivité de l'élevage du saumon arc-en-ciel à Terre-Neuve, la Newfoundland Salmon Growers Association (NSGA), en collaboration avec Pêches et Océans Canada et le ministère provincial des Pêches et de l'Aquaculture, cherchent à identifier les causes possibles du SDGA chez le saumon arc-en-ciel élevé dans la baie d'Espoir et des mesures d'atténuation potentielles. En premier lieu, des tests de diagnostic normaux seront effectués, ainsi que des analyses histopathologiques et biochimiques durant le cycle de production. En deuxième lieu, des essais en laboratoire visant à reproduire le SDGA chez le saumon arc-en-ciel seront menés dans le but d'établir si un facteur unique ou plusieurs facteurs causent le syndrome. Enfin, une comparaison en laboratoire entre les souches de saumon arc-en-ciel actuellement élevées dans la baie d'Espoir et les souches élevées au Danemark sera faite en vue d'établir leur vulnérabilité au SDGA.

Recherche : Atef Mansour, Daryl Whelan, Christopher Parrish, Kurt Gamperl et Elizabeth Barlow. Information : Atef Mansour, à Mansoura@dfo-mpo.gc.ca . Rapport : PCRDA - MPO.

Août 2005 - Mars 2008

La méiofaune, indicateur de l’enrichissement organique benthique imputable à la salmoniculture

Shane Petersen prélève un échantillon à l’aide d’une benne.

À ce jour, les effets des déchets de pisciculture sur le milieu benthique ont principalement été évalués en terme des changements dans l’abondance et la diversité des organismes macrofauniques. Dans le cadre de récentes études, des chercheurs ont examiné la réaction des assemblages méiofauniques à l’enrichissement organique benthique d’origine aquacole. Les organismes méiofauniques (63 à 500 µm) ont servi à contrôler les gradients d’enrichissement organique imputable à d’autres sources anthropiques, notamment les rejets d’eaux usées et les déversements de pétrole. Plusieurs caractéristiques de la méiofaune en font un indicateur sensible de la pollution de l’environnement : petite taille, vie interstitiale, forte abondance naturelle, recrutement benthique direct, courte durée de génération et reproduction asynchrone.

Nous avions comme objectif d’évaluer les effets de niveaux variables d’enrichissement organique résultant d’activités aquacoles sur les assemblages d’organismes méiofauniques benthiques trouvés sur une gamme de substrats de l’étage infralittoral dans l’archipel Broughton, en Colombie-Britannique. Nous avons mesuré les variables mésologiques des sédiments et nous avons prélevé des échantillons de la méiofaune à proximité et à distance de quatre fermes salmonicoles et d’un site témoin. Nous avons mis l’accent sur l’établissement de la relation entre les teneurs en sulfure libre et divers taxons méiofauniques, étant donné qu’il a déjà été établi que cette variable géochimique régit la structure des communautés macrofauniques et constitue la base d’un système de classification de l’enrichissement organique recommandé pour la surveillance environnementale. Certains groupes méiofauniques, notamment les Kinorhynques, les Crustacés et les Polychètes, montraient des baisses marquées d’abondance, mais asymptotiques par rapport à l’augmentation des teneurs en sulfure libre. D’autres groupes, notamment les Nématodes et les Foraminifères, montraient un déclin général d’abondance par rapport à un accroissement de l’enrichissement organique; la variabilité observée à des teneurs élevées en sulfure libre était très marquée. Nous avons établi que le rapport Nématodes:Copépodes représente le niveau de charge organique associé aux activités aquacoles.

Recherche : T.F. Sutherland, C.D. Levings, S. Petersen, P. Poon et E. Piercey. Information : T.F. Sutherland, à sutherlandt@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Mise à l’essai de techniques acoustiques sur le terrain en Colombie Britannique

Relevés acoustiques benthiques d’un site d’élevage abandonné à l’aide d’un écho sondeur multifaisceaux EM3000 et de la technologie QTC VIEW.

Des relevés acoustiques et des études des sédiments ont été effectués à un site d’élevage abandonné dans l’archipel de Broughton, en Colombie-Britannique, dans le but d’en dresser une carte et d’étalonner les relevés acoustiques en fonction des propriétés des sédiments géoréférencées. Un écho-sondeur multifaisceaux EM3000 et la technologie QTC VIEW (série IV) ont été utilisés pour les relevés acoustiques, et une benne Van Veen pour l’étude géotechnique. Les échantillons de sédiment de surface ainsi prélevés ont ensuite été analysés.

Les deux techniques acoustiques ont montré la même capacité de distinguer les diverses régions du plancher océanique, notamment les affleurements rocheux, les substrats consolidés et les zones de dépôt de boue gélatineuse. Les données de rétrodiffusion obtenues par échosondage et les classifications numériques générées par QCT VIEW ont été extraites pour une gamme de zones concentriques (d’un rayon de 2, 3, 4, 5, 8, 12, 16 et 20 m) établies à chaque station d’échantillonnage géoréférencée. Une corrélation statistique entre les classifications selon les données de rétrodiffusion et les classifications numériques a été relevée au niveau des zones de plus grands rayons, où une quantité suffisante de données a été recueillie à chaque station d’échantillonnage au QCT VIEW à faisceau unique. Une corrélation statistique entre les données de rétrodiffusion et certaines propriétés géotechniques, notamment la porosité, la classe granulométrique (< 2 μ, (< 100 μ, teneur en limon) et la teneur en sulfure particulaire des sédiments, a également été établie.

La résolution de l’extraction des données de rétrodiffusion qui permet un étalonnage sensible de la rétrodiffusion en fonction des propriétés des sédiments a été explorée. En général, les valeurs de r2 les plus élevées entre les données de rétrodiffusion et les propriétés des sédiments ont été obtenues pour les rayons d’extraction se situant entre 8 et 20 m. De telles techniques de vérification sur le terrain pourraient servir pour l’interpolation des caractéristiques du plancher océanique entre des stations d’échantillonnage et constituer un outil d’orientation des plans d’échantillonnage pour les programmes de surveillance benthique.

Recherche : T.F. Sutherland, J. Galloway, R. Loschiavo, C.D. Levings et R. Hare. Information : T.F. Sutherland, à sutherlandt@pac.dfo-mpo. Rapport : PCRDA – MPO.

Mise à l’essai d’un vaccin contre la NHI chez le saumon atlantique en Colombie Britannique

Le vNHI est un rhabdovirus aquatique qui décime les populations de saumon et de truite infectées. Dans le milieu marin, le vNHI est hautement infectieux, pathogène et virulent chez le saumon atlantique.

En Colombie-Britannique, le vNHI est l’agent viral à l’origine des plus grandes pertes dans les élevages de salmonidés. Depuis le début de l’élevage du saumon atlantique dans les eaux de la province au milieu des années 1980, il y a eu deux graves flambées de NHI chez l’espèce : en 1992-1996 et en 2001-2003. Lors de la dernière épizootie, le taux de mortalité a dépassé 70 % chez les sujets de moins de 1 kg et a atteint en moyenne entre 40 et 50 % chez les sujets de plus de 1 kg. Le vNHI a été décelé dans 36 fermes durant cette épisode. Les pertes financières estimatives résultant de ces deux épizooties se chiffraient à 40 millions de dollars en inventaire, ce qui représente 200 millions de dollars en pertes de vente.

La source d’infection des saumons d’élevage par le vNHI est inconnue, mais des études épidémiologiques ont permis d’identifier des mécanismes possibles de transmission du virus et de mettre en œuvre des stratégies efficaces de confinement biologique du vNHI dans les fermes. Toutefois, comme dans le cas d’autres maladies virales, on s’attend à ce que les épizooties cycliques de NHI continuent à se produire chez le saumon d’élevage. Pour casser le cycle de la maladie, des vaccins sont requis en plus des bonnes pratiques actuelles de gestion de la santé du poisson. Le but de notre recherche est de tester l’efficacité d’un vaccin mort contre le vNHI et la durée de protection qu’il confère lorsqu’il est administré en combinaison avec un vaccin bactérien multivalent d’usage courant dans l’industrie.

Recherche : Garth Traxler, Kyle Garver et Val Funk. Information : Garth Traxler, à traxlerg@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2006 – Mai 2008

Des chercheurs immunisent des saumons contre la NHI.

Comparaison de la performance de souches locale et importée de saumon

La plupart des saumons géniteurs élevés en mer au Nouveau-Brunswick dans des cages ont récemment succombé à des maladies, en particulier à l’anémie infectieuse du saumon (AIS). Ce problème a incité l’industrie à élever des géniteurs dans des installations terrestres pour assurer l’approvisionnement en œufs. Les smolts sélectionnés élevés en écloserie sont transférés dans des bassins terrestres alimentés en eau douce ou en eau de mer souterraine. Ils y sont gardés pendant deux ans, après quoi les sujets choisis sont croisés et les œufs produits sont acheminés aux installations de production de smolts en vue de fournir des cheptels de départ aux fermes marines. Ces stocks de géniteurs présentent l’avantage de n’avoir pas été exposés au virus de l’AIS (vAIS) et à d’autres maladies présentes dans le milieu marin.

Dans le cadre de ce projet, Dover Fish Farm (qui élève des géniteurs exempts de maladie dans des bassins terrestres à l’Î.-P.-É.) vise à produire un stock contrôlé de saumon de la rivière Saint-Jean (N.-B.) pour fournir des œufs exempts du vAIS aux salmoniculteurs du N.-B. et d’ailleurs. L’entreprise a également a importé d’Europe des œufs contrôlés pour effectuer une évaluation comparative de la performance jusqu’au stade de géniteur. Si elle fait la preuve d’une performance supérieure, elle pourrait fournir des œufs de femelles triploïdes stériles aux salmoniculteurs des Maritimes pour accroître la compétitivité de l’industrie. Des marchés de souches européennes diploïdes et triploïdes pourraient également être développés en C.-B. et au Chili. Ce programme vise à accroître la compétitivité de l’industrie salmonicole de la côte atlantique en offrant aux salmoniculteurs un meilleur accès à des œufs exempts de maladie provenant des meilleures souches de saumon. De plus, l’élevage de géniteurs en bassins terrestres évite le risque d’une perte catastrophique de géniteurs à la suite d’une flambée de maladie dans les cages d’élevage en mer.

Recherche : Ken et Leon Moyaert, Dover Fish Hatchery Ltd (Î.-P.-É.); Keng Pee Ang, Stolt Sea Farm Ltd. (C.-B.); Chris Mills (MPO); et Wilfred Young-lai. Information : Brian Glebe, à GlebeB@mar.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Nouveau test de dépistage des madeleineaux chez le saumon atlantique

Dans le cadre d’un projet antérieur du PCRDA, un lien a été établi entre la teneur en facteur de croissance insulinoïde I (FCI-I) et le taux de passage au stade de madeleineau. Au contraire de la testostérone et de la vitellogénine, qui jouent également un rôle dans le passage au stade de madeleineau, il n’est pas nécessaire de connaître le sexe du sujet pour interpréter les données sur le FCI-I. Malheureusement, le dosage du FCI-I se fait par radio-immunodosage, peu pratique parce qu’il nécessite l’utilisation d’un antigène radioactif, est difficile à faire et ses avantages potentiels n’ont pas été transférés à l’industrie. Pour que l’industrie puisse tirer pleinement parti des résultats des premières recherches, il est nécessaire de mettre au point une méthode de dosage du FCI-I qui est autant sensible que le radio-immunodosage, tout en étant plus simple et moins dispendieuse. Il serait également avantageux d’élargir la portée des résultats antérieurs afin d’évaluer l’application plus vaste de la méthode de dosage aux stades de poisson de consommation et de géniteurs. L’industrie sera peut-être en mesure à l’avenir de modifier cette méthode pour l’appliquer à d’autres espèces, telles la morue, l’aiglefin et le flétan. Ce projet vise les objectifs suivants :

  • développer et normaliser une méthode de dosage simple et économique du FCI-I chez le saumon atlantique;
  • mesurer les teneurs en FCI-I chez les sujets d’élevage plusieurs mois avant leur récolte afin d’évaluer la pertinence de la méthode de dosage du FCI-I pour ce qui est de prédire le nombre de madeleineaux avant le début de la maturation précoce;
  • mesurer les teneurs en FCI-I chez les géniteurs dans les mois et les années qui précèdent le tri des madeleineaux à l’âge de 3 ans afin d’évaluer la pertinence de la méthode de dosage du FCI-I pour ce qui est de prédire le nombre de madeleineaux parmi les géniteurs avant le début de la maturation précoce;
  • fournir à l’industrie un protocole économique, rapide et fiable pour prédire le nombre de madeleineaux parmi les géniteurs et les poissons de consommation.

Recherche : Jake Elliott, Cooke Aquaculture Ltd (N.-B.); et Rachael Ritchie, Groupe de biologie moléculaire, Conseil de la recherche et de la productivité du Nouveau-Brunswick. Information : Brian Glebe, à GlebeB@mar.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2005 - Mars 2007

Identification du saumon quinnat d’élevage par l’ADN

Les programmes avancés de sélection, comme ceux utilisés pour le bétail, dépendent de la documentation du pédigrée de la souche faisant l’objet d’une sélection, car la capacité d’identifier un individu jusqu’à sa famille permet d’établir plus précisément son mérite génétique et de minimiser la consanguinité chez la souche en question.

Le maintien de pédigrées de poissons pose des problèmes singuliers aux éleveurs du fait que ces organismes sont très féconds et qu’ils sont aquatiques. Les œufs et les juvéniles de chaque famille doivent être élevés séparément jusqu’à ce qu’ils puissent être étiquetés ou marqués, ce qui entraîne une augmentation des coûts de l’élevage en écloserie, la confusion des effets de l’élevage en bassin avec les effets génétiques sur les caractères phénotypiques et un stress sur les poissons causé par le marquage.

Le développement de marqueurs génétiques codominants hautement polymorphes (loci microsatellitaires) permet d’estimer le niveau de parenté des sujets non étiquetés. L’identification moléculaire des parents et/ou de la famille d’un poisson peut permettre d’éviter à avoir recours à l’élevage de familles pleinement apparentées et de familles à demi-apparentées dans des bassins séparés, ce qui permet de grandement réduire les coûts d’élevage et de mieux estimer le mérite génétique des programmes de sélection. Nous développerons la série de 12 à 15 loci la plus rentable qui peut être utilisée aux fins d’identification des souches de saumon quinnat d’élevage jusqu’à la famille sur une base continue.

Recherche : R. Withler, T. Rundle, B. Swift et R. Peterson. Information : R. Withler, à withlerr@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Septembre 2006 – Mars 2008

Identification des marqueurs génétiques de la maturation précoce chez le saumon atlantique d’élevage

La maturation précoce de poissons d’élevage, qui résulte en des pertes de production et des coûts plus élevés, est un grave problème en pisciculture. Chez les salmonidés, l’âge à la maturité est un caractère quantitatif complexe modulé par de nombreux gènes non identifiés et les conditions environnementales. Le taux de croissance plus élevé et le meilleur état de santé que connaissent les saumons atlantiques d’élevage mènent à une baisse de l’âge à maturité par rapport aux congénères sauvages dont ils sont issus. Le saumon atlantique élevé en C.-B. provient de la souche Mowi, importée de la Norvège au début des années 1980. D’après ce qui s’est produit chez d’autres souches domestiquées de saumon atlantique ailleurs dans le monde, les pertes dues à la maturation précoce des saumons élevés en C.-B. pourraient éventuellement atteindre 50 % ou plus.

Dans le cadre de ce projet, nous allons tenter d’établir le lien entre la maturation précoce et des marqueurs génétiques (appelés locus quantitatifs ou QTL) développés par des chercheurs de l’Université de Guelph dans le but d’établir s’ils pouvaient être utiles pour identifier et choisir les sujets ayant une propension génétique à la maturation tardive. Les QTL présumés de l’âge à la maturité chez le saumon atlantique de l’est du Canada, d’origine nord-américaine, ont déjà été identifiés. Nous allons tenter d’établir si ces QTL identifient les principaux gènes associés à l’âge à la maturité chez une souche d’origine européenne.

Recherche: R. Withler (MPO); R. Danzmann et M. Ferguson (UGuelph); S. Fukui (Mainstream Canada); et B Swift (Tri-Gen Fish Improvements). Information : R. Withler, à withlerr@pac.dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Janvier 2007 - Mai 2008

Résidus d’émamectine dans les tissus du saumon traité avec SLICE

Le SLICE® (principe actif : benzoate d’émamectine) est un médicament vétérinaire utilisé comme traitement contre le pou chez le saumon d’élevage. Le pou du poisson est un copépode parasite qui se fixe à la peau de son hôte. Dans les installations commerciales, le médicament, mélangé aux aliments offerts aux poissons, est administré pendant sept jours. L’émamectine est métabolisée en composés inactifs, qui sont excrétés. Le pou du poisson est considéré comme un vecteur potentiel du virus de l’anémie infectieuse du saumon (vAIS). Une forte infestation par ce parasite entraîne chez le poisson infesté une hausse du stress, un mauvais rendement de croissance et une vulnérabilité accrue aux agents pathogènes opportunistes.

SLICE® a été présenté aux fins d’homologation aux États-Unis et au Canada en 1999, mais le processus d’homologation n’est pas terminé. Ce médicament peut être vendu aux vétérinaires au cas par cas dans le cadre du Programme de distribution de médicaments d’urgence (DMU) de la Direction des médicaments vétérinaires (DMV) de Santé Canada. La limite maximale de résidus (LMR) a été fixée à 42 parties par milliard (ppb) par la DMV.

La recherche porte sur l’examen des résidus d’émamectine dans les tissus musculaires de saumons traités au SLICE® provenant d’installations d’élevage commercial (cages d’élevage en mer) et expérimental (bassins intérieurs). Des sujets seront prélevés jusqu’à 45 jours après le traitement au SLICE®, et la teneur en SLICE® dans les échantillons de tissus sera déterminée.

Les données recueillies dans le cadre de cette étude aideront Santé Canada, l’ACIA et le gouvernement provincial à s’acquitter de leur rôle à titre de chargés de la réglementation. Elles aideront également les vétérinaires spécialisés en aquaculture, les producteurs et le personnel de Pêches et Océans Canada à prendre des décisions en ce qui concerne l’utilisation de SLICE® dans les installations commerciales à titre de stratégie de lutte contre les maladies et les parasites.

Recherche : Phil Byrne (MPO); province du Nouveau-Brunswick; et New Brunswick Salmon Growers Association. Information Phil Byrne, à byrne@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : PCRDA - MPO.

Juillet 2006 – Mars 2007

Essais cliniques à Terre-Neuve visant le saumon et la morue

Pose d’une étiquette à TPI (transpondeur passif intégré) à une morue franche.

Balayage d’un saumon atlantique muni d’une étiquette à TPI pour obtenir des données de base sur le sujet et vaccins utilisés en salmoniculture.

L’objectif global de ces essais cliniques est de fournir à l’industrie des données probantes pour évaluer de façon éclairée le potentiel d’effets néfastes des adjuvants présents dans les divers vaccins utilisés pour traiter la morue franche et le saumon atlantique. Un objectif secondaire est d’établir le rôle de la smoltification chez le saumon, ainsi que le moment du transfert de la morue en mer. Chaque sujet sera muni d’une étiquette à TPI (transpondeur passif intégré) et les essais randomisés à double insu auront lieu sur le terrain. La croissance, la survie et les caractéristiques corporelles de chaque sujet seront établies sur une base continue jusqu’à la récolte. On s’attend à ce que le prélèvement commence l’année prochaine.

Recherche : Larry Hammell (AVC – UPEI); et Daryl Whelan et Nicole O’Brien (MPATNL). Information : Larry Hammell, à mlhammell@upei.ca. Rapport : FIA - APECA.

Septembre 2004 – Septembre 2008






Identification des familles de saumon atlantique fondée sur l’ADN

Nous utiliserons pour la première fois des loci microsatellitaires hautement polymorphes chez les souches de saumons atlantiques de la C.-B. aux fins d’identification moléculaire de leurs parents dans le cadre d’un programme d’amélioration génétique (PAG). Ces travaux rendront possible l’élevage communautaire de juvéniles de 150 descendances biparentales, et élimineront l’effet du milieu commun des bassins et la nécessité d’utiliser un bassin pour chaque famille en écloserie.

Nous utiliserons des échantillons de tissus de tous les parents qui se sont accouplés en 2004 et de 6 000 de leurs descendants aux fins d’identification jusqu’à la famille (soit la bonne paire de parents de chaque saumon produit). Les juvéniles seront étiquetés au moment du prélèvement de tissus, avant le transfert en eau de mer, aux fins d’identification ultérieure jusqu’à la famille, ce qui fera en sorte que la généalogie des poissons sera bien connue lors des travaux futurs de collecte de données et de croisement. Un grand nombre de loci microsatellitaires polymorphes peuvent être utilisés, mais la faisabilité de l’identification moléculaire des juvéniles de façon continue dépend du coût de l’analyse. Ce coût est fonction du nombre de loci qui doivent être analysés pour identifier la famille d’origine avec exactitude. Nous évaluerons le polymorphisme de 12 à 15 loci dans le cadre du PAG dans le but d’identifier la série de 6 à 10 loci la plus rentable qui peut être utilisée aux fins d’identification jusqu’à la famille sur une base continue.

Recherche : R. Withler, S. Fukui, B. Swift et R. Peterson. Information : R. Withler, à withlerr@pac.dfo-mpo.gc.ca). Rapport : PCRDA - MPO.

Avril 2005 – Mai 2007

Facteurs génétiques agissant sur la vulnérabilité du saumon au virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse

Le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (vNHI) est d’origine naturelle dans le milieu marin en Colombie Britannique

La phase I de la présente étude a permis de démontrer que, bien que le niveau d’immunité du saumon atlantique d’élevage au vNHI soit faible, chaque espèce de saumon du Pacifique montre une gamme de niveaux de résistance au virus. Des données sur le fondement moléculaire de la résistance et de la vulnérabilité du saumon au vNHI permettraient de développer des agents thérapeutiques et des vaccins pour lutter contre les flambées de NHI chez le saumon atlantique.

Nous avions comme objectif d’identifier les facteurs génétiques qui agissent sur la résistance de diverses espèces de saumon au vNHI. Pour ce faire, nous avons infecté des juvéniles de saumon atlantique, de saumon kéta, de saumon coho et de saumon rouge du vNHI, puis nous avons évalué l’activité de plus de 15 000 gènes qui régulent les voies immunitaires chez chaque espèce.

Les résultats obtenus révèlent que les différences dans la vulnérabilité au vNHI chez le saumon peuvent ne pas découler de la puissance globale de la réponse immunitaire. Elles semblent plutôt résulter de différences spécifiques dans la capacité d’empêcher le virus de pénétrer dans les cellules de l’hôte – et peut-être de différences dans les voies immunitaires qu’une espèce utilise pour se défendre contre le virus une fois que celui-ci a pénétré dans ses cellules.

Recherche : Garth Traxler et Kristina Miller (MPO). Information : Garth Traxler, à traxlerg@dfo-mpo.gc.ca. Rapport : BCARDC - Aqua-E.

Évaluation de la viabilité triploïde de trois souches de saumon atlantique

Heather Mouland, candidate à la maîtrise en sciences, mesure un saumon atlantique triploïde.

Le fait que les saumons triploïdes soient stériles permet d’éviter les pertes de production associées à l’arrivée à maturité des sujets d’élevage avant la récolte ainsi que d’étouffer les préoccupations que soulève la fraie d’évadés avec des sujets sauvages. Nous avons évalué divers aspects de la performance d’élevage de trois souches triploïdes de saumon (saumon domestique d’origine européenne, saumon domestique d’origine nord-américaine et saumon sauvage d’origine nord-américaine) dans le cadre d’une expérience en bassin de 12 semaines. Nous avons trouvé des effets significatifs de la souche sur la croissance des postsmolts triploïdes : les postsmolts sauvages ont connu les taux de croissance les plus élevés. Une expérience parallèle à long terme menée dans des cages d’élevage commercial en mer a révélé que le taux de croissance des saumons sauvages triploïdes était comparable à celui des saumons diploïdes issus de la même souche, mais que le taux de croissance des deux était inférieur à celui des saumons domestiques diploïdes. Nos résultats mettent en lumière l’importance du choix des meilleures souches pour évaluer la performance de sujets triploïdes.

Charles Sacobie, candidat au doctorat en sciences, tient un omble de fontaine triploïde.

Des expériences visant à évaluer l’utilisation de l’apport énergétique alimentaire et du phosphore chez les saumons triploïdes sont en cours. Les résultats d’études pilotes sur des ombles de fontaine triploïdes suggèrent qu’ils ne performent pas pareillement aux sujets diploïdes lorsqu’ils ont une alimentation similaire, ce qui donne à penser que les besoins alimentaires des sujets triploïdes sont différents.

Recherche : Tillmann Benfey, Charles Sacobie et Heather Mouland (UNB); Santosh Lall (IBM - CNRC); et Brian Glebe (SBSA - MPO). Information : Tillman Benfey, à benfey@unb.ca. Rapport : CRSNG.

Septembre 2003 – Mars 2007

Inclusion d’huile végétale dans la moulée des salmonidés pour en réduire les teneurs en contaminants et les coûts de production

Inclusion d’huile végétale dans la moulée des salmonidés pour en réduire les teneurs en contaminants et les coûts de production

Le projet de recherche vise à développer des stratégies nutritionnelles permettant de minimiser la contamination potentielle des salmonidés aux polluants organiques persistants (POP) et aux métaux lourds. Étant donné que ces ceux-ci sont liposolubles, nous avons tenté de remplacer l’huile de poisson (source principale de ces contaminants) par d’autres sources de lipides de sorte à minimiser leur bioaccumulation dans les tissus.

Nous avons testé différentes huiles végétales, notamment de l’huile de soya, de l’huile de canola et de l’huile de canola supplémentée en acides gras à longues chaînes polyinsaturées (AGPLC) de source marine, combinées à des ratios protéines:lipides variables pouvant alimenter la croissance durant la phase où la majorité du gras corporel est accumulé. Une courte période d’affinage à la fin des tests a permis de rétablir les niveaux d’AGPLC bénéfiques pour l’humain. Nous avons fait des d’études de digestibilité pour évaluer le niveau d’assimilation des nouvelles sources de lipides chez des truites arc-en-ciel gardées en eau douce. Les analyses des résultats des tests de croissance, d’affinage et de digestibilité sont en cours. Une étude sensorielle a permis de démontrer que les huiles végétales n’ont pas une incidence sur l’appétence des poissons pour le consommateur. Enfin, nous ferons une étude économique sommaire afin de déterminer les coûts industriels de l’utilisation de l’huile végétale, plus abordable et disponible que l’huile de poisson.

Recherche : G.W. Vandenberg, A. Bélanger-Lamonde, J. Bailey, A. Desmeules et É. Proulx (Université Laval); P. Ayotte, Y. Chouinard, É. Dewailly, A. Leblanc et J.-P.Weber (Institut national de santé publique du Québec - INSPQ); et D. Bureau (UGuelph). Information : Grant Vandenberg, à Grant.Vandenberg@san.ulaval.ca. Rapport : AquaNet.

Août 2005 – Avril 2006

Diagnostic plus rapide de la nécrose hématopoïétique infectieuse

La nécrose hématopoïétique infectieuse (NHI) est une maladie virale qui peut causer des taux de mortalité élevés chez les juvénile du saumon atlantique d’élevage. Les signes cliniques de la NHI ressemblent à ceux de plusieurs autres maladies du saumon atlantique. Des tests doivent donc être effectués en laboratoire pour confirmer le diagnostic de NHI. L’isolement du virus par culture cellulaire est actuellement reconnu comme la méthode la plus efficace pour déceler le virus de la NHI (vNHI). Mais son isolement requiert 15,7 jours en moyenne. Entre temps, la maladie se propage dans les élevages.

D’après les résultats de premiers essais en laboratoire, l’utilisation de la réaction de polymérisation en chaîne par la transcriptase inverse (RT-PCR) pourrait permettre de réduire le temps requis pour poser un diagnostic de NHI à 48 heures, à partir du moment de la collecte des échantillons. Notre objectif était d’évaluer la méthode RT-PCR en utilisant des échantillons prélevés sur le terrain pour établir sa fiabilité comme outil de dépistage plus rapide du vNHI chez le saumon d’élevage.

Nous avons fait des tests de dépistage du vNHI chez des poissons provenant de trois fermes et évalué la fiabilité de la méthode RT-PCR pour ce qui est de dépister le vNHI, puis nous avons comparé sa performance au test d’isolement du virus. La performance de la méthode RT-PCR sur des échantillons frais ou congelés et du test d’isolement du virus était équivalente. Étant donné que les signes cliniques de la maladie et les premiers cas de mortalité se manifestent peu de temps après l’exposition du poisson au vNHI, le délai de diagnostic plus court qu’offre la méthode RT-PCR permettra de modifier plus rapidement les mesures de gestion des élevages, ce qui pourrait réduire la propagation de la maladie.

Recherche : Larry Hammell, Sonja Saksida, Grace Karreman, Joanne Constantine, John Robinson, Garth Traxler, Ian Dohoo et Henrik Stryhn. Information : Larry Hammell, à lhammell@upei.ca. Rapport : Centre for Aquatic Health Sciences - UPEI.

Effets de lipides d’origine végétale sur le saumon quinnat

L’objectif du projet est de remplacer en totalité ou en partie les lipides marins des régimes alimentaires du saumon d’élevage par des lipides provenant de plantes, qui coûtent bien moins chers et éliminent le problème des contaminants. Il est essentiel de s’assurer que ces lipides de remplacement seront bénéfiques ou du moins ne nuiront pas à la santé, à la croissance et à la vitalité des poissons. Des recherches antérieures ont révélé qu’un régime dans lequel les teneurs en lipides provenant de poissons et de plantes sont équilibrées donne en réalité de meilleurs résultats. Nos recherches visent à examiner les effets de l’huile de colza sur la performance des juvéniles de plusieurs souches de saumon quinnat. Nous allons les nourrir de plusieurs régimes contenant en diverses proportions de l’huile de colza et de l’huile d’anchois, puis nous allons contrôler la croissance, l’état de santé, le développement de la régulation ionique, la tolérance à l’eau de mer et la performance natatoire des sujets.

En plus de combler les lacunes dans les connaissances sur les effets de nouveaux régimes lipidiques sur les saumons d’élevage, ces recherches nous donneront de précieuses indications sur les pratiques d’élevage du saumon quinnat, une espèce fort répandue dans toute la Colombie-Britannique. On s’attend à ce qu’un nouveau régime alimentaire amélioré permettra de renforcer l’état de santé et le système immunitaire des juvéniles élevés en écloserie dans le cadre de programmes de mise en valeur des stocks et d’améliorer leur survie dans le milieu sauvage.

Recherche : Colin Brauner et Patricia Schulte (UBC); et Robert Devlin et David Higgs (MPO). Information : Colin Brauner, à mbrauner@zoology.ubc.ca. Rapport : AquaNet.

Phase 2 de l’évaluation des tests courants et nouveaux de diagnostic de l’AIS

L’anémie infectieuse du saumon (AIS) est une maladie virale qui cause des problèmes majeurs à l’industrie canadienne et étrangère de l’élevage du saumon. Il existe un certain nombre de tests de diagnostic pour dépister les poissons infectés, mais aucune évaluation systématique des tests disponibles n’a été effectuée et les tests multiples donnent souvent des résultats contradictoires qui sèment la confusion.

Pour remédier à ce problème, nous avons fait une évaluation exhaustive et structurée de tous les tests d’usage courant et de la capacité de chacun à détecter correctement les poissons infectés (sensibilité du test) et les poissons non infectés (spécificité du test). Six établissements de recherche ont participé au projet, dont quatre représentaient collectivement tous les laboratoires de diagnostic de la santé du poisson de l’Est du Canada.

Nous avons élaboré de meilleurs programmes de lutte contre cette maladie, et nos premiers résultats ont servi à une nouvelle évaluation du programme de surveillance de la maladie au Nouveau-Brunswick et à renforcer les efforts de normalisation des tests de diagnostic de diverses maladies chez les salmonidés. Lors d’un atelier sur l’AIS tenu par l’industrie en 2003, les résultats de nos travaux ont été décrits comme la plus importante contribution de la recherche pour l’industrie. Ils ont mené à l’élaboration d’un programme de normalisation de la PCR (réaction en chaîne de la polymérase) par deux labos canadiens et un labo américain. Une réunion de suivi avec des représentants d’établissements fédéraux, provinciaux et américains en 2003 a mené à la révision des mesures de lutte et à un examen des orientations futures.

Recherche : Ian Dohoo, Larry Hammell et Henrik Stryhn (AVC – UPEI). Information : Ian Dohoo, à dohoo@upei.ca. Rapport : AquaNet.

Identification des marqueurs moléculaires associés à un système immunitaire efficace chez le saumon atlantique

Notre équipe de chercheurs a tenté d’établir si les familles de saumon atlantique du Programme de stock géniteur du saumon atlantique étaient différentes sur le plan de leur vulnérabilité à deux agents pathogènes. Nos recherches ont mené à l’identification de marqueurs génétiques et d’indicateurs physiologiques associés à la résistance aux maladies et à l’établissement de l’assise de la sélection assistée par marqueurs (SAM) pour ce stock géniteur.

Les efforts de cartographie génétique déployés par d’autres chercheurs en collaboration avec nous ont permis de localiser un grand nombre de marqueurs génétiques anonymes sur la carte génétique du saumon atlantique. Cette carte, ainsi que la cartographique ciblée des gènes associés à la tolérance au stress, à la résistance aux maladies et à la croissance chez le saumon atlantique, l’omble chevalier et la truite arc-en-ciel ont servi de base solide pour l’identification des régions des loci gouvernant l’expression des caractères quantitatifs associés à la résistance à l’AIS chez le saumon atlantique. L’information sur les régions du génome attribuant la résistance ou la vulnérabilité à l’AIS chez cette espèce a été incluse dans le programme d’élevage sélectif du saumon atlantique au Nouveau-Brunswick , ce qui a permis d’accroître le taux d’amélioration génétique (résistance accrue à l’AIS) après que tout le stock géniteur ait été génotypé.

Recherche : Roy G. Danzmann, Patrick T.K. Woo, Moira M. Ferguson et Brian D. Glebe (UGuelph); Don Rainnie (AVC - UPEI); et George K. Iwama (IBM - CNRC). Information : Roy Danzmann, à rdanzman@uoguelph.ca. Rapport : AquaNet.

Mars 2003-Mars 2006

Optimisation du bien-être des poissons durant leur transport à l’état vivant

Il est essentiel d’optimiser le bien-être des poissons durant leur transport en masse à l’état vivant des points de vue éthique et économique. En partenariat avec Batchelor Bay Management, Stolt Sea Farms et Marine Harvest, nous avons mené sur la côte Ouest du Canada des expériences à bord du Sterling Carrier, un bateau-vivier ultramoderne qui peut transporter plus de 200 000 livres de poissons à l’état vivant par voyage.

Dans le cadre de ces expériences, nous avons contrôlé le comportement des juvéniles et des adultes de saumon atlantique ainsi transportés et leurs paramètres physiologiques. L’analyse préliminaire des données sur la qualité de l’eau et les composants plasmatiques des smolts confirme les résultats d’études antérieures à l’effet que le transport de poissons par bateau-vivier leur permet de récupérer rapidement du stress accumulé durant le transport par camion fermé de l’écloserie au Sterling Carrier. Nous sommes en voie d’analyser un vidéofilm sous-marin dans le but de déceler toute corrélation entre les réactions comportementales des saumons et les mesures physiologiques du stress.

Les taux généraux de consommation d’oxygène chez les adultes durant le transport par bateau-vivier ont servi à établir leur niveau global de stress sans avoir à les tuer. Des changements dans les taux de consommation d’oxygène refléteraient une vitesse de métabolisme élevée si les sujets sont stressés durant le transport. Les résultats ont révélé qu’ils avaient significativement récupéré dans les deux heures suivant le stress initial de chargement et que leur niveau de stress était resté faible durant le reste du transport.

Recherche : A. P. Farrell, S. Tang, M. Nomura, C. Brauner et N. von Keyserlingk (UBC); C. Wood (McMaster U.); et K. Sloman (Plymouth U., R.-U.). Information : Tony Farrell, à farrellt@interchange.ubc.ca. Rapport : AquaNet.

Janvier 2005 – Septembre 2007

Essais de vaccins et thérapies sur la côte Est

En salmoniculture, l’efficacité des thérapies ou des techniques de lutte contre les maladies est influencée par la manière de faire l’élevage, les facteurs environnementaux et les autres facteurs propres à une ferme donnée, qu’il n’est pas facile de déterminer ni de contrôler dans des épreuves sur le terrain, surtout si l’on utilise des lieux de production pour faire les essais. Notre recherche répond au besoin d’une évaluation critique sur le terrain des vaccins et des agents chimiothérapeutiques en aquaculture. L’objectif des essais cliniques est de donner à l’industrie une preuve hautement crédible de l’efficacité des vaccins choisis grâce à des essais cliniques randomisés à double insu sur le terrain, ainsi de la croissance et de la survie de chaque poisson.

Nous menons un essai rigoureux des vaccins pour savoir de façon sûre quel effet aurait le virus de l’anémie infectieuse du saumon (vAIS) sur une population vaccinée. Des comparaisons ont été établies entre les groupes de vaccins pour déterminer les effets des vaccins sur la croissance et la survie. Les influences naturelles de l’environnement, de la manière de faire l’élevage et des caractéristiques des hôtes qui sont propres aux emplacements étudiés font que l’évaluation des vaccins s’est effectuée dans les diverses conditions de production.

Ces connaissances sur l’efficacité des vaccins permettront aux chargés de la réglementation et à l’industrie de comprendre comment des changements dans les directives de lutte contre les maladies peuvent permettre de contrer les répercussions financières de l’AIS et serviront de modèle pour l’établissement futur de populations expérimentales aux fins de comparaison de la survie et de la croissance dans d’autres régions ou conditions, comme de nouvelles maladies.

Recherche : Larry Hammell, Henrik Stryhn et Ian Dohoo (AVC - UPEI). Information : Larry Hammell, à mlhammell@upei.caati. Rapport : AquaNet.

Novembre 2004 – Août 2007

Étude de circuits d’élevage fermés novateurs

Nous avons étudié les caractéristiques de nitrification, de désaération et d’oxygénation d’un filtre biologique à déplacement horizontal placé dans une unité de 6,2 m de long x 3 m de large x 1,3 m de profond utilisée dans une installation commerciale de production de smolts de saumon. Des anneaux en plastique flottants ont servi de support au film biologique nitrifiant et les bulles d’air ascendantes ont gardé les deux cellules du filtre bien mélangées. Les bulles d’air ont également maintenu l’eau saturée en oxygène et éliminé une bonne partie du dioxyde de carbone. En combinant la nitrification, la désaération et l’oxygénation dans une unité de faible profondeur, le filtre biologique à déplacement horizontal offre de nouvelles possibilités de conception pour réduire les coûts de pompage et le nombre d’unités d’élevage en circuit fermé.

Nous avons également étudié les caractéristiques hydrodynamiques de bassins d’élevage à plusieurs drains de 1,5 m et de 5 m de diamètre. La vitesse de rotation dans ces bassins produit un écoulement radial secondaire le long du fond, qui charrie les particules qui y sont déposées jusqu’au drain central. La forme du profil de la vitesse tangentielle détermine la vitesse de l’écoulement secondaire et donc si le bassin est autonettoyant. Nous montrons que le bassin à trois drains proposé offre une plus grande souplesse que les bassins conventionnels à deux drains pour ce qui est du contrôle des caractéristiques hydrodynamiques.

Recherche : Michel F. Couturier (UNB). Information : Michel Couturier, à cout@unb.ca. Rapport : MAPANB.

Septembre 2004 - Mars 2006

Réduction à la source des déchets dans les installations piscicoles

Un truiticulteur nourrit ses poissons à la main. Les aliments et les systèmes de distribution des aliments peuvent avoir un impact direct sur les milieux benthique et pélagique voisins des sites d’élevage en eau douce.

La réduction du volume de déchets solides, de déchets azotés et de déchets phosphorés rejetés par les installations aquacoles est essentielle pour que la durabilité à long terme de la pisciculture au Canada soit assurée. Étant donné que la plupart de ces déchets sont d’origine biologique et alimentaire, ce projet est axé sur des stratégies de réduction des déchets à la source par le biais d’améliorations génétiques des poissons d’élevage et la modification des aliments et des stratégies d’alimentation.

Les formulations d’aliment ont été modifiées dans le but de réduire la DBO des matières fécales.



Le projet réunit des chercheurs et des partenaires du Canada et d’autres pays qui possèdent des compétences qui se complètent (nutrition, génétique, physiologie, modélisation de la croissance, évaluation de l’incidence environnementale). Les chercheurs ont mené une série d’essais pour examiner les effets de régimes de différentes compositions sur l’utilisation de la nourriture et la production de déchets, selon l’espèce et le stade du cycle vital des poissons. Ils ont adapté aux salmonidés un modèle mettant en relation l’apport en éléments nutritifs et la croissance; élaboré un système d’aide à la décision d’ordre environnemental pour l’élevage de poissons dulcicoles en cage; mis au point un modèle prédictif des volumes de déchets phosphorés solides et solubles rejetés; quantifié les incidences sur la DBO de diverses formulations d’aliment dans le but de calculer les incidences hypolimnétiques des activités aquacoles; et fait une analyse des isotopes stables pour suivre la dispersion des matières fécales. L’équipe de chercheurs participe également à l’élaboration de modèles bioénergétiques de prédiction de la production de déchets dans une ferme expérimentale d’élevage de poissons en cage exploitée par des chercheurs du MPO dans la région des lacs expérimentaux, dans le nord du Manitoba.

Gregor Reid, chercheur postdoctoral, prélève des échantillons d’eau près d’une ferme commerciale pour surveiller les fluctuations nycthémérales des teneurs en phosphore dissous.

Les résultats de la recherche aideront les fabricants canadiens d’aliments à améliorer leur formulation et les modèles de production, et les chargés de la réglementation à élaborer des directives en matière de gestion des déchets provenant de la pisciculture et d’atténuation de l’incidence environnementale des activités piscicoles.

Recherche : Dominique P. Bureau, Muriel Mambrini, C.F.M. de Lange, Barbara Grisdale-Helland, Richard D. Moccia, Ståle J. Helland, Stephen Birkett et Patricia Wright. Information : Dominique P. Bureau, à dbureau@uoguelph.ca. Rapport : AquaNet.

Avril 2003 – Août 2006

Approches génomiques de lutte contre les maladies des animaux aquatiques

Comme cela est le cas de toute espèce faisant l’objet d’un élevage intensif, le poisson d’élevage est sujet à des maladies infectieuses. À l’Institut des biosciences marines (Halifax) et l’Institut des sciences biologiques (Ottawa) du Conseil national de recherches du Canada, une équipe de chercheurs, de concert avec des partenaires universitaires et industriels, tente de créer de nouveaux outils et de nouvelles technologies efficaces pour la gestion de la santé du poisson.

Le programme Gestion de la lutte contre les maladies des animaux aquatiques englobe des recherches poussées en génomique et en protéomique sur le système modèle que sont Aeromonas salmonicida et le saumon atlantique (Salmo salar). Les résultats de ces recherches incluent la séquence complète du génome de A. salmonicida, un aperçu du protéome de cette bactérie, des souches k.o. et un microéchantillon d’ADN du génome intégral de la bactérie. L’équipe a également développé un microéchantillon d’ADNc guidé sur le système immunitaire du saumon et des aperçus fondés sur des microéchantillons du transcriptome de l’hôte en réponse à une infection. Elle est en voie de créer des systèmes à antigènes et des systèmes d’administration ciblés pour la mise au point de vaccins et d’étudier l’action d’agents stressants reliés à l’aquaculture sur l’efficacité des vaccins afin d’assurer qu’ils seront utiles dans des situations réelles.

Le programme met en jeu 13 laboratoires des instituts du CNRC, ainsi que le chercheur Rafael Garduño, de l’Université Dalhousie. L’équipe utilise une vaste gamme de technologies, entre autres le séquençage du génome, les microréseaux, la spectrométrie de masse avancée, l’expression protéinique, la protéomique, la métabolomique, l’imagerie par résonance magnétique nucléaire et la bioinformatique.

Recherche : Laura Brown, Andrew Dacanay, Devanand Pinto, Roger Ebanks, Michael Reith, Jessica Boyd, Vanya Ewart, Kelly Soanes, Stewart Johnson, Neil Ross, John Walter, Evelyn Soo et Luis Afonso (IBM - CNRC); John Nash, Jianjun Li et Eleonora Altman (ISB - CNRC); et Rafael Garduño (Dalhousie U.). Information : Laura Brown, à Laura.brown@nrc-cnrc.gc.ca. Rapport : IBM - CNRC.

Avril 2005 – Mars 2008

Recherche en génomique en Colombie-Britannique

Genome British Columbia finance actuellement deux projets ayant un intérêt pour l’industrie de la pisciculture. Les deux projets, désignés par les acronymes cGRASP et GRASP, visent à élargir nos connaissances de la génétique des poissons.

Dans le cadre du GRASP (Genomics Research on Atlantic Salmon Project), nous tentons de trouver des réponses de nature génétique à des questions sur la reproduction, la croissance et la santé du saumon atlantique. Nous avons fusionné les résultats des nouvelles recherches à ceux d’études antérieures pour créer une carte du génome du saumon atlantique et analyser ce dernier dans le but d’établir la vitesse d’évolution de l’espèce. Nous examinons également les mesures de l’expression génétique en vue de mieux comprendre l’interaction entre le saumon et plusieurs variables du milieu.

Le cGRASP (Consortium for Genomic Research on All Salmonids Project) vise à élargir la base de connaissances sur la génomique du saumon atlantique et de la truite arc-en-ciel, ainsi qu’à créer une telle base pour l’omble de fontaine et l’éperlan arc-en-ciel. L’information recueillie dans le cadre du cGRASP permettra d’élaborer des protocoles pour l’élevage responsable de ces quatre espèces. Les connaissances tirées de ces deux projets aideront à assurer la durabilité et le succès de la pisciculture au Canada.

Recherche : Ben F. Koop (UVictoria) et William S. Davidson (USF). Information : Wllliam Davidson, à william_davidson@sfu.ca, ou www.genomebc.ca et http://web.uvic.ca/cbr/grasp/. Rapport : Genome BC.