Stratégie fédérale sur les aires marines protégées

Table des matières

Principes directeurs pour la mise en oeuvre

Gestion intégrée

En tant que principe clé de la Stratégie sur les océans du Canada, la gestion intégrée (GI) est un processus de planification et de gestion concerté, souple et transparent. Il reconnaît la responsabilité partagée des gouvernements, des groupes autochtones, des collectivités côtières, de l’industrie et d’autres intervenants de soutenir la viabilité de nos ressources marines. Le respect continu des mandats législatifs des différents ministères et organismes est également enchâssé dans le concept de GI.

La création d’aires marines protégées et d'un réseaux dans ce contexte de planification améliorera l’efficacité et la santé d’aires marines protégées individuelles et d’un réseau d’aires marines protégées en assurant une gestion des zones environnantes qui ne compromet pas les objectifs des aires ou du réseau.

Approche écosystémique

L’approche écosystémique reconnaît la complexité des écosystèmes et l’existence d’interconnections et d’écoulements d’énergie entre leurs composantes (l’eau, l’air, le biote, etc.). L’utilisation de cette approche permet de tenir compte des liens entre les principales composantes de l’écosystème lors de l’identification, de la planification et de la gestion d’aires marines protégées sur une base locale, et de l’élaboration d’un réseau d’aires marines protégées.

Principe de précaution

Le principe de précaution reconnaît que des décisions suivies d’actions relatives aux mesures de conservation peuvent être prises en l’absence de certitudes scientifiques et le seront. Même sans connaissances scientifiques approfondies, on peut déterminer le risque pour l’environnement marin à l’aide des meilleures informations disponibles et prendre des mesures de conservation en s’appuyant sur cette information. Dans le contexte des aires marines protégées où la menace ou le risque peut être présumé, cela pourrait signifier que l’absence de certitude scientifique en ce qui concerne les mesures de la performance, les objectifs et les avantages d’une aire marine protégée ne sera pas invoquée pour lui refuser cette désignation.

Respect des peuples autochtones

Les peuples autochtones du Canada ont des droits issus de traités protégés par la Constitution et des accords de revendication territoriale qui doivent être respectés. Le gouvernement fédéral s’engage à collaborer avec les peuples autochtones concernés à travers le Canada pour planifier, établir et gérer les aires marines protégées.

Approche fondée sur la connaissance

L’intégration et l’utilisation des connaissances scientifiques et des connaissances écologiques traditionnelles, qui comprennent les sources d’informations autochtones, locales et historiques, peuvent contribuer notablement à l’identification, à l’établissement et à la gestion d’un réseau fédéral efficace d’aires marines protégées.

Consultation et collaboration

Le concept de consultation et de collaboration est essentiel à l’élaboration et à la mise en œuvre du réseau fédéral d’aires marines protégées et de ses composantes individuelles. Son efficacité dépend de la capacité des parties intéressées à travailler ensemble. On établira des mécanismes permettant la collecte d’informations, la sensibilisation du public, et la recherche, ainsi que des mécanismes permettant d’assurer la participation des parties intéressées ou qui ont un rôle à jouer dans la planification et la gestion des aires marines protégées afin d’améliorer la collaboration et la coopération entre les partenaires.

Sensibilisation et éducation du public et intendance

Il est essentiel pour le succès de l’entreprise de faire participer les Canadien(ne)s au développement des aires marines protégées et du réseau d’aires marines protégées. Les activités d’intendance des océans peuvent contribuer à la création de capacités, à la sensibilisation du public et à sa compréhension des problèmes de conservation des océans, ainsi qu’au développement de parties intéressées qui appuient le réseau d’aires marines protégées.

Efficacité de la gestion

L’efficacité de la gestion est évaluée en comparant les résultats d’une aire marine protégée en particulier à des objectifs précis. Cette évaluation nécessite l’identification d’objectifs précis pertinents pour une aire marine protégée qui peuvent comprendre des objectifs écologiques, de gouvernance, sociaux, économiques et/ou culturels selon la nature de l’aire. On surveillera ensuite les indicateurs appropriés des divers objectifs pour déterminer si les objectifs sont atteints.

Gestion adaptative

L’utilisation de la gestion adaptative consistera entre autres à évaluer l’efficacité de la gestion et à appliquer les nouvelles connaissances scientifiques pour ajuster les régimes de gestion et ainsi continuer à favoriser l’atteinte des objectifs des aires marines protégées.

[PHOTO: whales off Nova Scotia, one whale surfacing and a whale fluke]
Sea lions on the coast of British Columbia
Date de modification :