Sélection de la langue

Recherche

Document de recherche 2020/037

Conditions océanographiques optiques, chimiques et biologiques du plateau néo-écossais et de l’est du golfe du Maine en 2018

Par Casault, B., Johnson, C., Devred, E., Head, E., Cogswell, A., et Spry, J.

Résumé

L’état des nutriments et du plancton dans le plateau néo-écossais et dans l’est du golfe du Maine a été évalué dans le contexte des températures océaniques de surface et de fond essentiellement plus élevées que la normale en 2018, tendance ayant débuté en 2010, et à la lumière d’une stratification croissante. Dans l’ensemble, en 2018, les inventaires de nutriments en profondeur ont été inférieurs à la normale dans toute la région concernée, poursuivant une tendance qui a commencé il y a trois ans (pour les nitrates) à cinq ans (pour les phosphates et les silicates). Les anomalies de la concentration de nitrates à la surface étaient négatives aux stations d’échantillonnage à haute fréquence (Halifax-2 et Prince-5) et dans la partie est de la région (transects du détroit de Cabot et de Louisbourg) et positives dans la partie centrale (transect d’Halifax) et ouest (transect du banc de Browns). Les anomalies de la concentration de phosphates et de silicates à la surface étaient négatives dans toute la région. Les anomalies de l’amplitude et de l’ampleur de la floraison phytoplanctonique printanière ainsi que les anomalies de la teneur en chlorophylle a intégrée à la colonne d’eau (indicateur de la biomasse du phytoplancton) étaient pour la plupart positives ou presque nulles dans l’est du plateau néo-écossais et le détroit de Cabot, alors qu’elles étaient négatives dans le centre et l’ouest du plateau néo-écossais. Les observations effectuées en 2018 fournissent des preuves supplémentaires d’un changement persistant de la communauté planctonique ces dernières années, où l’abondance du phytoplancton de grande taille (diatomées) est plus faible, en particulier l’été, comme il est observé à la station d’Halifax-2. La biomasse du zooplancton et l’abondance du Calanus finmarchicus sont également restées inférieures à la normale, contrairement à l’abondance des non-copépodes, qui était surtout élevée. L’abondance des Calanus arctiques, un indicateur de la biomasse de zooplancton d’eau froide, est demeurée inférieure à la normale dans le plateau néo-écossais, une tendance qui a débuté en 2013. Les abondances supérieures à la normaledes copépodes extracôtiers du plateau néo-écossais, en particulier Oithona atlantica, observées à la station d’Halifax-2, laissent entrevoir une plus grande influence des eaux extracôtières ces dernières années. Les changements dans les communautés de phytoplancton et de zooplancton observés au cours des dernières années laissent supposer des changements dans les sources alimentaires des poissons, des oiseaux et des mammifères planctonivores, et pourraient être associés à des changements du devenir de la production primaire et de la production secondaire dans l’écosystème.

Les températures de surface du bassin de Bedford étaient supérieures à la normale 8 mois sur 12 en 2018, le mois de septembre étant le plus chaud de la série chronologique. Inversement, novembre et décembre ont été les mois les plus froids depuis 2003 et 2007, respectivement. Le ratio phosphates/nitrates à la station de réglage de compas a continué de correspondre à un nouveau régime qui a fait son apparition en 2011, probablement en réponse à la diminution des apports en phosphates solubles associée aux avancées dans le traitement des eaux usées ainsi qu’à l’application de lois fédérales régissant les concentrations acceptables de phosphates dans les détergents.

Les données de l’enregistreur de plancton en continu (de l’anglais Continuous Plankton Recorder (CPR)) de 2017, telles que rapportées ici, indiquent que les moyennes annuelles de l’indice de couleur du phytoplancton (IPC) étaient proches de la normale pour l’est (EPN) et l’ouest (OPN) du plateau néo-écossais, tandis que les abondances de diatomées et de dinoflagellés étaient plus faibles, comme on l’a vu à la station d’Halifax-2. Les valeurs mensuelles ont indiqué une floraison printanière courte, tardive et intense (OPN), comme on l’a également observé à la station d’Halifax-2 en 2017. L’abondance des Calanus de stades I à IV (principalement C. finmarchicus de stades CI à CIV) était supérieure à la normale (EPN) ou proches de la normale (OPN), tandis que celle de C. finmarchicus de stades CV à VI étaient proches de la normale (EPN, OPN). Les abondances annuelles de C. finmarchicus sont faibles depuis 2011 à la station d’Halifax-2. On observe des diminutions de l’abondance des CV en été/automne, les données du CPR donnant à penser qu’elles concernent la population à la subsurface. Pour les autres taxons, la plupart des abondances moyennes annuelles de 2017 étaient proches des moyennes de 1992 à 2015, à l’exception des C. hyperboreus de stades CIII à VI et des amphipodes hypéridés (plus élevées sur l’EPN) et des euphausiacés (plus faibles sur l’OPN).

Avis d’accessibilité

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :