Document de recherche 2007/050

Propriétés optiques, chimiques et biologiques de l’océan dans la région des Maritimes, en 2006

Par Harrison, G., D. Sameoto, J. Spry, K. Pauley, H. Maass, M. Kennedy, C. Porter et V. Soukhovtsev

Résumé

On passe en revue les propriétés optiques, chimiques et biologiques de l’océan dans la région des Maritimes (banc Georges, est du golfe du Maine, baie de Fundy et, plate-forme Néo-Écossaise) en 2006, puis on les compare aux conditions durant l’année précédente et à long terme s’il y a lieu. En plus de descriptions des séries de données de base du PMZA [stations fixes, transects saisonniers, relevés au chalut de l’écosystème (ou du poisson de fond), enregistreurs de plancton en continu (EPC), télédétection], on examine un certain nombre de données provenant de l’extérieur de ces régions afin de donner une vue d’ensemble de la zone.

Les propriétés optiques aux stations fixes de la région des Maritimes en 2006 différaient d’un endroit à l’autre, mais en général, étaient comparables aux conditions observées les années précédentes. La stratification était toutefois légèrement plus prononcée que d’habitude aux deux stations, pendant la seconde moitié de l’année.

Les concentrations maximales de nitrates près de la surface, au cours de l’hiver, à Halifax 2, ont continué de diminuer en 2006 et, au cours de l’été, la profondeur de la zone de raréfaction des nitrates était la plus grande observée depuis le début des mesures systématiques, soit en 1999. Les concentrations de nitrates à Prince 5, par contre, ont continué à augmenter en 2006.

L’une des caractéristiques dominantes du phytoplancton dans la région des Maritimes en 2006 a été la faible étendue et la courte durée de l’efflorescence printanière à Halifax 2, comparativement à l’ampleur de celles des trois années précédentes. Depuis le début de la période d’observation du PMZA, l’efflorescence printanière à cette station commence plus tard et se termine plus tôt et les concentrations de chlorophylle diminuent. À Prince 5, les concentrations de chlorophylle étaient plus élevées que d’habitude en 2006, et le maximum pour l’été a été atteint deux mois plus tard que la normale. Les données EPC continuent à indiquer que les niveaux d’abondance récents (1990 2000) du phytoplancton se situent bien au dessus de la moyenne à long terme et que le cycle de croissance saisonnière a débuté plus tôt dans l’année que durant la première décennie d’observations des années 1960 à 1970.

La biomasse du zooplancton et l’abondance de Calanus finmarchicus étaient très variables (sur les plans géographique et saisonnier) en 2006. La biomasse du zooplancton, dans l’ensemble, était inférieure en 2006 à ce qui avait été observé précédemment; des creux record ont été constatés pendant le relevé du poisson de fond de mars. L’abondance de Calanus finmarchicus était aussi faible à la station fixe Halifax 2, notamment aux premiers stades de développement, tandis qu’elle a atteint des creux record dans la partie centrale de la plate-forme Néo-Écossaise pendant les transects printaniers. Par ailleurs, l’abondance de C. finmarchicus était plus grande que d’habitude en 2006 à la station fixe Prince 5 et dans l’ouest de la plate-forme Néo-Écossaise au printemps, ainsi que dans la partie centrale de la plate-forme à l’automne et a atteint un record à l’échelle de la plate forme pendant le relevé du poisson de fond, en été. L’abondance et la biomasse des petites espèces de copépodes (Pseudocalanus sp., Oithona sp.) à Halifax 2 diminuent depuis quelques années, comparativement à celles des grandes espèces (C. finmarchicus, Metridia sp.). Les données EPC continuent d’indiquer que l’abondance récente du zooplancton se situe aux niveaux observés au cours de la décennie de 1960 à 1970 ou en dessous; toutefois, plusieurs espèces (p. ex. C. finmarchicus, Paracalanus/Pseudocalanus sp., euphausiacés) se rétablissent, particulièrement sur la plate forme Néo Écossaise.

 Document PDF complet
(52 pages; 4757K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :