Sélection de la langue

Recherche

Prévisions des effets des changements climatiques sur l'océan Arctique

Description

Photo aérienne d'une importante érosion côtière à l'île Cornwallis, près de la baie Resolute (Nunavut) et de « glace fixée » (glace « soudée » au rivage ou immobilisée) ayant fondu ou s'étant déplacée vers le large au début de juillet 2010. Photo : Jennifer Vollrath, MPO

Le système de l'océan Arctique est de plus en plus dynamique par rapport aux années précédentes et les prévisions selon lesquelles l'océan Arctique sera libre de glace pendant l'été d'ici 2030-2050 sous-estiment la vitesse de la fonte des glaces. Il est nécessaire de réaliser de meilleures prévisions afin de comprendre l'incidence de ces paramètres sur les écosystèmes, les voies de transport et les infrastructures nordiques.

Ce projet utilisera des modèles informatiques pour estimer les projections régionales à haute résolution, relatives au changement climatique, de variables atmosphériques dans l'Arctique telles que les vents et la pression au niveau de la mer, ainsi que la glace de mer et les courants océaniques entre 1970 et 2069, qui ont été validées par rapport aux données connues sur les traceurs chimiques. Pour obtenir des projections plus précises, les chercheurs ont prélevé des échantillons d'eau dans le Bassin Canada, la mer de Beaufort et entre Alert, au Nunavut, et le pôle Nord. On a ensuite analysé ces échantillons pour déterminer la concentration d'un traceur chimique (l'iode 129) que l'on peut retracer depuis des origines connues pour déterminer la vitesse de la circulation d'eau, puis pour estimer le taux de circulation et de mélange des eaux de l'Atlantique dans le Bassin Canada. Par exemple, on a constaté dans les échantillons d'eau prélevés près du pôle Nord une augmentation de la concentration en iode 129 entre 1994 et 2012, qui résulte de la hausse de cette concentration dans les eaux européennes dans les années 1990. On a ainsi les moyens d'estimer avec précision le temps de transit de l'eau dans la région. C'est la première fois que l'on dispose d'un registre aussi complet des changements dans un grand bassin océanique. Cette étude offre donc une occasion unique de valider les modèles climatiques en comparant les données aux projections établies à l'aide des différents modèles.

Résultats : Les estimations tirées des modèles validés permettent de penser que la glace de mer disparaît dans l'Arctique de 11 % tous les dix ans et que l'océan Arctique sera en grande partie libre de glace d'ici 2070 environ. Les simulations produites par les modèles permettront aux chercheurs d'estimer les variations des principaux facteurs des conditions écosystémiques selon divers scénarios de changement climatique.

Les cartes des changements projetés de la glace de mer, des courants océaniques et d'autres caractéristiques, élaborées dans le cadre de ces travaux, ont été formatées pour les clients et les résultats de l'étude seront présentés dans huit articles de revues scientifiques.

Nom du programme

Programme des services d'adaptation aux changements climatiques en milieu aquatique (PSACCMA)

Écorégion

Centre du Canada : Lac Winnipeg, bassin versant du fleuve Nelson

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Will Perrie
Pêches et Océans Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :