Observation de la faune marine

Pour signaler des cas de perturbation ou de harcèlement de mammifères marins

Veuillez consulter Signaler une observation ou un incident.

Sur cette page :

Observer les baleines et les autres mammifères marins dans leur habitat naturel offre aux Canadiens une occasion d’apprécier davantage ces magnifiques animaux, mais en nous approchant trop de la faune dans son habitat, nous risquons de perturber et même de blesser la faune marine.

En nous approchant trop rapidement ou trop près des mammifères marins ou en faisant trop de bruit, nous pouvons perturber et même blesser ces magnifiques créatures qui vivent dans nos eaux.

Les mammifères marins sont des animaux sauvages que les gens peuvent croiser par inadvertance en profitant de nos océans. Dans ces cas-là, nous vous demandons de garder vos distances, non seulement pour leur bien-être, mais pour le vôtre également.

La perturbation des mammifères marins, y compris le fait de s’en approcher ou de tenter de s’en approcher, comprend les actes suivants :

  • nourrir un mammifère marin, nager en sa compagnie ou interagir avec lui
  • déplacer un mammifère marin (ou l’attirer/l’obligeant à se déplacer)
  • séparer un mammifère marin de son groupe ou s’interposer entre celui-ci et un petit
  • piéger un mammifère marin ou un groupe entre un navire et le rivage, ou entre des navires
  • étiqueter ou marquer un mammifère marin
Infographie : À quoi équivaut 100 mètres?

Infographie : À quoi équivaut 100 mètres?

Infographie : À quoi équivaut 200 mètres?

Infographie : À quoi équivaut 200 mètres?

Infographie : À quoi équivaut 400 mètres?

Infographie : À quoi équivaut 400 mètres?

Lois et règlements

Les lois et les règlements du Canada nous permettent de nous assurer que nos baleines et nos mammifères marins puissent toujours être observés à une distance sécuritaire.

Loi sur les espèces en péril

La Loi sur les espèces en péril (LEP) fait partie de l’engagement pris par le gouvernement en vue de prévenir la disparition d’espèces sauvages du Canada et de prendre les mesures de rétablissement nécessaires. Cette loi prévoit la protection légale des espèces sauvages et la conservation de leur diversité biologique.

Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches

Infographie : Règlement sur les mammifères marins du Canada.

Infographie : Règlement sur les mammifères marins du Canada.

Tous les mammifères marins sont assujettis aux dispositions du Règlement sur les mammifères marins en vertu de la Loi sur les pêches. Le gouvernement a récemment modifié le Règlement sur les mammifères marins afin d’améliorer la protection des mammifères marins, y compris la protection des baleines en péril du Canada.

La conservation d’une distance sécuritaire est régie par la loi

Les règles pour l’observation des baleines et l’approche des mammifères marins, qui sont déjà en vigueur, prévoient une distance d’approche minimale de 100 mètres pour la plupart des baleines, des dauphins et des marsouins dans le but de protéger légalement ces animaux contre les perturbations anthropiques.

De plus, la distance à respecter sera plus grande pour certains mammifères marins, comme les épaulards en C.-B. et les bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent au Québec, en raison des menaces auxquelles ils sont déjà confrontés.

Il n’y a pas de distance d’approche unique qui convienne à toutes les espèces de mammifères marins, toutes les classes de navires, toutes les saisons, ni à toutes les situations. Les distances d’approche minimales sont établies en fonction des meilleures données scientifiques disponibles.

Épaulards au large de la C.-B. et dans l’océan Pacifique

Une distance d’approche minimale de 200 mètres pour toutes les populations d’épaulards qui vivent au large de la C.-B. et dans l’océan Pacifique est maintenant obligatoire. La distance d’approche de 200 mètres dans le cas des épaulards sur la côte du Pacifique repose sur des études publiées et des éléments de preuves, selon lesquels cette distance réduira les répercussions du bruit et des interférences associées à la présence de navires avec les baleines en quête de nourriture.

Zones étroites des rivières Churchill et Seal

Les zones des rivières Churchill et Seal, au Manitoba, sont fréquentées en été par de grandes concentrations de bélugas. Compte tenu des caractéristiques géographiques étroites de ces zones, une distance d’approche minimale de 50 mètres dans certaines parties des estuaires des rivières Churchill et Seal protégera les bélugas et favorisera la sécurité de la navigation de plaisance. Une distance d’approche minimale générale de 100 mètres pour les baleines, les dauphins et les marsouins continue de s’appliquer dans toutes les autres zones.

Estuaire du Saint-Laurent

Une distance générale d’approche minimale de 100 mètres pour les baleines, dauphins et marsouins et de 400 mètres pour tous ceux inscrits comme espèces menacées ou en péril dans la LEP, y compris les bélugas et les rorquals bleus.

À mesure que l'estuaire du Saint-Laurent commence à rétrécir (entre Baie-Comeau et L'Isle-aux-Grues), la distance d'approche minimale pour les baleines, les marsouins et les dauphins augmente à 200 mètres et demeure à 400 mètres pour ceux qui sont inscrits comme espèces en péril ou menacées.

Parc marin du Saguenay─Saint-Laurent

Le parc marin du Saguenay─Saint-Laurent a sa propre réglementation en vigueur Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay─Saint-Laurent qui s’harmonise avec le Règlement sur les mammifères marins. Les distances minimales d’approche dans le parc ont été instaurées 2002.

Rivière Saguenay

Les distances d'approche dans la rivière Saguenay incluent une distance minimale de 400 mètres pour toutes les baleines, les marsouins ou les dauphins en voie de disparition ou menacés (y compris les bélugas et les rorquals bleus). À l’extérieur du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, dans la rivière Saguenay, une distance d'approche minimale est fixée à 100 mètres pour les autres baleines, dauphins et marsouins, s’applique également.

Comment éviter de perturber les mammifères marins

Des observateurs bien intentionnés peuvent perturber sans le savoir les mammifères marins. Vous pouvez éviter de les perturber ou de les menacer en utilisant des jumelles pour les observer de façon sécuritaire et responsable. Si une baleine s’approche de vous dans l’eau, nous vous demandons de vous éloigner et de garder vos distances.

Respectez les baleines

Lorsque vous observez des mammifères marins, vous ne devez jamais :

  • les nourrir
  • nager, plonger ou interagir avec eux
  • les déplacer (ou les encercler, les obligeant ainsi à se déplacer)
  • changer de direction rapidement ou positionner votre bateau dans leur trajectoire
  • vous approcher d’eux lorsqu’ils se reposent
    • une baleine qui se repose semble immobile et flotte à la surface ou près de la surface
  • séparer un mammifère marin de son groupe ou s’interposer entre celui-ci et son petit
  • piéger un mammifère marin ou un groupe entre un navire et le rivage, ou entre des navires
  • vous approcher d’eux si plusieurs bateaux sont déjà présents
  • vous approcher d’eux de face ou par derrière, puisque cela entravera leurs mouvements
  • les étiqueter ou les marquer
  • toucher, nourrir ou perturber un animal, même lorsque ce dernier s’est approché d’un quai ou du rivage
  • s’approcher en aéronef

Marsouins et dauphins

Si des dauphins ou des marsouins jouent dans la vague ou le sillage produits par votre embarcation, évitez les changements de cap abrupts. Maintenez votre route et votre vitesse, ou réduisez votre vitesse graduellement.

Ne passez pas à travers un groupe de marsouins ou de dauphins.

Phoques et otaries

Lorsque vous croisez des phoques ou des otaries :

  • ralentissez et réduisez le sillage, les remous et le bruit que produit votre embarcation et continuez votre route sans vous arrêter
    • le « sillage » résulte du déplacement de la coque d'un navire dans l'eau et produit une perturbation de l'eau
    • les « remous » sont la perturbation de l'eau résultant du fonctionnement de l'hélice ou du système de propulsion
  • évitez d'approcher à moins de 100 mètres des phoques, qu'ils soient en mer ou à terre
  • évitez tout changement brusque de vitesse ou de direction

Prudence à proximité des échoueries

Soyez prudent et calme lorsque vous vous trouvez à proximité des échoueries, en particulier pendant les saisons de reproduction et de mise bas (en général de mai à septembre). La saison des mises bas est celle pendant laquelle les phoques, les otaries et les morses donnent naissance à leurs petits.

Jeunes phoques échoués

Signalez le jeune phoque échoué s'il vous semble blessé, malade ou mort. Un jeune phoque malade peut manifester les symptômes suivants : une respiration bruyante, une toux ou un écoulement nasal.

Partenaires en Colombie-Britannique

Partenaires internationaux

Date de modification :