La ZPM du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie

Remarque :

Les cartes, diagrammes et coordonnées sur ce site Web sont fournis à titre d'information seulement et ne doivent pas être utilisés pour la pêche, la navigation ou autres. Veuillez consulter le règlement de la ZPM ou communiquer avec votre bureau régional du MPO pour obtenir les coordonnées officielles.

Emplacement
La ZPM du mont sous-marin S<u>G</u>aan <u>K</u>inghlas-Bowie

La ZPM du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie

Le mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie est situé à 180 kilomètres au large des côtes de la Colombie-Britannique à l’ouest de Haida Gwaii (anciennement îles de la Reine-Charlotte) dans le nord-est du Pacifique. Le mont sous-marin se lève s'élève à partir d'une profondeur de 3 000 mètres, jusqu'à environ 24 mètres de la surface.

Pour la Nation haïda, ce peuple autochtone qui a joué un rôle essentiel dans la désignation de cette Zone de protection marine, le volcan sous-marin s’appelle SGaan Kinghlas, qui signifie « Être surnaturel regardant vers l’extérieur ». Ce mont sous-marin est depuis longtemps reconnu par la Nation haïda comme un endroit spécial, protégé.

Écosystème

Les monts sous-marins sont des montagnes formées sous les océans par l’activité volcanique. Ils s'élèvent en pentes abruptes sur le fond marin, sans atteindre la surface. Disséminés dans les océans de toute la planète, les monts sous-marins abritent un riche assemblage de poissons, d'oiseaux et d'organismes marins.

La ZPM du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie comprend un ensemble de trois volcans sous-marins au large des côtes. Elle est située à 180 km au large de Haida Gwaii et s'élève d'une profondeur de 3 000 mètres, jusqu'à environ 24 mètres de la surface, ce qui en fait le mont sous-marin le moins profond du Canada. À sa base, le mont SGaan Kinghlas-Bowie mesure plus de 55 km de longueur sur quelque 24 km de largeur. Le mont SGaan Kinghlas-Bowie est relativement jeune, puisqu'il s'est formé il y a moins d'un million d'années. Les scientifiques pensent que son activité volcanique se manifestait encore durant le dernier âge glaciaire.

Il s'agit d'un habitat rare dans le nord-est de l'océan Pacifique et de l'un des volcans sous-marins les plus riches sur le plan biologique sur la Terre. Cette productivité tient en partie aux interactions uniques entre le mont et les courants océaniques. Ensemble, ces facteurs produisent des tourbillons fermés et des remontées d'eaux chargées d'éléments nutritifs. Les monts sous-marins peuvent être considérés comme des oasis océaniques, ou comme des îlots d'isolement génétique.

Les photographies sous-marines ont mis en évidence une grande variété d'organismes sur le mont SGaan Kinghlas-Bowie. Il existe un mélange unique d'espèces vivant dans l'océan et d'espèces vivant près du littoral regroupées dans le même écosystème. De plus, un certain nombre d’espèces inscrites à la liste de la Loi sur les espèces en péril (LEP) fédérale ont été observées sur le mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie, y compris l’Ancient Murrelet, l’otarie de Steller, l’épaulard et le bocaccio. Les poissons les plus fréquemment rencontrés sont le sébaste, la morue charbonnière et le flétan du Pacifique. Il est fort probable que le mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie abrite une grande diversité d'oiseaux, comme l'albatros à pieds noirs, le puffin fuligineux, l'océanite à queue fourchue et l'océanite cul-blanc.

Les communautés animales et végétales présentes autour des monts sous-marins sont fortement influencées par un grand nombre de facteurs, comme leur distance du continent, la profondeur des eaux avoisinantes et la colonisation accidentelle. Ainsi, chaque mont sous-marin, et donc le mont SGaan Kinghlas-Bowie, est probablement une communauté biologique unique. Cependant, ces mêmes facteurs rendent aussi les monts sous-marins plus vulnérables aux pressions anthropiques.

Rapport d’ensemble de l’écosystème (2003)

Gestion et conservation

L’objectif de conservation de la ZPM du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie est de conserver et de protéger la biodiversité unique et la productivité biologique de l’écosystème marin de cette zone, qui englobe les monts sous-marins SGaan Kinghlas-Bowie, Hodgkins et Davidson et les eaux environnantes, le fond océanique et le sous-sol.

Un Conseil de gestion pour la zone de protection du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie a été mis sur pied par un Protocole d’entente ratifié en avril 2007 entre le gouvernement du Canada et le Conseil de bandes de la Nation haïda (CHN). Le protocole confirme l’engagement de faciliter la gestion coopérative et la planification de la ZPM en plus d’illustrer l’objectif commun du MPO et du CHN de protéger et de conserver le mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie pour les générations actuelles et futures.

Loup ocellé

Loup ocellé

Zaprora

Zaprora

Sébaste

Sébaste

Le Conseil de gestion prévoit un processus au cours duquel les parties échangent leurs points de vue et produisent des avis au ministre des Pêches et Océans et au Conseil de la Nation haïda sur la planification et la gestion de la zone protégée.

Un Comité consultatif pour la zone protégée mettra à la disposition des groupes un forum ouvert pour le partage de l’information et d’idées, qui pourraient autrement ne pas interagir et servir comme des contacts importants entre le Conseil de gestion, le gouvernement du Canada, le Conseil de la Nation haïda, la collectivité marine dans son ensemble et le public en général.

Pêches et Océans Canada a annoncé le mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie comme zone de protection marine en avril 2008.

Surveillance de la ZPM du mont sous-marin SGaan Kinghlas-Bowie : Indicateurs, protocoles et stratégies (2011)

De plus amples renseignements sur le Règlement sur la zone de protection marine du mont sous-marin Bowie (DORS/2008-124) peuvent être consultés sur le site Web du ministère de la Justice : Règlement sur la zone de protection marine du mont sous-marin Bowie.

 Résumé de l'étude d'impact de la réglementation

Demandes d'activités

Dans les zones de protection marine établies en vertu de la Loi sur les océans, il est généralement interdit de mener une activité qui perturbe, endommage, détruit ou enlève – ou qui est susceptible de perturber, d'endommager, de détruire ou d'enlever – tout organisme marin vivant ou toute partie de son habitat. Malgré cela, il existe des exceptions aux interdictions. Les activités qui peuvent être autorisées dans la zone de protection marine sont énumérées à l'article du Règlement sur la zone de protection marine.

De plus, pour la plupart des zones de protection marine, certains types d'activités (p. ex. la recherche scientifique, la surveillance, la restauration de l'habitat, les activités éducatives et commerciales de tourisme maritime) peuvent être autorisés dans la ZPM si un promoteur soumet un plan d'activités à Pêches et des Océans. Les conditions d'approbation sont énoncées dans le Règlement sur la ZPM.

Recherche et publications
Date de modification :