Sélection de la langue

Recherche

Zone prioritaire du versant est des montagnes Rocheuses

Carte du profil de la zone prioritaire du versant est des montagnes Rocheuses. Voir e texte qui suit.
Profil de la zone prioritaire du versant est des Rocheuses

La zone prioritaire du versant est des Rocheuses englobe le versant est des Rocheuses canadiennes en Alberta. Le versant est s’étend du haut relief alpin des Rocheuses canadiennes jusqu’à ses contreforts et à la transition vers l’écozone des Prairies. Cette région représente les eaux d’amont du bassin versant de la rivière Saskatchewan et du fleuve Nelson. On trouve dans la zone prioritaire du versant est des Rocheuses cinq espèces de poisson inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril ou évaluées comme étant en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Les espèces en péril qui se trouvent dans cette zone prioritaire sont victimes de la perte d’habitat, de la fragmentation de l’habitat et de la diminution de la qualité de l’eau (par exemple, sédimentation) et de la quantité d’eau (par exemple, changements du niveau d’eau). Les activités récréatives et les espèces envahissantes constituent également des menaces pour les espèces indigènes de cette zone prioritaire. Par exemple, les espèces envahissantes de truite font concurrence avec les espèces indigènes pour l’habitat et les ressources. Les changements climatiques sont une autre menace pour cette zone prioritaire, sachant qu’ils risquent d’empirer les menaces actuelles et d’avoir d’autres impacts imprévus. Le Fonds de la nature du Canada pour les espèces aquatiques en péril de Pêches et Océans Canada (MPO) appuie des projets dirigés par des organisations locales visant à contrer ces menaces dans la zone prioritaire du versant est des Rocheuses.

Efforts de conservation en cours

On retrouve dans la zone prioritaire du versant est des Rocheuses plusieurs espèces de truite indigènes qui connaissent actuellement un déclin de leur population, y compris la truite arc-en-ciel de la rivière Athabasca, l’omble à tête plate et la truite fardée versant de l’ouest. En vue de procéder au rétablissement de ces populations indigènes, le ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta dirige l’initiative de rétablissement de la truite indigène de l’Alberta dans le but d’atténuer les menaces principales qui pèsent sur l’espèce, notamment la sédimentation et la fragmentation de l’habitat. Ce projet a pour objectif principal de hiérarchiser les mesures de rétablissement par espèce et par bassin versant en se fiant à des travaux de modélisation. L’initiative permettra de s’attaquer aux menaces qui pèsent sur les espèces indigènes en mettant en œuvre des mesures de rétablissement, comme l’amélioration de l’habitat et l’empoissonnement à des fins de restauration. En améliorant l’habitat et l’état de la population de ces espèces indigènes, le projet profitera également à plusieurs autres espèces aquatiques et écosystèmes dans la zone prioritaire.

Étant donné la grande place qu’occupe l’agriculture en Alberta, il importe de collaborer avec les agriculteurs et les éleveurs relativement à l’élaboration de solutions visant à protéger les espèces aquatiques en péril et leurs habitats. Un projet dirigé par ALUS Canada fait appel aux agriculteurs et aux éleveurs de la zone prioritaire du versant est des Rocheuses et d’ailleurs dans les Prairies afin de mettre en œuvre des pratiques exemplaires de gestion sur les terres qui avoisinent des plans d’eau dans le but de restaurer ou d’améliorer les habitats aquatiques. Ces pratiques exemplaires comprennent la création de bandes riveraines et de zones humides, ainsi que l’installation de structures de contrôle afin de réduire le ruissellement agricole et la sédimentation. Grâce à ce projet, des mesures de rétablissement seront mises en œuvre sur 5 358 km2 d’habitat.

Tandis que des espèces envahissantes menacent les plans d’eau de la zone prioritaire du versant est des Rocheuses et des Prairies, les provinces devront collaborer afin de disposer d’une stratégie de gestion unifiée pour prévenir l’introduction et la prolifération d’espèces envahissantes problématiques. Un projet dirigé par le Centre de recherche sur les espèces envahissantes encourage la collaboration et l’échange de connaissances à l’échelle de l’Alberta, du Manitoba et de la Saskatchewan, fournit des ressources additionnelles et renforce les capacités afin d’appuyer les programmes provinciaux de gestion des espèces envahissantes. Ce projet contribuera à l’établissement d’une approche coordonnée pour gérer la propagation des espèces envahissantes dans la zone prioritaire du versant est des Rocheuses et ailleurs.

Les projets financés par le Fonds de la nature du Canada pour les espèces aquatiques en péril dans la zone prioritaire du versant est des Rocheuses viennent en aide aux espèces aquatiques en péril par l’entremise d’efforts de restauration de l’habitat, d’intendance et de gestion des espèces envahissantes. Les résultats de ces projets, en plus de profiter aux espèces aquatiques actuellement en péril, aideront à prévenir le déclin d’autres espèces et de leurs habitats. En atténuant les menaces identifiées, comme la dégradation de l’habitat, la fragmentation de l’habitat et les espèces envahissantes, ces projets contribuent aux efforts de protection et de rétablissement des espèces aquatiques en péril et de leurs habitats au sein de la zone prioritaire du versant est des Rocheuses.

En savoir plus sur les projets dans ce secteur

Initiative de rétablissement de la truite indigène de l’Alberta

Initiative de rétablissement de la truite indigène de l’Alberta

Bénéficiaire : Alberta Environment and Parks

Objectif du projet : L’initiative de rétablissement de la truite indigène de l’Alberta est une initiative de conservation du poisson sur quatre ans visant à rétablir les populations de truites indigènes sur versant est des Rocheuses en Alberta.

Le programme comprend une série d’activités, notamment la restauration et la réhabilitation des habitats des espèces aquatiques en péril et des travaux d’évaluation qui guideront sur la meilleure façon d’atténuer les menaces pesant sur les espèces en péril dans ces zones. Les activités comportent également l’élaboration et la mise en place de mesures visant à minimiser et à atténuer les menaces pesant sur les espèces en péril, ainsi que la surveillance et la présentation de rapports sur les résultats des travaux.

Cette initiative permet également d’élargir les partenariats entre le gouvernement et les organisations non gouvernementales pour inclure des partenaires autochtones, des municipalités, des entreprises et d’autres participants. L’objectif est d’harmoniser et de soutenir les mesures de rétablissement des espèces aquatiques en péril menées par les différents organismes qui s’intéressent à ces paysages.

Fonds alloués : 4 909 536 $

Échéancier : 4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Collaborer avec les agriculteurs et les éleveurs afin d’améliorer les écosystèmes pour les espèces aquatiques en péril dans le sud des Prairies

Collaborer avec les agriculteurs et les éleveurs afin d’améliorer les écosystèmes pour les espèces aquatiques en péril dans le sud des Prairies

Bénéficiaire : ALUS Canada

Objectif du projet : L’objectif de ce projet de quatre ans est d’accroître les mesures d’intendance et de rétablissement des espèces aquatiques en péril dans la zone prioritaire du sud des Prairies, dans les bassins versants des rivières Saskatchewan Sud et Assiniboine. Le projet vise à établir des partenariats avec des agriculteurs et des éleveurs aux endroits où le paysage agricole recoupe les principaux habitats aquatiques d’eau douce des espèces aquatiques en péril.

Il comprend un partenariat avec les agriculteurs pour promouvoir la restauration ou l’amélioration des plans d’eau et des cours d’eau, notamment la création de zones tampons riveraines et la construction de zones humides.

Les activités du projet réduisent le ruissellement agricole et la sédimentation, améliorant ainsi l’habitat aquatique en aval et à proximité immédiate des mesures du projet. Les mesures du projet permettent d’offrir toute une série de services écosystémiques, notamment des habitats fauniques supplémentaires, de l’eau propre et la séquestration du carbone.

Des ressources éducatives sont élaborées en collaboration avec les comités consultatifs des partenariats communautaires et les groupes consultatifs techniques. Les ressources mettent l’accent sur les impacts de l’agriculture et doivent appliquer des pratiques de gestion bénéfiques pour réduire et inverser les effets négatifs de l’agriculture sur les espèces aquatiques en péril.

Fonds alloués : 983 000 $

Échéancier : 4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Annonce aux médias :

Le gouvernement du Canada agit pour protéger les espèces aquatiques en péril dans le sud des Prairies

Faire le lien entre la recherche et la gestion pour réduire les menaces des espèces envahissantes pour les espèces aquatiques en péril

Faire le lien entre la recherche et la gestion pour réduire les menaces des espèces envahissantes pour les espèces aquatiques en péril

Bénéficiaire : Invasive Species Centre

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans soutient les activités de prévention et de gestion des espèces envahissantes dans la zone prioritaire du sud des Prairies, menées par les trois partenaires provinciaux des Prairies, l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba. Ces activités profiteront aux espèces aquatiques en péril. Elles comprennent 1) la définition des besoins et des possibilités en matière d’évaluation, de gestion et de communication des risques liés aux espèces envahissantes en vue de les harmoniser avec les mesures de rétablissement des espèces en péril; 2) l’évaluation et l’analyse des risques, l’évaluation d’impact, l’évaluation préalable des risques et le soutien à l’analyse socio-économique afin de guider les approches de gestion des espèces en péril prioritaires; 3) le soutien aux programmes de prévention et de surveillance des espèces envahissantes afin d’intensifier la fréquence d’échantillonnage et la capacité des programmes; et 4) l’examen des communications afin d’améliorer l’efficacité des messages et d’accroître la sensibilisation.

Au fur et à mesure que le projet progresse et que les besoins sont mieux identifiés par les provinces participantes, de nouveaux outils seront mis au point et les outils existants seront améliorés. Il s’agira notamment de prendre en considération 1) le soutien à la formation et aux communications sur l’identification des moules d’eau douce, l’identification des espèces en péril, l’identification des espèces envahissantes, les méthodes de contrôle des moules, les outils de rapport et de cartographie, la science citoyenne et la prévention des espèces envahissantes; 2) les liens qui fournissent aux partenaires les informations les plus récentes et les plus pertinentes fondées sur des données probantes; et 3) le soutien à la diffusion d’une boîte à outils contenant des modèles, des instructions et des outils qui seront utilisés au-delà des quatre ans de ce projet.

Fonds alloués : 983 000 $

Échéancier : 4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :