Menace prioritaire causée par les interactions avec la pêche

Carte du Canada montrant la zone générale où se produisent les menaces prioritaires en milieu marin dans les océans Arctique, Pacifique et Atlantique.
Menace prioritaire causée par les interactions avec la pêche

Les pêches maritimes se déroulent dans l’Arctique, le Pacifique et l’Atlantique, et chevauchent l’aire de répartition de nombreuses espèces en péril que l’on retrouve dans ces zones. Les menaces liées aux interactions avec la pêche qui peuvent avoir des répercussions sur les espèces marines en péril comprennent la piégeage ou d’enchevêtrement dans des engins de pêche actifs ou perdus (aussi connu sous le titre de engins fantômes), ainsi que la capture en tant que prises accessoires. Le piégeage et l’enchevêtrement menacent principalement les mammifères marins, les tortues luth et les poissons marins de grande taille, tandis que les poissons marins de plus petite taille, les mollusques et les tortues caouannes courent le plus grand risque d’être capturés comme prises accessoires. Le Fonds de la nature du Canada pour les espèces aquatiques en péril (FNCEAP) de Pêches et Océans Canada appuie un certain nombre de projets visant à réduire la menace des interactions entre la pêche et les espèces marines en péril.

Efforts de conservation en cours

Il est impossible de réduire la menace des interactions avec la pêche sur les espèces marines en péril sans la coopération, la mobilisation et l’intendance des pêcheurs commerciaux et des collectivités autochtones. Par exemple, le Conseil circumpolaire inuit (Canada) Inc. a mené un projet dans la région de Pikialasorsuaq, ou polynie des eaux du Nord (zone d’eau libre à longueur d’année entourée d’une couverture de glace de mer), visant à faciliter les discussions entre les dirigeants inuits en vue de l’élaboration d’un plan de gestion concernant l’utilisation et la conservation futures de la région de Pikialasorsuaq. Le projet prévoit des activités de planification initiale et l’établissement de partenariats en vue de bien orienter les prochaines étapes des projets à venir avec les collectivités de la région de Pikialasorsuaq ainsi que d’élaborer un plan de protection des espèces en péril qui s’inscrirait dans le cadre d’un plan de gestion plus vaste.

Un projet dirigé par Océans Nord encourage la collaboration entre les intervenants de la pêche du Canada atlantique, notamment les scientifiques, les gestionnaires des pêches, les Premières Nations et d’autres pêcheurs, afin de recenser les mesures efficaces pouvant être mises en œuvre pour le rétablissement de multiples espèces de poissons marins en péril. Dans le cadre d’une série d’ateliers, le projet offre aux intervenants une tribune de discussion permettant d’évaluer le succès des mesures de conservation actuelles, de mettre en commun des connaissances à l’échelle des secteurs, de recenser les occasions d’adopter de nouvelles pratiques exemplaires et d’élaborer une voie à suivre commune.

Un projet mené à Terre-Neuve-et-Labrador par la Fondation Québec-Labrador encourage la protection des espèces marines en péril par la sensibilisation et l’intendance. Au moyen d’ateliers, de campagnes d’éducation des jeunes, d’une campagne de communication et de dialogues à quai avec plus de 300 pêcheurs commerciaux dans 100 ports, le projet génère un soutien pour les activités de rétablissement qui réduiront les menaces pesant sur les espèces en péril découlant des interactions avec la pêche. En outre, le projet atténue le risque d’ingestion de débris en plastique et d’enchevêtrement dans les engins de pêche par l’installation de boîtes de collecte des doublures des boîtes à appâts dans les postes de pêche.

Il est essentiel de diffuser les renseignements sur les espèces en péril auprès des principaux intervenants et du public afin de recueillir un vaste appui et d’orienter des mesures de rétablissement efficaces. Un projet mené par la section de Terre-Neuve-et-Labrador de la Société pour la nature et les parcs du Canada atteint cet objectif en créant une carte en ligne des zones marines spéciales de la province, qui met en évidence les espèces en péril, leur habitat, les menaces et d’autres renseignements éducatifs. Cette carte s’appuie sur les renseignements recueillis dans le cadre d’ateliers organisés avec un éventail de groupes, notamment des scientifiques, le milieu universitaire, les gouvernements, des organisations non gouvernementales, des groupes autochtones et des pêcheurs.

On peut réduire la menace que représentent les interactions de la pêche avec les espèces marines en péril en élaborant et en adoptant de nouvelles technologies de pêche. De nombreux projets financés par le FNCEAP visent l’élaboration et la mise à l’essai de nouveaux équipements de pêche moins menaçants pour les espèces aquatiques. Par exemple, Homarus Inc. mène dans le golfe du Saint-Laurent un projet visant à mettre en œuvre des innovations technologiques dans le domaine de la pêche du crabe des neiges, afin d’empêcher les mammifères marins et les tortues de s’empêtrer dans les cordages verticaux. Parmi les autres éléments du projet, citons la création d’une alliance de pêcheurs de crabe des neiges visant à promouvoir les pratiques exemplaires, la réalisation d’activités pédagogiques à l’intention des jeunes des collectivités côtières, ainsi que la cartographie et la récupération des engins perdus.

La Fédération canadienne de la faune travaille avec les pêcheurs opérant dans les eaux du Canada atlantique pour élaborer des méthodes normalisées d’évaluation des engins de pêche sans cordage et mettre à l’essai des technologies sans cordage. Le projet comprend également on organise des ateliers visant à établir un dialogue entre les pêcheurs et les collectivités autochtones afin de mettre en commun des renseignements sur la pêche, les espèces en péril et leurs interactions. On mène également des enquêtes afin de recueillir des renseignements sur la répartition et la santé des espèces en péril dans la partie extérieure de la baie de Fundy, qui seront utilisés pour orienter l’élaboration des mesures de rétablissement supplémentaires.

L’enchevêtrement dans les engins fantômes, c’est-à-dire les engins de pêche perdus ou rejetés, constitue une menace importante pour les espèces marines en péril dans les zones où l’on pratique la pêche. Pour s’attaquer à cet enjeu, le Fonds mondial pour la nature Canada, de concert avec le Conseil communautaire NunatuKavut et le Marine Institute de l’Université Memorial de Terre-Neuve, a lancé un projet visant à atténuer la menace que représentent les engins fantômes pour les espèces de la zone de protection marine de la baie Gilbert. Le projet consiste à retirer les engins fantômes de la zone, à recueillir les connaissances autochtones sur les pratiques concernant les engins fantômes et à recenser des pratiques plus durables en matière d’engins.

Un autre projet visant à réduire la menace des engins fantômes est mené par Merinov. L’objectif du projet consiste à utiliser des technologies novatrices, comme la détection par sonar et les véhicules sous-marins, pour détecter et récupérer les casiers fantômes dans le golfe du Saint-Laurent. Le projet vise également à mettre en commun des connaissances avec les pêcheurs et à élaborer un guide des pratiques exemplaires afin de réduire les pertes de casiers dans l’industrie de la pêche.

La collecte de données est essentielle pour informer de mesures efficaces de rétablissement des espèces aquatiques en péril. Deux projets financés par le FNCEAP sont axés sur la collecte de données et les activités de surveillance afin d’améliorer notre capacité à faire face à la menace que posent les interactions avec la pêche. La Central Coast Indigenous Resource Alliance mène un projet le long de la côte centrale de la Colombie-Britannique afin de recueillir des données sur le sébaste aux yeux jaunes et d’autres espèces de sébaste vulnérables importantes pour la pêche alimentaire, sociale et rituelle des Premières Nations. Dans le cadre du projet, on évalue l’état des populations de sébastes, on élabore et met en œuvre des plans de surveillance, et on mobilise les pêcheurs autochtones afin de trouver un équilibre entre les exigences de conservation et les droits d’accès des collectivités autochtones à ces populations de poissons à des fins alimentaires, sociales et cérémonielles.

Un autre projet de collecte de données est mené par l’Ocean Wise Conservation Association se concentre sur la protection de l’épaulard le long de la côte centrale de la Colombie-Britannique. Ce projet utilise la photogrammétrie pour déterminer l’état de santé des populations d’épaulards à orienter les décisions relatives à la gestion du saumon quinnat, principale source de nourriture des épaulards résidents du sud. Les activités sont également axées sur l'identification des zones qui bénéficieraient d’une restauration de l’habitat afin d’atténuer la réduction de l’abondance du saumon quinnat.

De nombreux projets reposent sur la collaboration avec les pêcheurs commerciaux et les communautés autochtones pour élaborer des stratégies visant à établir un juste équilibre entre la conservation et la protection des espèces marines en péril et les activités de pêche. Les projets financés par le Fonds de la nature du Canada pour les espèces aquatiques en péril, qui portent notamment sur les menaces que représentent les interactions de la pêche avec les espèces marines en péril et l’établissement de pratiques exemplaires en matière de pêche, aident à accroître le caractère durable des activités de l’industrie canadienne de la pêche.

En savoir plus sur les projets visant à lutter contre cette menace

Plateforme interactive en ligne sur les aires marines spéciales de Terre-Neuve-et-Labrador

Plateforme interactive en ligne sur les aires marines spéciales de Terre-Neuve-et-Labrador

Bénéficiaire : Société pour la nature et les parcs du Canada, section de Terre-Neuve-et-Labrador

Carte de Terre-Neuve-et-Labrador. Voir le texte qui suit.
Un exemple du potentiel de la carte : mettre en évidence des couches de données pour mieux comprendre leur relation.

Objectif du projet : Ce projet de trois ans s’appuie sur deux éditions du guide « Special Marine Areas in Newfoundland and Labrador » produit par la Société pour la nature et les parcs du Canada, section de Terre-Neuve-et-Labrador. En exploitant la mine de connaissances figurant dans ce guide, des sources externes, un atelier et des recherches en cours, la Société pour la nature et les parcs du Canada, section de Terre-Neuve-et-Labrador, crée une « carte interactive en ligne des aires marines spéciales de Terre-Neuve-et-Labrador » (carte interactive des AMS). La carte interactive des AMS met en évidence les écorégions de la province (ainsi que les 140 aires spéciales présentées dans le guide), les espèces de chaque région (en mettant l’accent sur les espèces en péril), les menaces (en se concentrant sur les interactions entre les pêches, les perturbations physiques et acoustiques et le transport maritime), les protections actuellement en place, les menaces liées aux changements climatiques (p. ex. l’élévation du niveau de la mer) et d’autres caractéristiques qui aident à dresser un tableau global de l’écosystème.

La carte interactive des AMS vise à devenir un outil efficace et convivial de sensibilisation, d’éducation et de prise de décision pour toute une série d’utilisateurs, notamment : 1) les gouvernements national, provinciaux et municipaux; 2) les universités et les chercheurs; 3) les industries maritimes; 4) le grand public. En outre, cette carte se veut un outil utile pour les organisations qui mènent des initiatives de planification spatiale marine pour Terre-Neuve-et-Labrador et offrira des possibilités de sensibilisation et d’éducation à tous les utilisateurs.

Fonds alloués :

219 920 $

Échéancier :

3 ans

Espèces en péril qui bénéficient de ce projet :

Réduire les menaces posées pour les espèces aquatiques en péril par les interactions avec la pêche dans les eaux de Terre-Neuve

Réduire les menaces posées pour les espèces aquatiques en péril par les interactions avec la pêche dans les eaux de Terre-Neuve

Bénéficiaire : Fondation Québec-Labrador

photo
Quinn Parker fait découvrir le loup de mer aux jeunes (photo d’Alexa Schubak)
photo
Alexa Schubak explique aux jeunes comment réduire les déchets plastiques marins (photo de Quinn Parker)

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans vise à lutter contre la menace des interactions entre les pêches et à contribuer au rétablissement des espèces marines en péril prioritaires de la région. Il prévoit la sensibilisation aux menaces qui pèsent sur les espèces aquatiques en péril en raison de la mortalité due aux prises accessoires, des interactions avec la pêche causées par les empêtrements dans les engins et de l’ingestion de substances toxiques, ou de la pollution causée par les débris marins, en particulier les débris liés à la pêche et les plastiques.

Le projet sensibilise le public à ces menaces et les traite par le biais de l’information et de l’éducation, y compris en organisant des réunions de groupes de discussion pour encourager les populations locales à prendre part aux mesures, en entamant un dialogue à quai avec plus de 300 pêcheurs commerciaux dans 100 ports, en installant des boîtes de collecte des doublures des boîtes à appâts dans les postes de pêche, en menant une campagne de communication fortement axée sur l’utilisation des médias sociaux et des produits d’information, et en donnant 25 présentations éducatives par an aux jeunes de toute la province.

Il permettra de produire et de distribuer des napperons informatifs et des vidéoclips motivants qui feront la promotion des pratiques exemplaires telles que la remise à l’eau des loups de mer vivants et la réduction des déchets plastiques dans l’océan.

Fonds alloués :

654 112 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Annonce aux médias :

Le gouvernement du Canada adopte de nouvelles mesures supplémentaires pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord.

Utiliser la gestion adaptative pour réduire la pression de la pêche sur la morue dorée près de la ZPM de la baie Gilbert

Utiliser la gestion adaptative pour réduire la pression de la pêche sur la morue dorée près de la ZPM de la baie Gilbert

Bénéficiaire : Fonds mondial pour la nature – Canada

photophoto

William’s Harbour (source des photos : Elizabeth Moore)

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans a pour objectif d'atténuer les impacts des prises dans les engins fantômes (c'est-à-dire les engins de pêche perdus en mer) et des prises accessoires sur la morue dorée et d’autres espèces vulnérables en péril dans la zone de protection marine (ZPM) de la baie Gilbert et à proximité, ainsi que de mesurer l’efficacité de la transition des filets maillants à des engins de pêche de la morue plus durables dans les zones voisines.

Pour atténuer les effets des engins fantômes et des prises accessoires, le projet vise à accroître les pratiques de pêche durables (p. ex. casiers à morue, trappes à morue) pour la morue du Nord, en réduisant l’utilisation des filets maillants, et à éliminer les engins fantômes afin de limiter la mortalité par pêche involontaire. Les activités comprennent : 1) le suivi et les rapports sur l’utilisation d’engins de pêche à faible impact pour démontrer leur efficacité; 2) la définition et la détermination de la faisabilité d’options innovantes pour des pratiques d’engins plus durables, et la consultation à leur sujet; 3) la caractérisation et l’évaluation des impacts des engins fantômes dans la zone d’étude; 4) la collecte du savoir autochtone sur les pratiques et perceptions locales concernant les engins fantômes; 5) la récupération des engins mis au rebut; 6) l’étude des options pour les mécanismes de recyclage locaux (p. ex. création de nouveaux produits), l’élimination  des engins et le stockage des filets de pêche en fin de vie et récupérés; 7) l’élaboration et l’échange d’outils d’éducation et de sensibilisation axés sur les solutions afin de renforcer les compétences et les capacités locales.

Fonds alloués :

368 180 $

Échéancier :

4 ans

Espèces en péril qui bénéficient de ce projet :

Réduire la mortalité et les blessures graves chez les espèces marines menacées par des empêtrements dans les engins de pêche

Réduire la mortalité et les blessures graves chez les espèces marines menacées par des empêtrements dans les engins de pêche

Bénéficiaire : Fédération canadienne de la faune

photophoto

Déploiement des engins de pêche pour les essais

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans contribue au rétablissement des espèces aquatiques en péril en réduisant la probabilité que des espèces en péril s’empêtrent dans des engins de pêche dans les eaux canadiennes. Il se déroule dans les eaux du Canada atlantique entourant le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et le sud-est du Québec.

Les objectifs du projet sont les suivants : mise au point et évaluation, sous la direction des pêcheurs, de technologies halieutiques permettant de réduire les empêtrements; participation des pêcheurs et des communautés autochtones à des rôles actifs qui réduisent la menace d’empêtrement; et amélioration des connaissances sur la répartition, la santé et les risques d’empêtrement des espèces marines en péril dans les eaux canadiennes.

Le projet vise à prévenir les empêtrements en facilitant l’élimination de la menace d’empêtrement dans des engins fixes (c’est-à-dire les engins sans cordage) et, à ce titre, à contribuer au rétablissement de toutes les espèces en péril qui sont vulnérables à l’empêtrement dans les cordages.

Fonds alloués :

1 325 000 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Annonce aux médias :

Le gouvernement du Canada adopte de nouvelles mesures supplémentaires pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord

Mise en place du filet de sécurité pour les poissons marins en péril : vers l’intendance et des changements de régime dans les pêches et la gestion des pêches

Mise en place du filet de sécurité pour les poissons marins en péril : vers l’intendance et des changements de régime dans les pêches et la gestion des pêches

Bénéficiaire : Océans Nord

photo
Matériel exposé lors de l’atelier du projet
photo
Matériel produit pour les ateliers du projet

Objectif du projet : Ce projet de trois ans cherche à établir une nouvelle base de référence pour la mise en œuvre de mesures de gestion dans le but d’améliorer le rétablissement des populations d’espèces de poissons marins en péril. La plus grande menace gérable pour ces poissons marins est la pêche, qu’il s’agisse de pêche dirigée ou de prises accessoires.

En outre, ce projet accroît le partage et le transfert des connaissances, crée de nouvelles relations et renforce de nouvelles capacités. Ces mesures permettront de réduire les obstacles à la mise en œuvre de mesures de rétablissement universelles qui profiteront à plusieurs espèces de poissons marins en péril.

Fonds alloués :

375 000 $

Échéancier :

3 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Faciliter la coexistence entre la pêche et les espèces en péril dans le Sud du golfe du Saint-Laurent : réduction des cordages utilisés pendant la pêche, sensibilisation et participation de la communauté

Faciliter la coexistence entre la pêche et les espèces en péril dans le Sud du golfe du Saint-Laurent : réduction des cordages utilisés pendant la pêche, sensibilisation et participation de la communauté

Bénéficiaire : Homarus Inc.

photo
Casiers expérimentaux
photo
Exposition sur la coexistence entre les pêcheurs et la baleine noire à l’écocentre Homarus

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans vise à atténuer les menaces posées par les engins de pêche, tant les cordages verticaux utilisés pour la pêche du crabe que la présence des engins fantômes (c'est-à-dire les engins de pêche perdus en mer).

Ce projet est divisé en cinq activités principales : 1) mettre en œuvre des innovations technologiques en vue de réduire et d’éliminer les cordages dans la colonne d’eau lors de la pêche du crabe; 2) mettre au point des outils pour promouvoir la sensibilisation et l’éducation des communautés côtières sur le rétablissement des espèces en péril; 3) mettre en place une alliance des pêcheurs qui travaillera selon un code de conduite élaboré précédemment pour les espèces aquatiques en péril; 4) trouver des méthodes de détection et de récupération des engins perdus; 5) sensibiliser et éduquer les communautés côtières au sujet des engins perdus.

La mise au point d’innovations technologiques et la promotion de l’éducation et de la sensibilisation des pêcheurs et du grand public créeront un héritage durable qui permettra de comprendre les exigences liées au rétablissement des mammifères marins et autres espèces marines en péril, de la pêche responsable et de la pollution marine.

Fonds alloués :

1 875 000 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Annonce aux médias :

Le gouvernement du Canada adopte de nouvelles mesures supplémentaires pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord

Réduction de la menace fantôme sur les espèces aquatiques en péril dans les zones de pêche au crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent par la récupération des casiers abandonnés sur les fonds marins

Réduction de la menace fantôme sur les espèces aquatiques en péril dans les zones de pêche au crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent par la récupération des casiers abandonnés sur les fonds marins

Bénéficiaire :

Merinov

photo
Essai d’un modèle réduit d’engin de récupération, décembre 2019
photo
Un casier à crabe des neiges avec sa corde suspendue dans la colonne d'eau détecté par un sonar latéral analogique Edgetech 272-TD

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans vise à développer une technologie permettant de détecter et de retirer les casiers à crabes abandonnés qui reposent sur le fond marin du golfe du Saint-Laurent. L’objectif est de développer des équipements efficaces pour la récupération des engins de pêche qui peuvent être transférés à l’industrie de la pêche et utilisés à bord des navires de pêche. Ce matériel de récupération réduira les menaces d’enchevêtrement et de prises accessoires pour toutes les espèces marines présentes, y compris celles qui sont en péril.

À long terme, ce projet donnera lieu à l’adoption de nouvelles technologies pour la récupération des casiers et la gestion des déchets. Les pêcheurs seront formés à l’utilisation des technologies pour trouver les pièges abandonnés. En outre, dans le cadre d’un projet conjoint mené en collaboration avec Homarus Inc., des outils seront développés pour sensibiliser à la menace que représentent les déchets laissés en mer et aux risques d’empiétement liés à la perte ou à l’abandon d’engins de pêche. Ces outils fourniront également aux pêcheurs des connaissances sur la manière de prévenir ou d’atténuer ces menaces. Ces personnes deviendront des ambassadeurs de la réduction des menaces que font peser les déchets de pêche perdus en mer sur les espèces marines en péril dans les années à venir.

Fonds alloués :

1 181 016 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Annonce aux médias :

Le gouvernement du Canada adopte de nouvelles mesures supplémentaires pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord

Mise en œuvre de la région de Pikialasorsuaq – Planification de la capacité communautaire et de la surveillance des espèces en péril dirigée par les Inuits

Mise en œuvre de la région de Pikialasorsuaq – Planification de la capacité communautaire et de la surveillance des espèces en péril dirigée par les Inuits

Bénéficiare : Conseil circumpolaire inuit (Canada) Inc.

Objectif du projet : Ce projet d’un an consiste à diriger les discussions entre les dirigeants inuits afin d’élaborer un plan de gestion sur l’utilisation et la conservation futures de la région de Pikialasorsuaq. Ce projet a impliqué les étapes initiales de planification afin de positionner au mieux les futurs projets avec les communautés du Pikialasorsuaq et de développer un plan pour les espèces en péril qui s'inscrit dans un plan de gestion global plus large.

Fonds alloués :

11 500 $

Échéancier :

1 an

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Recherche écologique menée par les Premières Nations pour favoriser le rétablissement des stocks de sébaste aux yeux jaunes et d’autres sébastes dans le Pacifique canadien

Recherche écologique menée par les Premières Nations pour favoriser le rétablissement des stocks de sébaste aux yeux jaunes et d’autres sébastes dans le Pacifique canadien

Bénéficiare : Central Coast Indigenous Resource Alliance

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans poursuit et élargit un projet de recherche lancé en 2013 pour trouver des solutions aux menaces que les activités de pêche font peser sur les espèces aquatiques en péril. Comme certaines de ces espèces en péril sont essentielles au régime alimentaire traditionnel des Autochtones, le projet aborde les questions interdépendantes de la conservation de la biodiversité et de l’importance particulière sur le plan culturel des ressources marines. Les travaux sont menés sur la côte centrale de la Colombie-Britannique, où vivent les quatre Premières Nations qui dirigent ce projet : Wuikinuxv, Nuxalk, Kitasoo/Xai’xais et Heiltsuk.

Les activités du projet comprennent : 1) la collecte de données sur la qualité de l’habitat et la surveillance de l’âge, de la taille et de l’abondance relative du sébaste aux yeux jaunes et d’autres sébastes à l’intérieur et à l’extérieur des zones de conservation des sébastes (ZCS); 2) l’élaboration concertée et la mise en œuvre d’un programme de surveillance de la conformité des pêcheurs dans les ZCS en partenariat avec le programme Coastal Guardian Watchmen et le Coastal Stewardship Network; 3) la collaboration avec les pêcheurs autochtones pratiquant la pêche à des fins alimentaires, sociales et rituelles (ASR) pour élaborer conjointement et mettre en œuvre un programme d’échantillonnage de leurs débarquements; et 4) la sensibilisation des communautés des Premières Nations de la côte centrale à nos recherches et à leurs conséquences sur la conservation.

Les recherches menées dans le cadre de ce projet comblent d’importantes lacunes dans les connaissances et visent à améliorer la conception et la surveillance des protections fournies par le système existant des ZCS. Elles contribueront également à la planification et à la surveillance du réseau de zones de protection marine par les partenaires fédéraux, des Premières Nations et provinciaux, y compris la biorégion du plateau Nord. En outre, le travail mené auprès des pêcheurs qui pratiquent la pêche à des fins alimentaire, sociale et rituelles (ASR) et les activités de sensibilisation et de renforcement des capacités dans les communautés des Premières Nations permettent d’accroître la participation des Autochtones à la conservation des espèces aquatiques en péril.

Fonds alloués :

1 859 384 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Tirer parti de 30 ans de recherche axée sur la conservation pour atténuer les menaces qui pèsent sur les populations de mammifères marins en péril

Tirer parti de 30 ans de recherche axée sur la conservation pour atténuer les menaces qui pèsent sur les populations de mammifères marins en péril

Bénéficiare : Ocean Wise Conservation Association

Objectif du projet : Ce projet de quatre ans s’attaque à deux menaces marines prioritaires pour les espèces aquatiques en péril dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique : les perturbations physiques et acoustiques et les interactions avec la pêche. Pour ce faire, le projet améliorera d’abord le système d’alerte WhaleReport, un outil qui permet de communiquer en temps réel les observations de baleines aux navires commerciaux afin de les inciter à minimiser les perturbations pour les baleines à proximité. Ce système est étendu plus au nord le long de la côte de la Colombie-Britannique pour augmenter le nombre de rapports d’observation dans les eaux entourant Haida Gwaii. Ce projet vise à réduire le risque de perturbation acoustique et de collision avec les navires pour les mammifères et les reptiles marins.

En outre, il s’efforce de comprendre les impacts de la pêche sur la diminution de la nourriture disponible pour les épaulards résidents en élargissant les études de photogrammétrie aérienne par drones de la côte nord-est de l’île de Vancouver aux groupes familiaux qui utilisent des eaux plus septentrionales sur la côte centrale de la Colombie-Britannique, du détroit de Johnstone au nord de Haida Gwaii. L’élargissement de ces études vise à combler des lacunes dans les connaissances relatives aux impacts de la pêche sur l’état nutritionnel et la santé des épaulards et peut guider les décisions de gestion du saumon quinnat, la principale source alimentaire de l’épaulard résident du sud.

Fonds alloués :

440 000 $

Échéancier :

4 ans

Espèces qui bénéficient de ce projet :

Date de modification :