Avis scientifique 2019/034

Conditions océanographiques dans la zone Atlantique en 2018

Sommaire

  • Les températures de la surface de la mer ont été supérieures à la normale en hiver sur le plateau néo-écossais et la baie de Fundy, y compris plusieurs records mensuels (depuis 1985). Les températures dans ces régions ont été également supérieures à la normale en août et septembre, y compris des records de série pour ces deux mois dans l'est du golfe du Maine et la baie de Fundy. Les températures étaient généralement inférieures à la normale au travers de la zone en juin, novembre et décembre, incluant plusieurs records minimums.
  • Les températures de la surface de la mer moyennées durant les mois libres de glace étaient sous la normale au large de la côte est de Terre-Neuve-et-Labrador, près de la normale au sud de Terre-Neuve ainsi que dans le golfe du Saint-Laurent, et au-dessus de la normale au large de la Nouvelle-Écosse.
  • L'étendue moyenne des glaces de mer en hiver était sous la normale sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador et dans le golfe du Saint-Laurent.
  • Les conditions de la couche intermédiaire froide estivale étaient plus chaudes que la normale sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador et dans le golfe du Saint-Laurent. Les données du plateau néo-écossais ne sont pas disponibles en 2018 à cause de la disponibilité limitée des navires de recherche.
  • Les températures sur le fond marin étaient normales ou supérieures à la normale dans toute la zone, y compris un record centenaire dans les eaux plus profondes du nord du golfe du Saint-Laurent. Les températures au fond à la station Rimouski ont aussi atteint un record de série, de même qu’à 200 m de profondeur dans le bassin de Georges.
  • La stratification était sous la normale aux stations d’échantillonnage à haute fréquence station 27 et Prince 5.
  • Les inventaires de sels nutritifs en profondeur étaient inférieurs à la normale dans la majeure partie de la zone en 2018, atteignant des creux record sur une partie du plateau de Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu’à la station Rimouski. Les exceptions étaient la section de Bonavista, le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent et la station Vallée de Shediac, où les inventaires étaient près de la normale. Les inventaires de nitrates étaient sous la normale sur le plateau néo-écossais, mais plus élevés que le creux record observé en 2017.
  • Les inventaires annuels de chlorophylle a étaient supérieurs à la normale sur la majeure partie du plateau de Terre-Neuve-et-Labrador, nord-ouest du golfe du Saint-Laurent et le détroit de Cabot, mais étaient près de la normale dans le reste de la zone, à l’exception de la station Prince 5 où un record minimum a été observé.
  • Le début de la floraison printanière du phytoplancton a été retardé ou près de la normale sur le plateau de Terre-Neuve-et-labrador, précoce dans le golfe du Saint-Laurent et près de la normale sur le plateau néo-écossais. L'intensité de la floraison était généralement inférieure à la normale, à l'exception du golfe du Saint-Laurent qui était en général au-dessus de la normale. La durée de la floraison était généralement courte sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador, longue sur les Grands Bancs et dans le golfe du Saint-Laurent, et près de la normale sur le plateau néo-écossais.
  • Les changements dans la communauté de zooplancton observé au cours des années récentes (2014–2017), caractérisées par une plus faible abondance du gros copépode Calanus finmarchicus riche en énergie, une plus grande abondance de petits copépodes et de non-copépodes, ont commencé à disparaître en 2018. L’abondance de Calanus finmarchicus était sous la normale au travers la majeure partie de la zone, à l’exception du sud-est des Grands Bancs. L’abondance de Pseudocalanus spp. était normal à au-dessus de la normale sur les Grands Bancs et dans le golfe du Saint-Laurent, et normale ou sous la normale sur le plateau néo-écossais. Les abondances de non-copépodes étaient au-dessus de la normale sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador, atteignant un sommet record sur le bonnet Flamand et le sud-est des Grands Bancs, mais étaient normales ou légèrement au-dessus de la normale ailleurs dans la zone.
  • La biomasse du zooplancton était inférieure à la normale dans la majeure partie de la zone en 2018, bien que pas aussi faible qu’en 2017 sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador et dans le golfe du Saint-Laurent. Les différences avec 2017 étaient variables sur le plateau néo-écossais.
  • Le pH près du fond marin et la saturation en aragonite sont généralement beaucoup plus faibles dans le golfe du Saint-Laurent que sur les Grands Bancs et le plateau néo-écossais. L’aragonite est sous-saturée près du fond dans presque tout le golfe du Saint-Laurent, incluant les eaux peu profondes du sud du golfe. L’occurrence d’eaux froides sur le plateau de Terre-Neuve-et-Labrador est coïncidente avec les conditions presque sous-saturées.
  • L’oxygène dissous des eaux profondes du chenal Laurentien entre le détroit de Cabot et le centre du golfe a atteint un nouveau record minimum en 2018.
  • Une continuation de l’intensification progressive et de l’augmentation de la profondeur (jusqu’à 2000 m) du mélange convectif et de la production d’eau de mer du Labrador qui a débuté en 2012 ont été observées en 2018. La couche supérieure, 0-2000 m, de la mer du Labrador se refroidie depuis 2010. La tendance à la décroissance de la salinité qui a débuté en 2011 s’est renversée en 2016. Ceci a conduit à une augmentation de la salinité et de la densité des eaux du Labrador, atteignant en 2018 les eaux les plus denses en 24 ans.
  • Le courant du Labrador était au-dessus de la normale durant la période 2016–2018, représentant un contraste par rapport aux années précédentes durant lesquelles il était près de la normale.
  • En général, les indicateurs biologiques étaient sous la normale dans la mer du Labrador en 2018, coïncidant avec le retour de la convection hivernale très profonde qui est survenue en 2014. Les exceptions notables sont les anomalies positives dans le centre du bassin pour les abondances de Calanus spp., Pseudocalanus spp., et les amphipodes hyperiidea alors que les tendances sont à la baisse pour ces taxons sur les plateaux à l’est et à l’ouest.

Le présent avis scientifique découle de la vingt-et-unième réunion annuelle du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA) tenue du 19 au 22 mars 2019. Toute autre publication découlant de cette réunion sera publiée, lorsqu’elle sera disponible, sur le calendrier des avis scientifiques de Pêches et Océans Canada.

 Document PDF complet

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :