R et D en aquaculture au Canada de 2011

Divers

Aquamax Net Manager : gestion écologique des filets

Les filets à compartiments installés dans l'océan peuvent, avec le temps, se recouvrir d'algues, de crustacés, de tuniciers, etc., limitant ainsi les échanges d'eau et d'oxygène. Ce dépôt sur les filets s'appelle « encrassement biologique ». Non seulement l'encrassement biologique est nocif pour les poissons, mais il provoque également une augmentation du poids du filet. Il pose des difficultés constantes pour les aquaculteurs en Colombie-Britannique. Les techniques de gestion actuelles, comme les bains éclair antisalissure à base de cuivre, soulèvent des préoccupations à l'égard de l'environnement et de la santé des poissons. Leur efficacité est limitée et ils pourraient réduire la durabilité des filets.

Shorelink Enterprises Ltd. s'attaque à ces préoccupations en développant une technologie antisalissure modulaire novatrice qui s'est révélée efficace, viable sur le plan économique et respectueuse de l'environnement. L'Aquamax Net Manager est un système de nettoyage des filets qui peut être transporté au moyen d'un navire ou d'une barge d'un site aquacole à un autre. Le système n'exige pas que l'on retire les cages en filets de l'eau pour le nettoyage. Il peut également être transporté par voie terrestre grâce à une remorque conçue spécialement à cette fin, et il peut être partiellement désassemblé pour être entreposé dans des conteneurs d'expédition pour les déplacements sur de longues distances.

Des essais de l'Aquamax Net Manager menés sur le terrain ont démontré son efficacité à nettoyer les filets. En plus de ses avantages d'ordre environnemental, cette nouvelle technologie permettrait des économies considérables en augmentant la longévité des filets, en diminuant la nécessité à recourir aux agents antisalissures qui sont actuellement utilisés, en évitant aux aquaculteurs de faire inspecter les filets par des plongeurs et en épargant le nettoyage des filets selon les méthodes classiques.

Juil. 2009 – Août 2010 • Financement : MPO Programme d'innovation en aquaculture et d'accès au marché (PIAAM), Shorelink Enterprises Ltd., Sablefish Canada Inc.
Équipe de projet : Deane V. Larson (Shorelink Enterprises Ltd.), Terry Brooks (Sablefish Canada Inc.)
Information: Deane V. Larson ( varner@telus.net , isletpoint@gmail.com) /aquaculture/sustainable-durable/index-fra.htm

Aquamax Net Manager dans l'eau

Principales caractéristiques du virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse chez le saumon atlantique

En Colombie-Britannique, le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (NHI), chez les salmonidés, constitue le plus important agent pathogène viral sur le point de vue économique. Depuis l'introduction du saumon atlantique sur la côte de la Colombie-Britannique au milieu des années 1980, deux épidémies du virus de la NHI chez des saumons atlantiques d'élevage ont entraîné des pertes estimées à 200 millions de dollars au chapitre des ventes.

Une question centrale au sujet de ces épidémies est le rôle de la transmission hydrique naturelle dans la propagation du virus d'un centre piscicole à l'autre ainsi qu'entre ces installations et les populations sauvages de salmonidés vivant dans le milieu adjacent. Le virus de la NHI peut survivre plusieurs heures dans l'eau salée à des températures inférieures à 15 °C. Ainsi, il est possible qu'un virus viable et infectieux de la NHI soit transmis, selon le déplacement des eaux, à partir de centres de pisciculture infectés vers des poissons sains vivant à petite ou grande distance de la source d'infection.

Des modèles de circulation de l'eau peuvent être utilisés pour élaborer des modèles décrivant la dispersion des agents pathogènes et évaluer les risques de transmission. Les principales caractéristiques nécessaires à l'élaboration d'un modèle de dispersion virale sont les liens entre l'excrétion du virus par les poissons, la concentration virale dans l'eau de mer et la concentration minimale de virus requise pour que celui-ci puisse infecter le saumon atlantique. À la Station biologique du Pacifique du MPO, des estimations quantitatives de ces paramètres ont été déterminées pour les saumons atlantiques à des stades ultérieurs à celui de saumoneau. Cette information a été ajoutée au modèle de circulation de l'eau en cours d'élaboration à l'Institut des sciences de la mer du MPO afin de rendre possibles des prévisions géospatiales plus précises du risque que représente le virus de la NHI pour les saumons atlantiques d'élevage.

Juil. 2009 – Mars 2011 • Financement :MPO Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA), Grieg Seafood, Mainstream Canada, Marine Harvest Canada (MHC)
Équipe du projet : Dario Stucchi (MPO – ISM), Mike Foreman (MPOISM), Kyle Garver (MPO – SPB)
Information: Kyle Garver ( Kyle.Garver@dfo-mpo.gc.ca) /aquaculture/acrdp-pcrda/index-fra.htm

Okisollo

Kudoa thyrsites – Approfondissement des connaissances

Kudoa thyrsites est un parasite intramusculaire répartit mondialement et pouvant infecter plusieurs espèces des poissons. Ce parasite ne pose pas de risque à la santé des poissons mais il a des répercussions sur la qualité du tissu musculaire du poisson car il entraîne le ramollissement et l'apparition de meurtrissures après la récolte. À faible intensité, la pathologie de l'infection à Kudoa thyrsites peut passer inaperçue mais, à des niveaux plus aigus, elle produit une myoliquéfaction massive et la chair du poisson devient invendable. « Marine Harvest Canada » et le Centre des sciences de la santé animale, de la Colombie-Britannique ont entrepris un projet conjoint de recherche et de développement d'une durée de trois ans afin de recueillir des renseignements supplémentaires sur Kudoa thyrsites. Au cours de la première année, deux fermes marines feront l'objet d'un suivi dans le but de déterminer si les poissons subissent une infection et comment l'infection progresse tout au long du cycle de production. En outre, cette initiative vise à identifier le stade de contamination du parasite et à mettre au point un test non mortel pour effectuer le suivi des poisons tout au long du cycle de production. Cet approfondissement des connaissances relatives au cycle de vie et aux stades de contamination du parasite ainsi qu'à l'apparition et à la progression de l'infection pourrait permettre de prendre des décisions de gestion efficaces pour limiter ou éviter l'infection, élaborer un vaccin et améliorer les stratégies d'élevage.

Mai 2010 – Avr. 2012 • Financement :Marine Harvest Canada (MHC)
Équipe du projet : Diane Morrison (MHC), Luis O.B. Afonso (CAHS C.-B.), Tiffany MacWilliam (MHC), Wyth Marshall (CAHS C.-B.), Heather Lamson (CAHS C.-B.), Zina Richmond (CAHS C.-B.), Paula Galloway (CAHS C.-B.), Sonja Saksida (CAHS C.-B.)
Information: Diane Morrison ( Diane.Morrison@marineharvest.com), Luis O.B. Afonso ( luis.afonso@cahs-bc.ca)

Plasmodies de Kudoa thyrsites dans le muscle

Identifier et comprendre les facteurs de virulence d'Aeromonas salmonicida

La furonculose est une maladie infectieuse qui touche particulièrement les élevages de truites et de saumons. Cette maladie est causée par une bactérie du nom d'Aeromonas salmonicida. Malgré les traitements disponibles (antibiotiques, vaccination), la furonculose est récurrente et cause d'importants problèmes aux aquaculteurs. Une solution à ce problème passe par la création de composés, complémentaires aux antibiotiques, qui diminueraient le caractère infectieux de la bactérie. Le développement de ces « anti-infectieux » exige, dans une première étape, que l'on comprenne mieux le comportement virulent de la bactérie et ainsi trouver des cibles moléculaires propices pour le développement des « anti-infectieux ». Nous faisons ainsi l'étude du système de sécrétion de type trois (SSTT), un facteur de virulence essentiel d'Aeromonas salmonicida. Plus spécifiquement, notre analyse porte sur le rôle de certaines toxines sécrétées par le SSTT ainsi que la stabilité des gènes encodant pour ce système. En parallèle, une approche incluant criblage génétique et analyse génomique sera faite pour identifier de nouveaux gènes impliqués dans la virulence de la bactérie. Notre but est de définir le caractère infectieux d'A. salmonicida tout en proposant des approches nouvelles pour le traitement des infections causées par cette bactérie.

Mars 2008 – en cours • Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Réseau Aquaculture Québec (RAQ)
Équipe du projet : Steve Charette (U Laval), Stéphanie Dallaire-Dufresne (U Laval), Katherine Tanaka (U Laval), Geneviève Filion, Michael Reith (IBM - CNRC)
Information: Steve Charette ( Steve.charette@bcm.ulaval.ca) http://www.amibe.org

Stratégie de prévention des « off-flavour » chez les poisons élevés dans des systèmes d'aquaculture en circuit fermé

Dans les systèmes d'aquaculture en circuit fermé, la prolifération de certaines bactéries (Streptomyces) peut engendrer la production de composés chimiques à l'odeur de terre.

Ces molécules, principalement la géosmine et le 2-méthylisobornéol (2-MIB) sont des composés semi-volatiles, non toxiques, qui s'accumulent dans la chaire des poissons. L'épuration de l'odeur (goût) engendré provoque des retards dans la production et la commercialisation des poissons et occasionne des pertes économiques.

Des souches pures isolées au LARSA (U Laval) et identifiées comme étant Streptomyces lavendulae et S. anulatus ont permis la création d'outils moléculaires spécifiques aux gènes de synthèse (cyc/GeoA).

Ils doivent faciliter la détection, le suivit et la quantification de ces bactéries pour prévenir les aquaculteurs de la présence de Streptomyces productrices des « off-flavours » dans les bassins d'élevage. Ce projet vise également à déterminer les facteurs menant au développement des Streptomyces.

L'obtention et l'utilisation de bactéries dites probiotiques devrait créer une compétition ralentissant le développement des Streptomyces et la production des « off-flavours » tout en améliorant la qualité de l'eau et la santé des poissons. Ces tests de compétition auront lieu en laboratoire puis en circuit fermé.

Ce projet doit permettre de faciliter l'essor des systèmes d'aquaculture en circuit fermé au Canada.

Avr. 2010 – Mars 2012 • Financement : Institut Armand Frappier IAF-INRS, Université Laval (U Laval), Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)
Équipe du projet :Marc Auffret (INRS), Grant Vandenberg (U Laval), Alexandre Pilote (U Laval), Daniel Proulx (U Laval), Richard Villemur (U Laval), Janusz Pawliszyn (U Laval), Yves Comeau (U Laval)
Information:Marc Auffret ( Marc.Auffret@iaf.inrs.ca)

Culture d'une souche de Streptomyces

Prévention des « off-flavours » chez les poissons provenant des piscicultures en circuit fermé

Le mauvais goût des poissons d'élevage représente un des problèmes économiques les plus importants rencontrés dans l'aquaculture et liés à la qualité du produit. Cette problématique peut entraîner une réduction importante de la consommation des produits ou les rendre impropres à la vente. Les saveurs de mauvais goût sont dues à l'absorption de substances, y compris la géosmine et le 2-méthylisobornéol (MIB). Lorsqu'ils sont présents dans l'eau, ces substances s'accumulent dans les graisses des poissons.

L'objectif principal de ce projet est d'élaborer des stratégies pour prévenir l'apparition de la géosmine et de la MIB dans un système d'aquaculture en recirculation (RAS). L'hypothèse est qu'il est possible de produire du poisson à bonne saveur en RAS en contrôlant sélectivement le développement des micro-organismes produisant le mauvais goût par : (i) la manipulation de paramètres opérationnels clés de la RAS, (ii) l'optimisation des régimes qui réduisent la production de composés induisant les mauvais goûts et (iii) l'ajout de composés qui éliminent de façon sélective les microorganismes liés aux mauvais goûts qui n'ont aucun effet sur la biofiltration des eaux usées et sur les poissons. Cet objectif sera atteint par : (1) l'identification et la localisation des micro-organismes responsables ; (2) le développement d'une technique de détection non-destructive en temps réel des MIB et de la géosmine, (3) l'identification les principaux paramètres environnementaux, nutritionnels et opérationnels impliqués dans le développement de ces micro-organismes et (4) l'accroissement du contrôle sur les micro-organismes responsables des saveurs de mauvais goût.

Oct. 2009 – Oct. 2012 • Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Institut national de recherche scientifique (INRS), Partenariat pour le développement durable de l'aquaculture d'eau douce Inc. (PIDDAED), Réseau Aquaculture Québec (RAQ), Société de Recherche et de Développement en Aquaculture Continentale (SORDAC Inc.)
Équipe du projet : Richard Villemur (INRS), Yves Comeau (Polytechnic school Montreal), Janusz Pawliszyn (U Waterloo), Grant Vandenberg (U Laval), Marc Auffret (INRS-IAF), Karla Vazquez (INRS-IAF), Roger Dubuc (INRS-IAF), Alexandre Pilote (U Laval), Daniel Proulx (U Laval), Émilie Proulx (U Laval), Sanja Risticevic (U Waterloo), Ziwei Bai (U Waterloo), Kevin K. Schrader (US Dept Agriculture)
Information: Richard Villemur ( richard.villemur@iaf.inrs.ca)

BioCage pour contrôler les poissons qui se sont échappés des piscicultures grâce à un besoin alimentaire génétiquement modifié

Cette étude unique a pour objectif final de créer une lignée de saumon atlantique transgénique ayant un besoin accru pour un élément nutritif particulier absent des aliments trouvés dans le milieu naturel mais pouvant être intégré aux formulations d'aliments des poissons. Ainsi, les poissons de bassin d'élevage resteraient en santé, mais sans les éléments nutritifs supplémentaires ajoutés à leurs aliments préparés, les poissons qui se sont évadés ne seraient dans l'impossibilité de se reproduire et mourraient rapidement en raison du manque de cet élément nutritif.

Le projet est une étude de trois ans conçue pour : 1) évaluer plusieurs constructions génétiques ayant pour effet d'augmenter le besoin pour un élément nutritif particulier, 2) utiliser un modèle pour vérifier l'expression appropriée des gènes modifiés ou ajoutés et 3) valider la capacité des formulations spéciales d'aliments à maintenir une bonne croissance et une bonne santé chez les poissons modifiés.

Les besoins de cet élément nutritif chez le poisson non transgénique ont été évalués pour ensuite étudier l'interaction entre cet élément et son antagoniste naturel en nutrition chez les poissons non transgéniques. Par ailleurs, la construction génétique augmentant les besoins envers cet élément nutritif a été mise sur pied. Il reste cependant à vérifier l'effet de cet élément nutritif sur la reproduction du poisson avant d'envisager la production du poisson transgénique.

Nov. 2007 – Oct. 2010 • Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Fédération du saumon atlantique, Réseau Aquaculture Québec - Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (RAQ-FQRNT), Université Laval (U Laval)
Équipe du projet : Grant Vandenberg (U Laval), Marc Ekker (U Ottawa), Garth Fletcher (MUN), Lyne Létourneau (U Laval), François Pothier (U Laval), Rodrigue Yossa Nouaga, Pallab-Kumer Sarker, Fred Whorisky (Fédération du saumon atlantique), Bill Robertson (CSMH)
Information: Grant Vandenberg ( Grant.Vandenberg@fsaa.ulaval.ca)

Approches biologiques pour la prévention et le traitement du champignon Saprolegnia parasitica chez le poisson

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, les épidémies sont de plus en plus reconnues comme des obstacles économiques majeurs à l'aquaculture et aux échanges dans de nombreux pays à travers le monde. Les maladies fongiques constituent la deuxième cause de mortalité en aquaculture, en particulier au sein des aquacultures de crustacés et de poissons.

L'un des agents pathogènes les plus destructeurs est le champignon Saprolegnia parasitica. Cette infection, très répandue chez la plupart des espèces de poissons d'eau douce, peut entraîner, si elle n'est pas traitée, jusqu'à 50 % de mortalité. De nouvelles restrictions sur les produits chimiques utilisés dans la prévention et le traitement des infections fongiques a conduit à la nécessité de trouver de nouveaux produits de substitution. Le projet vise ainsi à utiliser des cultures microbiennes bénéfiques ou des produits phytochimiques provenant de la forêt boréale afin de traiter ou de prévenir les infections fongiques. Il permettra de fournir à l'industrie piscicole une nouvelle approche visant à prévenir ou contrôler de manière écologique les agents pathogènes et fournir des produits sains aux consommateurs canadiens.

Avr. 2009 – Mars 2012 • Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Société de recherche et de développement en aquaculture continentale (SORDAC), Réseau Aquaculture Québec (RAQ)
Équipe du projet : Grant Vandenberg (U Laval), Pierre Belhumeur (U Montréal), Jean Legault (U Chicoutimi), André Pichette (U Chicoutimi), David Martel (U Laval), Jessica Seenevaragachetty (U Laval), Vincent Domingue-Gauthier (U Montréal), Émilie Proulx (U Laval), Joe Schmidt (AgraQuest Inc.), Céline Audet (RAQ)
Information: Grant Vandenberg ( Grant.Vandenberg@fsaa.ulaval.ca)

Alevin infecté par Saprolegnia parasitica

Commercialisation des poissons transgéniques et des aliments dérivés d'animaux clonés au Canada

La réglementation des avancées biotechnologiques s'inscrit sur une toile de questions morales controversées. À l'échelle internationale, certains pays connus comme « premiers adopteurs » encadrent rapidement ces avancées. Mentionnons le Royaume-Uni, le Danemark et la Norvège. Dans d'autres États, jugés « retardataires », un laps de temps considérable s'écoule entre la manifestation des développements technoscientifiques et l'adoption de cadres normatifs pertinents. C'est le cas du Canada, qui compte parmi ce second groupe.

Ce projet vise à expliquer le retard constaté au au Canada à travers l'analyse du cycle d'élaboration des politiques publiques en matière de commercialisation des poissons transgéniques et des produits dérivés des animaux clonés. Nous formulons l'hypothèse que ce retard pourrait être lié à la présence de facteurs de ralentissement ou de blocage résultant de l'interaction entre les idées, les acteurs politiques et les autorités politico-administratives responsables de l'adoption de ces politiques. Tout particulièrement, l'étude portera sur le fait que les autorités politico-administratives soient plus familières avec la résolution de questions techniques qu'avec la résolution de questions éthiques qui reflètent les valeurs de partis en conflit.

Jan. 2009 – Déc. 2013 • Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH),Réseau Aquaculture Québec (RAQ), Réseau EmbryoGÈNE
Équipe du projet : Lyne Létourneau, Olga Carolina Cárdenas-Gómez, Louis-Simon Corriveau, Steve Jacob (U Laval), Marc-André Sirard (U Laval), Grant Vandenberg (U Laval)
Information: Lyne Létourneau ( Lyne.Letourneau@fsaa.ulaval.ca)

Un nouveau centre pour la recherche sur les algues au Québec

Un centre de recherche sur l'aquaculture et le développement des algues de mer (CEVAM, Centre d'Étude et de Valorisation des Algues Marines) a récemment été créé au Québec. Basé à l'École des Pêches de l'Aquaculture et du Québec (EPAQ), une école technique sur la pêche et l'aquaculture, CEVAM est un partenariat financé par l'Université Laval à Québec et le Cégep de la Gaspésie et les Îles ainsi que le collège régional à Gaspé. Les objectifs de CEVAM sont de promouvoir la recherche fondamentale et appliquée sur les macro-algues dans le golfe du Saint-Laurent et l'Arctique canadien ainsi que d'évaluer le potentiel de l'exploitation des ressources algales dans les milieux naturels et en aquaculture. Des ateliers de formation sur les algues marines sont régulièrement organisés. La recherche sur les populations naturelles d'algues se concentre d'abord sur l'écologie des lits de varech dans l'eau froide et traitent plus particulièrement de la productivité locale et régionale ainsi que des interactions trophiques au sein de ces écosystèmes. Les projets d'aquaculture en cours concernent trois espèces (Saccharina longicruris, Alaria esculenta et Palmaria palmata) qui sont cultivées en laboratoire, puis transféré à une ferme expérimentale en mer pour évaluer les rendements de croissance et de récolte. La recherche du CEVAM va va générer les principales données écologiques de la gestion des populations naturelles d'algues et le développement de l'industrie d'algoculture au Québec.

Mars 2009 – en cours • Financement : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MÉLS), Université Laval (U Laval), Cégep de la Gaspésie et des Îles, Société de développement de l'industrie maricole (SODIM), Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), Pêches et Océans Canada (MPO), fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT), Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)
Équipe du projet : Éric Tamigneaux (CEVAM/ÉPAQ), Anissa Merzouk (CEVAM/U Laval), Vivianne Bélair (U Laval/CRIQ), Daniel Bourdages (CEVAM/ÉPAQ), Robert Chabot (UQAR), Mathieu Cusson (UQAC), Antoine Dumais-Roy (CEVAM/ÉPAQ), Louise Gendron (MPO), Marie-Joëlle Leblanc (Merinov), Aurélie Licois (Merinov), Bruno Myrand (Merinov), Laurent Seychelles (CÉVAM/ÉPAQ)
Information: Éric Tamigneaux ( Etamigneaux@cgaspesie.qc.ca) http://www.cevam.qc.ca

Formation

Modification de la période de culture de la laminaire à long stipe pour éviter la colonisation par le bryozoaire et augmenter les récoltes annuelles

Les essais de culture de l'algue brune Saccharina longicruris dans la baie des Chaleurs (Québec) réalisés en 2006 et 2007 ont toujours visé un seul cycle de production annuel ; d'avril à novembre. Durant ces essais, les laminaires ont subi une importante dégradation suite à la colonisation des frondes durant l'été par un bryozoaire envahissant Membranipora membranacea. L'étude réalisée en 2008-2009 visait à vérifier s'il est possible de réduire les pertes dues au bryozoaire, en décalant le cycle de production de façon à éviter la culture en été. Par la même occasion, l'étude visait aussi à voir s'il était possible d'obtenir des rendements intéressants avec trois cycles de production de quatre mois par an (cycles d'automne, d'hiver et de printemps). Les résultats indiquent que les cycles courts ne permettent pas de fournir un volume de récolte suffisant. Cependant, la mise à l'eau de plantules à la fin de l'automne et leur récolte en juillet de l'année suivante (cycle de production de 8-10 mois) pourrait constituer une bonne stratégie de culture de S. longicruris, avec des rendements de l'ordre de 3,3 kg par mètre de corde de filière, constitués d'algues de grande taille (fronde ≥ 1 m), de belle apparence et exemptes de bryozoaires.

Avr. 2008 – Juil. 2009 • Financement :MPO Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA), Société de développement de l'industrie maricole (SODIM), Halieutec, Les Gaspésiennes inc.
Équipe du projet : Louise Gendron (MPO), Éric Tamigneaux (Halieutec), Raymond Ferembach (Les Gaspésiennes inc.)
Information: Louise Gendron ( Louise.Gendron@dfo-mpo.gc.ca) /aquaculture/acrdp-pcrda/index-fra.htm

Aspect d'une fronde de varech recouverte par le bryozoaire Membranipora membranacea comparativement à une fronde de varench en santé(2006)

Mise au point de tests ELISA pour la détection des anticorps contre les pathogènes viraux du poisson

Il arrive que des pathogènes viraux ayant de courtes périodes d'infection soient difficiles à détecter au moyen des méthodes diagnostiques (p. ex. culture virale ou PCR. La séroconversion, ou le développement d'anticorps contre un pathogène donné, est la réponse type de nombreux poissons qui survivent à une exposition systémique à un organisme infectieux. Les essais immunoenzymatiques fondés sur la fixation d'un antigène (ELISA) sont couramment utilisés pour évaluer la présence et le titre des anticorps de pathogènes viraux (p. ex. le virus de l'anémie infectieuse du saumon (VAIS), le virus de la septicémie hémorragique [VSH]) et sont des outils importants en épidémiologie et pour les stratégies de gestion thérapeutique des poissons d'élevage. De plus, des échantillons peuvent être prélevés au moyen de méthodes d'échantillonnage non létales, ce qui constitue un avantage pour l'évaluation de l'état de santé du stock géniteur et de poissons de valeur. Ces essais peuvent fournir d'importants éléments d'information historique, par exemple pour déterminer si une population a été exposée au virus et si l'on a établi qu'une population était porteuse, ce qui permet de guider les décisions concernant le transfert (notamment l'importation ou l'exportation) ou l'utilisation de poissons susceptibles d'être des porteurs asymptomatiques.

Dans le cadre de ce projet, nous évaluerons l'état actuel du développement des essais ELISA pour la détection d'anticorps contre les pathogènes viraux, y compris le VAIS et le VSH. Un système ELISA sera mis au point, puis on procédera à la validation analytique minimale du test afin de déterminer sa sensibilité et son utilité.

Avr. 2010 – Mars 2013 • Financement : MPO Centre d'expertise sur la santé des animaux aquatiques, recherche et diagnostique (CESAARD)
Équipe du projet : Nellie Gagné (MPO), Mathieu Doucet (MPO), Mélanie Roy (MPO), Mark Laflamme (MPO)
Information: Nellie Gagné ( Nellie.Gagne@dfo-mpo.gc.ca)

Mélanie Roy, biologiste, prépare des cellules pour la transfection

Modèles de vaccins à ADN contre le virus de l'anémie infectieuse du saumon (VAIS)

Le virus de l'anémie infectieuse du saumon (VAIS) est un pathogène des salmonidés qui est à l'origine de mortalités massives en aquaculture. Il demeure un problème récurrent dans l'Est du Canada et le Maine depuis l'épizootie initiale de 1996.

L'immunisation par ADN repose sur l'introduction et la captation de plasmides dans les cellules, et la traduction d'un peptide immunogène au moyen des mécanismes de la cellule hôte. Il existe des vaccins à ADN efficaces contre le rhabdovirus aquatique, mais les vaccins à ADN contre le VAIS ne sont toujours pas aussi efficaces que prévus.

La présentation croisée est d'une importance cruciale pour activer une réponse du lymphocyte T CD8 exposé à des antigènes à base de protéines. Puisque la capacité physiologique des cellules présentatrices d'antigène d'effectuer une présentation croisée d'antigènes est généralement faible, il existe un intérêt marqué pour la mise au point de réactifs qui amélioreront la présentation d'antigènes exogènes par la voie de présentation croisée.

Les protéines de choc thermique (PST) ont de nombreuses fonctions, dont celles de faciliter la translocation de chaînes naissantes à travers les membranes et de cibler les protéines en vue de la dégradation dans les lysosomes. Des études ont montré la liaison efficace de petites séquences de peptides hydrophobiques aux PST. Ces séquences de liaison peuvent être incorporées à la construction d'un plasmide pour maximiser la liaison covalente des PST avec l'antigène en question.

Nous proposons une nouvelle approche faisant appel à la construction d'un plasmide pour l'expression de sous-unités de protéines du VAIS, combiné à une séquence de liaison de PST, en présence d'un lieur et d'un peptide signal appropriés.

Avr. 2009 – Mars 2013 • Financement :MPO Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA), Novartis Animal Health Canada Ltd.
Équipe du projet : Nellie Gagné (MPO), Mathieu Doucet (MPO), Mélanie Roy (MPO), Mark Laflamme (MPO), Kira Salonius (Novartis Animal Health Canada Ltd.), Nathalie Simard (MPO), Sybil Smith (Novartis Animal Health Canada Ltd.)
Information: Nellie Gagné ( Nellie.Gagne@dfo-mpo.gc.ca) /aquaculture/acrdp-pcrda/index-fra.htm

Saumon atlantique échantillonnée pour l'étude du vaccin

Physiologie et nutrition des poissons

L'objectif de ce projet consiste à trouver de nouveaux ingrédients tirés de sous-produits marins et à les utiliser dans l'alimentation des saumons atlantiques d'élevage.

Neuf ingrédients seront étudiés, mais seulement trois feront l'objet d'études à plus grande échelle en fonction des résultats des objectifs 1 et 2 (voir ci-dessous).

Objectif 1 : Détermination des profils généraux d'expression génétique à la suite de l'exposition des poissons aux nouvelles formulations d'aliments. Tout d'abord, les profils généraux d'expression génétique des poissons seront comparés au fil du temps après leur exposition à une série de nouvelles formulations d'aliments. L'étude initiale nous servira à déterminer quelles formulations présentent le plus grand potentiel sur le plan génétique. Seules les formulations qui entraînent les réponses génétiques les plus intéressantes feront ensuite l'objet d'études physiologiques. Enfin, la corrélation entre les réponses génétiques et physiologiques sera établie.

Objectif 2 : Détermination des coefficients de digestibilité apparente (CDA) des neuf sous-produits sélectionnés.

Objectif 3 : Détermination du niveau optimal d'assimilation des trois sous-produits sélectionnés au moyen d'expériences nutritionnelles à petite échelle.

Objectif 4 : Détermination du rendement des trois sous-produits sélectionnés au moyen d'expériences physiologiques et nutritionnelles à grande échelle.

Ces expériences permettront d'établir le potentiel commercial des trois nouveaux sous-produits. Les sous-produits et les formulations qui présentent le potentiel le plus intéressant pourraient, un jour, être commercialisés par l'industrie de l'aquaculture.

2009 – 2014 • Financement : Fonds d'innovation de l'Atlantique de l'Agence de promotion économique du Canada Atlantique (FIA-APECA), Institut de recherche sur les zones côtières (IRZC)
Équipe du projet : Sébastien Plante (UMCS), Jacques Gagnon (IRZC), Nadia Tchoukanova (IRZC), Francis LeBlanc (MPO), Mark Laflamme (MPO), Nellie Gagné (MPO), France Béland (IRZC)
Information: Sébastien Plante ( Sebastien.plante@umcs.ca)

Réservoirs de digestibilité pour les expériences sur l'alimentation des saumons

Mise au point d'un nouveau traitement à base d'ARN contre le virus de l'anémie infectieuse du saumon

Les maladies infectieuses représentent un fardeau économique important pour les industries piscicoles. L'incidence de ces maladies sur les populations de poissons sauvages soulève également des inquiétudes. Le virus de l'anémie infectieuse du saumon (VAIS) constitue un agent pathogène viral des salmonidés causant une mortalité massive. Ce virus constitue un problème récurrent dans dans l'Est du Canada et dans l'État du Maine depuis les premières épizooties en 1996. Actuellement, aucun traitement après vaccination n'existe pour combattre les infections causées par ce virus au cours des stades plus avancés de développement du saumon.

Nous proposons de mettre au point un nouveau vaccin d'interférence à ARN pour lutter contre le VAIS. L'ARN interférent a été utilisé avec succès pour combattre des infections virales chez de nombreuses espèces de vertébrés et d'invertébrés, et présente l'avantage de pouvoir être utilisé comme vaccin prophylactique et comme traitement pour combattre le virus dès les premiers signes d'infection. Contrairement aux vaccins traditionnels, les vaccins d'ARN interférent peuvent lutter contre toutes les souches d'un virus donné.

Jusqu'à maintenant, nous avons analysé des séquences et développé de l'ARN interférent pouvant cibler toutes les souches connues du VAIS. Ces séquences ont été clonées et nous mettons actuellement à l'essai les ARN interférents dans des lignées cellulaires en culture.

Sept. 2009 –Mars 2013 • Financement :MPO Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA), Cooke Aquaculture inc.
Équipe du projet :Mark Laflamme (MPO), Adrien Boudreau (MPO), Nellie Gagné (MPO), Keng Pee Ang (Cooke Aquaculture Inc.), Gilles Robichaud (Cooke Aquaculture Inc.)
Information:Mark Laflamme ( Mark.Laflamme@dfo-mpo.gc.ca) /aquaculture/acrdp-pcrda/index-fra.htm

Mise au point d'un dosage moléculaire pour la détection des espèces du genre Perkinsus

Les parasites protozoaires du genre Perkinsus infectent de nombreuses espèces de bivalves marins dans le monde. Les tests mis au point récemment et fondés sur l'amplification de séquences génétiques par la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) offrent une sensibilité et une spécificité plus grandes que les tests traditionnels. Cependant, l'utilisation de ces tests n'est pas répandue, et ils n'ont pas été validés à une échelle satisfaisante pour les laboratoires de diagnostic. Afin d'être en mesure d'identifier des protistes pathogènes du genre Perkinsus, nous proposons d'adapter les tests actuels par PCR ou de mettre au point de nouveaux dosages. Nous utiliserons les séquences génomiques accessibles au public pour les différentes espèces afin de mettre au point des dosages par PCR en temps réel « à jour ».

Les données génétiques disponibles permettent de penser que la similarité des séquences d'ADN des différentes espèces du genre Perkinsus est suffisante pour qu'il ne soit nécessaire de mettre au point qu'un seul test par PCR pour tout le genre. De plus, les différences entre les séquences génétiques de ces espèces sont assez prononcées pour qu'il soit possible de mettre au point des dosages par PCR en temps réel propres à une espèce. Nous avons l'intention de mettre au point des dosages par PCR en temps réel pour les deux situations mentionnées, c'est-à-dire un essai pouvant détecter le genre Perkinsus dans son ensemble ainsi que des tests pour détecter et identifier chacune de ces espèces.

Avr. 2010 –Mars 2011 • Financement :MPO Centre d'expertise sur la santé des animaux aquatiques, recherche et diagnostique (CESAAR), MPO
Équipe du projet : Mark Laflamme (MPO), Jean René Arseneau (MPO), Mélanie Robichaud-Haché (MPO)
Information:Mark Laflamme (Mark.Laflamme@dfo-mpo.gc.ca)

Création de ressources éducatives ciblées et interactives pour aider à lutter contre la dissémination des espèces aquatiques envahissantes (EAE) dans le Canada Atlantique

Panneau d'information

L'objectif du présent projet était d'accroître la sensibilisation au sujet de la dissémination d'espèces aquatiques envahissantes (EAE) dans le Canada Atlantique et de prévenir l'introduction d'autres EAE observables dans les environs de cette région (p. ex. Didemnum vexillum en provenance des États-Unis) en ciblant deux principaux publics : les plaisanciers et les organisations représentant les Premières nations ainsi que les peuples autochtones.

Il a été démontré que les salissures présentes sur les coques d'embarcations sont un vecteur de la dissémination des EAE. Cependant, plusieurs bateaux visitant la région proviennent de zones envahies par des EAE absentes du Canada Atlantique. Pour cibler les plaisanciers dans l'ensemble du Canada Atlantique, on a conçu un site Web qui indique les endroits dans le littoral maritime de l'Amérique du Nord où sont présentes des EAE et qui fournit des renseignements sur les effets de ces espèces et sur les manières de les éliminer.

Les Premières nations et les groupes autochtones participent activement aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture, mais ils n'ont pas été directement ciblés par les efforts de sensibilisation sur les EAE consentis par le passé. De concert avec la « Mi'kmaq Confederacy of PEI » et le « Native Council of Prince Edward Island », on a élaboré du nouveau matériel qui a été distribué à l'occasion d'activités communautaires comme le Pow Wow de l'île Panmure et les assemblées générales annuelles de groupes.

Juin 2009 – Mars 2010 • Financement : Programme de partenariat sur les espèces exotiques envahissantes (PPEEE), Confédération Mi'kmaq de l'Î.P.É, Conseil autochtone de l'Î.P.É, Ministère des Pêches, de l'Aquaculture et du Développement rural de l'Î.-P.-É (PEIDFARD), Pêches et Océans Canada (MPO)
Équipe du projet : Peter Warris (PEIAA)
Information: Peter Warris ( rd@aquaculturepei.com) • http://www.aquaticintruders.com

L'huile de caméline : le prochain oléagineux au Canada

Les aliments pour poissons, qui représentent de 50 à 70 % du total des coûts de production des aquaculteurs, constituent un facteur important dans la rentabilité globale de leurs activités. La disponibilité et le prix de la farine et de l'huile de poisson qui sont utilisées dans la fabrication d'aliments pour de nombreuses espèces carnivores, fluctuent fortement.

Des phytogénéticiens et des spécialistes de la phytogénomique travaillent avec des spécialistes en nutrition du poisson et des spécialistes de la génomique fonctionnelle du poisson en vue d'améliorer et d'évaluer l'utilisation de l'huile de caméline adaptée aux besoins nutritionnels d'espèces de poisson destinées à l'élevage commercial.

Le projet de l'huile de caméline, d'une valeur de 6,1 millions de dollars, vise à relever ce défi par le développement de régimes pour la morue, le saumon et la truite dans lesquels une partie de la farine et de l'huile de poisson sont remplacées par de l'huile de caméline. La caméline appartient à la famille de la moutarde. Son huile contient une gamme d'acides aminés bien équilibrée, ce qui en fait un remplacement potentiellement viable de la farine de poisson et d'autres aliments pour animaux à forte teneur en protéines. Cette plante rustique renferme aussi des acides gras oméga-3 et oméga-6 dans un équilibre désirable, ce qui signifie que les espèces de poisson qui accumulent du gras intermusculaire, comme la truite et le saumon, accumuleront ces acides gras en quantité proportionnelle à leur apport alimentaire.

Le projet vise les résultats suivants:

  • le développement de lignées optimisées de caméline aux fins d'utilisation dans la fabrication d'aliments pour poissons.
  • la collecte de renseignements sur la digestibilité, par les salmonidés et la morue, des graines et des sous-produits de la caméline.
  • l'identification, chez le saumon, la truite et la morue, des marqueurs biologiques de l'expression génétique des réactions aux régimes à base d'huile de caméline grâce à des techniques de génomique fonctionnelle.
  • une évaluation des effets des régimes à base d'huile de caméline sur la croissance et les processus biologiques.

Mai 2009 – Déc. 2014 • Financement : Génome Atlantique, Agence de promotion économique du Canada Atlantique – Fonds d'innovation de l'Atlantique (APECA-FIA), Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse, Université Memorial de Terre-Neuve - Ocean Sciences Centre (MUN-OSC), Agriculture et Agroalimentaire Canada, Minas Seed Cooperators, Atlantic Oilseeds Ltd., Université du Colorado, Université de Giessen, Linnaeus Plant Sciences Ltd., Ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan, Commission de développement du colza de la Saskatchewan, Ministère de l'Agriculture de la Nouvelle-Écosse, Ministère des Pêches et de l'Aquaculture de la Nouvelle-Écosse, Ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Aquaculture du Nouveau-Brunswick (MAPA), Société de Recherche et développement de Terre-Neuve et du Labrabor, Entente de partenariat pour le développement économique de l'Ouest – Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Équipe du projet : Claude Caldwell (Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse), Isobel Parkin (Agriculture et Agroalimentaire Canada), Derek Anderson (Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse), Dwayne Hegedus (Agriculture et Agroalimentaire Canada), Chris Parrish (MUN), Matthew Rise (MUN), Cara Kirkpatrick, Caméline (Génome Atlantique), Génome Atlantique, Agriculture et Agroalimentaire Canada, – Centre de recherches de Saskatoon, Université Memorial de Terre-Neuve – Ocean Sciences Centre (MUN-OSC), Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse, Université de la Saskatchewan, Minas Seed Cooperators, Atlantic Oilseeds Ltd., Linnaeus Plant Sciences Ltd., Colorado State University (États-Unis), Université de Giessen (Allemagne), Conseil national de recherches du Canada (CNRC) – Institut de biotechnologie des plantes
Information: Claude Caldwell ( ccaldwell@nsac.ca)

Champs de caméline

Solutions durables et novatrices pour les activités piscicoles au Canada

Ce projet du PIAAM a permis la première intégration complète des dispositifs perfectionnés de confinement et d'alimentation d'AEG incluant les poissons d'un site de grossissement commercial à énergie très élevée dans la baie St. Mary's (N.-É.). Le manque de disponibilité des smolts a empêché l'ensemencement du site, comme prévu à l'origine, mais quelques smolts ont toutefois été introduits afin de permettre la surveillance de la condition des poissons en présence de l'équipement. D'autres travaux portants sur le développement de technologies ont été effectués durant la phase I de ce projet, y compris la validation du principe d'un collier submersible de polyéthylène à haute densité (HDPE) qui a permis de protéger l'équipement et le poisson en février 2009 lors du passage d'amas de glace sur le site, ainsi que l'intégration de la technologie de classement des poissons selon la taille « AquaSonar » avec le distributeur d'aliments d'AEG, offrant ainsi la capacité de mesurer la taille des poissons sur une base régulière. AEG continue d'élaborer des stratégies visant à atténuer les problèmes logistiques et qui permettent d'accroître la sécurité des fermes, le bien-être des poissons et le rapport coût efficacité. Un des principaux exemples de cela dans la phase I comprend le nouveau système de filet d'alevinage d'AEG qui regroupe efficacement les petits smolts pour une meilleure gestion des poissons et des aliments durant les jours suivants la mise en cage marine. Ceci permet d'augmenter leur taux de survie grâce à une meilleure protection de leur environnement même en haute mer. Le suivi des activités réalisées dans la phase I se poursuivra durant la phase II, puisque ces technologies appuient nos activités d'élevage du poisson à ce site à énergie élevée dans la baie de Fundy. L'ingénierie de la valeur, les évaluations environnementales ainsi qu'économiques, la démonstration des solutions d'AEG et le développement de nouveaux produits se poursuivront durant la phase II si il en est nécessaire.

Oct. 2008 – Mars 2010 • Financement :MPO Programme d'innovation en aquaculture et d'accès aux marchés (PIAAM), Aquaculture Engineering Group Inc. (AEG), Ministère des Pêches et de l'Aquaculture de la Nouvelle-Écosse (MPA N.-É.), Agence de promotion économique du Canada (APECA), Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherche du Canada (PARI-CNRC)
Équipe du projet : Chris Bridger (AEG), Phillip Dobson (AEG), Wade Landry (AEG), Dave Hoar (Motion Design)
Information: Chris Bridger ( chris.bridger@aeg-solutions.com) /aquaculture/sustainable-durable/index-fra.htm

Amélioration des compétences en matière d'aquaculture durable et de préservation des poissons – Programme de formation pour l'emploi – Mozambique

Le gouvernement du Mozambique a lancé un projet ambitieux visant à professionnaliser les employés du pays qui travaillent dans les secteurs clés des ressources primaires tels que l'agriculture, les pêches, l'aquaculture, l'exploitation forestière, etc. Les pêches et l'aquaculture constituent des priorités de développement pour la population du Mozambique. L'objectif global est de lutter contre la pauvreté tout en améliorant l'équité entre les sexes, l'accès à l'éducation et la santé dans le pays. En partenariat avec l'Institut d'agriculture du Mozambique (Instituto Agrario de Mocuba) et le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Caraquet, l'Institut maritime participe à l'élaboration de programmes de formation fondés sur les compétences dans les domaines de l'aquaculture et de la préservation des poissons au Mozambique en mettant l'accent sur l'entrepreneuriat et les technologies appliquées. Ces programmes permettront aux propriétaires, aux exploitants de petites fermes et aux mariculteurs de crevettes de bénéficier des services d'employés hautement qualifiés et agréés au niveau national. Le groupe travaille de concert avec le centre de formation professionelle à Quelimane (Centro de Formaçao Profissionnal de Quelimane) du Mozambique dans le but de mettre sur pied des programmes communautaires de formation de courte durée pouvant être offerts sur les fermes. Le projet en est à sa deuxième année. De plus, l'élaboration et la validation des programmes de formation sont en cours, tout comme la formation des enseignants. De nouveaux partenariats ont été créés avec le programme et le Département d'aquaculture de l'Université Eduardo Mondlane, ainsi qu'avec la Direction de l'aquaculture du Ministère des Pêches du Mozambique. Le projet a obtenu des résultats inattendus, comme l'augmentation de la collaboration dans la formation d'employés hautement qualifiés pour l'université nationale du Mozambique ainsi que le début des efforts pour le transfert technologique avec le secteur de l'aquaculture commerciale du pays.

Oct. 2009 – Juin 2012 • Financement : Agence canadienne de développement international (ACDI), Institut maritime de l'Université Memorial (MI-MUN), Association des collèges communautaires du Canada, Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Caraquet, Direction de l'aquaculture et Ministère de l'Éducation du gouvernement du Mozambique
Équipe du projet : Cyr Couturier, Hilario Canga, Joao Ubisse, Glen Penney, Luc Thériault, Antonio Hoguane (Université Eduardo Mondlane), Isabel Omar (département des pêcheries de la Mozambique, Division de l'aquaculture, Maputo)
Information: Cyr Couturier ( cyr@mi.mun.ca) • http://www.mi.mun.ca/casd

Équipe de formateurs au Mozambique
Vendeur de poissons au Mozambique