Avis scientifique 2015/030

Conditions océanographiques dans la zone Atlantique en 2014

Sommaire

  • Les températures de surface moyenne sur tous les mois sans glace étaient à des niveaux record dans l'estuaire du Saint-Laurent et ont dépassé la normale à travers la zone, à l’exception d’une région.
  • Les températures de surface en août ont été à des niveaux record dans 7 des 12 régions de la zone. Les températures de surface de la division 4X‑est du golfe du Maine‑baie de Fundy étaient à des niveaux records pour les mois de septembre à décembre.
  • Le volume de glace est revenu à des conditions près de la normale sur le plateau de Terre-Neuve-et-du-Labrador, sa valeur la plus élevée depuis 1994, et a atteint le volume le plus élevé depuis 2003 dans le golfe du Saint-Laurent. La glace a été exportée vers le plateau néo-écossais pour la première fois depuis 2009.
  • La superficie ou le volume de la couche intermédiaire froide (CIF) ont montré un gradient allant de plus grand que la normale sur le Plateau de Terre-Neuve-et-du-Labrador,  près de la normale dans le golfe du Saint-Laurent et plus petit que la normale sur le Plateau néo-écossais. La superficie de la CIF sur les Grands Bancs était la plus importante depuis 1985 au printemps et depuis 1997 en juillet. La CIF en juillet sur le Plateau néo-écossais était le deuxième plus petit et a été liée au transport des eaux chaudes provenant du large.
  • Les températures au fond étaient généralement normales ou supérieures à la normale dans la zone, comprenant des niveaux record dans les eaux profondes du nord du golfe du Saint-Laurent et dans la division 4W.
  • Aux stations d'échantillonnage à haute fréquence, les températures et la stratification étaient normales à supérieures à la normale, et les salinités étaient près de la normale. Les températures au fond étaient sous la normale à la station 27, près de la normale à la station Vallée de Shédiac où les conditions de la CIF influencent la température au fond, et au-dessus de la normale aux stations Halifax 2, Prince 5 et Rimouski. La température au fond était à un niveau record de séries à la station Rimouski.
  • Les cycles saisonniers de la température de l'air et à la surface de l’océan ont montrés une année d’extrêmes: les températures étaient bien inférieures à la moyenne en hiver et bien au-dessus de la normale en été, incluant des records de séries.
  • L’indice de transport du courant du Labrador était près de la normale au large du Labrador et de Terre-Neuve et inférieure à la normale sur le talus néo-écossais.
  • Dans la mer du Labrador, les pertes de chaleur extrêmes de l'hiver 2013‑14 ont conduit à la formation du plus important volume d'eau de mer du Labrador nouvellement ventilée depuis 2007-2008. La profondeur de la couche de mélange hivernale en 2013-14 a dépassé 1 700 m.
  • Deux événements de baisse de salinité notables ont été observés en 2008‑10 et 2011‑14 dans la mer du Labrador.
  • Les inventaires de nitrate sous la couche de surface sur le Plateau de Terre-Neuve-et-du-Labrador étaient en moyenne 2,5 écarts-types sous la normale en 2014, une poursuite du déclin qui a débuté en 2008. En revanche, les inventaires de nitrate sous la couche de surface dans le golfe du Saint-Laurent ont augmenté depuis 2010, avec une moyenne désormais 0,95 écart-type au-dessus de la normale. Les inventaires de nitrate sous la couche de surface étaient près de la normale sur la majeure partie du Plateau néo-écossais.
  • Les inventaires de chlorophylle a étaient près de la moyenne à long terme dans une grande partie de la zone atlantique.
  • Depuis 2004, il y a eu une tendance vers une apparition plus précoce de la floraison printanière de phytoplancton couplé avec une amplitude de la floraison plus faible dans les eaux au large de Terre-Neuve.
  • Une apparition tardive de la floraison printanière dans la plupart de la zone atlantique en 2014 a peut-être été un reflet de l'hiver froid de cette année. L'ampleur de la floraison printanière était aussi inférieure à la normale dans la majeure partie de la zone atlantique.
  • En 2014, l'abondance de copépodes dans la majorité de la zone a augmenté par rapport aux niveaux observés en 2013, mais a diminué à des niveaux sous la normale dans la mer du Labrador et dans la partie nord au large de Terre-Neuve.
  • L'abondance de Calanus finmarchicus était en dessous ou bien en dessous de la normale dans une grande partie de la zone atlantique et la mer du Labrador, à l'exception de la partie centrale du plateau néo-écossais.
  • L'abondance de Pseudocalanus spp. a augmenté dans le golfe du Saint-Laurent et sur la plupart du Plateau de Terre-Neuve alors qu'il y a eu une baisse sur le Plateau néo-écossais et le Plateau du Labrador.
  • Les taxons non-copépodes ont démontré une augmentation considérable en abondance sur les Grands Bancs et dans le golfe du Saint-Laurent et le détroit de Cabot. Cela semble être la poursuite d'une tendance qui a commencé en 2004.

Le présent avis scientifique découle de la Dix-septième réunion annuelle du Programme de monitorage de la zone atlantique (PMZA) tenue du 16 au 19 mars 2015. Toute autre publication découlant de cette réunion sera publiée, lorsqu’elle sera disponible, sur le calendrier des avis scientifiques de Pêches et Océans Canada.

 Document PDF complet
(25 pages; 2 245 K)

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :