Observations de requins

Lorsque vous observez un requin dans l’océan, assurez-vous de retenir certaines caractéristiques clés qui pourraient vous aider à l'identifier par la suite. En voici quelques-unes :

  • couleur
  • forme de la tête
  • taille et forme du corps
  • longueur des nageoires pectorales
  • taille et forme des lobes supérieur et inférieur de la nageoire caudale (queue)
  • taille et position de la première nageoire dorsale comparée à la seconde

La plupart des gens ignorent ce qu’ils doivent faire lorsqu'ils voient un requin. La réponse est simple : profitez-en pour l'observer de loin en toute sécurité! Les requins sont des animaux sauvages et méritent d’être traités avec respect, comme tout autre animal sauvage. Ils sont amusants à regarder de loin, mais il ne faut jamais les toucher ni trop s'en approcher.

Aidez-nous à protéger les requins

Prenez soin de ne pas blesser les requins avec votre bateau. Les requins-pèlerins, en particulier, risquent davantage de souffrir d’une collision avec un navire parce qu’ils nagent lentement et que ces collisions surviennent souvent lorsqu’ils sont en train de s’alimenter ou de nager à la surface. Les hélices peuvent blesser un requin-pèlerin qui s’éloigne lentement d’un navire.

Observations dans le Canada atlantique

La grande majorité des observations de requins dans les eaux du Canada atlantique concernent le requin-pèlerin, le requin-taupe commun, l'aiguillat commun et le requin bleu. Les autres espèces des eaux canadiennes vivent habituellement loin des côtes ou en profondeur.

Requin-pèlerin

Un très grand requin (6 à 9 mètres de longueur) nageant à la surface est très probablement un requin-pèlerin — une espèce qui se nourrit de plancton. En été, ce poisson se retrouve souvent dans les eaux côtières et, malgré sa taille, il est totalement inoffensif.

Requin-pèlerin observé à Neil's Harbour, au Cap-Breton. Source : Monique Breau.

Requin-pèlerin observé à Neil's Harbour, au Cap-Breton. Source : Monique Breau.

Photo d'un requin-pèlerin près de Percé, au Québec. Source : André et Joël Berthelot.

Photo d'un requin-pèlerin près de Percé, au Québec. Source : André et Joël Berthelot.

Image de requins-pèlerins à la surface, près du bassin d'Émeraude. Source : Patrick Gray.

Image de requins-pèlerins à la surface, près du bassin d'Émeraude. Source : Patrick Gray.

Requin-taupe commun

Il n’est pas inhabituel de voir des requins-taupes communs s'aventurer près de la côte, à la surface ou près de la surface, vers la fin de l'été. Cette espèce se nourrit exclusivement de poisson et de calmar et n'est pas considérée comme une menace pour les humains.

Aiguillat commun

Des requins mesurant de 1 à 1,2 mètre de longueur et se tenant en petit groupe dans les eaux côtières sont presque assurément des aiguillats communs. Les aiguillats se tiennent souvent en bancs et vivent à la surface et en profondeur.

Requin bleu

Il y a une abondance de requins bleus au large de la Nouvelle-Écosse, mais cette espèce s'aventure rarement dans des eaux d'une profondeur inférieure à 30 mètres. Puisque le requin bleu ne s'approche habituellement de la surface que pour se nourrir, on ne l'observe pas aussi souvent.

Requin-taupe bleu

Certaines années sont bonnes pour observer de nombreux requins-taupes bleus au large des côtes. Le nombre accru de ces observations résulte fort probablement des températures plus élevées de l’eau de surface, si on les compare aux années précédentes.

Les plongeurs ne rencontrent habituellement pas de requins dans les eaux du Canada atlantique, mais lorsque c’est le cas, en de rares occasions, ils aperçoivent les espèces de requins qui sont énumérées ci-dessus.

Apprenez-en plus sur les requins du Canada atlantique.

Observations de laimargues atlantiques au Québec

En 2003, on a signalé un plus grand nombre d'observations de laimargues atlantiques dans la région de Baie-Comeau, au Québec. Au printemps 2003, un groupe de chercheurs a réussi à filmer et à photographier un certain nombre de ces requins. Avant 2003, ces chercheurs avaient effectué des recherches dans d'autres régions le long du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saguenay.

Environ 27 observations ont été signalées durant l'été 2004 par des chercheurs et des plongeurs de la région. De plus, 4 laimargues atlantiques mortes ou mourantes ont été trouvées sur la côte. Ces requins ont été examinés par des chercheurs, mais la cause de ces incidents n'est pas connue.

Image d'une séquence vidéo montrant un requin bleu qui passe près d'un plongeur. Une cage anti-requin est visible en arrière-plan. Source : Chris Jensen.

Image d'une séquence vidéo montrant un requin bleu qui passe près d'un plongeur. Une cage anti-requin est visible en arrière-plan. Source : Chris Jensen.

Image d'une laimargue atlantique (Somniosus microcephalus) et d'un plongeur prise en 2004 dans la région de Baie-Comeau, au Québec.

Image d'une laimargue atlantique (Somniosus microcephalus) et d'un plongeur prise en 2004 dans la région de Baie-Comeau, au Québec.