Sélection de la langue

Recherche

Aperçu des thèmes de projets pour la recherche réglementaire en aquaculture

Voici les descriptions des thèmes de projets financés par le Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture (PRRA).

Sur cette page

Traitement et gestion des parasites et des pathogènes du poisson

Les poissons sont sensibles à un éventail de maladies et d'infections. Les poissons d'élevage sont transférés dans des parcs en filet où il n'y a aucun signe de maladie. Mais ils peuvent être infectés par des agents pathogènes ou des parasites provenant de l'environnement naturel ou de poissons sauvages. Une population d'élevage infectée peut ensuite infecter des stocks sauvages.

Nous finançons des projets de recherche pour améliorer notre compréhension des infections et des infestations et de leur gestion. Cela comprend une :

  • compréhension des endroits dans l'environnement où les traitements peuvent se disperser
  • compréhension des facteurs environnementaux qui pourraient changer l'efficacité d'un traitement ou d'une méthode de gestion
  • caractérisation des zones et des périodes de l'année où la pression liée aux infections provenant de poissons sauvages pourrait être plus élevée

Les responsables de la réglementation utilisent cette information pour évaluer les risques potentiels de différents traitements et de diverses méthodes de gestion. Ils l'utilisent aussi pour élaborer des mesures afin de réduire au minimum les risques de transfert de maladies entre les stocks de poisson d'élevage et les stocks sauvages.

Beaucoup de projets de recherche financés se concentrent sur le pou du poisson. Ce parasite naturellement présent dans l'environnement peut affaiblir les poissons et accroître leur sensibilité à des infections secondaires potentiellement fatales. L'information obtenue à l'aide de ces projets aide les organismes de réglementation fédéraux et provinciaux à comprendre :

  • la relation du pou du poisson avec le milieu marin et les poissons
  • les traitements et les méthodes pour réduire leur nombre près des stocks de poissons sauvages et d'élevage

Le Groupe national consultatif sur les contaminants finance et coordonne la recherche pour documenter les décisions en matière de réglementation. Ces réglements examinent les effets biologiques des contaminants sur des organismes aquatiques non ciblés. Cela comprend les médicaments et les pesticides utilisés en aquaculture.

Interactions entre le saumon sauvage du Pacifique et le saumon d'élevage

L'industrie de la salmoniculture en Colombie-Britannique est située dans des zones de migration du saumon sauvage du Pacifique. Les décisions concernant la délivrance de permis sont prises en tenant compte de la portée et de l'étendue probables des interactions entre les poissons sauvages et les saumons d'élevage. Comprendre l'étendue et l'effet de ces interactions sur les populations de poissons sauvages peut aider à consolider les décisions en matière de réglementation et l'élaboration de mesures d'atténuation.

La recherche pour comprendre les interactions entre les saumons sauvages et les saumons d'élevage est une priorité. En Colombie-Britannique, cette priorité est axée sur la santé des poissons. Le programme comporte un plan de recherche intégré sur les interactions liées à la santé des poissons entre les saumons sauvages du Pacifique et les saumons d'élevage de l'Atlantique. Le plan de recherche nous aide à aborder de façon stratégique et systématique les lacunes dans la recherche, entre autres les :

  • effets sur les populations sauvages
  • interactions qui nuisent à la santé des poissons
  • possibilités d'atténuation de ces effets en Colombie-Britannique

Des recherches axées sur ces lacunes sont menées par des scientifiques de Pêches et Océans Canada et de l'extérieur du Ministère. Le Programme finance des projets qui intègrent et analysent les résultats de la recherche dans les domaines clés comme :

  • les tendances de circulation de l'eau et les mélanges près des sites d'élevage
  • les voies de passage migratoires des saumons et le temps qu'ils passent près des exploitations aquacoles
  • les taux d'excrétion, la survie et l'infectiosité (ce qui infecte) des agents pathogènes dans le milieu marin
  • la prévalence des agents pathogènes et la vulnérabilité aux maladies des populations sauvages et d'élevage

Nous utilisons une méthode systématique et intégrée pour évaluer les risques que présentent pour les populations sauvages les agents pathogènes qui peuvent être rejetés par les fermes salmonicoles dans l'environnement.

Les projets de recherche connexes comprennent les suivants :

Interactions avec les populations sauvages

Un certain nombre de projets de recherche financés par le Programme se concentrent sur les interactions écologiques et génétiques entre les poissons sauvages et d'élevage. Cette recherche nous aide à comprendre les effets potentiels sur les populations de poissons sauvages associés aux éléments comme :

  • le fait que des poissons d'élevage s'alimentent de poissons sauvages dans les structures de confinement des exploitations d’aquaculture ou après qu'ils se sont échappés
  • le fait que les poissons ou mollusques et crustacés d'élevage fassent concurrence aux poissons ou mollusques et crustacés sauvages pour les aliments ou l'espace
  • le fait que les activités d’aquaculture modifient les habitats aquatiques à proximité
  • l'introduction ou le déplacement de parasites ou d'agents pathogènes étrangers avec les poissons ou les mollusques et crustacés d'élevage
  • les interactions génétiques, entre autres le :
    • croisement de mollusques et crustacés d'élevage avec des mollusques et crustacés sauvages
    • croisement de poissons d'élevage fugitifs avec des poissons sauvages
    • croisement de poissons d'élevage fugitifs avec d'autres poissons d'élevage fugitifs dans la nature

L'industrie de l'aquaculture utilise des enclos, comme des parcs à filet, pour empêcher les poissons d'élevage de s'échapper. Ces enclos sont conçus pour résister aux conditions locales, comme les tempêtes et le courant. Ils sont régulièrement inspectés, mis à l'essai et entretenus. Malgré ces mesures, certains poissons d'élevage s'échappent tout de même des installations d'aquaculture. Les échappées peuvent se produire s'il y a des :

  • interférences biologiques, comme des attaques de prédateurs ou du vandalisme
  • problèmes d'infrastructure, comme des dommages dans les filets ou les structures de soutien
  • défaillances d'exploitation pendant les activités habituelles, comme la manipulation des poissons

Les responsables de la réglementation utilisent les résultats de la recherche et les avis scientifiques pour élaborer des mesures visant à réduire les interactions négatives entre les poissons sauvages et d'élevage. Cela améliorera la durabilité globale de l'industrie.

Interactions génétiques entre le saumon de l'Atlantique sauvage et d'élevage

Le saumon de l'Atlantique est le principal produit d'exportation de l'aquaculture du Canada. Nous sommes le quatrième plus important producteur de saumon d'élevage au monde. La recherche pour comprendre les interactions entre les saumons de l'Atlantique sauvages et d'élevage est une priorité, surtout celle concernant les interactions génétiques.

Le plan de recherche intégré du programme sur les Interactions génétiques entre les saumons de l'Atlantique sauvages et d'élevage nous aide à aborder les lacunes dans la recherche de façon stratégique et systématique. Il définit les activités de recherche qui ont lieu grâce à des projets internes et au moyen de projets de recherche coopérative nationaux et internationaux. La collaboration existe avec l'industrie, le milieu universitaire, les organismes non gouvernementaux et d'autres gouvernements.

Les résultats de la recherche et les avis scientifiques aident à documenter les décisions liées à la réglementation et aux politiques.

Les projets de recherche connexes comprennent les suivants :

Rejet de matières organiques

Pendant les opérations d’aquaculture, de la matière organique est rejetée dans les eaux environnantes et peut s'accumuler sur le fond marin ou le lit d'un lac. Si l'accumulation de matière est suffisante, la diversité benthique locale peut décliner. La matière organique comprend :

  • les matières fécales
  • les aliments non consommés
  • les excréments de mollusques et crustacés
  • les écailles et le mucus des poissons
  • d'autres organismes comme les tuniciers produisant des biosalissures

Les exploitants aquacoles surveillent les rejets de matière organique conformément au Règlement sur les activités d'aquaculture, aux règlements provinciaux ou dans le cadre des conditions de permis d'exploitation d'une installationd’aquaculture.

Le programme finance la recherche pour :

  • mesurer l'incidence de l'accumulation de matière organique provenant de l'aquaculture sur les habitats benthiques
  • élaborer et valider des modèles capables de prévoir l'importance de l'enrichissement en matière organique et les zones visées

L'avis scientifique produit permet aux responsables de la réglementation de prendre des décisions concernant les :

  • limites de l'accumulation de matière organique acceptable
  • permis concernant de nouveaux sites d'aquaculture ou les modifications de sites d'aquaculture existants

Cela contribue au développement durable de l'industrie de l’aquaculture.

Les projets de recherche connexes comprennent les suivants :

Autres répercussions sur l'habitat

La végétation marine, comme les varechs et les phanérogames marines, constitue la base de nombreux écosystèmes situés à proximité du rivage. Ils sont considérés comme un habitat essentiel pour beaucoup d'espèces importantes d'un point de vue écologique et économique.

La conchyliculture (élevage de coquillages ou mollusques) est susceptible d'affecter la végétation marine de diverses façons. Ces effets peuvent être positifs ou négatifs. Par exemple, ils peuvent :

  • accroître la clarté de l'eau et la pénétration de la lumière, ce qui favorise la croissance de la végétation marine
  • avoir une incidence sur la végétation marine à proximité, ce qui modifie les communautés d'invertébrés et de poissons qui y sont associées

Nous finançons des projets qui étudient les relations entre la conchyliculture et les habitats marins.

Les projets de recherche connexes comprennent les suivants :

Effets cumulatifs et gestion des écosystèmes

La durabilité globale de l'industrie de l’aquaculture peut être améliorée en :

  • cernant les effets cumulatifs potentiels
  • caractérisant la capacité d'un secteur à soutenir des activités d’aquaculture
  • accroissant le nombre d'indicateurs qui peuvent être utilisés pour prévoir, mesurer et quantifier les effets sur l'écosystème
  • élaborant des outils pour soutenir la gestion, la réglementation et la prise de décisions environnementales fondées sur les écosystèmes

Pour la conchyliculture, la recherche sur la capacité de charge et les effets cumulatifs appuient la gestion durable de l'industrie. Les résultats ont permis d'améliorer notre compréhension. Nous jugeons mieux la capacité d’une baie ou zone de supporter la production de l'aquaculture tout en préservant les espèces sauvages, les communautés et les écosystèmes.

Pour l'aquaculture des poissons, une grande partie de la recherche a été concentrée sur les efforts de modélisation qui intègrent :

  • le suivi des particules
  • les données océanographiques
  • les données sur les agents pathogènes et les parasites
  • les données physiques et biologiques liées au dépôt de matière organique

Cela aide à :

  • soutenir l'aménagement des zones de gestion par baie ou secteur
  • améliorer notre compréhension de la connectivité entre ces exploitations
  • caractériser les interactions probables entre les exploitations dans un secteur

Les projets de recherche connexes comprennent les suivants :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :