Document de recherche 2003/019

Conditions océanographiques, biologiques et chimiques sur le plateau Terre-Neuvien au cours de l'année 2002.

Par Pepin, P., Maillet, G.L., Fraser, S., et Lane, D.

Résumé

Nous passons en revue les données de variations saisonnières et interannuelles des concentrations de chlorophylle a et des principaux éléments nutritifs, des taux de production primaire et de l'abondance des principaux taxons de phytoplancton et de zooplancton à la station 27. Nous mettons l'accent sur les séries temporelles et spatiales des diverses mesures biologiques, chimiques, optiques et physiques faites en 2002, mais en les comparant avec les données disponibles pour des années antérieures. Au cours de la prolifération phytoplanctonique printanière de 2002, le coefficient d'atténuation vertical à la station côtière fixe a presque doublé par rapport aux années précédentes. Cela signifie que le rayonnement solaire incident y pénétrait moins profondément et que la zone euphotique était généralement réduite. En 2002, l'évolution des conditions lumineuses à la station 27 ne concordait pas avec la baisse générale de l'atténuation sur les différents transects océanographiques et au cours des différentes saisons, qui correspond à une hausse de la profondeur de la zone euphotique. Selon la climatologie annuelle du rayonnement solaire incident, les mesures de rayonnement effectuées en 2001 et en 2002 comptent parmi les plus élevées des séries temporelles disponibles pour les mois d'avril à octobre. La stabilité et le réchauffement de la colonne d'eau, calculés à partir des données de stratification et de température intégrée, ont montré des tendances semblables à la station 27 et sur les transects du PMZA. En général, la stratification et la température intégrée dans les premiers 50 m de profondeur sur la plate-forme de Terre-Neuve et du Labrador étaient inférieures à celles des années précédentes. Les séries temporelles des concentrations des principaux éléments nutritifs à la station 27 ont varié d'année en année. En 2002, les concentrations saisonnières de silicate et de nitrate dans les premiers 50 m de profondeur étaient de deux à trois fois supérieures sur la majorité des transects océanographiques, par rapport aux années précédentes (2000 et 2001). Nous avons observé des tendances à la hausse semblables pour les concentrations en profondeur dans le secteur sud des Grands Bancs, mais les différences étaient moindres sur les autres transects. L'ampleur de la prolifération phytoplanctonique printanière a augmenté au cours des trois dernières années, atteignant un maximum en 2002, et elle a coïncidé avec une tendance semblable de la productivité primaire à la station 27. Bien que les concentrations printanières de chlorophylle a (mesure indirecte de la biomasse du phytoplancton) à la station 27 étaient supérieures en 2002 par rapport aux années précédentes, la situation était différente dans les eaux extracôtières où nous avons observé une tendance à la baisse sur les transects. Nous avons constaté une autre période prolongée de profondeur maximale de la couche mélangée à la station 27 à la fin de l'hiver et au printemps 2002, laquelle peut avoir contribué au commencement et à la courte durée (54 jours) de la prolifération phytoplanctonique. La force d'entraînement du vent était plus élevée en 2001 et en 2002 qu'en 2000. En 2001, la période prolongée de profondeur maximale a coïncidé avec un retard de la prolifération printanière et elle a entraîné une baisse de 50 % de la durée de celle-ci par rapport à 2000. Nous avons dénombré les principaux groupes de phytoplancton présents chaque saison à la station fixe et à certaines stations sur les transects océanographiques. Les différences les plus remarquables observées au cours des dernières années étaient l'augmentation de l'abondance des diatomées au cours de la prolifération printanière et la prolifération automnale de coccolithophoridés, jamais observée auparavant à la station 27.

 Document PDF complet
75 pages (6898K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :