Optimiser l’amélioration des gonades de l’oursin avec de nouveaux aliments formulés et évaluer les répercussions benthiques de l’élevage commercial de l’oursin pour assurer un environnement durable

19-P-05

Description

Lorsque la croissance de la population d’oursins n’est pas contrôlée, ils peuvent détruire et décimer les lits de macroalgues, créant ainsi des zones appelées « déserts à oursins ». Les grands nombres d’oursins restent dans ces déserts avec peu ou pas de nourriture pendant de longues périodes, ce qui non seulement les rend impropres à la pêche en raison de leur faible rendement en œufs, mais empêche également la repousse des macroalgues et des écosystèmes productifs qu’elles créent. Ces oursins à faible rendement en œufs peuvent être capturés et nourris avec des aliments préparés/naturels afin d’augmenter leur rendement et de les rendre commercialisables, dans un processus appelé amélioration des gonades (une forme d’aquaculture). Si on retire suffisamment d’oursins des déserts, les lits de macroalgues et leur écosystème inhérent seront rétablis. Comme l’aquaculture de l’oursin est une industrie plus récente, il faut étudier son impact environnemental potentiel, ce qui n’a jamais été fait auparavant.

Ce projet vise à évaluer les effets de deux régimes alimentaires préparés et d’une alimentation naturelle (varech) et de trois températures de l’eau sur les dépôts de déchets d’oursins rouges et verts détenus dans des conditions de laboratoire afin de prédire les impacts environnementaux d’une exploitation commerciale d’oursins. Il cherche également à mettre à l’essai les effets de ces régimes et de ces températures sur le rendement en gonades et la qualité de ces oursins afin de déterminer si les régimes préparés sont une option viable pour une activité d’amélioration des œufs pour produire des gonades de qualité marchande.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Années

Un an : 2019-2020

Chercheur principal

Chris Pearce, chercheur, Pêches et Océans Canada, Station biologique du Pacifique, Région du Pacifique
Courriel : Chris.Pearce@dfo-mpo.gc.ca

Membres de l’équipe

Steve Cross, professeur associé, Université de Victoria
Mark Flaherty, professeur, Université de Victoria
Brian Takeda, PDG, Urchinomics Nordics AS
Harm Kampen, chercheur, Urchinomics Nordics AS
Emily Warren, étudiante à la maîtrise ès sciences, Université de Victoria/Pêches et Océans Canada

Collaborateurs

J.P. Hastey, président, Nova Harvest Ltd.