Sélection de la langue

Recherche

Plan de gestion intégrée des pêches pour le Dolly Varden dans la région désignée des Gwich’in et dans la région désignée des Inuvialuit - Territoires du Nord-Ouest et versant nord du Yukon

Volume 1 : Le plan – mise à jour de 2019

Image de Dolly Varder
Dolly Varden
(Salvelinus malma malma)
Photo : E. Lea, MPO Inuvik

La présente publication doit être citée comme suit:

MPO (ministère des Pêches et des Océans du Canada), Comité Mixte de Gestion de la Pêche, Conseil des Ressources Renouvelables Gwich’in, et l’Agence Parcs Canada. 2019. Plan de gestion intégrée des pêches pour le Dolly Varden (Salvelinus malma malma) dans la région désignée des Gwich’in et dans la région désignée des Inuvialuit, Territoires du Nord-Ouest et versant nord du Yukon. Volume 1 : Le plan – mise à jour de 2019. 62 p.

Avant-propos

Ce plan de gestion intégrée des pêches (PGIP) met à jour le PGIP 2011-2015 pour les populations et les pêches de Dolly Varden (Salvelinus malma malma) dans la région désignée des Gwich’in (RDG) et la région désignée des Inuvialuit (RDI) des Territoires du Nord-Ouest et du versant nord du Yukon (MPO et al. 2010). Il intègre de nouveaux renseignements, notamment l’inscription du Dolly Varden sur la liste des espèces préoccupantes en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en mai 2017. Il définit les principaux objectifs et les stratégies et mesures de gestion pour la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement de ces populations de Dolly Varden et des pêches ciblant cette espèce dans la RDG et la RDI. Il reflète les exigences d’un plan de gestion en vertu de la LEP pour le Dolly Varden dans la RDG et la RDI.

Le PGIP sert également à communiquer les renseignements mis à jour sur les pêches et leur gestion à Pêches et Océans Canada (MPO), à l’Office des ressources renouvelables des Gwich'in (GRRB), au Comité mixte de gestion de la pêche (CMGP), à l’Agence Parcs Canada, au comité de chasseurs et de trappeurs (CCT) d’Aklavik, aux Conseils des ressources renouvelables (CRR), aux communautés, aux pêcheurs et aux autres intervenants. Ce PGIP permet une compréhension commune des lignes directrices de base pour la conservation, l’utilisation durable et la gestion des populations et des pêches de Dolly Varden. Il répond aux exigences relatives aux PGIP du MPO.

Le présent PGIP n’est pas un document exécutoire qui peut servir de base à une contestation judiciaire. Il peut être modifié à tout moment et il ne peut entraver l’exercice des pouvoirs discrétionnaires conférés au ministre des Pêches et des Océans par la Loi sur les pêches. Le ministre peut, pour des raisons de conservation ou toute autre raison valable, modifier toute disposition du présent PGIP conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés en vertu de la Loi sur les pêches, mais sous réserve des exigences de l’Entente sur la revendication territoriale globale des Gwich’in (ERTGG) et de la Convention définitive des Inuvialuit (CDI).

Pour tous les cas où le MPO est responsable de la mise en œuvre des obligations selon l’ERTGG ou la CDI, la mise en application du PGIP devra respecter ces obligations. Quand le PGIP n’est pas conforme aux obligations relatives à ces accords, les conditions des accords l’emporteront dans la mesure de l’incompatibilité.

Ce PGIP pour le Dolly Varden dans la RDG et la RDI sera intégré ou adopté dans le cadre du plan de gestion en vertu de la LEP requis pour les populations de Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest.

Table des matières

1. Introduction
2. Contexte juridictionnel et de cogestion de la gestion du Dolly Varden
3. Dolly Varden et pêches de Dolly Varden au sein de la RDG et de la RDI
4. Évaluation et état des stocks
5. Menaces et facteurs limitatifs
6. Le plan de gestion
7. Le processus de gestion
Page de signature
Sources de renseignements
Annexes
Liste des figures
Liste des tableaux

1. Introduction

Ce plan de gestion intégrée des pêches (PGIP) met à jour le PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010). Il définit des objectifs et des stratégies et mesures de gestion pour la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement de la forme nordique du Dolly Varden (Salvelinus malma malma) dans la région désignée des Gwich’in (RDG) et la région désignée des Inuvialuit (RDI) de l’Arctique de l’Ouest du Canada (figure 1). Dans la RDG et la RDI, le Dolly Varden est présent dans plusieurs rivières et le long de la côte ouest du fleuve Mackenzie. La forme nordique du Dolly Varden est également présente dans la région désignée du Sahtu dans les Territoires du Nord-Ouest, au Yukon et en Alaska. Toutefois, ce PGIP est limité à la RDG et à la RDI.

Le Dolly Varden est une source de nourriture importante pour les communautés d’Aklavik et de Tetl’it Zheh (Fort McPherson). Les principales pêches intérieures de subsistance sont axées sur les populations de la rivière Rat et de la rivière Big Fish, étant donné leur proximité avec les communautés. Ces populations et d’autres sont également exploitées dans le cadre de la pêche côtière de subsistance. La pêche sportive de Dolly Varden est également pratiquée sur la rivière Firth dans le Parc national Ivvavik.

Les récoltes et les populations de la rivière Big Fish et de la rivière Rat ont diminué depuis les années 1970. La pêche ciblée de ces populations a été réduite, et dans certains cas suspendue, de façon volontaire ou par des changements réglementaires, pendant le rétablissement des populations; toutefois, la pêche a repris à des niveaux soutenus par le MPO, le CMGP, le GRRB, les communautés et d’autres partenaires de cogestion. D’importants habitats de Dolly Varden et le débit de l’eau peuvent avoir connu des changements, peut-être à la suite de tremblements de terre (voir Stephenson 2003), et les changements climatiques (voir Barber et al. 2008) peuvent avoir des répercussions sur le Dolly Varden et ses habitats, ou en auront. En 2000, le ministre des Pêches et des Océans a appuyé la gestion communautaire du Dolly Varden de la rivière Big Fish, à condition qu’un plan de gestion soit élaboré et approuvé par le MPO. Ces facteurs et l’évaluation à venir des stocks de Dolly Varden dans le cadre de la Loi sur les espèces en péril fédérale (LEP) ont déclenché la création du PGIP 2011-2015.

En 2010, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a conclu que la forme nordique (Arctique de l’Ouest) du Dolly Varden était une espèce préoccupante (COSEPAC 2010), et il a transmis sa recommandation au ministre des Pêches et des Océans. Des consultations publiques en 2012, le soutien de la communauté et des partenaires de cogestion et la prise en compte de facteurs socioéconomiques et autres ont conduit le ministre des Pêches et des Océans, en mai 2017, à inscrire les stocks de Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest sur la liste des espèces préoccupantes dans la partie 4 de l’annexe 1 de la LEP. Par conséquent, un plan de gestion en vertu de la LEP pour le Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest est exigé dans les trois ans suivant l’inscription, c’est-à-dire d’ici mai 2020. La LEP comprend des dispositions pour l’adoption ou l’intégration de tout plan existant qui comprend des mesures adéquates pour la conservation de l’espèce (LEP, article 69). Le présent PGIP a été préparé en tenant compte des exigences d’un plan de gestion en vertu de la LEP, et il est prévu que le PGIP fournisse les considérations et les mesures de conservation de l’espèce requises d’un plan de gestion en vertu de la LEP pour le Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest de la RDG et la RDI. Ce PGIP ne s’applique qu’au Dolly Varden de la RDG et de la RDI, alors que le plan de gestion en vertu de la LEP s’appliquerait à toute l’aire de répartition du Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest au Canada (figure 2).

Le PGIP mis à jour en 2019 intègre de nouveaux renseignements sur les populations, les récoltes (jusqu’en 2016, inclusivement) et les habitats de Dolly Varden, et les répercussions de l’inscription de l’espèce sur la liste des espèces préoccupantes de la LEP. Il définit des objectifs, des stratégies et des mesures pour la gestion des pêches et de l’habitat des poissons, ainsi que pour le maintien et le rétablissement des populations de Dolly Varden. Ce PGIP sera utilisé par les pêcheurs, les communautés, les Gwich’in, les Inuvialuit, le gouvernement du Canada et d’autres intervenants pour la gestion des activités quotidiennes et à plus long terme. Il vise à permettre la conservation à long terme, l’utilisation durable et le rétablissement des populations de Dolly Varden dans la RDG et la RDI.

Le PGIP est fondé sur les connaissances et les pratiques traditionnelles des Gwich’in et des Inuvialuit, sur les connaissances scientifiques et sur les croyances sous-jacentes des Gwich’in et des Inuvialuit quant à l’importance de respecter le poisson, notamment de ne pas le surpêcher, de le tuer rapidement et sans cruauté, de le manipuler proprement et de ne pas en parler de manière désobligeante.

Le PGIP a été élaboré et sera mis en œuvre par le gouvernement du Canada, les Gwich’in et les partenaires inuvialuits dans le cadre d’un processus de cogestion adaptative qui fait progresser la gestion communautaire. Les groupes qui ont participé à sa préparation sont le ministère des Pêches et des Océans (MPO), le Comité mixte de gestion des pêches (CMGP), l’Office des ressources renouvelables des Gwich'in (GRRB), l’Agence Parcs Canada, le comité de chasseurs et de trappeurs (CCT) d’Aklavik, le Conseil des ressources renouvelables (CRR) d’Ehdiitat, le CRR de Gwichya, le CRR de Nihtat, le CRR de Tetlit, les anciens d’Aklavik et de Tetl’it Zheh, le groupe de travail de la rivière Rat, le groupe de travail du versant ouest et le comité directeur du PGIP (comprenant des représentants du MPO, du CMGP, du GRRB et de Parcs Canada). Le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest ont contribué à l’élaboration du PGIP et contribuent à sa mise en œuvre.

Le PGIP mis à jour en 2019 doit être lu dans le contexte des volumes 1 et 2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) et de la législation pertinente, notamment l’Entente sur la revendication territoriale globale des Gwich’in (ERTGG), la Convention définitive des Inuvialuit (CDI), la Loi sur les parcs nationaux du Canada, la Loi sur les pêches et la LEP.

Le PGIP est un document évolutif. Il peut être modifié à tout moment si une demande est soumise et acceptée par les parties signataires après une réunion avec tous les intervenants. Le PGIP est soutenu par des plans de récolte annuels qui sont recommandés par le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest, approuvés par le comité directeur du PGIP et soutenus par les communautés.

Le PGIP présente le contexte d’administration et de cogestion, résume la biologie du Dolly Varden et décrit les pêches. Il fournit les plus récents renseignements et l’état actuel des connaissances sur l’état des populations de Dolly Varden, et décrit les menaces connues pour le Dolly Varden. Il présente le plan de gestion et le processus de gestion à suivre, y compris les objectifs, les stratégies, les actions déjà réalisées ou en cours, les mesures de conservation et le calendrier de mise en œuvre, les mesures permettant de suivre les progrès de la mise en œuvre du PGIP, et décrit le processus de gestion. Il comprend des références supplémentaires. L’annexe 1 résume les récoltes de Dolly Varden dans la RDG et la RDI. L’annexe 2 présente le « processus des feux de circulation » que le CMGP et le groupe de travail du versant ouest utilisent pour évaluer les indicateurs tirés des connaissances scientifiques et traditionnelles sur la santé du Dolly Varden et d’autres populations de poissons anadromes dans la RDI afin de recommander des changements pour les niveaux de récolte autorisés. De plus amples renseignements sont disponibles dans le PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010).

Le PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) contient plusieurs annexes. Elles n’ont pas été mises à jour dans le présent PGIP. Toutefois, il existe un souhait et un besoin de mettre à jour les annexes F (Historique de la gestion), G (Niveaux de capture), H (État des stocks) et K (Plan de recherche et de surveillance) dès que le temps le permettra.

2. Contexte juridictionnel et de cogestion de la gestion du Dolly Varden

Le contexte juridictionnel et juridique fournit le cadre pour la conservation et l’utilisation durable du Dolly Varden dans la RDG et la RDI. La mise en œuvre de l’ERTGG et de la CDI par l’intermédiaire des processus de cogestion du CMGP et du GRRB est donc une base essentielle pour la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement des stocks de Dolly Varden.

2.1. Contexte juridique et juridictionnel

Le MPO, le CMGP, le GRRB, Parcs Canada, le CCT d’Aklavik et les CRR ont tous des responsabilités en matière de cogestion des stocks et des pêches de Dolly Varden dans la RDG et la RDI. Ces responsabilités sont décrites plus en détail dans l’annexe C du PGIP 2011-2015. Tous les groupes se coordonnent et travaillent en étroite collaboration pour s’acquitter de leurs responsabilités respectives. Ils s’acquittent de leurs responsabilités dans le cadre de l’ERTGG et de la CDI, de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, de la Loi sur les pêches, de la Loi sur les océans et de la LEP.

Le MPO a la responsabilité ultime, découlant de la Loi constitutionnelle, de gérer les pêches du Canada, de protéger ses eaux et de veiller à ce que les écosystèmes aquatiques soient protégés contre les répercussions négatives. Le MPO exerce ce pouvoir dans le cadre de la Loi sur les pêches et de ses règlements, de la Loi sur les océans et de la LEP. Les dispositions relatives à la protection des pêches de la Loi sur les pêches ont remplacé les dispositions relatives à la protection de l’habitat du poisson en 2012-2013 et se concentrent sur la gestion des menaces qui pèsent sur la durabilité et la productivité continue des pêches commerciales, récréatives et autochtones du Canada. En février 2018, le gouvernement du Canada a proposé des modifications à la Loi sur les pêches (projet de loi C-68) qui visaient à rétablir les protections perdues et à intégrer des mécanismes de protection modernes pour protéger tous les poissons et leur habitat, et prévoyaient une gestion et un contrôle appropriés des pêches, l’établissement de zones d’importance écologique et la création de refuges marins. Étant donné que des sections clés de la Loi sur les pêches sont en cours de révision, les exigences légales pour la gestion du Dolly Varden et de ses habitats peuvent changer; les changements apportés à la Loi sur les pêches devraient être suivis de près.

Le MPO intègre une approche de précaution et une approche écosystémique dans les décisions relatives à la gestion des pêches par l’intermédiaire du Cadre pour la pêche durable. L’application de ce cadre devrait garantir le maintien de la santé et de la productivité des pêches et des stocks de poissons, tout en protégeant la biodiversité et les habitats des poissons et en répondant à la nécessité de maintenir des populations durables, comme le prévoit la LEP.

Le CMGP et le GRRB sont des institutions publiques régies par la loi. Ils sont les principaux instruments de gestion de la pêche dans la RDI et dans la RGS, respectivement. Ils doivent agir dans l’intérêt du public. Leurs responsabilités en matière de gestion de la pêche sont décrites dans la CDI et dans l’ERTGG, respectivement. Ces responsabilités sont d’ordre décisionnel, opérationnel et consultatif. Le CMGP et le GRRB fournissent des recommandations et des conseils au ministre des Pêches et des Océans. Parmi ses responsabilités, le CMGP peut faire des recommandations au ministre des Pêches et des Océans au sujet de la pêche de subsistance lorsque cela est nécessaire, et le GRRB fixe le total autorisé des captures, ainsi que les niveaux de besoins minimums et les niveaux de besoins des Gwich’in, selon les besoins.

L’entente de chevauchement entre le Conseil tribal des Gwich’in, le Conseil Inuvialuit de gestion du gibier et l’Inuvialuit Regional Corporation stipule que les populations d’animaux sauvages (y compris les poissons) dont les aires de répartition se trouvent en partie ou en totalité dans la zone d’Aklavik 1400 Lands seront gérées conjointement par le CCT d’Aklavik et le CRR d’Ehdiitat, et que chaque groupe renoncera à ses droits de récolte exclusifs et préférentiels. Le CCT et le CRR d’Aklavik prennent les décisions relatives à l’allocation inter et intracommunautaire.

Les CCT et les CRR ont des responsabilités précises liées à la pêche qui leur sont attribuées dans le cadre de la CDI et de l’ERTGG, respectivement. Ces responsabilités comprennent la répartition des prises autorisées entre les communautés ou les participants, la prestation de conseils sur les pêches au CMGP ou au GRRB, respectivement, la participation à la collecte de données sur les pêches et à la recherche, ainsi que l’examen et l’approbation des propositions de recherche.

Parcs Canada est chargé de la protection et de la gestion des ressources du Parc national Ivvavik, qui couvre 9 750 km2 sur le versant nord du Yukon. Le parc comprend le bassin versant du ruisseau Fish (Komakuk), le bassin versant de la rivière Firth, y compris le ruisseau Joe, et le bassin versant de la rivière Babbage, qui abritent des populations de Dolly Varden, et la rivière Malcolm, qui aurait abrité des Dolly Varden dans le passé. Parcs Canada gère les Dolly Varden dans le parc, conformément aux dispositions de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, de la CDI et de la LEP.

De nombreuses autres organisations jouent un rôle dans la gestion et la protection globales des stocks et des habitats du Dolly Varden dans la RDG et la RDI. Il s’agit notamment d’autres organisations créées en vertu de l’ERTGG et de la CDI, du gouvernement du Yukon et d’autres ministères fédéraux.

2.2. Cogestion au sein de la RDG et de la RDI

Les pêches de Dolly Varden dans la RDG et la RDI sont gérées par un processus de cogestion adaptative (voir Ayles et al. 2007). Les processus sont similaires dans les deux régions, mais les détails diffèrent souvent. La cogestion adaptative est un processus qui permet aux intervenants de partager la responsabilité de la gestion et de tirer des enseignements de leurs actions grâce à une rétroaction à plusieurs niveaux. Le processus est axé sur l’établissement de décisions et de justifications claires pour les actions proposées, la mise en œuvre de ces décisions, la documentation et l’évaluation des résultats sur les stocks de poissons et les pêches, et la réponse à l’évaluation en confirmant, modifiant ou changeant les décisions pour les années à venir. La prise de décision intègre une approche de précaution et une approche écosystémique définies par le MPO.

L’approche de cogestion adaptative permet au MPO, au CMGP, au GRRB, à Parcs Canada, au CCT d’Aklavik et aux CRR de travailler en étroite collaboration pour s’acquitter de leurs responsabilités quant à la gestion des pêches et des populations de Dolly Varden. Cela est fait dans le cadre de l’ERTGG, de la CDI, de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, de la Loi sur les pêches, de la Loi sur les océans et de la LEP. Les communautés et les pêcheurs participent également au processus, ainsi que d’autres intervenants si nécessaire.

La cogestion adaptative des Dolly Varden dans la RDG et la RDI a compris la mise en place du groupe de travail de la rivière Rat et du groupe de travail du versant ouest. Ces groupes de travail rassemblent des renseignements généraux et recommandent par consensus les niveaux de récolte autorisés, les objectifs et les stratégies de conservation et les autres exigences en matière de gestion de la pêche.

Le groupe de travail de la rivière Rat a été créé par le GRRB pour superviser la gestion des Dolly Varden de la rivière Rat. Ses membres font partie du GRRB, du CRR d’Ehdiitat, du CRR de Tetlit, du CCT d’Aklavik, du MPO et du CMGP; ses observateurs et conseillers comprennent des membres du CRR des Gwichya Gwich’in, du CRR de Nihtat, le président du groupe de travail du versant ouest, les surveillants des ombles de la rivière Rat, et d’autres selon les besoins. Le groupe de travail du versant ouest a été créé par le CMGP pour superviser la gestion de la rivière Big Fish (voir le Comité de chasseurs et de trappeurs d’Aklavik 2014) et d’autres populations et pêches de Dolly Varden dans la RDI à l’ouest du delta du Mackenzie, jusqu’à la frontière entre le Canada et l’Alaska. Ses membres sont issus du CMGP, du CCT d’Aklavik, du Comité des aînés d’Aklavik, du MPO, de Parcs Canada et des parcs territoriaux du Yukon; parmi les observateurs et les conseillers figurent le président du groupe de travail de la rivière Rat, le GRRB, le CRR d’Ehdiitat, le CRR de Tetlit, et d’autres encore selon les besoins. La coopération entre le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest est renforcée par un accord formel; les présidents des groupes de travail participent en tant qu’observateurs aux procédures de l’autre groupe de travail afin d’aider à garantir une approche coopérative de la gestion des problèmes de chevauchement relatifs aux Dolly Varden. Les groupes de travail élaborent également des plans opérationnels, examinent les résultats et les nouveaux renseignements, et modifient les plans si nécessaire. Un comité directeur du PGIP, composé de hauts représentants du MPO, du CMGP, du GRRB et de Parcs Canada, a été créé à partir du PGIP 2011-2015 pour superviser la mise en œuvre du PGIP. Le comité directeur coordonne les activités liées au Dolly Varden, fournit des orientations au groupe de travail de la rivière Rat et au groupe de travail du versant ouest et décide des points, comme les niveaux de récolte annuels autorisés, qui lui sont soumis par les deux groupes de travail. Toutefois, le MPO, le CMGP, le GRRB et Parcs Canada conservent la responsabilité ultime des éléments visés par leur mandat.

De plus amples détails sur le processus de cogestion adaptative dans la RDG et la RDI sont fournis dans le PGIP 2011-2015, en particulier dans le volume 2 (MPO et al. 2010).

3. Dolly Varden et pêches de Dolly Varden au sein de la RFG et de la RDI

Le Dolly Varden est apparenté au saumon, à la truite et à l’omble chevalier (Salvelinus alpinus). Dans l’ouest de l’Arctique canadien, les populations de Dolly Varden étaient considérées comme étant des ombles chevaliers jusqu’en 1997; aujourd’hui, elles sont considérées comme étant une espèce distincte, Salvelinus malma (Walbaum 1792), plus étroitement apparentée aux Dolly Varden du reste du monde qu’à l’omble chevalier (Reist et al. 1997).

Tous les Dolly Varden de l’Arctique canadien appartiennent à la sous-espèce nordique, S. malma malma. La sous-espèce nordique se trouve au nord de la péninsule de l’Alaska et des îles Aléoutiennes, à l’est du fleuve Mackenzie dans l’ouest dans l’Arctique de l’Ouest, et en Asie. Dans la RDG et la RDI, elle est présente dans les réseaux hydrographiques du ruisseau Fish (Komakuk) et des rivières Firth (y compris le ruisseau Joe, un affluent de la rivière Firth), Babbage, Big Fish, Rat (Ddah Zhit Han) et Vittrekwa, et le long de la côte de la mer de Beaufort à l’ouest du delta du Mackenzie; dans le passé, on a également signalé sa présence dans la rivière Malcolm (voir la figure 1). En dehors de la RDG et de la RDI, cette sous-espèce est présente dans l’amont de la rivière Peel (mais peut ne pas être la sous-espèce nordique) et de la rivière Blackstone, au Yukon, dans la rivière Gayna dans la région désignée du Sahtu (voir la figure 2), et dans plusieurs rivières du versant nord de l’Alaska. Les cours supérieurs de la rivière Firth et du ruisseau Joe, son affluent, se trouvent en Alaska. Des recherches sont en cours pour mieux comprendre la présence du Dolly Varden à l’est du fleuve Mackenzie; des Dolly Varden ont été signalés dans des cours d’eau à l’est du fleuve Mackenzie, peut-être dans la rivière Hornaday et aussi loin à l’est que dans le golfe Coronation; on ne sait pas s’il s’agit de poissons « errants » migrateurs ou de petites populations locales autosuffisantes.

Le COSEPAC décrit le cycle de vie du Dolly Varden (COSEPAC 2010 et les références citées). Dans la RDG et la RDI, le Dolly Varden peut adopter trois stratégies de cycle biologique : anadrome (séjournant en mer), résident de cours d’eau (non anadrome, résiduel, fluvial) et résident de cours d’eau isolé (voir McCart 1980). Les Dolly Varden anadromes résident en eau douce pendant les trois ou quatre premières années de leur vie, après quoi ils migrent vers la mer en mai et juin pour se nourrir, et retournent en eau douce, généralement dans leur cours d’eau natal (Sandstrom et Harwood 2002), à la fin de juillet et au début août pour hiverner. Ils répètent leur cycle de migration la plupart des années. Ils frayent en eau douce à partir de 4 à 6 ans. Actuellement, on sait que les Dolly Varden anadromes sont présents dans les réseaux hydrographiques du ruisseau Fish (Komakuk) et des rivières Firth (y compris le ruisseau Joe), Babbage, Big Fish, Rat et Vittrekwa

Le Dolly Varden non anadrome qui vit dans les cours d’eau coexiste avec le Dolly Varden anadrome dans tous ces réseaux; il s’agit presque exclusivement de mâles qui vivent dans les eaux d’amont et frayent en s’introduisant subrepticement dans les nids des Dolly Varden anadrome. La raison pour laquelle certains Dolly Varden adoptent un cycle de vie résiduel et d’autres un cycle de vie anadrome n’est pas claire, mais les recherches laissent entendre qu’il est possible que cela soit lié à leur taux de croissance au cours de leurs trois ou quatre premières années de vie.

Les formes isolées de Dolly Varden ne migrent pas vers l’océan. Des Dolly Varden isolés se trouvent en amont des chutes des rivières Babbage et Big Fish (où des formes anadromes et résiduelles se trouvent en aval des chutes), dans certaines rivières du bassin versant de la rivière Peel et dans la rivière Gayna. En amont du réseau de la rivière Peel, certaines populations sont présentes dans les lacs (par exemple, le lac Horn) et d’autres dans les rivières; cependant, les détails de leur cycle biologique (par exemple, uniquement lacustre, ou adfluvial résident de cours d’eau/lacustre migrateur) sont inconnus.

Les Dolly Varden utilisent une variété d’habitats (COSEPAC 2010). En hiver, on les retrouve dans les tronçons en amont des réseaux hydrographiques qui ne gèlent pas totalement (fosses à poissons), principalement en raison du débit des eaux souterraines. La plupart des rivières à gradient élevé dans l’Arctique de l’Ouest gèlent jusqu’au fond pendant l’hiver, de sorte que ces habitats de fosses à poissons constituent une petite partie de chaque système; ils sont donc essentiels, tout en limitant l’espace dans la plupart des réseaux hydrographiques pour les populations de Dolly Varden. Les habitats des fosses à poissons sont utilisés pour la fraie, la croissance et l’hivernage. Les petits cours d’eau qui gèlent peuvent accueillir les jeunes Dolly Varden de l’année pendant la saison des eaux libres. Les plus grandes rivières peuvent être des voies de migration pour les Dolly Varden anadromes. Les habitats marins côtiers sont des zones d’alimentation cruciales pendant l’été, et récemment des Dolly Varden ont été trouvés jusqu’à 150 km au large (C. Gallagher, données non publiées). La capacité de charge des stocks de Dolly Varden est probablement limitée, au moins dans une certaine mesure, par la disponibilité des habitats de fraie et d’hivernage.

Les poissons piscivores sont des prédateurs des Dolly Varden adultes et juvéniles et de leurs œufs. Les grands Dolly Varden mangent également des Dolly Varden juvéniles plus petits et des œufs de Dolly Varden. Parmi les autres prédateurs opportunistes, on peut mentionner les mammifères (p. ex., les loutres, les ours et les loups), les oiseaux (p. ex., les aigles, le cincle d’Amérique [Gallagher et Lea 2019]) et les gros poissons en eau douce, et les bélugas (Delphinapterus leucas), les phoques, les oiseaux et les gros poissons en eau de mer. La lamproie arctique (Lampetra japonica) peut parasiter les Dolly Varden. La niche écologique du Dolly Varden peut chevaucher celle des espèces de saumon du Pacifique (Oncorhynchus spp.) que l’on trouve plus fréquemment dans l’Arctique de l’Ouest.

Peu de renseignements sont disponibles sur les contaminants, les maladies et les parasites du Dolly Varden dans la RDG et la RDI. On a mesuré les organochlorés dans les Dolly Varden de la rivière Rat en 1986. On a signalé la présence du virus de la nécrose pancréatique infectieuse chez les Dolly Varden de la rivière Rat de 1980 à 1984; les tests ultérieurs n’ont pas été concluants. Toutes les analyses effectuées à ce jour ont conclu que les concentrations moyennes de mercure total observées pour toutes les formes de cycle biologique, toutes les périodes d’échantillonnage et tous les réseaux hydrographiques étaient bien inférieures aux lignes directrices canadiennes relatives à la consommation sécuritaire (Tran et al. 2015). Les échantillons de muscles provenant des programmes de surveillance des pêches sont archivés en permanence et pourraient être analysés si des questions relatives à d’autres contaminants sont soulevées.

De plus amples renseignements sur les besoins en matière d’habitat et d’écosystème du Dolly Varden dans la RDG et la RDI figurent à l’annexe E du volume 2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010). L’évaluation et le rapport de situation du COSEPAC (COSEWIC 2010) fournissent un résumé exhaustif de la biologie et des besoins en matière d’habitat du Dolly Varden.

3.1. Pêches ciblant le Dolly Varden

Les Dolly Varden anadromes sont une cible majeure des pêches de la RDG et de la RDI. Les principales pêches traditionnelles se déroulaient dans les zones de fraie et d’hivernage des rivières Big Fish, Rat et d’autres, le long de la côte ouest de la mer de Beaufort dans les pêches de stocks mixtes pendant l’été, et le long du côté ouest du delta du Mackenzie pendant leur migration en amont à la fin de l’été. Une pêche sportive existe dans le Parc national Ivvavik dans la rivière Firth pendant la saison des visites d’été. Les populations de Fish Creek (Komakuk), Malcolm et Babbage étaient autrefois pêchées directement, mais peu d’activités de pêche (voire aucune) visant ces populations ou la population de Vittrekwa ont eu lieu récemment, sauf dans le cadre de pêches de stocks mixtes le long des côtes ouest de la mer de Beaufort et de l’Alaska et dans le delta du Mackenzie. Aucune analyse socioéconomique des pêches de Dolly Varden n’a été réalisée.

L’annexe F du volume 2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) contient un résumé de l’historique de la gestion des stocks de Dolly Varden dans la RDG et la RDI jusqu’en 2010.

Pêches traditionnelles

Les Dolly Varden anadromes sont récoltés depuis que les hommes ont commencé à habiter l’Arctique de l’Ouest, il y a environ 8 000 ans. La pêche de Dolly Varden a été et demeure un élément essentiel des cultures gwich’in et inuvialuit, et sert à des fins culturelles, nutritionnelles médicales et de subsistance. Traditionnellement, les Gwich’in et les Inuvialuit utilisaient l’ensemble du poisson autant que possible et partageaient une bonne récolte au sein de la communauté (Papik et al. 2003; Institut social et culturel Gwich’in 2010; Byers et al. 2019). Aujourd’hui, le poisson est souvent fumé, séché ou congelé pour le conserver. En cas d’urgence, on utilisait le Dolly Varden pour nourrir les attelages de chiens, qui étaient essentiels pour la participation des habitants du delta du Mackenzie à l’économie du commerce de la fourrure. En vertu de l’ERTGG et de la CDI, les participants gwich’in et inuvialuit ont le droit de pêcher sans avoir de permis, sauf dans les zones qui sont fermées à la pêche en vertu du Règlement de pêche des Territoires du Nord-Ouest en raison de préoccupations liées à la conservation.

Avant 1930, il existait de nombreux lieux de pêche traditionnels (Papik et al. 2003; Byers et al. 2019). La pêche des Inuvialuit était concentrée le long de la côte ouest de la mer de Beaufort, entre la frontière de l’Alaska et le delta du Mackenzie, et dans la zone d’hivernage de la rivière Big Fish (les fosses à poissons). Les Inuvialuit ont commencé à pêcher dans le cours inférieur de la rivière Big Fish dans les années 1960. Les Gwich’in pêchaient principalement dans le delta du Mackenzie et le bassin versant de la rivière Peel, et les Gwich’in Vuntut du Yukon pêchaient dans les rivières du versant nord du Yukon, en particulier la rivière Firth et la rivière Babbage. Après que les gens aient quitté leurs campements traditionnels et leurs postes de la GRC pour s’installer dans des communautés, plusieurs endroits plus éloignés ont été moins fréquemment pêchés.

Les méthodes de pêche traditionnelles comprenaient les filets fauchoirs et maillants en babiche, en saule et en fanons utilisés dans les eaux plus profondes, ainsi que les pièges et les lances en roche, en bois flotté et en saule utilisés dans les cours d’eau peu profonds et dans le lit des rivières. On utilise désormais des filets maillants en coton et en nylon plus efficaces, et la taille des mailles est passée de 76 à 127 mm (3 à 5,5 pouces) à 102 à 114 mm (4 à 4,5 pouces), et à 89 mm (3,5 pouces) à Shingle Point. Une maille de 89 mm (3,5 pouces) était populaire, car elle permettait de capturer des poissons plus petits et plus savoureux. Les restrictions volontaires en matière d’engins de pêche et l’utilisation rotative des rivières étaient des pratiques de gestion traditionnelles.

Actuellement, les principales pêches de subsistance se pratiquent sur les rivières Big Fish et Rat, le long du côté ouest du delta du Mackenzie et le long de la côte ouest de la mer de Beaufort. Peu d’activités de pêche directes visant les autres stocks (voire aucune) ont eu lieu ces dernières années; ces stocks sont toutefois exploités dans le cadre de pêches mixtes le long de la côte et dans le delta du Mackenzie.

Au début des années 1970, on a observé une diminution importante des récoltes et de l’abondance des populations exploitées dans la rivière Big Fish et la rivière Rat. Des mesures de gestion soutenues par la communauté ont été introduites pour réduire les récoltes de ces populations, et des fermetures temporaires ont été mises en place. Les eaux de la rivière Big Fish (68° 39′ 48″ de latitude N, 135° 52′ 35″ de longitude O) et du ruisseau Fish (67° 43′ 42″ de latitude N, 136° 15′ 44″ de longitude O) et tous leurs affluents sont fermés à la pêche en vertu du Règlement de pêche des Territoires du Nord-Ouest, sauf à des fins éducatives ou scientifiques en vertu d’un permis. Depuis 2012, les niveaux de récolte autorisés ont été recommandés par le groupe de travail du versant ouest (voir le Comité de chasseurs et de trappeurs d’Aklavik 2014) et approuvés par le Comité directeur du PGIP pour la récolte à l’embouchure de la rivière Big Fish (secteur VI du delta du fleuve Mackenzie) par ordonnance modificative. De même, le groupe de travail du versant ouest et le comité directeur du PGIP appuient une récolte communautaire dans les fosses à poissons de la rivière Big Fish, ce qui est réalisé grâce à la délivrance d’un permis de pêche communautaire autochtone (délivré en vertu du Règlement sur les permis de pêche communautaires des Autochtones) depuis 2014.

La rivière Rat a fait l’objet d’une fermeture volontaire de 2006 à 2008. Cette pêche a été ouverte à nouveau en 2009 avec un niveau de récolte autorisé établi par le groupe de travail de la rivière Rat et approuvé par le GRRB. Les niveaux de récoltes autorisés sont révisés chaque année, recommandés par le groupe de travail de la rivière Rat et approuvés par le comité directeur du PGIP.

Récoltes totales de Dolly Varden. Certaines estimations générales et relatives à certains stocks de poissons existent pour les rivières Big Fish et Rat et les pêches côtières de 1971 (annexe 1); d’autres proviennent du MPO, de l’Étude sur les récoltes des Gwich’in (1995-2004) et de l’étude sur la récolte des Inuvialuit (1988-1997). Des programmes exhaustifs de surveillance annuelle des récoltes, y compris la collecte de données biologiques, ont commencé en 1995 pour la rivière Rat, en 2011 pour les pêches côtières et en 2012 pour la rivière Big Fish. Des enquêtes volontaires et des échantillonnages sont effectués dans le Parc national Ivvavik.

Les efforts de pêche et les niveaux de récolte annuels ont considérablement varié. Les récoltes totales de Dolly Varden étaient systématiquement plus élevées dans les années 1960 et 1970 que dans les années 1990 et les années ultérieures. Par exemple, les estimations des récoltes en 1972 et 1973 pouvaient aller de 6 650 à 19 500 poissons, tandis que dans les années 1980 et 1990, les récoltes atteignaient un maximum de 4 128 poissons. Ce changement peut résulter d’une diminution du nombre de pêcheurs, de la réduction de l’effort ou de la diminution du nombre de poissons, ou peut refléter une augmentation du prix de l’essence. Plus récemment, les récoltes totales de 2000 à 2010 ont varié entre 95 et 1 806 poissons, et de 2011 à 2016 entre 813 et 1 320 poissons (tableau 1). Les chiffres des prises pour les rivières Big Fish et Rat dans le tableau 1 ne sont pas les nombres totaux de prises propres à la population puisque les récoltes des pêches côtières incluent également les Dolly Varden de ces rivières. Les pêches côtières peuvent également inclure toutes les autres populations de Dolly Varden du Canada et de l’Alaska. Les récoltes par les bénéficiaires dans la rivière Firth sont incluses dans les récoltes déclarées pour le Parc national Ivvavik. Il n’y a pas eu de pêche de subsistance dirigée dans la rivière Babbage ces dernières années.

Rivière Big Fish. Les récoltes ont varié de 8 000 à 12 000 poissons en 1972 à 94 poissons en 1980, et sont passées à 1 875 poissons en 1986. Le déclin de l’abondance et de la taille des Dolly Varden de la rivière Big Fish a conduit les habitants d’Aklavik à demander sa fermeture légale en vertu du Règlement de pêche des Territoires du Nord-Ouest, fermeture qui est entrée en vigueur en 1987. Les niveaux de récolte annuels sécuritaires sont recommandés par le groupe de travail du versant ouest et approuvés par le comité directeur du PGIP. En 2012 et 2013, un niveau de récolte sécuritaire de 150 Dolly Varden a été mis en place par des ordonnances modificatives pour l’embouchure de la rivière Big Fish (secteur VI du delta du fleuve Mackenzie). L’embouchure de la rivière Big Fish et l’aval cette embouchure se trouvent en dehors de cette zone de fermeture; toutefois, le Règlement de pêche des Territoires du Nord-Ouest prévoit une restriction pour la pêche au filet maillant à l’embouchure dans cette zone (secteur VI du delta du Mackenzie) pendant le mois d’août. La levée des restrictions relatives aux filets maillants continue d’être promulguée par ordonnance modificative depuis 2012, car la communauté continue d’être intéressée par la pêche dans certains sites traditionnels de la région. Toutefois, depuis 2014, les Dolly Varden sont aussi pêchés dans les fosses à poisson en vertu de permis de pêche communautaires autochtones (voir également le CCT d’Aklavik 2014). Le niveau de récolte sécuritaire de 150 poissons s’appuyait sur l’hypothèse que 25 Dolly Varden supplémentaires provenant de la rivière Big Fish sont capturés dans les pêches côtières, selon les chiffres moyens de récolte récents et l’estimation des contributions fondée sur une analyse génétique de la pêche des stocks mélangés. Les récoltes récentes dans les fosses à poissons ont varié de 150 poissons en 2014 et 2015 à 187 en 2016 (tableau 1). Les Dolly Varden de la rivière Big Fish sont également capturés par les pêches côtières; le nombre total de Dolly Varden de la rivière Big Fish récoltés dans les fosses à poissons et dans le cadre des pêches côtières entre 2014 et 2016 est estimé entre 190 et 282 poissons.

Rivière Rat. Les préoccupations concernant la santé des Dolly Varden de la rivière Rat ont conduit à l’élaboration du plan de pêche de l’omble de la rivière Rat en 1996, qui comprenait des niveaux de récolte recommandés. Le plan a fait l’objet de mises à jour régulières. Dans les années 1970, les récoltes variaient de 2 100 à 6 500 poissons, et dans les années 1980, de 1 100 à 3 125 poissons. De 1990 à 2003, les récoltes allaient de 376 à 3 331 poissons, avec des estimations de population allant de 7 953 à 11 191 poissons. Une diminution importante, mais temporaire a été observée en 2004 : la récolte a été de 363 poissons et la population a été estimée à 2 912 poissons. Une étude par marquage-recapture réalisée en 2005 a confirmé le déclin des Dolly Varden dans la rivière Rat. Une fermeture volontaire de la pêche a eu lieu en 2006 pour une durée de trois ans, à l’exception d’une récolte autorisée de 120 Dolly Varden par an par les surveillants de pêches afin de continuer à recueillir des données biologiques. En 2007, on a estimé à 14 887 le nombre de Dolly Varden présents dans le site d’hivernage, un nombre composé principalement d’une seule classe d’âge. En 2009, la récolte n’a été que de 95 poissons. Le niveau de récolte autorisé a donc été réduit à 600 poissons (1 225 auparavant) pour 2010, car les études semblaient indiquer une baisse potentielle du nombre de poissons intégrant la pêche. Depuis 2011, la récolte intérieure annuelle varie entre 293 et 573 Dolly Varden (tableau 1). Ne’edilee (trou de pêche de la rivière Rat) est fermé à la pêche depuis 1978. Le Dolly Varden de la rivière Rat est également capturé par les pêches côtières; le nombre total de Dolly Varden de la rivière Rat récoltés dans la rivière Rat et par les pêches côtières de 2011 à 2016 a varié de 326 à 771 poissons. Les niveaux de récolte annuels autorisés sont recommandés par le groupe de travail du versant ouest et approuvés par le comité directeur du PGIP.

Pêches côtières. La pêche côtière est principalement pratiquée à l’île Herschel (baie Thetis) et à Shingle Point, mais aussi dans la baie Ptarmigan, à la pointe King, à la pointe Sabine et dans d’autres lieux de pêche traditionnels (Papik et al. 2003). Les récoltes de la pêche côtière ont varié de 37 poissons en 1991 à 1 365 en 1996, et plus récemment de 335 à 597 poissons de 2009 à 2016 (tableau 1). Ces dernières années, une analyse génétique des stocks mixtes a mis en lumière les contributions des divers stocks aux zones de récolte côtières (voir Gallagher et al. 2018, Gallagher et al. 2020a). La composition de la population de la pêche côtière à Shingle Point a varié chaque année de 2011 à 2015 : des Dolly Varden des rivières Firth, Babbage, Big Fish, Rat et Vittrekwa et de l’Alaska sont récoltés (R. Banjo, données non publiées). Les Dolly Varden de la rivière Babbage constituaient la plus grande partie des récoltes de Shingle Point au cours de cette période (Gallagher et al. 2018). Les Dolly Varden récoltées plus à l’ouest, autour de l’île Herschel, provenaient principalement des rivières Babbage et Firth, du ruisseau Joe et de la rivière Kongakut en Alaska (R. Banjo, données non publiées).

Autres pêches. Des pêches traditionnelles de Dolly Varden ont également eu lieu dans les bassins versants adjacents de la rivière Peel au Yukon, et quelques Dolly Varden ont été pris de façon fortuite dans la région désignée du Sahtu.

Pêches commerciales

En 1960, le ministère du Nord canadien et des Ressources naturelles a lancé une pêche de Dolly Varden (considérés alors comme étant des ombles chevaliers) à Shingle Point (Corkum et McCart 1981). La pêche a été fermée au bout de deux ans. La récolte sur deux ans a été de 13 626 kg de Dolly Varden (en comptant 4 kg/poisson = 3 407 poissons).

En 1965 et 1966, Menzies Fisheries d’Edmonton a exploité une pêche commerciale de Dolly Varden dans la baie de Ptarmigan et dans l’anse Pauline (Corkum et McCart 1981). 7 675 kg de Dolly Varden ont été récoltés (ce qui équivaut à 1 919 poissons). En raison du coût élevé de l’expédition des prises par avion de la côte du Yukon à Inuvik, la pêche s’est traduite par des pertes très importantes. Il n’y a pas eu d’autres tentatives d’établir des pêches côtières commerciales de Dolly Varden.

Dans les années 1970, il y a eu une petite pêche commerciale sur la rivière Big Fish assortie d’un quota de 900 kg. Cette pêche n’a pas connu de succès et ne s’est pas poursuivie. Yaremchuk et al. (1989) ont fait état de récoltes commerciales « d’ombles chevaliers » dans la région du delta du Mackenzie allant de 357 à 4 713 kg (= 89 à 1 178 poissons) entre 1978 et 1982; ces pêches pourraient provenir en tout ou en partie de la rivière Big Fish et de la rivière Rat.

Il n’existe actuellement aucun quota commercial pour les stocks de Dolly Varden dans la RDG ou la RDI. Les rivières Firth et Babbage dans le parc national Ivvavik sont fermées à la pêche commerciale en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada.

Pêches sportives

La pêche sportive de Dolly Varden était pratiquée par le personnel du Réseau DEW autour des stations de la plage Komakuk et de la pointe Stokes lorsque ces sites étaient actifs. Ces sites ont été fermés en 1993 et 1963, respectivement. Un petit nombre de visiteurs pratiquent la pêche récréative de Dolly Varden, principalement dans le Parc national Ivvavik et le parc territorial de l’île Herschel. Les Dolly Varden de la rivière Firth sont une des principales cibles des pêcheurs à la ligne dans le Parc national Ivvavik.

Selon l’endroit, un permis de pêche sportive des Territoires du Nord-Ouest, un permis de pêche sportive du territoire du Yukon ou un permis de pêche de Parcs Canada peut être exigé. Dans la RDG et la RDI, les limites quotidiennes de capture et de possession de Dolly Varden sont de zéro, c’est-à-dire que la remise à l’eau des prises est limitée à ce qui est établi par les ordonnances modificatives, et la rivière Big Fish est fermée à toute pêche. Le Règlement de pêche du territoire du Yukon établit une limite de capture quotidienne de cinq Dolly Varden, et une limite de possession de dix Dolly Varden. Conformément au Règlement sur la pêche dans les parcs nationaux du Canada, la limite quotidienne de prise et de possession pour la pêche sportive dans le parc national Ivvavik est d’un Dolly Varden, et les fosses à poissons de la rivière Firth et du ruisseau Joe sont fermées à la pêche sportive. Un permis de pêche de Parcs Canada est nécessaire pour pratiquer la pêche sportive dans le parc national Ivvavik, sauf pour les bénéficiaires inuvialuits. La pêche sportive dans la REI nécessite une validation par le vendeur de permis et un enregistrement auprès des CCT ou du CMGP pour la pêche dans les terres privées.

Entre 21 et 63 permis de pêche ont été délivrés chaque année pour le Parc national Ivvavik de 2003 à 2017, soit une moyenne d’environ 40 permis par an.

Collecte à des fins scientifiques

Le Dolly Varden a été prélevé à des fins scientifiques à partir de divers stocks, notamment dans les réseaux hydrographiques du ruisseau Fish (Komakuk) et des rivières Firth, Babbage, Big Fish, Rat et Vittrekwa, et dans les lieux de récolte le long de la côte. Tous les prélèvements récents de Dolly Varden à des fins scientifiques ont été soutenus par le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest. La majorité des prélèvements à des fins scientifiques proviennent de Dolly Varden récoltés par les Gwich’in et les Inuvialuit et recueillis par les surveillants gwich’in et inuvialuit. Depuis 2000, des échantillons de poissons issus de la pêche de subsistance et d’études biologiques précises sont prélevés. Des otolithes, des nageoires adipeuses et d’autres échantillons ont été prélevés par les visiteurs et le personnel du Parc national Ivvavik, et sont fournis au MPO à des fins d’analyse.

Dans la plupart des cas, l’échantillonnage scientifique requiert un permis de pêche à des fins scientifiques délivré par le MPO. La délivrance d’un tel permis nécessite le soutien du CCT ou du CRR et du GRRB ou du CMGP. Un permis de recherche du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest ou du gouvernement du Yukon peut également être exigé pour les chercheurs qui ne font pas partie du MPO.

4. Évaluation et état des stocks

4.1. État des stocks

Depuis 1972, des évaluations des stocks ont été menées pour les populations anadromes de Dolly Varden des rivières Firth (MPO 2003c), Babbage (MPO 2003b, 2017a), Big Fish (MPO 2003a, 2013) et Rat (MPO 2001, 2014, 2017b). Aucune évaluation des stocks n’a été réalisée pour la rivière Vittrekwa, bien qu’on ait tenté de mener des études sur la population. Les études sur la population du ruisseau Fish (Komakuk) ont commencé en 2016. Les résultats jusqu’en 2010 sont résumés dans le PGIP 2011-2015, en particulier le tableau 2 du volume 1 et l’annexe H du volume 2.

Les estimations de population de Dolly Varden anadromes dans la RDG et la RDI sont fournies dans le tableau 2. Les données disponibles sur les rivières Firth et Babbage sont insuffisantes pour permettre d’observer des tendances relatives à l’abondance dans le temps. Les évaluations des stocks indiquent un déclin de l’abondance du Dolly Varden dans la rivière Big Fish, avec des estimations de 13 500 à 20 700 poissons en 1972, 9 300 poissons en 1984, et 2 232 à 4 447 poissons depuis les années 1990. Les estimations pour la rivière Rat montrent un déclin en 2004 et une augmentation en 2007, les estimations évaluées par des pairs en 2010 et 2013 étant respectivement de 5 820 et 11 919 poissons, et les estimations non évaluées par des pairs en 2015 et 2016 allant de 14 492 à 30 832 poissons.

Les conclusions les plus récentes de ces examens sont les suivantes :

L’état des populations résiduelles et isolées de Dolly Varden n’a pas été étudié ou évalué.

Le PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) a classé les populations de Dolly Varden en fonction de différentes zones d’état : saine, de prudence, critique ou indéterminée. Cette classification n’est plus nécessaire, car les évaluations des stocks et les examens par les pairs sont suffisants (voir ci-dessus), les connaissances scientifiques et les connaissances traditionnelles se sont accrues et les processus des groupes de travail sont efficaces.

Dans l’ensemble, les populations de Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest sont inscrites sur la liste des espèces préoccupantes en vertu de la LEP.

4.2. Approche de précaution

En raison du nombre relativement faible de Dolly Varden et des renseignements limités sur chaque population, une approche de précaution est nécessaire pour leur gestion. Une approche de précaution appliquée à la gestion des pêches (MPO 2009) consiste à faire preuve de prudence lorsqu’on ne dispose pas de données scientifiques et traditionnelles concluantes, et à ne pas utiliser l’absence de données scientifiques pertinentes comme une raison de ne pas prendre de mesures visant à éviter des dommages graves aux populations de poissons ou à leurs écosystèmes ou de les remettre à plus tard lorsqu’une décision doit être prise.

Une stratégie de pêche explicite fait partie d’une approche de précaution (MPO 2009). Une stratégie de pêche doit être intégrée aux plans de gestion des pêches dans le but de maintenir le taux d’exploitation à un niveau modéré lorsque l’état de la population est sain, de promouvoir le rétablissement d’une faible population et de veiller à ce que les risques de dommages graves ou irréversibles soient faibles.

Le MPO (2009) préconise, si les renseignements disponibles sont suffisants, une approche de précaution avec une stratégie de pêche qui : définit trois zones d’état du stock (zone saine, de prudence ou critique) en fonction du point de référence supérieur du stock et du point de référence limite; fixe le taux d’exploitation autorisé pour la récolte de chaque stock dans chaque zone d’état des stocks; ajuste le taux d’exploitation, en fonction de règles de décision convenues au préalable, des variations de l’état des stocks (par exemple, biomasse du stock reproducteur ou autre indice pertinent pour le rendement de la population).

Bien que les renseignements soient actuellement insuffisants pour établir des points de référence, des zones d’état des stocks et des taux d’exploitation pour les populations de Dolly Varden dans la RDG et la RDI, il existe maintenant suffisamment de renseignements pour fixer des niveaux de récolte autorisés en s’appuyant sur les connaissances scientifiques et traditionnelles plutôt que d’utiliser la ligne directrice consistant en un taux d’exploitation de 5 % de la taille de la population comme option de précaution à faible risque. L’application de ces renseignements dans le cadre de l’approche de précaution garantira qu’aucun changement majeur ne sera apporté aux niveaux de récolte tant que les tendances relatives à la taille de la population et les indicateurs ne seront pas clairs.

Le manque de connaissances conduit aussi souvent à l’utilisation d’indicateurs de santé de la population pour aider à établir ou à modifier les niveaux de récolte (par exemple, voir MPO 2013, 2017a, 2017b). Les indicateurs relatifs aux pêches sont des mesures simples (p. ex., les changements en ce qui a trait à l’âge, la longueur, au poids ou aux captures par unité d’effort) qui montrent ce qui arrive à un stock de poissons. Le CMGP et le groupe de travail du versant ouest sont en train d’élaborer un « processus de feux de circulation » avec des règles explicites de prise de décision (annexe 2) pour les pêches dans la RDI afin d’aider à apporter des changements aux niveaux de récolte autorisés lors des examens annuels de cogestion adaptative. Le GRRB et le groupe de travail de la rivière Rat utilisent et documentent des renseignements similaires, mais pas dans le cadre d’une approche aussi structurée que celle proposée dans le « processus des feux de circulation ».

5. Menances et facteurs limitatifs

L’évaluation et le rapport de situation du COSEPAC (COSEPAC 2010) ont permis de cerner 14 menaces potentielles pour le Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest dans toute son aire de répartition. Les menaces du tableau 3 sont celles du tableau 20 de l’évaluation et du rapport de situation du COSEPAC, qui indique les menaces réelles ou potentielles pouvant affecter la conservation, l’utilisation durable et la gestion efficace des stocks de Dolly Varden dans l’Arctique de l’Ouest; toutes ces menaces du COSEPAC pour la RDG et la RDI sont couvertes dans le tableau 3, bien que les termes utilisés puissent être légèrement différents. L’organisation du tableau 3 est fondée sur le tableau d’évaluation des menaces du Plan de gestion de la LEP pour le rorqual bleu (MPO 2017c), avec une colonne supplémentaire résumant le statut de chaque menace dans la RDG et la RDI. Le niveau de préoccupation du tableau 3 représente la préoccupation avant l’application des mesures d’atténuation.

Épuisement des stocks de Dolly Varden

Certaines populations de Dolly Varden dans la RDG et la RDI ont des niveaux de population plus bas qu’auparavant, et on pense que la rivière Malcolm n’abrite plus de population de Dolly Varden; si des Dolly Varden sont présents, ils n’ont pas été observés lors de plusieurs vols de reconnaissance effectués ces dernières années. La surpêche du Dolly Varden a constitué une préoccupation pour les rivières Big Fish et Rat. Le rétablissement et la reconstitution des populations après le déclin sont dus, au moins en partie, à la mise en œuvre de mesures de gestion appropriées. Des évaluations récentes pour les rivières Babbage, Big Fish et Rat concluent que les populations sont stables, exploitées de manière durable et sans préoccupations immédiates en matière de conservation, mais qu’il existe certains problèmes et besoins précis, qui varient selon les populations. D’autres études sont nécessaires sur le ruisseau Fish (Komakuk), la rivière Firth et la rivière Vittrekwa pour évaluer la taille et l’état de leurs populations.

Les « fosses à poissons » sont des sites de fraie, de croissance et d’hivernage essentiels à la survie des stocks de Dolly Varden. Les fosses à poissons étaient également des sites traditionnels de pêche importants, car les Dolly Varden s’y rassemblent; les Dolly Varden sont donc particulièrement vulnérables à la surpêche à ces endroits. La surpêche dans les fosses à poissons peut avoir contribué au déclin de l’abondance de certaines populations, tout comme la modification des habitats dans les fosses à poissons causée par la modification du débit de l’eau, l’érosion, les changements climatiques ou les tremblements de terre. Les fosses à poissons des rivières Big Fish et Rat sont actuellement fermées à la pêche (bien que des récoltes communautaires aient eu lieu ces dernières années dans les fosses à poissons de la rivière Big Fish en vertu d’un permis de pêche communautaire autochtone), et les fosses à poissons de la rivière Firth et du ruisseau Joe sont fermées à la pêche sportive.

En plus des pêches propres à certaines populations dans les différentes rivières, les populations sont exploitées par les pêches côtières de stocks mixtes, qui comprennent des poissons de toutes les populations anadromes, y compris celles de l’Alaska dans une certaine mesure. Des pêches mixtes sont également pratiquées dans certaines zones du delta du Mackenzie. La connaissance de la composition des stocks de ces pêches est essentielle pour garantir que certaines populations ne soient pas surexploitées.

La prédation sur le Dolly Varden par d’autres espèces, comme les ours, les loutres, les oiseaux et les phoques, est un phénomène naturel. Cependant, de nombreux membres de la communauté sont préoccupés par le fait que la prédation accrue, en particulier par le nombre croissant de loutres, pourrait avoir contribué au déclin de certaines populations de Dolly Varden, notamment par l’alimentation dans les fosses à poissons et d’autres zones d’hivernage. Voici quelques exemples de ces observations et préoccupations : une augmentation de la population de loutres depuis les années 1970; les loutres mangent du poisson et remontent les rivières, et pourraient anéantir les populations de Dolly Varden si elles atteignent les fosses à poissons; des ours noirs et des grizzlis ont été observés se nourrissant des remontes de Dolly Varden dans la rivière Rat; des aigles et des faucons mangent les Dolly Varden, et de fortes concentrations d’aigles ont été signalées autour des fosses à poissons; des phoques annelés mangent les Dolly Varden le long de la côte et leur nombre pourrait augmenter, et on a signalé qu’ils se rassemblent à l’embouchure des rivières. Il est nécessaire de comprendre les répercussions de l’augmentation observée de la prédation sur les populations.

Une gestion saine de la pêche et des populations de Dolly Varden est nécessaire pour assurer leur conservation et leur utilisation durable pour les générations futures. La gestion des pêches de Dolly Varden doit suivre une approche de précaution, en mettant l’accent sur l’utilisation durable et le rétablissement des stocks si possible. Il existe suffisamment de renseignements pour utiliser les connaissances scientifiques et traditionnelles afin d’établir des niveaux de récolte autorisés pour les populations de Dolly Varden. Les mesures actuelles de gestion des récoltes semblent bien fonctionner, car les récoltes semblent être durables. Toutefois, il est nécessaire de poursuivre la surveillance des prises et l’évaluation des stocks pour garantir la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement des populations de Dolly Varden, et pour optimiser les niveaux de récolte. Il faut faire preuve d’une grande prudence dans la gestion de toute récolte dans les fosses à poissons, notamment en intégrant des programmes de surveillance et d’évaluation plus exhaustifs. Les récoltes provenant des pêches côtières à population mixte devraient continuer à être intégrées dans l’établissement des niveaux de récolte autorisés pour chaque population. Une meilleure compréhension de l’origine des poissons pêchés dans les pêches à population mixte au Canada et en Alaska est nécessaire pour garantir qu’aucune population n’est surexploitée.

Les modifications des niveaux de récolte devraient utiliser des indicateurs de santé de la population, comme les changements de longueur, de poids, d’âge, de capture par unité d’effort (CPUE), etc. pour aider à établir et à modifier les niveaux de récolte, et pourraient suivre le « processus des feux de circulation » (annexe 2) pour aider à rendre le processus de décision explicite.

Changements de l’habitat

Les changements dans l’habitat essentiel ou la perte d’un tel habitat (par exemple l’habitat de fraie, d’hivernage et d’alevinage) affecteraient gravement les populations de Dolly Varden, et pourraient avoir contribué au déclin des populations dans la rivière Big Fish et la rivière Rat dans le passé. Les changements de l’habitat le long des voies de migration et dans les zones d’alimentation côtières pourraient également avoir des effets négatifs sur les populations de Dolly Varden. L’importance des réseaux fluviaux et de la zone sublittorale de la mer de Beaufort pour les Dolly Varden se reflète dans le plan de conservation de la collectivité inuvialuite d’Aklavik (CCT d’Aklavik et al. 2016), le plan d’utilisation des terres des Gwich’in (Office de planification de l’utilisation des terres Gwich’in 2003) et dans l’établissement des zones d’importance écologique et biologique dans la mer de Beaufort (Cobb et al. 2014). Le parc national Ivvavik protège le Dolly Varden et son habitat dans les rivières Fish, Firth, Malcolm et Babbage. Les tronçons supérieurs de la rivière Firth et du ruisseau Joe, qui se trouvent en Alaska, sont protégés par le fait qu’ils se trouvent dans l’Arctic National Wildlife Refuge (Réserve faunique nationale de l’Arctique) des États-Unis, dont le but est de conserver les populations de poissons et d’animaux sauvages et leur habitat dans leur diversité naturelle.

Les changements de l’habitat pourraient résulter de changements naturels et d’agents de stress d’origine anthropique, ainsi que des changements climatiques (voir la section suivante). Des changements naturels se produisent, y compris : le changement du niveau des eaux souterraines; une réduction du débit des rivières, par exemple la rivière Big Fish; une eau moins salée dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish; l’effondrement et l’érosion des berges. La baisse des niveaux d’eau et la diminution du débit des eaux souterraines pourraient avoir des répercussions importantes sur les habitats de fraie et d’hivernage du Dolly Varden. L’activité sismique, l’effondrement et l’érosion (voir Stephenson 2003) pourraient avoir des incidences similaires sur les zones de fraie, d’hivernage et d’alevinage, et pourraient bloquer les voies de migration. Les modifications de l’habitat qui se sont produites semblent avoir entraîné une diminution de la capacité de charge. Les stress anthropiques potentiels sur le Dolly Varden et ses habitats comprennent les activités de développement terrestres (comme les pipelines, les routes et l’extraction de gravier) et les activités de développements marines dans l’ouest de la mer de Beaufort (comme le transport maritime et les projets d’exploitation liés aux hydrocarbures). À l’heure actuelle, aucun projet de développement susceptible de nuire aux habitats d’eau douce ou marins du Dolly Varden n’est prévu dans la RDG et la RDI.

Des propositions et des projets antérieurs ont pu avoir des répercussions sur le Dolly Varden et son habitat. Les sites du Réseau DEW ont été construits à la plage Komakuk, à la pointe Stokes et à Shingle Point et ont été mis hors service (mais sont toujours entretenus); l’élimination des BPC et d’autres produits chimiques constituait une préoccupation majeure. Le versant nord du Yukon était un tracé proposé pour un pipeline destiné à transporter le pétrole de l’Alaska, qui aurait traversé les réseaux fluviaux dont dépendent des stocks de Dolly Varden. L’ouest de la mer de Beaufort a été le site d’activités d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures, ce qui a nécessité des tests et des explorations sismiques, la construction d’îles artificielles, des forages, des activités de transport maritime et l’utilisation de l’île Herschel comme port pour les navires de forage; tout cela pourrait interférer avec la migration et l’alimentation des Dolly Varden. En outre, un déversement de contaminant, comme du pétrole ou des produits chimiques, peut avoir des effets importants sur le Dolly Varden et sur son habitat. La construction de ports a été proposée par le passé le long du versant nord du Yukon, par exemple à la pointe King et à la pointe Stokes. Un accroissement futur de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures est possible, mais peu probable dans un avenir proche, car un moratoire sur le forage en mer est actuellement en vigueur. La découverte de Dolly Varden marqués par satellite dans des eaux jusqu’à 150 km au large des côtes accroît la crainte que les développements marins n’affectent les populations de Dolly Varden (C. Gallagher, données non publiées).

Parmi les autres activités possibles, on peut citer les bateaux de croisière, l’augmentation du tourisme, l’extraction de gravier et la construction de routes, de sentiers et de traversées de cours d’eau avec les installations de ponceaux et le défrichage des droits de passage qui les accompagnent. Toutes ces activités sont susceptibles d’avoir des effets néfastes sur le Dolly Varden et sur son habitat, mais elles ne posent actuellement pas de problème dans la RDG et la RDI.

Une croissance démographique des communautés locales est prévue et pourrait accroître la demande de pêche de subsistance. Toutefois, le PGIP fournit l’approche nécessaire pour gérer l’intérêt accru pour la pêche de Dolly Varden.

L’évaluation et le rapport de situation du COSEPAC (COSEPAC 2010) déterminent que l’évacuation de l’eau, l’exploitation forestière, la construction de barrages et la croissance démographique constituent des menaces potentielles supplémentaires. On ne considère pas qu’il s’agit de menaces probables ou importantes pour le Dolly Varden dans la RDG et la RDI dans un avenir proche.

Toutes ces activités potentielles pourraient affecter le Dolly Varden et son habitat. Il convient donc de continuer à trouver, surveiller et protéger les habitats importants du Dolly Varden. Tous les projets susceptibles de toucher le Dolly Varden et son habitat doivent être soigneusement examinés, des décisions appropriées doivent être prises quant à leur poursuite, et des décisions de planification et des mesures de protection appropriées doivent être intégrées à leur construction et à leur exploitation. L’ERTGG et la CDI contiennent des cadres solides pour la cogestion des évaluations environnementales et la protection de l’habitat qui demandent la participation du MPO, du CMGP, du GRRB et de Parcs Canada et qui ont été mis en œuvre avec succès. Le Plan de gestion du béluga de la mer de Beaufort (CMGP 2013), le Plan de gestion intégrée des océans pour la mer de Beaufort (Partenariat de la mer de Beaufort 2009) et le Cadre de gestion intégrée des pêches de la mer de Beaufort (MPO et al. 2014) contiennent également des dispositions relatives à la protection de l’habitat marin du Dolly Varden.

Changements climatiques

Les changements climatiques sont une préoccupation majeure dans la RDG et la RDI. Les changements climatiques, comme l’indique la hausse des températures, se produisent plus rapidement dans l’Arctique qu’ailleurs (voir Barber et al. 2008). Par exemple, à Aklavik, on prévoit que le nombre de jours où la température descend sous -30 °C passera de 68,5 par an en moyenne entre 1976 et 2005 à 13,6 par an en moyenne entre 2051 et 2080, et que la saison sans gel passera de 89,5 jours par an à 126,0 jours par an (Université de Winnipeg 2018). Les changements climatiques devraient avoir une incidence sur l’environnement physique (p. ex., les températures de l’air et de l’eau, la glace, etc.), ce qui pourrait avoir des effets directs ou indirects sur les Dolly Varden et sur les écosystèmes d’eau douce et marins dont ils dépendent.

Voici quelques prévisions et préoccupations. La répartition du Dolly Varden pourrait se contracter ou se déplacer vers le nord en réponse aux changements de température. D’autres espèces pourraient devenir plus nombreuses dans la région et entrer en compétition avec le Dolly Varden pour la nourriture ou les habitats de fraie. Déjà, le saumon du Pacifique (Oncorhynchus spp.) est pêché en nombre croissant et pourrait entrer en concurrence avec le Dolly Varden pour les habitats de fraie en eau douce et pour la nourriture dans les eaux côtières; on a trouvé des saumons kétas (O. keta) et des saumons rouges (O. nerka) dans le ruisseau Little Fish, un affluent de la rivière Big Fish, un saumon kéta a été capturé dans le ruisseau Fish Hole, un affluent de la rivière Babbage, et un saumon rouge a été trouvé dans le ruisseau Fish (Komakuk) (C. Gallagher, comm. pers.).

Les changements climatiques pourraient rendre l’habitat du Dolly Varden moins adapté à celui‑ci. L’érosion et l’envasement des berges et du littoral peuvent modifier la composition du substrat, affectant les habitats d’eau douce et les voies de migration et les zones d’alimentation proches du rivage. Les changements dans la quantité d’eau souterraine au moment de la fraie et de l’hivernage peuvent affecter la survie des œufs, des alevins et des poissons qui hivernent. Les changements de niveaux d’eau pourraient également affecter les frayères, les zones d’alevinage et les couloirs de migration du Dolly Varden. Plusieurs effondrements et changements de niveaux d’eau importants ont été constatés dans les fosses à poissons, et une réduction du débit d’eau et une baisse de la salinité ont été observées dans la rivière Big Fish. L’augmentation des niveaux de mercure dans les Dolly Varden de la rivière Firth et de la rivière Rat entre la période de 1986 à 1988 et celle de 2011 à 2013 (Tran et al. 2019) peut être liée aux changements climatiques; les niveaux de mercure étaient bien en dessous des niveaux établis par les lignes directrices relatives à la consommation sécuritaire.

On prévoit que les changements climatiques entraîneront un allongement de la période libre de glace et améliorera le rendement des environnements pélagiques en mer, ce qui pourrait permettre au Dolly Varden d’avoir plus longtemps accès à la nourriture ou d’accroître la quantité et la qualité de cette nourriture pendant sa phase d’alimentation côtière; la croissance accrue des Dolly Varden entre 1995 et 2007 laisse penser que cela pourrait se produire. D’autres changements dans la répartition des organismes alimentaires marins pourraient entraîner un régime alimentaire moins nutritif, une croissance moindre et une condition moins bonne, comme cela a été observé pour l’omble chevalier. Cependant, à l’heure actuelle, les effets directs et indirects des changements climatiques sur le Dolly Varden et les composantes de son écosystème sont complexes et difficiles à prévoir.

Les changements climatiques pourraient également accroître la probabilité d’autres activités humaines. Une augmentation des transports maritimes, du développement lié aux hydrocarbures et de l’activité humaine pourrait se produire, et pourrait avoir des effets négatifs sur le Dolly Varden et sur son habitat.

Dans la mesure du possible, les effets et les répercussions des changements climatiques sur le Dolly Varden dans la RDG et la RDI devraient être surveillés, les résultats de la surveillance et les prévisions devraient être intégrés dans les décisions de gestion, et des indicateurs appropriés des changements climatiques devraient être élaborés et faire l’objet d’un suivi. Cela nécessite également une meilleure compréhension du régime alimentaire du Dolly Varden et de ses liens écosystémiques.

Chevauchements entre le Sahtu, le Yukon et l’Alaska

Les populations de Dolly Varden se trouvent dans la région désignée du Sahtu, au sud du versant nord du Yukon et en Alaska, et les stocks de Dolly Varden de l’Alaska se trouvent le long de la côte ouest canadienne de la mer de Beaufort. Il n’existe aucune entente officielle entre ces gouvernements concernant la gestion du Dolly Varden et aucun mécanisme n’existe pour régler les conflits entre les communautés, comme la récolte de stocks qui se chevauchent, mais des échanges informels de renseignements ont lieu. Au fur et à mesure que des connaissances sont acquises, et si des problèmes intergouvernementaux se posent, une participation plus formelle à la gestion des populations de Dolly Varden de la RDG et de la RDI pourrait être utile.

6. Le plan de gestion

6.1. Objectifs de gestion

L’objectif principal de la gestion du Dolly Varden dans la RDG et la RDI est de garantir la conservation à long terme, le rétablissement et l’utilisation durable des stocks de Dolly Varden au profit des générations actuelles et futures.

Les objectifs suivants, qui concernent des enjeux socioéconomiques, écosystémiques, de conservation et d’intendance, ont une portée très large.

  1. Maintenir des stocks de Dolly Varden en bonne santé dans toute la RDG et la RDI.
  2. Préserver et protéger les habitats du Dolly Varden dans toutes les rivières de la RDG et de la RDI et le long de la côte de la mer de Beaufort pour que les stocks de Dolly Varden continuent de proliférer.
  3. Gérer les pêches de Dolly Varden en utilisant des processus de gestion adaptative avec la pleine participation de la communauté.
  4. Assurer le maintien du Dolly Varden dans la RDG et la RDI afin de fournir une alimentation de subsistance et de soutenir la culture traditionnelle des Gwich’in et des Inuvialuit.
  5. Gérer, dans la mesure du possible, les pêches de Dolly Varden en respectant les pratiques culturelles des Gwich’in et des Inuvialuit.

Les objectifs sont essentiellement les mêmes que ceux du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010). Ils sont conformes aux objectifs généraux de l’ERTGG, de la CDI, de la Loi sur les pêches, de la Loi sur les espèces en péril (LEP), de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et du plan de pêche de la rivière Big Fish (CCT d’Aklavik 2014).

6.2. Mesures déjà achevées ou en cours

De nombreuses actions ont été menées à bien ou sont en cours pour améliorer la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement des populations de Dolly Varden dans la RDG et la RDI. Les mesures suivantes ont été déclenchées par le déclin des populations et des récoltes de Dolly Varden dans les rivières Big Fish et Rat entre les années 1980 et le début des années 2000.

6.3. Stratégies générales

Les stratégies suivantes contribueront à atteindre les objectifs du PGIP pour le Dolly Varden. Les stratégies, en général, s’inscrivent dans la continuité des mesures entreprises jusqu’à présent (voir ci-dessus), et devraient contribuer à assurer la conservation, l’utilisation durable et le rétablissement des stocks de Dolly Varden. Les relations entre les stratégies et les objectifs sont indiquées entre parenthèses.

Stratégies générales

Gestion des pêches

Protection de l’habitat

Recherche et surveillance

Communication, éducation et surveillance de la conformité

L’annexe J du volume 2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) comprend plus de détails sur la manière dont ces stratégies devraient être mises en œuvre.

6.4. Mesures de conservation et calendrier de mise en œuvre

La mise en œuvre des stratégies décrites ci-dessus devrait permettre d’atteindre les objectifs du PGIP et de faire face aux menaces qui pèsent sur le Dolly Varden dans la RDG et la RDI. Ces renseignements et le calendrier de mise en œuvre sont indiqués dans le tableau 4.

Les stratégies hautement prioritaires sont celles qui concernent la conservation et l’utilisation durable des populations de Dolly Varden et la protection de leur habitat.

La mise en œuvre de ces stratégies fait partie des responsabilités permanentes du MPO, du CMGP, de GRRB et de Parcs Canada. Ces organisations ont mis en place des processus annuels pour planifier les projets qui mettent en œuvre les stratégies et pour examiner les résultats des projets.

Le MPO, le CMGP, le GRRB, Parcs Canada, le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest se réunissent régulièrement avec leurs CCT, CRR et communautés. Cela leur permet d’entendre directement les problèmes et les observations locales relatifs aux Dolly Varden, à la pêche, aux habitats et aux changements climatiques. Ces renseignements sont ensuite réincorporés dans le processus de cogestion adaptative afin de résoudre les problèmes et d’améliorer la gestion du Dolly Varden.

Le CMGP et le GRRB ont des processus annuels pour solliciter, recevoir, examiner et approuver les propositions de projets du MPO et des universités qui répondent à leurs besoins en matière de recherches et d’études pour l’année à venir. Ces processus sont liés au cycle de planification des projets du MPO. Ces processus seront suivis pour élaborer des projets visant à faire avancer plusieurs stratégies, comme « effectuer des évaluations de stocks », « désigner, évaluer et surveiller les habitats essentiels » et « entreprendre des études sur le cycle biologique ».

Une part importante de la gestion des populations de Dolly Varden dans la RDG et la RDI est le processus d’examen annuel mené par le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest. Ce processus est décrit dans la prochaine section. Il permet d’ajuster les mesures de gestion, en particulier les niveaux de récolte, pour tenir compte des nouveaux renseignements obtenus à partir des évaluations des stocks, des connaissances traditionnelles, de la surveillance des récoltes et des indicateurs biologiques.

Le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest ont également des cycles annuels de réunions, d’examens et d’évaluations pour garantir que les niveaux de récolte autorisés et les mesures de gestion sont revus chaque année et modifiés si nécessaire, que de nouveaux renseignements sont recueillis et pris en compte, que les besoins des projets sont définis et que des programmes de surveillance sont mis en œuvre.

Ces processus permettent au MPO, au CMGP, au GRRB et à Parcs Canada de travailler en étroite collaboration, et de travailler avec les CCT, les CRR et les communautés à la mise en œuvre de ce PGIP et d’apporter des ajustements opportuns, le cas échéant, à son application.

7. Le processus de gestion

7.1. Mesure des progrès

Examens annuels

La mise en œuvre de ce PGIP pour les Dolly Varden nécessite des mises à jour et des examens annuels. Chaque année, le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest examinent les résultats des pêches de l’année. Ils évaluent le succès des mesures de gestion, les niveaux de récolte, les programmes de surveillance, les communications, les résultats de recherche, les observations locales et les préoccupations de la communauté afin d’aider à garantir que les objectifs et les résultats souhaités du PGIP sont atteints. Le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest consultent les communautés concernées pour tout ajustement proposé des niveaux d’exploitation autorisés, des stratégies, des mesures de conservation et des projets pour tenir compte de ces résultats et des nouveaux renseignements sur le Dolly Varden et son habitat. Les examens suivent le processus de cogestion adaptative.

Dans les examens annuels, les groupes de travail :

Le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest présentent leurs examens au comité directeur du PGIP dans le cadre d’un processus officiel (voir ci-dessous). Le comité directeur du PGIP examine les recommandations du groupe de travail de la rivière Rat et du groupe de travail du versant ouest et donne son approbation quant aux changements et aux conseils.

Examens du rendement et modifications

Tous les cinq ans, le PGIP fera l’objet d’une évaluation approfondie. L’évaluation comprendra des renseignements sur la mise en œuvre de chaque stratégie. L’évaluation permettra de déterminer si les objectifs du PGIP sont atteints, si les stratégies et les mesures de conservation sont mises en œuvre efficacement et si elles permettent d’obtenir les résultats souhaités. L’évaluation formulera des recommandations et des suggestions aux fins d’amélioration. Des critères d’évaluation et des indicateurs mesurables seront élaborés pour aider à orienter le processus. L’évaluation s’appuiera sur les examens annuels formels du groupe de travail de la rivière Rat et du groupe de travail du versant ouest.

Le plan de gestion du Dolly Varden en vertu de la LEP doit être révisé tous les cinq ans. Le processus d’examen en vertu de la LEP et le processus d’examen du PGIP doivent être étroitement liés.

7.2. Gestion du processus

La mise en œuvre de ce PGIP pour le Dolly Varden doit être bien gérée. Par conséquent :

Signatures

Le ministère des Pêches et des Océans, le Comité mixte de gestion de la pêche, le Conseil des ressources renouvelables des Gwich’in et l’Agence Parcs Canada soutiennent ce plan de gestion intégrée des pêches visant le Dolly Varden pour la région désignée des Gwich’in et la région désignée des Inuvialuit, et s’engagent à le mettre en œuvre efficacement.

Les signataires souhaitent remercier le CCT d’Aklavik, le CRR d’Ehdiitat, le CRR de Tetlit, le groupe de travail de la rivière Rat et le groupe de travail du versant ouest pour leur aide dans l’élaboration du PGIP, ainsi que pour leurs rôles et responsabilités dans sa mise en œuvre.

Les signataires s’engagent à procéder à une évaluation et un examen approfondis du PGIP pour le Dolly Varden tous les cinq ans.

Signé : L. Dow, directeur, Opérations dans le Nord, région du Centre et de l’Arctique, Pêches et Océans Canada

Signé : A. Kennedy, président, Comité mixte de gestion de la pêche

Signé : J. Carnogursky, président, Conseil des ressources renouvelables des Gwich’in

Signé : L.E.K. Binder, directeur d’unité de gestion, Unité de gestion de l’Arctique de l’Ouest, Agence Parcs Canada

Sources de renseignements

Les références suivantes sont citées dans le PGIP. L’annexe M du volume 2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) et l’Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC (COSEPAC 2010) contiennent des sources d’information supplémentaires allant jusqu’à 2010.

Aklavik Hunters and Trappers Committee. 2014. Big Fish River Fishing Plan: community harvest of char at Shingle Point, the mouth of the river and the fish hole. 17 p.

Aklavik Hunters and Trappers Committee, Aklavik Community Corporation, Wildlife Management Advisory Council (NWT), Fisheries Joint Management Committee, et Joint Secretariat (en anglais seulement). 2016. Aklavik Inuvialuit community conservation plan. Akaqvikmiut nunamikini nunutailivikautinich. 195 p.

Ayles, B., Bell, R. et Hoyt, A. 2007. Adaptive fisheries co-management in the Western Canadian Arctic. In Adaptive co-management: collaboration, learning and multi-level governance. Éditeurs : D. Armitage, F. Berkes et N. Doubleday. Univ. British Columbia Press, Vancouver, p. 125-150.

Barber, D.G., Lukovich, J.V., Keogak, J., Baryluk, S., Fortier, L. et Henry, G.H.R. 2008. The changing climate of the Arctic. Arctic 61 (Suppl. 1): S7-S26.

Beaufort Sea Partnership (en anglais seulement). 2009. Integrated Ocean Management Plan for the Beaufort Sea: 2009 and beyond. 57 p.

Byers, T., Reist, J.D. et Sawatzky, C.D. 2019. Compilation and synopsis of literature on the Traditional Knowledge of Indigenous Peoples in the Northwest Territories concerning Dolly Varden. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci. 3177: vi + 63 p.

Cobb, D.G., Roy, V., Link, H. et Archambault, P. 2014. Information to support the reassessment of ecologically and biologically significant areas (EBSAs) in the Beaufort Sea Large Ocean Management Area. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2014/097: iv + 37 p.

Corkum, L.D. et McCart, P.J. 1981. A review of the fisheries of the Mackenzie Delta and nearshore Beaufort Sea. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci. 1613: v + 55 p.

COSEPAC. 2010. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Dolly Varden (Salvelinus malma malma) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa (PDF 1,3 Mo). x + 73 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2003a. La Dolly Varden de la rivière Big Fish. MPO - Sciences, Rapport sur l’état des stocks D5-60, 16 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2003b. La Dolly Varden de la rivière Babbage. MPO - Sciences, Rapport sur l’état des stocks D5-62, 13 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2003b. 2003c. La Dolly Varden de la rivière Firth. MPO - Sciences, Rapport sur l’état des stocks D5-63, 13 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2009. Un cadre décisionnel pour les pêches intégrant l’approche de précaution.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2013. Évaluation du Dolly Varden de la rivière Big Fish (T.N.-O) de 2009 à 2011. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Avis sci. 2012/065, 12 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2014. Évaluation du Dolly Varden (Salvelinus malma) de la rivière Rat, Territoires du Nord-Ouest, de 2002 à 2007. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Avis sci. 2014/036, 11 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2017a. Évaluation du Dolly Varden de la rivière Babbage, au Territoire du Yukon 2010-2014. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Avis sci. 2016/055, 15 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2017b. Évaluation du Dolly Varden de la rivière Rat, dans les Territoires du Nord-Ouest 2009–2014. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Avis sci. 2016/058, 20 p.

MPO (Pêches et Océans Canada). 2017c. Plan de gestion du rorqual commun (Balaenoptera physalus), population de l’Atlantique au Canada, Série de Plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril, MPO, Ottawa, v + 41 p.

MPO (Pêches et Océans Canada), Gwich’in Renewable Resources Board, Comité mixte de gestion de la pêche (en anglais seulement) et Agence Parcs Canada. 2010. Integrated fisheries management plan for Dolly Varden (Salvelinus malma malma) of the Gwich’in Settlement Area and Inuvialuit Settlement Region, Northwest Territories and Yukon North Slope. Volume 1: The Plan, 25 p. Volume 2: Appendices, 60 p.

MPO (Pêches et Océans Canada), Comité mixte de gestion de la pêche (en anglais seulment), Inuvialuit Game Council et Inuvialuit Regional Corporation. 2014. Beaufort Sea Integrated Fisheries Management Framework for the Inuvialuit Settlement Region, Canada: 2013-2017. Canada/Inuvialuit Fisheries Joint Management Committee Rep. 2014-1: 64 p.

CMGP (Comité mixte de gestion de la pêche – en anglais seulement). 2013. Beaufort Sea Beluga Management Plan 4th Amended Printing. 56 p.

Gallagher, C.P., Howland, K.L., Harris, L.N., Bajno, R., Sandstrom, S., Loewen, T. et Reist, J. 2013. Dolly Varden (Salvelinus malma malma) from the Big Fish River: abundance estimates, effective population size, biological characteristics, and contribution to the coastal mixed-stock fishery. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2013/059. v + 46 p.

Gallagher, C.P., Howland, K.L., Banjo, R., Sandstrom, S.J. et Reist, J.D. 2018. Abondance de la population, caractéristiques biologiques et contribution aux pêches côtières de stocks mélangés du Dolly Varden (Salvelinus malma malma) de la rivière Babbage : 2010 à 2014. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Doc. de rech. 2018/029, iv + 116 p.

Gallagher, C.P., Bajno, R., Reist, J.D. et Howland, K.L. 2020a. Genetic mixed-stock analyses, catch-effort, and biological characteristics of Dolly Varden (Salvelinus malma malma) from the Rat River collected from subsistence harvest monitoring programs: 2009-2014. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2020/001. Sous presse.

Gallagher, C.P., Howland, K.L. et Sandstrom, S.J. 2020b. Population abundance and biological characteristics of Dolly Varden (Salvelinus malma malma) from the Rat River collected from a mark-recapture program: 2009-2014. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2020/nnn (en préparation).

Gallagher, C.P. et Lea, E.V. 2019. Overwintering habitat of American Dipper, Cinclus mexicanus, observed in and Arctic groundwater spring feeding on Dolly Varden, Salvelinus malma. Arctic 72: 82-87.

GRRB. 2009. Gwich’in Harvest Study. Final Report. Gwich’in Renewable Resource Board, Inuvik, NT. 164 p.

Gwich’in Land Use Planning Board (en anglais seulement). 2003. Nanh’ Geenjit Gwitr’it Ti’gwaa’in (Working the land). Gwich’in Land Use Plan. 165 p.

Gwich’in Social & Cultural Institute. 2010. Gwich’in traditional knowledge: Rat River Dolly Varden char. Gwich’in Social and Cultural Institute, Inuvik, NT. 52 p.

Joint Secretariat. 2003. Inuvialuit Harvest Study. Data and Methods Report. 1988-1997. The Joint Secretariat, Inuvik, NT. 203 p.

McCart, P.J. 1980. A review of the systematics and ecology of Arctic char, Salvelinus alpinus, in the western Arctic. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci. 935: vi + 89 p.

Papik, R., Marschke, M. et Ayles, G.B. 2003. Inuvialuit traditional ecological knowledge of fisheries in rivers west of the Mackenzie River in the Canadian Arctic. Canada/Inuvialuit Fisheries Joint Management Committee Tech. Rep. 2003-4: v + 20 p.

Reist, J.D., Johnson, J.D. et Carmichael, T.J. 1997. Variation and specific identity of char from northwestern Arctic Canada and Alaska. Am. Fish. Soc. Symp. 19: 250-261.

Sandstrom, S. et Harwood, L.A. 2002. Studies of anadromous Dolly Varden (Salvelinus malma) (W.) of the Big Fish River, NT, Canada, 1972-1994. Can. Manuscr. Rep. Fish Aquat. Sci. 2603: v + 39 p.

Stephenson, S.A. 2003. Local and scientific observations of Dolly Varden (Salvelinus malma) (W.) in the Big Fish River, Northwest Territories, Canada: 1995-2002. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci. 2644: v + 20 p.

Tran, L., Reist, J.D. et Power, M. 2015. Total mercury concentrations in anadromous Northern Dolly Varden from the northwestern Canadian Arctic: A historical baseline study. Sci. Total Env. Vol. 509-510: 154-164.

Tran, L., Reist, J.D., Gallagher, C.P. et Power, M. 2019. Comparing total mercury of northern Dolly Varden, Salvelinus malma malma, in two Canadian Arctic rivers 1986-1988 and 2011-2013. Polar Biol (en anglais seulement). 12 p.

Université de Winnipeg. 2018. L’Atlas climatique du Canada. Prairie Climate Centre, Université de Winnipeg, Winnipeg (Manitoba).

Yaremchuk, G.C.B., Roberge, M.M., McGowan, D.K., Carder, G.W., Wong, B. et Read, C.J. 1989. Commercial harvests of major fish species from the Northwest Territories, 1945 to 1987. Can. Data Rep. Fish. Aquat. Sci. 751: iv + 129 p.

Listes des figures

Carte du nord du Yukon et de l'ouest des Territoires du Nord-Ouest montrant les frontières, les rivières et les villes.
Figure 1. La zone générale couverte par le plan de gestion intégrée des pêches pour le Dolly Varden.
Description
  1. Communauté
  2. Limite de la revendication territoriale
  3. Parc national
  4. Route de Dempster
  5. Frontière provinciale
  6. Frontière internationale
  7. Mer de Beaufort
  8. Tuktoyaktuk
  9. Baie Mackenzie
  10. Ruisseau Joe
  11. Parc national Ivvavik
  12. Alaska (États-Unis)
  13. Parc national Vuntut
  14. Inuvialuit
  15. Rivière Babbage
  16. Rivière Blow
  17. Richardson
  18. Rivière Big Fish
  19. Ruisseau Fish
  20. Rivière Rat
  21. Territoires du Nord-Ouest
  22. Fleuve Mackenzie
  23. Crique Stony
  24. Rivière Vittrekwa
  25. Rivière Road
  26. Région désignée des Gwich’in
  27. Rivière Trail
  28. Rivière Cariboo
  29. Rivière Peel
  30. Eagle Plains
  31. Old Crow
  32. Océan Arctique
  33. Océan Pacifique
  34. Baie d’Hudson
Carte montrant la répartition du Dolly Varden, qui se trouve principalement au Yukon, mais également dans certaines parties de l'ouest des Territoires du Nord-Ouest et de l'Alaska.
Figure 2. La répartition du Dolly Varden de l’Arctique de l’Ouest au Canada.
Description
  1. Mer de Beaufort
  2. Cap Parry
  3. Paulatuk
  4. Parc national du Canada Tuktut Nogait
  5. Île Herschel
  6. Baie Mackenzie
  7. Tuktoyaktuk
  8. Parc national du Canada Ivvavik
  9. Parc national du Canada Vuntut
  10. Alaska (États-Unis)
  11. Old Crow
  12. Aklavik
  13. Inuvik
  14. Région désignée des Inuvialuit
  15. Fort McPherson + Tsiigehtchic
  16. TERRITOIRES DU NORD-OUEST
  17. Lac Colville
  18. Réserve de régions sauvages de Fishing Branch
  19. Région désignée des Gwich’in
  20. Zone d’utilisation secondaire
  21. Eagle Plains
  22. Rivière Peel
  23. Zone d’utilisation principale
  24. Rivière Arctic Red
  25. Fleuve Mackenzie
  26. Fort Good Hope
  27. Grand lac de l’Ours
  28. Région désignée du Sahtu
  29. Norman Wells
  30. Tulita
  31. Forty Mile Clinton Creek
  32. Dawson
  33. Ruisseau Bear
  34. Fleuve Yukon
  35. Elsa
  36. Keno Hill
  37. TERRITOIRES DU NORD-OUEST
  38. Mont Mackenzie
  39. Répartition du Dolly Varden
  40. Limite de la revendication territoriale
  41. Aires protégées
  42. Projection/référence : zone TUM 8N (NAD83)
  43. Préparé par Pêches et Océans Canada
  44. Décembre 2018

Liste des tableaux

Tableau 1. Récoltes de Dolly Varden dans la rivière Big Fish, la rivière Rat et les pêches côtières de 2011 à 2016 (E. Lea, données non publiées).
Pêche 2011 2012 2013 2014 2015 2016

Rivière Big Fisha

- 29b 61b 150c 150c 187c
Rivière Rata,d 355 345 293 347 573 541

Pêches côtières

458 597 335 571 597 512
Total 813 971 689 1 068 1 320 1 240

a  Les récoltes déclarées pour la pêche de la rivière Big Fish et la pêche de la rivière Rat ne tiennent pas compte de leurs contributions aux stocks mixtes des pêches côtières.
b Fermeture de la fosse à poissons de la rivière Big Fish; récolte dans le delta du Mackenzie à l’embouchure de la rivière Big Fish.
c Récolte dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish en vertu d’un permis de pêche communautaire autochtone.
d Les récoltes pour la pêche de la rivière Rat comprennent les prises dans le cadre du programme de surveillance de la rivière Rat.

Tableau 2. Populations estimées de Dolly Varden anadrome parmi les populations de la RDG et de la RDI. Veuillez ne pas citer les estimations de population après 2010 qui n’ont pas été examinées par des pairs sans autorisation (C. Gallagher, MPO Winnipeg).
Population Année Estimation de la population Commentaires Examen par les pairs ?
Rivière Firth 1972 32 000 Évaluation visuelle (peut inclure des ombres de l’Arctique) Non
1989 8 250–10 700   Non
Rivière Babbagea 1991 13 369   Non
2010 8 427 Marquage-recapture Ouic
2011 2 839-3 119 Sonar DIDSON Ouic
2011 7 407 Marquage-recapture Ouic
2012 7 950 Marquage-recapture Ouic
2013 10 365 Marquage-recapture Ouic
2014 16 182 Marquage-recapture Non
2015 18 860 Marquage-recapture Non
2016 15 882 Marquage-recapture Non
Rivière Big Fishb 1972a 20 700 Marquage-recapture Non
1984b 13 500 Marquage-recapture Non
1984 9 300 Marquage-recapture Non
1991a 2 840 Marquage-recapture Non
1991b 2 232 Marquage-recapture Non
1993 4 477 Marquage-recapture Non
1998 4 026 Marquage-recapture Non
2009 3 853 Marquage-recapture Ouic
2010 4 338 Marquage-recapture Ouic
2011 3 342 Marquage-recapture Non
2012 4 241 Marquage-recapture Non
2013 4 639 Marquage-recapture Non
2014 5 195 Marquage-recapture Non
2015 8 809 Marquage-recapture Non
2016 9 169 Marquage-recapture Non
Rivière Rataa 1989 11 191    
1995 9 036    
1997 10 411    
2001 7 953   Oui
2004 2,912   Oui
2007 14 887 Marquage-recapture* Non
2007 9 120 Marquage-recapture+ Non
2010 9 310 Marquage-recapture* Oui
2010 5 820 Marquage-recapture+ Ouic
2013 14 891 Marquage-recapture* Ouic
2013 11 919 Marquage-recapture+ Ouic
2015 30 831 Marquage-recapture* Non
2015 15 959 Marquage-recapture+ Non
2016 14 492 Marquage-recapture* Non
2016 23 421 Marquage-recapture Non

a Estimations de la population présentées pour les poissons avec une taille minimale (≥ 310 mm).
b Les estimations de population présentées pour les poissons de ≥ 365 mm doivent être cohérentes avec la manière dont le processus des indicateurs de la rivière Big Fish a été établi (annexe 2).
c Les références pour les estimations les plus récentes des populations évaluées par les pairs sont les suivantes : rivière Babbage (Gallagher et al. 2018), rivière Big Fish (Gallagher et al. 2013), et  rivière Rat (Gallagher et al. 2020b).
* Recapture des étiquettes du programme de surveillance de la rivière Rat.
+ Recapture des étiquettes dans le cadre du programme de sennage d’automne.

Tableau 3. Évaluations des menaces pour le Dolly Varden dans la RDG et la RDI (voir plus bas pour une explication des titres des colonnes).
Menace Étendue Occurrence Fréquence Certitude causale Gravité Potentiel d'atténuation Niveau de préoccupation État dans la RDG et la RDI
Épuisement des stocks
Surpêche générale Généralisé : toutes les populations

Historique

Actuelle : peu probable
Continue Élevée Élevée Élevée Élevée Une préoccupation pour la rivière Big Fish et la rivière Rat par le passé. Des régimes de récolte sûrs sont désormais en place.
Surpêche dans les fosses à poissons Toutes les fosses à poissons

Historique

Actuelle : peu probable
Continue Élevée Élevée Élevée Élevée La pêche est interdite dans la plupart des fosses à poissons. Récolte maintenant autorisée dans la rivière Big Fish dans le cadre de pêches étroitement surveillées.
Pêche dans les stocks mixtes Côte et delta : toutes les populations Historique
Actuelle
Continue Élevée Modérée Élevée Moyen Une zone d’incertitude. Une surveillance génétique en temps opportun est nécessaire.
Prédation Généralisée Historique
Actuelle
Continue Élevée Faible Faible Moyen Les connaissances locales indiquent des problèmes périodiques, mais pas de réponse à ces enjeux.
Modifications de l’habitat d’origine naturelle
Niveau des eaux souterraines Généralisée Historique
Actuelle
Continue Élevée Élevée Faible Élevée La rivière Big Fish est une source de préoccupation majeure.
Débit d’eau Généralisée Historique
Actuelle
Continue Élevée Élevée Faible Élevée La variabilité naturelle est élevée et pourrait s’accroître avec les changements climatiques.
Salinité des rivières Généralisée Historique
Actuelle
Continue Élevée Élevée Faible Élevée Changements constatés uniquement dans la rivière Big Fish.
Effondrement et érosion Généralisée Historique
Actuelle
Continue Élevée Élevée Faible Élevée Signalés dans les bassins versants et pourraient s’accroître avec les changements climatiques.
Modifications de l’habitat d’origine anthropique
Installation d’ouvrages de franchissement de cours d’eau et de ponceaux Généralisée Improbable Peu fréquent Élevée Élevée Élevé Moyen Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Construction de routes Généralisée Improbable Peu fréquent Élevée Élevée Élevé Moyen Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Construction de pipeline Généralisée Improbable Peu fréquent Élevée Élevée Élevé Moyen Ce problème ne se pose pas actuellement dans les ruisseaux visés par le PGIP et il est peu probable qu’il se pose à l’avenir.
Ouvrages de franchissement de cours d’eau et ponceaux Généralisée Improbable Peu fréquent Élevée Élevée Élevé Moyen Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Extraction de gravier Généralisée Improbable Peu fréquent Élevée Élevée Élevé Moyen Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Exploration et exploitation des hydrocarbures, y compris les essais sismiques Généralisée Prévue : côtière Récurrente Élevée Élevée Élevé Élevé Ce problème ne se pose pas actuellement dans les ruisseaux visés par le PGIP et il est peu probable qu’il se pose à l’avenir. Une préoccupation possible pour les sites côtiers
Déversements de contaminants Mer et rivages Historique
Anticipée
Récurrente Élevée Élevée Modéré Élevé Possible à partir de vieux puisards dans le delta du Mackenzie.
Tourisme Généralisée Anticipée Récurrente Élevée Modérée Moyen Moyen Principalement dans la rivière Firth, mais pourrait être un problème ailleurs dans le futur.
Évacuation de l’eau Généralisée Improbable Rare Élevée Élevée Élevé Faible Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Exploitation forestière Généralisée Improbable Rare Élevée Modérée Moyen Faible Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Construction de barrage Généralisée Improbable Rare Élevée Élevée Moyen Faible Pas un problème actuellement dans les ruisseaux couverts par le PGIP.
Croissance démographique Généralisée Possible Récurrente Élevée Modérée Faible Moyen La croissance de la population locale peut accroître la demande de pêche de subsistance. La mise en œuvre du PGIP répondra à ces demandes.
Changements climatiques
Changements climatiques Généralisée Actuellement Continue Élevée Élevée Faible Élevée Une préoccupation majeure dans la RDG et la RDI, allant des problèmes de quantité et de salinité de l’eau dans les zones de fraie, d’alevinage et d’hivernage à la fonte du pergélisol, en passant par les changements dans l’accès aux ressources halieutiques en raison des modifications du débit des rivières.
Chevauchements intergouvernementaux
Chevauchements intergouvernementaux Généralisé : toutes les populations Anticipée Occasionnelle Faible Modérée Élevé Moyen Il existe des chevauchements et conflits potentiels avec l’Alaska. Actuellement, il n’existe pas de mécanisme établi entre les communautés pour régler les conflits comme la récolte de stocks qui se chevauchent.

Explication des titres des colonnes

Une menace est une activité ou un processus anthropique qui a causé, cause ou peut causer des dommages à une espèce sauvage en péril (comme le Dolly Varden), sa mort ou des modifications de son comportement, ou la destruction, la détérioration ou la perturbation de son habitat jusqu’au point où des effets sur la population peuvent se produire. Une activité humaine peut exacerber un processus naturel.

L’étendue fait référence à la proportion de la population (de Dolly Varden) affectée par une menace, c’est-à-dire la portée de la menace dans l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce (Dolly Varden).

L’occurrence fait référence à la probabilité qu’une menace donnée se produise pour une population donnée (Dolly Varden) sur dix ans ou trois générations, selon la période la plus courte. En termes simples, il s’agit de la fréquence à laquelle l’incidence d’une activité liée à une menace se produit sur une période donnée.

La fréquence fait référence à la fréquence à laquelle la population (Dolly Varden) serait confrontée à la menace au cours des dix prochaines années ou des trois prochaines générations, selon la période la plus courte. Dans le cas des Dolly Varden, dont l’âge de maturité est d’environ 5 ans, trois générations équivaudraient à environ 15 ans, donc une période de 10 ans a été utilisée. La fréquence est caractérisée ainsi : unique (se produisant une fois), récurrente (se produisant périodiquement ou de manière répétée) ou continue (se produisant sans interruption).

Par certitude causale, on entend la solidité des données probantes établissant un lien entre la menace et la survie et le rétablissement de la population (Dolly Varden). Les preuves peuvent être des connaissances scientifiques, des connaissances écologiques traditionnelles ou des connaissances locales.

Gravité, ou « niveau de répercussions », s’entend de l’ampleur des répercussions d’une menace donnée sur l’espèce (le Dolly Varden) et de la mesure dans laquelle elle influe sur la survie ou le rétablissement de la population.

Le potentiel d’atténuation est la faisabilité, sur le plan logistique et financier, de la mise en œuvre de mesures ou d’actions efficaces pour réduire ou éliminer l’incidence d’une menace.

Le niveau de préoccupation indique si la gestion de la menace est, dans l’ensemble, très, moyennement ou peu préoccupante. Cette appréciation peut notamment tenir compte de la capacité d’atténuer ou d’éliminer la menace.

Tableau 4. Mesures de conservation et calendrier de mise en œuvre
Mesure de conservation Priorité Menaces ou préoccupations visées Calendrier et responsabilités principalesa
Stratégies générales
Appliquer les approches de précaution et écosystémique Élevée Épuisement des stocks
Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
En cours :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, CMGP, GRRB, MPO
Gérer les pêches par l’intermédiaire du groupe de travail de la rivière Rat et du groupe de travail du versant ouest Élevée Épuisement des stocks
Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
En cours :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada
Promouvoir la coopération et résoudre tout problème intergouvernemental Faible Chevauchements intergouvernementaux Au besoin :
MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada
Gestion des pêches
Ne pas autoriser la pêche commerciale Élevée Épuisement des stocks Au besoin :
MPO, CMGP, GRRB
Ne pas autoriser la pêche dans les fosses à poissons sans l’approbation du comité directeur du PGIP Élevée Épuisement des stocks En cours :
MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada
Assurer la durabilité à long terme de la pêche dans la rivière Big Fish grâce à des objectifs précis Élevée Épuisement des stocks En cours :
MPO, CMGP
Élaborer des régimes de gestion pour les rivières Firth et Babbage Moyenne Épuisement des stocks D’ici 2023 :
MPO, CMGP
Assurer la durabilité à long terme de la pêche dans la rivière Rat grâce à des objectifs précis Élevée Épuisement des stocks En cours :
MPO, GRRB
Veiller à ce que toute pêche dans la rivière Vittrekwa soit durable Moyenne Épuisement des stocks En cours :
MPO, GRRB
Gérer les pêches côtières de manière à garantir qu’aucun stock ne soit surexploité Élevée Épuisement des stocks En cours :
MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada
Réviser annuellement les pêches et les niveaux de récolte autorisés Élevée Épuisement des stocks Examen annuel :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, CMGP, GRRB, MPO, Parcs Canada
Assurer une attribution efficace des récoltes Moyenne Épuisement des stocks En cours :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, CCT, CRR
Protection de l’habitat
Protéger les habitats Élevée

Modifications de l’habitat – anthropiques Épuisement des stocks

En cours :
MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada
Recherche et surveillance
Surveiller les récoltes Élevée Surexploitation Monitor annually: RRWG, WSWG, DFO, PCA, HTC, RRCs, Harvesters
Procéder à des évaluations périodiques des stocks Élevée Surexploitation Plan annually: DFO, FJMC, GRRB, PCA Conduct cyclically: DFO
Recueillir des échantillons de la côte et du delta du Mackenzie pour des analyses génétiques Élevée Pêche dans les stocks mixtes Collect annually: RRWG, WSWG, DFO, HTC, RRCs, Harvesters Annual analysis: DFO
Entreprendre des études sur le cycle biologique Élevée Épuisement des stocks Plan annually: DFO, FJMC, GRRB Conduct as required: DFO
Définir, évaluer et surveiller les habitats critiques, sensibles et limitatifs Élevée Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
Plan annually: DFO, FJMC, GRRB, PCA
Conduct as required: DFO, PCA

Monitor annually: RRWG, WSWG, HTC, RRCs, Harvesters
Mieux comprendre le Dolly Varden et ses interactions avec les écosystèmes Élevée Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
Épuisement des stocks
Changement climatique
Planification annuelle :
MPO, CMGP, GRRB, Parcs Canada Mener au besoin : MPO
Recueillir des observations locales sur les conditions environnementales et les changements climatiques Élevée Épuisement des stocks
Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
Changement climatique
En cours :
Pêcheurs, CCT, CRR, groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, Parcs Canada
Communication, éducation et surveillance de la conformité
Entreprendre des activités de communication et d’éducation Élevée Épuisement des stocks
Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques
En cours :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, MPO, Parcs Canada, GRRB, programme de sensibilisation dans les écoles
Gérer les pêches et l’habitat des poissons par la conformité volontaire lorsque possible Élevée

Épuisement des stocks
Modifications de l’habitat – naturelles
Modifications de l’habitat – anthropiques

En cours :
Groupe de travail de la rivière Rat, groupe de travail du versant ouest, MPO, Parcs Canada, CMGP, GRRB
Mener des activités de conformité Moyenne Over-harvesting
Habitat changes - Anthropogenic
Au besoin :
MPO, Parcs Canada

a Le groupe de travail de la rivière Rat, le groupe de travail du versant ouest, les CCT, les CRR et les communautés ont également un rôle important à jouer dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces mesures de conservation.

Annexe 1 : Récoltes de Dolly Varden dans la RDG et la RDI

Les tableaux suivants résument les renseignements disponibles au sujet des récoltes annuelles des pêches traditionnelles de Dolly Varden dans la RDG et la RDI. Les renseignements proviennent du MPO, de l’Étude sur les récoltes des Gwich’in (GRRB 2009) et de l’étude sur la récolte des Inuvialuit (Secrétariat commun 2003). Les tableaux sont basés sur ceux de l’annexe G du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010) et sur les renseignements plus récents du tableau 1 du présent PGIP.

Les renseignements sur les récoltes sont présentés dans le tableau A1-1 pour les Gwich’in et les Inuvialuit, et dans le tableau A1-2 pour la rivière Big Fish, la rivière Rat et les pêches côtières de subsistance.

Récoltes des Gwich’in et des Inuvialuit

Le tableau A1-1 (tiré du tableau G-1 dans MPO et al. 2010) résume l’information disponible pour l’ensemble des récoltes de Dolly Varden par les Gwich’in et les Inuvialuit. Les renseignements proviennent des programmes de surveillance des pêches du MPO, de l’Étude sur les récoltes des Gwich’in menée de 1995 à 2004 (GRRB 2009) et de l’étude sur les récoltes des Inuvialuit menée de 1988 à 1997 (Secrétariat commun 2003). Les renseignements relatifs à certaines pêches ne sont pas disponibles pour toutes les années. Les renseignements postérieurs à 2009 ne sont présentés que dans le tableau A1-2.

L’Étude sur les récoltes des Gwich’in a enregistré la récolte totale estimée de Dolly Varden de la rivière Rat pour toutes les communautés gwich’in et tient compte des rapports de récolte excédentaire et insuffisante. Les chiffres des récoltes des Gwich’in du MPO comprennent 50 % de la récolte de Shingle Point. L’étude sur la récolte des Inuvialuit a enregistré la récolte estimée de Dolly Varden pour Aklavik, plus 50 % de la récolte de Shingle Point.

Rivière Big Fish, rivière Rat et pêches côtières

Le tableau A1-2 présente les renseignements sur les récoltes pour la rivière Big Fish, la rivière Rat et la pêche côtière de subsistance du Dolly Varden. Des renseignements sur les lignes directrices relatives à la récolte pour la rivière Big Fish et la rivière Rat sont également présentés. Le tableau A1-2 est basé sur le tableau G-2 du PGIP 2011-2015 (MPO et al. 2010). Toutefois, les récoltes de l’île Herschel, de Shingle Point et des autres pêches côtières du tableau G-2 sont présentées de la même façon que les renseignements sur les pêches côtières du tableau A1-2. Les renseignements sur les récoltes figurant dans le tableau 1 du présent PGIP sont également ajoutés au tableau A1-2.

Les récoltes dans le tableau A1-2 pour les rivières Big Fish et Rat ne comprennent pas les poissons capturés dans le cadre des pêches côtières.

Les colonnes des lignes directrices comprennent des renseignements sur le niveau de récolte sécuritaire établi, les fermetures de pêche (Fermeture v. = Fermeture volontaire) et si la fosse à poissons a été fermée (F. à p. fermée)

Tableau A1-1. Récoltes de Dolly Varden par les Gwich’in et les Inuvialuit.
Année Récolte des Gwich’in Récolte des Gwich’in
1972 6 500 9 000-13 000
1973 2 600 4 050
1975 2 100  
1980 1 545 94
1984   343
1985   989
1986 1 100 1 875
1987 3 125 203
1988 1 681 735*
1989 1 999 1 164*
1990 1 051 768*
1991 376 352*
1992 1 034 759*
1993 1 409 1 301*
1994 2 155 2 759*
1995 1 524* 548*
1996 2 920* 2 457*
1997 3 393* 1 079*
1998 3 760* 386
1999 1 911* 321
2000 1 453* 39
2001 1 781* 1-25
2002 635* 1-25
2003 1 492*  
2004 772*  
2005 658  
2006 124 64
2007 120 166
2008 119 56
2009 95  

*Les niveaux de récolte sont actuellement examinés afin d’éviter un double comptage des données du MPO, de l’étude sur les récoltes des Gwich’in et de l’étude sur les récoltes des Inuvialuit.

Tableau A1-2. Récoltes de Dolly Varden dans la rivière Big Fish, la rivière Rat et les pêches côtières (données de récolte pour 2009 à 2016 fournies par E. Lea, MPO Inuvik).
Année Pêche dans la rivière Big Fisha Pêche dans la rivière Rata,b Pêches côtières
Captures Directive Captures Directive
1971         200
1972 8 000-12 000   6 500   1 000
1973 3 850   2 600   200
1975     2 100    
1980 94   1 545    
1984 343        
1985 989        
1986 1 875   1 100    
1987 0 Fermeture v. 3 125   332
1988 0 Fermeture v. 1 681   197
1989 0 Fermeture v. 1 999   130
1990 0 Fermeture v. 1 051   219
1991 0 Fermeture v. 376   37
1992 24 700 1 034   61
1993 40 200 1 409   138
1994 36-74 200 2 155   215
1995 40-93 200 1 492   111
1996 18 200 2 517   1 365
1997 99 150 3 331 1 500 253
1998 77 150 3 319 2 000 809
1999 96 200 1 761 2 000 250
2000 39 400 1 485 2 000 15
2001 1-25 Fermeture 355 300 458
2002 1-25 Fermeture 1 180 2 000  
2003 0 Fermeture 1 083 2 000  
2004 0 Fermeture 363 600  
2005 0 Fermeture 554 600  
2006 0 Fermeture 132 Fermeture v. 127
2007 0 Fermeture 146 Fermeture v. 219
2008 0 Fermeture 120 Fermeture v. 70
2009 0 Fermeture 261 1 225  
2010 0 Fermeture 279 600  
2011 0 Fermeture 355 300 458
2012 29 150
F. à p. fermée
345 375 597
2013 61 150
F. à p. fermée
293 420 335
2014 150 150 347 420 571
2015 150 150 573 450 597
2016 187 150 540 450 512

a  Les récoltes déclarées pour la pêche de la rivière Big Fish et la pêche de la rivière Rat ne tiennent pas compte de leurs contributions aux stocks mixtes des pêches côtières.
b Les récoltes pour la pêche de la rivière Rat comprennent les prises dans le cadre du programme de surveillance de la rivière Rat.

Annexe 2 : Un « processus de feux de circulation » pour l’évaluation des indicateurs liés aux connaissancecs sccientifiques et traditionnelles pour la santé du Dolly Varden dans la RDI

L’objectif de cette annexe est de décrire brièvement les procédures en place et en cours d’élaboration pour la gestion et l’utilisation durables du Dolly Varden dans la RDI à l’ouest du fleuve Mackenzie jusqu’à la frontière entre le Yukon et l’Alaska. Cette annexe résume les objectifs concernant les Dolly Varden de la rivière Big Fish, qui constituent la principale source de Dolly Varden récoltée à l’heure actuelle, et le « processus des feux de circulation », qui est le mécanisme en cours d’élaboration pour intégrer les indicateurs liés aux connaissances scientifiques et traditionnelles pour l’état de santé de la population de Dolly Varden dans un outil permettant une prise de décision concernant le total autorisé des captures (TAC) de Dolly Varden dans le cadre de la pêche de subsistance.

La responsabilité première des pêcheurs et des gestionnaires d’une population de poissons est de veiller à ce que la population reste saine et productive pour les générations futures. Il est essentiel de s’entendre sur des objectifs communs concernant le stock. Ces objectifs doivent être biologiques ou environnementaux et sociaux ou culturels et doivent également tenir compte de l’économie ou des coûts. Si un consensus est atteint sur les objectifs, alors la voie à suivre pour les atteindre devrait être plus claire. Le groupe de travail du versant ouest a établi un ensemble de quatre objectifs précis pour la rivière Big Fish. Conformément à la CDI, le premier objectif est l’objectif prioritaire dans la mesure où la protection et la préservation à long terme des populations de Dolly Varden doivent rester primordiales. Les trois autres objectifs sont considérés comme étant d’égale importance.

  1. Objectif 1. Garantir la durabilité à long terme de la forme nordique du Dolly Varden, avec la cible de maintenir l’abondance de population supérieure à un écart-type en dessous de la moyenne des estimations les plus récentes de la population (3 à 5 ans) dans la rivière Big Fish.
  2. Objectif 2. Garantir au minimum une récolte autorisée de 150 Dolly Varden adultes dans la rivière Big Fish à des fins culturelles et traditionnelles.
  3. Objectif 3. Les futures modifications apportées au total autorisé des captures (TAC) pour la rivière Big Fish (hausse ou baisse) seront basées sur les changements de la taille de la population dans la rivière Big Fish, comme établi par un « processus de feux de circulation » convenu. Ce processus inclura des indicateurs fondés sur les connaissances scientifiques et traditionnelles pour les pêches de stocks mixtes côtiers et de la rivière Big Fish dans le cadre d’un régime de cogestion adaptative. Les seuils déclenchant ces changements seront transparents et convenus par toutes les parties lors de l’élaboration du processus.
  4. Objectif 4. La pêche dans les fosses à poissons de la rivière Big Fish sera autorisée après avoir obtenu l’approbation du ministre des Pêches et des Océans et une entente subséquente sur la méthode de récolte.

Chacun des objectifs est soutenu par une justification précise, et les objectifs et la justification doivent être revus chaque année et, à la suite du processus de cogestion adaptative, modifiés le cas échéant.

Il existe de nombreuses façons de déterminer si une population de poissons reste stable ou si elle est en période d’augmentation ou de déclin. L’utilisation d’« indicateurs » de santé de la population est devenue importante dans le monde entier comme moyen de prendre des décisions de gestion judicieuses. Les indicateurs de pêche sont des mesures simples qui permettent de savoir ce qui arrive aux populations de poissons. Il doit s’agir de mesures crédibles pour les scientifiques et les pêcheurs, et elles doivent aider à suivre l’évolution de l’état d’une population de poissons. Parmi les exemples d’indicateurs qui ont été pris en compte pour d’autres pêches, on peut mentionner : les estimations de population par marquage-recapture; les prises brutes ou les prises par unité d’effort; l’âge, la longueur ou le poids moyen des échantillons de population; la structure par âge des échantillons de population; la répartition; les renseignements obtenus lors d’entrevues et d’autres sources subjectives, parmi beaucoup d’autres. Les connaissances traditionnelles peuvent également éclairer notre compréhension de la santé des stocks. Les observations sur la santé des individus, comme les cicatrices, la rondeur ou la condition des poissons récoltés, les parasites externes et internes, les niveaux de récolte et les conditions environnementales pendant la récolte peuvent toutes être des observations utiles.

Le CMGP élabore une « approche des feux de circulation » pour l’ensemble de la RDI dans le cadre du processus annuel de cogestion adaptative de chaque groupe de travail communautaire. Cette approche permettra de réunir des indicateurs liés aux connaissances scientifiques et traditionnelles, qui sont crédibles pour les scientifiques et les pêcheurs et qui peuvent aider à suivre les tendances relatives à l’état d’une population de poissons. Dans la RDI, les indicateurs de la santé des principales populations d’ombles chevaliers et de Dolly Varden seront évalués régulièrement en fonction des catégories suivantes : zone saine (vert), zone de prudence (jaune), zone critique (rouge) et indéterminé (gris) en utilisant les critères généraux du tableau ci-dessous :

Approche des feux de circulation.
Catégorie de notation Description de l’évaluation du statut de l’indicateur
Supérieur ou normal L’indicateur se situe au-dessus d’un seuil et augmente au fil du temps, démontrant que la santé de la population est normale et s’améliore peut-être.
Passable ou prudence L’indicateur est supérieur à un seuil, mais ne montre ni une tendance à la baisse ni une tendance à la hausse dans le temps.
Critique L’indicateur est en baisse ou en dessous d’un seuil indiquant que la santé de la population diminue ou n’est pas bonne.
Inconnu Les données ou la compréhension de cet indicateur sont insuffisantes. Cela peut être dû au fait que certaines données n’ont pas été recueillies pour une année ou qu’il n’y a pas suffisamment d’années de données pour en tirer une interprétation.

Cet outil devrait permettre de prendre des décisions de gestion plus transparentes et fondées sur de meilleures preuves, d’accroître la participation des pêcheurs à la surveillance et à la gestion des pêches, d’établir les domaines de recherche future et de favoriser une coopération plus étroite entre les pêcheurs, les CCT, le CMGP et le MPO. Cette approche présente trois caractéristiques principales.

  1. Il s’agit d’un outil visuel qui résume les tendances relatives à une série d’indicateurs de la santé des populations de poissons et qui sera utilisé dans la prise de décisions de gestion.
  2. Il intègre à la fois des connaissances traditionnelles et des connaissances scientifiques sur les tendances relatives aux récoltes, à l’abondance des populations, à la santé des poissons et des populations et à l’environnement dont dépendent les populations de poissons.
  3. Il s’agit d’un processus cyclique annuel de prise de décision, de récolte, de surveillance, de collecte de données, de recherche, d’évaluation et de réévaluation.

Le choix des indicateurs à utiliser dépend de facteurs comme la disponibilité des données, le coût de la collecte des données et la variabilité de l’indicateur. En travaillant ensemble, les pêcheurs, les scientifiques et les gestionnaires se mettront d’accord sur les types d’indicateurs à utiliser. Ensemble, ils décideront de ce que signifient les changements des indicateurs observés en ce qui concerne les possibilités de récolter plus ou moins de poissons et de modifier les lieux ou les périodes de pêche. Le tableau suivant recense les 14 indicateurs fondés sur des connaissances scientifiques et traditionnelles actuellement utilisés ou envisagés par le groupe de travail du versant ouest pour la prise de décision concernant la population de Dolly Varden de la rivière Big Fish. Pour chaque indicateur, le tableau indique la force ou la sensibilité de l’indicateur et les seuils de décision. L’évaluation annuelle des indicateurs constitue la base de toute recommandation du groupe de travail du versant ouest concernant les changements des niveaux de récolte.

14 indicateurs fondés sur des connaissances scientifiques et traditionnelles actuellement utilisés ou envisagés
No Indicateur Sensibilité ou force Seuils de décision
Supérieur ou normal Passable ou prudence Critique Inconnu
1 Récolte totale Faible Augmentation sur une période de 3 ans Pas de tendance ou de changement constant Déclin sur une période de 3 ans Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Niveaux de récolte de subsistance : côte, embouchure de la rivière Big Fish
  • Récoltes à des fins scientifiques, estimation de l’abondance
Remarque : Cet indicateur doit être réexaminé. La récolte à l’embouchure de la rivière Big Fish n’est plus pertinente; la récolte dans la fosse à poissons sera arrêtée lorsque le TAC sera atteint (ce n’est pas une mesure de l’effort). Plus de Dolly Varden le long de la côte se traduit-il par plus de Dolly Varden dans la rivière Big Fish? (contributions d’autres stocks, déplacements vers le large)
2 Analyse génétiques des stocks mélanges Élevée Stable Changement modéré Changement important Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Surveillance à Shingle Point
  • Abondance et santé des stocks
Remarque : Il y a des changements importants, mais aucune tendance. La proportion de Dolly Varden de Big Fish pêchés à Shingle Point varie de 2 % à plus de 30 %. La variabilité est majoritairement due à des changements dans le nombre de Dolly Varden de la rivière Babbage capturés dans les filets. Il s’agit d’une statistique importante, mais le groupe de travail doit reconsidérer la question de savoir si elle doit constituer un indicateur dans cette approche. Il serait peut-être préférable de la combiner avec les données sur les récoltes de Shingle Point. Non disponible pour 2016.
2a Récoltes de Shingle Point Faible/modéré À déterminer À déterminer À déterminer Données ou justifications insuffisantes
Sources de données : Surveillance à Shingle Point
Remarque : Cet indicateur n’a pas encore été examiné par le groupe de travail du versant ouest. Il est établi en multipliant la récolte totale à Shingle Point par la proportion de poissons qui proviennent de la rivière Big Fish, comme déterminé par l’analyse génétique. C’est une statistique essentielle pour le plan de récolte, mais est-ce un indicateur de la santé des stocks? Il faut évaluer de façon plus poussée si l’augmentation de la contribution est corrélée avec l’augmentation de l’abondance de la population. (indicateurs fortement interdépendants, redondance?)
3 Estimation ponctuelle de la population adulte Élevée >4 400 3 500 à 4 400 <3 500 Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Programme de marquage-recapture dans la rivière Big Fish (poissons ≥ 365 mm)
  • Estimation de l’abondance
4 Estimation des tendances relatives à la population adulte Élevée Augmentation sur une période de 3 ans Pas de tendance ou de changement constant Déclin sur une période de 3 ans; baisse radicale d’une année à l’autre (?) Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Programme de marquage-recapture dans la rivière Big Fish (poissons ≥ 365 mm)
  • Estimation de l’abondance
5 Taux de mortalité naturelle et par la pêche estimés Élevée/ modérée Mortalité : < 50 % À déterminer À déterminer Données ou justifications insuffisantes

Source(s) des données :

  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Estimation de l’abondance
Remarque : Les taux de mortalité n’ont pas encore été calculés. Plusieurs années de données sont nécessaires. Évaluer les méthodes et la robustesse (confiance) des mesures en fonction des étiquettes retournées.
6 Répartition des longueurs des adultes dans la fosses à poissons Modéré Bimodal entre les sexes; non biaisé; la proportion de géniteurs mâles ³ 550 mm est de > 7 %. Intermédiaire Unimodale; chevauchement des mâles et femelles; biaisé en faveur des tailles plus jeunes; années consécutives où l’indicateur est ≤ 5 % Données ou justifications insuffisantes

Source(s) des données :

  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Santé des stocks
Remarque : L’interprétation de cet indicateur doit être expliquée plus en détail par le groupe de travail du versant ouest.
7 Longueur à 50  % de maturité (femelles et mâles) Modéré > 421/479 mm Intermédiaire > 421/479 mm Données ou justifications insuffisantes

Source(s) des données :

  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Santé des stocks
Remarque : L’interprétation de cet indicateur doit être expliquée plus en détail par le groupe de travail du versant ouest.
8 Proportion de mâles reproducteurs Élevée ≥20% ~15 et 19 Années consécutives où l’indicateur est ≤ 15 % Données ou justifications insuffisantes

Source(s) des données :

  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Santé des stocks
Remarque : L’interprétation de cet indicateur doit être expliquée plus en détail par le groupe de travail du versant ouest.
9 Proportion de femelles reproductrices Faible ≥40% Intermédiaire    Années consécutives où l’indicateur est ≤ 40 % Données ou justifications insuffisantes

Source(s) des données :

  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Santé des stocks
Remarque : L’interprétation de cet indicateur doit être expliquée plus en détail par le groupe de travail du versant ouest.
10 Niveaux de cicatrices Modéré Stable ou en baisse (~10 %) Intermédiaire  En augmentation (≥ 15 %) Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Programme de marquage et de recapture de la rivière Big Fish
  • Écosystème
Remarque : Les niveaux de cicatrices ont toujours été inférieurs à 10 % et ont diminué au cours des trois dernières années.
11 Condition de l’omble - santé À déterminer Très sain/sain Santé moyenne/
passable
Non en santé Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Les participants inuvialuits au programme de surveillance de la pêche dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de marquage-recapture de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de surveillance de Shingle Point.
Remarque : « Sain » = gras, dodu, rond, la tête semble relativement petite, la chair est ferme. « Non en santé » = maigre, la tête semble relativement grosse, la chair est molle.
12 État de l’omble – cicatrices, blessures, signes de prédateurs À déterminer Aucune à très peu de blessures Moyen De nombreuses blessures Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Les participants inuvialuits au programme de surveillance de la pêche dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de marquage-recapture de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de surveillance de Shingle Point.
Remarque : Redondance avec l’indicateur scientifique n° 10. Les signes de prédation (animaux observés, traces, etc.) sont enregistrés; cependant, ils n’ont pas encore été classés par seuils, car très peu ont été observés depuis 2014.
13 État de l’ombre – parasites (externes et internes) À déterminer Aucun à très peu Moyen Beaucoup Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Les participants inuvialuits au programme de surveillance de la pêche dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de marquage-recapture de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de surveillance de Shingle Point.
Remarque : Les parasites internes ne sont pas observables par les surveillants, sauf s’ils se trouvent dans les poissons qu’ils consomment. Les membres du CCT d’Aklavik ont fourni les commentaires qu’ils ont reçus des membres concernant les Dolly Varden de la rivière Big Fish distribués. Il faudrait probablement mettre au point des enquêtes annuelles pour les membres de la communauté d’Aklavik afin d’améliorer la collecte de renseignements sur les parasites internes des ombles.
14 Nombre d’omles dans chaque trait de senne/nombre de traits de senne À déterminer À déterminer À déterminer À déterminer Données ou justifications insuffisantes
Source(s) des données :
  • Les participants inuvialuits au programme de surveillance de la pêche dans la fosse à poissons de la rivière Big Fish
  • Les surveillants inuvialuits du programme de marquage-recapture de la rivière Big Fish
Remarque : Le programme de surveillance des récoltes de la fosse à poissons de la rivière Big Fish a été au centre de l’élaboration de cet indicateur; cependant, les observations de surveillance du programme de marquage-recapture ont également été enregistrées. Le programme visant cette fosse à poissons n’a duré que 3 ans (2014 à 2016), le nombre de Dolly Varden dans les bassins et les captures étant très variable chaque année. Il faudra plus d’années de ce programme pour établir des catégories pour ce qui est considéré comme étant bon, moyen et mauvais.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :