Sélection de la langue

Recherche

Chris Hemmingway, directeur de l’hydrographie et du programme de la Convention sur le droit de la mer

Chris Hemmingway est directeur au Service hydrographique du Canada, où une de ses responsabilités principales consiste à présenter la demande du Canada aux termes de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) – un traité international qui établit le cadre juridique pour les activités et les frontières océaniques. Écoutez Chris, expliquant davantage ce qu’est la mission UNCLOS, qui écrit une page d’histoire depuis 2003 en s’efforçant de définir les pleines limites et frontières maritimes du Canada.

Transcription

L'océan Arctique est l'une de ces régions du monde qui exercent une grande fascination sur les gens, parce qu'elles sont si éloignées de leur vie quotidienne.

Quand on pense à l'océan Arctique on pense un grand espace inconnu. Il s'agit d'un vaste territoire blanc à la frontière du monde connu. Pour moi c'est vraiment passionnant de faire partie de ce projet parce que lorsque je travaillais dans le domaine de la géologie, j'ai accompli certaines tâches de cartographie géologique du Nord. J'adore le Nord, alors le fait de pouvoir boucler ainsi la boucle et de participer encore un travail de cartographie dans le Nord est vraiment passionnant.

Notre rôle au programme de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) est de mesurer scientifiquement la profondeur de l'océan et la forme du plancher océanique, afin de pouvoir apporter notre contribution à l'étude des limites du plateau continental.

Les résultats serviront également au projet de carte bathymétrique de l'océan Arctique, une initiative internationale, de sorte que les données que nous rassemblons pour l'UNCLOS contribueront aussi à améliorer nos connaissances globales sur l'océan Arctique et seront combinées aux données rassemblées par d'autres pays.

Les missions dans l'Arctique sont un grand défi. Cela n'a rien à voir avec l'organisation d'une excursion en famille pour aller camper dans la nature pendant une fin de semaine! Il faut réfléchir à tous les facteurs susceptibles d'influencer la mission : la météo, les pannes d'équipement et toutes sortes de choses liées au fait que l'équipement est conçu pour fonctionner dans des régions tempérées et ne fonctionnera pas forcément bien dans les rudes conditions de l'Arctique.

Cela fait plusieurs siècles que nous rassemblons des données dans l'Arctique et pourtant, nos connaissances restent encore limitées! Au cours des trois dernières années en particulier, nous nous sommes vraiment concentrés sur l'Arctique, avec nous notamment les études pour l'UNCLOS. C'est incroyable : vous envoyer un navire dans le secteur pendant 50 à 60 jours et vous ne recueillez qu'une petite quantité de données par rapport à la taille de la région à cartographier.

La collaboration a joué un rôle clé dans le programme de l'UNCLOS au fil des ans. Nous avons travaillé, selon le cas, avec les États Unis, le Danemark et d'autres pays, comme la Suède. L'endroit est difficile d'accès. La préparation d'une telle mission est difficile. Il arrive souvent que, lorsque d'autres pays se rendre dans la région, nous leur demandions : « Est ce qu'il y aurait moyen pour nous de monter à bord et de faire quelques travaux pendant que vous êtes sur place? » C'est comme ça que les choses se font.

Le travail que nous faisons pour le programme de l'emploi va redessiner les frontières du canada. Alors les cartes que les enfants étudieront agricole à l'avenir seront plutôt différente de celle que j'ai étudié moi même quand j'étais à l'école. Pour moi, c'est ça qui est vraiment passionnant.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :