Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture Groupe de travail sur les océans Rapport sur le réseau d’aires marines protégées du Canada Juin 2017

Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture Groupe de travail sur les océans Rapport sur le réseau d’aires marines protégées du Canada Juin 2017

Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture Groupe de travail sur les océans Rapport sur le réseau d’aires marines protégées du Canada Juin 2017 (PDF, 1.95 Mo)

Table des matières

Sommaire

Sébaste aux yeux jaunes.  La description suit.

Sébaste aux yeux jaunes
Pêches et Océans Canada

En 2011, le Cadre national pour le réseau d’aires marines protégées du Canada a été élaboré afin que le Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture (CCMPA) fixe une orientation stratégique pour l’établissement d’un réseau national d’aires marines protégées (AMP). La vision définie dans le Cadre national est la suivante : « Un réseau national d’aires marines protégées exhaustif, résilient et représentatif d’un point de vue écologique, cherchant à assurer la protection de la diversité écologique et de la santé du milieu marin au profit des générations actuelles et futures ». Pour atteindre cette vision, le gouvernement du Canada s’est engagé à accroître la proportion d’aires marines et côtières protégées de façon qu’elle atteigne 5 % en 2017 et 10 % en 2020.

En janvier 2016, le CCMPA a remis sur pied le groupe de travail sur les océans (GTO)Note de bas de page 1 pour aider à piloter le cadre national.

Le présent rapport a pour objectif de faire le point sur la planification des réseaux d’AMP en mettant l’accent sur leur avancement dans les cinq biorégions prioritairesNote de bas de page 2. Le rapport souligne également la contribution de Pêches et Océans Canada (MPO) à d’autres mesures de conservation efficaces par zone (AMCEZ), aux réseaux d’AMP et au respect de l’engagement du gouvernement du Canada concernant les objectifs nationaux et internationaux de conservation marine.

En ce qui concerne l’avancement du réseau national d’AMP, le présent rapport met en valeur les progrès réalisés dans les cinq biorégions prioritaires : la plate-forme Nord du Pacifique, l’Arctique de l’Ouest, les plates-formes de Terre-Neuve et du Labrador, la plate-forme Scotian et l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Cette planification des réseaux et les processus de gouvernance biorégionaux connexes appuient la création de différentes AMP qui contribuent à la réalisation de l’engagement du gouvernement du Canada. Elle fournit également la plateforme à long terme pour la désignation de futures aires marines à protéger et permettra d’améliorer la gestion collaborative des océans du Canada.

Le GTO reconnaît que la protection des aires marines et côtières du Canada nécessite des efforts collectifs et il appuie les efforts du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et territoriaux en vue de travailler ensemble, conformément à la compétence et aux priorités de chacun d’eux. Les groupes autochtones, les collectivités côtières, les secteurs de l’industrie marine, les groupes de conservation et le public jouent également un rôle important dans la conservation et l’utilisation durable des ressources marines du Canada.

Date de modification :