Sélection de la langue

Recherche

Examen de l'efficacité des activités de rétablissement pour la baleine noire de l'Atlantique Nord

Recommandations fondées sur les menaces

Examen de l'efficacité des activités de rétablissement pour la baleine noire de l'Atlantique Nord

Examen de l'efficacité des activités de rétablissement pour la baleine noire de l'Atlantique Nord (PDF, 1.80 MB)

Table des matières

8. Recommandations fondées sur les menaces

Les sections qui suivent présentent des recommandations sur les activités de rétablissement qui sont les plus efficaces (et par conséquent les plus prioritaires) pour réduire les menaces qui pèsent sur la baleine noire de l'Atlantique Nord et réduire les risques pour la population. Elles sont éclairées par le présent examen, lequel a été réalisé à l'intérieur d'un calendrier limité et selon un processus d'examen réduit. Ces recommandations doivent par conséquent être examinées en gardant à l'esprit ces mises en garde; il faut souligner qu'avec un processus d'examen scientifique plus exhaustif, d'autres activités de rétablissement pourraient être recommandées.

Il existe des preuves considérables selon lesquelles les collisions avec des navires et les empêtrements dans des engins de pêche constituent les préoccupations premières et immédiates pour le rétablissement de la baleine noire de l'Atlantique Nord, puisque ces menaces représentent la cause première des décès documentés attribuables à des activités humaines (van der Hoop et al. 2013), causent des blessures graves et des effets néfastes et ont par conséquent eu des incidences sur le niveau de la population; comme preuve de cela, le prélèvement biologique potentiel (PBP) a été dépassé chaque année sauf une entre 1995 et 2009 (van der Hoop 2013). Les effets directs de la perturbation et de la dégradation de l'habitat sur le rétablissement de la baleine noire de l'Atlantique Nord sont toutefois moins évidents, en grande partie parce qu'il est difficile d'évaluer les effets sublétaux probables de ces menaces sur les individus et les populations. L'ampleur et la gravité des effets négatifs des menaces liées à la perturbation et à la dégradation de l'habitat sur la santé et la survie à long terme représentent une lacune dans les connaissances pour les cétacés en général.

Dans la plupart des cas, l'activité de rétablissement la plus efficace serait d'éliminer la menace des zones où la baleine noire de l'Atlantique Nord est présente (p. ex. l'évitement spatiotemporel; tableau 4). Pour accomplir cela, nous avons besoin de savoir 1) où se trouvent les baleines noires de l'Atlantique Nord dans l'espace et le temps; 2) où se situe la menace dans l'espace et le temps; 3) dans quelles zones, dans l'espace et le temps, elles se croisent. La majeure partie du travail lié à l'évaluation du risque de collisions avec des navires et d'interactions avec les pêches dans l'habitat essentiel désigné de la baleine noire de l'Atlantique Nord a été achevée; ce travail a démontré qu'éliminer ces activités dans les habitats essentiels réduira le risque de collisions mortelles avec des navires et d'interactions mortelles avec les pêches (Vanderlaan et al. 2008; Vanderlaan et Taggart 2009; Vanderlaan et al. 2011). Compte tenu du fait que l'habitat essentiel désigné soutient d'importantes fonctions vitales de la baleine noire de l'Atlantique Nord et représente des zones où ont eu lieu la majorité des observations de baleines noires dans les eaux canadiennes, quelques recherches additionnelles sont nécessaires pour confirmer que la mise en œuvre de mesures d'évitement spatiotemporelles dans ces zones réduira le risque pour la population. Des mesures d'évitement spatiotemporelles devraient également être envisagées pour d'autres zones d'utilisation intensive par la baleine noire de l'Atlantique Nord (p. ex. dans le sud du golfe du Saint-Laurent); toutefois, d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer quelles sont ces autres zones. Il faudra mener d'intensives recherches pour expliquer la variation des profils de déplacement et de résidence de la baleine noire de l'Atlantique Nord; ainsi, la poursuite des recherches portant sur la répartition et l'utilisation de l'habitat constitue une priorité, afin de soutenir la mise en œuvre de mesures d'évitement spatiotemporelles efficaces.

Les sections qui suivent fournissent une description plus détaillée des mesures d'évitement spatiotemporelles et des autres activités de rétablissement qui doivent être entreprises pour réduire les menaces que représentent les collisions avec des navires, les empêtrements dans des engins de pêche et la perturbation et la destruction de l'habitat pour la baleine noire de l'Atlantique Nord, de même que des activités de recherche et de surveillance qui sont nécessaires pour mettre en œuvre ces mesures et évaluer leur efficacité. Le tableau 5 présente un résumé des activités de rétablissement recommandées, y compris l'efficacité prévue de ces mesures en ce qui a trait à la réduction du risque, et les calendriers estimatifs prévus pour la réalisation des travaux de recherche scientifique nécessaires pour soutenir une mise en œuvre réussie de ces mesures.

Tableau 5. Recommandations concernant les grandes stratégies et les activités de rétablissement potentielles afin de réduire les menaces recensées pour la baleine noire de l'Atlantique Nord. La colonne « Incidence » indique si l'activité de rétablissement aura une incidence directe ou indirecte relativement à la réduction de la menace. La colonne « Portée » indique dans quelle mesure les activités de rétablissement profiteront à la population; la portée peut être « Élevée » (réduit le risque de la menace, et réduit par conséquent la mortalité et les blessures graves), « Moyenne » (réduit les effets potentiels sur la santé ou la reproduction) ou « Faible » (peut servir à éclairer l'élaboration et la mise en œuvre d'activités de rétablissement, y compris la mesure de l'efficacité d'une activité de rétablissement). Le temps avant que des données scientifiques probantes soient disponibles fait référence au temps estimé pour établir les données scientifiques probantes permettant de justifier et de mettre en œuvre l'activité de rétablissement. Le temps prévu avant les bénéfices fait référence au temps nécessaire pour que l'activité de rétablissement puisse réduire la menace. Le temps prévu avant les bénéfices n'indique pas nécessairement le temps nécessaire avant d'observer des changements mesurables dans la population. Les deux colonnes relatives au calendrier contiennent les catégories « Dans l'immédiat » (moins d'un an), « 1 à 5 ans », « 5 à 10 ans » ou « plus de 10 ans ». Le rang est « 1 » (l'incidence est directe, la portée est élevée) ou « 2 » (l'incidence est directe ou indirecte et la portée est moyenne ou faible). La même activité de rétablissement, comme éliminer la circulation maritime dans les habitats essentiels, pourrait se voir attribuer un rang différent, selon la menace traitée, en raison des différences dans la portée.

Menace Stratégie générale Activité de rétablissement Efficacité prévue de l'activité Calendrier Rang
Incidence Portée Disponibilité des données scientifiques probantes Temps prévu avant les bénéfices

Collisions avec des navires

Réduire les collisions avec des navires dans les zones d'utilisation intensive par la baleine noire de l'Atlantique Nord

Éliminer la circulation maritime dans l'habitat essentiel du bassin Grand Manan en modifiant le dispositif de séparation du trafic de la baie de Fundy de manière qu'il ne croise plus l'habitat essentiel du bassin Grand Manan

Directe

Élevée

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

1

Éliminer la circulation maritime dans l'habitat essentiel du bassin Roseway en améliorant la sensibilisation au moyen d'autres avis aux navigateurs et en assurant la surveillance de la zone à éviter du bassin Roseway pour garantir son respect

Indirecte

Faible

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

2

Éliminer la circulation maritime dans les autres zones d'utilisation intensive par les baleines en limitant le passage des navires dans les autres zones d'utilisation intensive désignées (potentiellement la région de Gaspé dans le golfe du Saint-Laurent)

Directe

Élevée

1 à 5 ans

Dans l'immédiat

1

Réduire les collisions avec des navires dans les zones d'utilisation intensive par la baleine noire de l'Atlantique Nord

Mettre en œuvre des limites de vitesse pour les navires à proximité de l'habitat essentiel et des autres zones d'utilisation intensive lorsque la baleine noire de l'Atlantique Nord est présente

Directe

Élevée

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

1

Effectuer des recherches et de la surveillance afin d'évaluer l'efficacité des activités de rétablissement mises en œuvre

Des travaux de recherche et de surveillance sont nécessaires pour évaluer l'efficacité de ces activités : efforts de sensibilisation, surveillance des profils de circulation, nécropsie de toutes les baleines mortes, surveillance de l'abondance de la population et de la santé des individus, études du taux de cicatrices, etc.

Indirecte

Faible

1 à 5 ans

1 à 5 ans

2

Empêtrement dans des engins de pêche

Mettre en œuvre des mesures préventives pour réduire le risque d'interactions entre les engins de pêche et les baleines noires de l'Atlantique Nord

Retirer les engins de pêche des habitats essentiels en adoptant des fermetures spatiotemporelles des activités de pêche dans les habitats essentiels lorsque la baleine noire de l'Atlantique Nord est présente

Directe

Élevée

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

1

Retirer les engins de pêche des zones d'utilisation intensive en adoptant des fermetures spatiotemporelles des activités de pêche lorsque la baleine noire de l'Atlantique Nord est présente

Directe

Élevée

1 à 5 ans

Dans l'immédiat

1

Retirer les cordages de la colonne d'eau en mettant en œuvre des pêches sans cordage dans les zones où la baleine noire de l'Atlantique Nord est présente, éliminant par le fait même partiellement la menace

Directe

Élevée

5 à 10 ans

Dans l'immédiat

1

Assurer et accroître la capacité d'intervention en cas d'empêtrement

Continuer de soutenir, de mettre en œuvre et d'accroître la capacité d'intervention dans les cas d'empêtrement de baleines noires de l'Atlantique Nord

Directe

Élevée

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

1

Mettre en œuvre des programmes de marquage des engins et de retrait des engins

Mettre en œuvre des programmes de marquage des engins et de retrait des engins afin d'obtenir de l'information permettant d'identifier la source des engins (p. ex. la pêche concernée) et le type de lignes (p. ex. les lignes de fond ou les lignes-mères) causant les empêtrements

Indirecte

Faible

Dans l'immédiat

Plus de 10 ans

2

Mettre en application des exigences concernant la déclaration des engins de pêche

Mettre en application des exigences concernant la déclaration des engins de pêche (quand, où et comment est installé l'engin).

Indirecte

Faible

Dans l'immédiat

Plus de 10 ans

2

Empêtrement dans des engins de pêche (suite)

Effectuer des recherches et de la surveillance afin d'évaluer l'efficacité des activités de rétablissement mises en œuvre

Des travaux de recherche et de surveillance sont nécessaires pour évaluer l'efficacité de ces activités : efforts de sensibilisation, surveillance des activités de pêche, nécropsie de toutes les baleines mortes, surveillance de l'abondance de la population et de la santé des individus, études du taux de cicatrices, etc.

Indirecte

Faible

1 à 5 ans

1 à 5 ans

2

Perturbations acoustiques

Mettre en œuvre des mesures de prévention des perturbations acoustiques

Éliminer les navires des habitats essentiels afin de réduire jusqu'à un certain niveau le bruit des navires dans l'habitat essentiel, réduisant par le fait même la menace que représentent les perturbations acoustiques (même si on ne connaît pas pour l'instant l'importance de la réduction de ces niveaux de bruit, et que la circulation maritime importante à proximité des habitats essentiels, même une fois les navires éliminés du secteur, entraînera quand même une exposition à un certain niveau de bruit provenant des navires)

Indirecte

Moyenne

Dans l'immédiat

Inconnu Note de bas de page 6

2

Mettre en œuvre des mesures de prévention des perturbations acoustiques 

Éliminer les activités de pêche dans les habitats essentiels afin de réduire jusqu'à un certain niveau le bruit des navires dans l'habitat essentiel, réduisant par le fait même la menace que représentent les perturbations acoustiques (même si on ne connaît pas pour l'instant l'importance de la réduction de ces niveaux de bruit, et que la circulation maritime importante à proximité des habitats essentiels, même une fois les navires éliminés du secteur, entraînera quand même une exposition à un certain niveau de bruit provenant des navires)

Indirecte

Moyenne

Dans l'immédiat

Inconnu5

2

Poursuivre les travaux de recherche et de surveillance afin de quantifier cette menace et de définir des activités de rétablissement direct additionnelles

Cette menace représente une importante lacune dans les connaissances, et d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer les conséquences sur la baleine noire de l'Atlantique Nord, à l'intérieur et à l'extérieur des habitats essentiels, définir des activités de rétablissement direct additionnelles et évaluer l'efficacité des activités de rétablissement mises en œuvre.

Indirecte

Faible

5 à 10 ans

5 à 10 ans

2

Perturbations attribuables à la présence d'embarcations

Mettre en œuvre des mesures préventives afin de réduire les perturbations attribuables à la présence d'embarcations

Éliminer les navires des habitats essentiels afin de réduire l'exposition à la présence des navires, réduisant par le fait même la menace que représentent les perturbations attribuables à la présence d'embarcations

Directe

Moyenne

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

2

Mettre en œuvre des mesures préventives afin de réduire les perturbations attribuables à la présence d'embarcations 

Éliminer les activités de pêche dans les habitats essentiels afin de réduire la menace que représentent les perturbations attribuables à la présence d'embarcations

Directe

Moyenne

Dans l'immédiat

Dans l'immédiat

2

Poursuivre les travaux de recherche et de surveillance afin de quantifier cette menace et de définir des activités de rétablissement direct additionnelles

Cette menace représente une importante lacune dans les connaissances, et d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer les conséquences sur la baleine noire de l'Atlantique Nord, définir des activités de rétablissement direct additionnelles et évaluer l'efficacité des activités de rétablissement mises en œuvre

Indirecte

Faible

5 à 10 ans

5 à 10 ans

2

Contaminants

Poursuivre les travaux de recherche et de surveillance afin de quantifier cette menace et de définir des activités de rétablissement direct additionnelles

Cette menace représente une importante lacune dans les connaissances, et d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer les conséquences sur la baleine noire de l'Atlantique Nord, définir des activités de rétablissement direct et évaluer l'efficacité des activités de rétablissement mises en œuvre.

Indirecte

Faible

5 à 10 ans

5 à 10 ans

2

Changements dans les ressources alimentaires

Poursuivre les travaux de recherche et de surveillance afin de quantifier cette menace et de définir des activités de rétablissement direct additionnelles

Cette menace représente une importante lacune dans les connaissances, et d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer les conséquences sur la baleine noire de l'Atlantique Nord, déterminer si des activités de rétablissement peuvent être mises en œuvre pour traiter de la variabilité spatiotemporelle des ressources alimentaires de la baleine noire de l'Atlantique Nord

Indirecte

Faible

5 à 10 ans

5 à 10 ans

2

8.1. Collisions avec des navires

Plusieurs activités de rétablissement ont été mises en œuvre avec succès afin de réduire le risque de collision avec des navires pour la baleine noire de l'Atlantique Nord, au Canada et aux États-Unis, et une diminution significative du nombre de décès observés de baleines noires de l'Atlantique Nord attribuables à des collisions avec des navires a été documentée. Toutefois, le risque de collision mortelle avec des navires n'a pas été complètement éliminé. Cette menace existe toujours et entraîne des décès et des blessures graves. D'autres mesures pourraient être mises en œuvre au Canada afin de réduire le risque de collision mortelle avec des navires, surtout dans les habitats essentiels désignés et dans les nouveaux secteurs où des regroupements de baleines noires de l'Atlantique Nord ont été observés (p. ex. dans le golfe du Saint-Laurent).

Bien que la modification faite en 2003 au DST de la baie de Fundy ait permis de réduire le risque de collision mortelle avec des navires, le nouveau DST croise toujours l'habitat essentiel de la baleine noire de l'Atlantique Nord. Cela expose les baleines non seulement à un risque de collision mortelle avec un navire, mais également à des perturbations acoustiques et à d'autres perturbations attribuables à la présence d'embarcations. Cela pourrait détruire l'habitat essentiel (MPO 2014), ce qui est interdit en vertu de la LEP. Le DST pourrait être modifié afin d'éliminer les passages des navires dans l'habitat essentiel, et de réduire également les perturbations attribuables à la présence d'embarcations et potentiellement les niveaux de bruit des navires dans l'habitat essentiel.

L'habitat essentiel du bassin Roseway possède les mêmes frontières que la zone à éviter recommandée qui a été mise en application afin de réduire le risque de collision mortelle avec des navires. La zone à éviter constitue une mesure volontaire, et le respect de cette activité de rétablissement doit se poursuivre afin de garantir une efficacité durable. Le respect de la zone à éviter semble avoir diminué en 2016 (Vanderlaan et Taggart, données inédites), et cela laisse entendre que d'autres activités de sensibilisation doivent être menées auprès des navigateurs afin de les sensibiliser à la zone à éviter et aux recommandations de l'OMI.

Les navires devraient également être éliminés des autres zones d'utilisation intensive pour la baleine noire de l'Atlantique Nord. Ces zones pourraient inclure les zones de regroupement nouvellement décrites, comme celles observées au large de la côte de la péninsule gaspésienne dans le golfe du Saint-Laurent. Une fois encore, la réduction du nombre de navires dans les zones d'utilisation intensive pour la baleine noire de l'Atlantique Nord permettrait également de réduire la présence potentielle des navires et les perturbations acoustiques. Cette activité de rétablissement nécessiterait d'autres recherches afin de recenser et de définir d'autres zones d'utilisation intensive pour la baleine noire de l'Atlantique Nord.

En plus des mesures d'évitement spatiotemporelles, des limites de vitesse à proximité des habitats essentiels, dans les zones situées entre les deux habitats essentiels désignés, et dans les zones d'utilisation intensive quand les baleines sont présentes permettraient également de réduire le risque de collision mortelle avec des navires. La baleine noire de l'Atlantique Nord est extrêmement mobile et bien qu'ils aient tendance à se regrouper dans des zones précises, les individus sont constamment en mouvement. Avec l'imposition d'une limite de vitesse, la probabilité qu'une baleine décède des suites d'une collision avec un navire serait réduite (Vanderlaan et Taggart 2007). Des limites de vitesse pourraient également être mises en application en guise de mesures de gestion saisonnière, comme aux États-Unis, ou en réponse à des détections ou des observations en temps réel durant les relevés.

8.2. Empêtrement dans des engins de pêche

Contrairement au succès relatif observé pour ce qui est de la réduction des collisions avec des navires, la menace que représente l'empêtrement dans les engins de pêche continue de constituer un problème urgent pour la baleine noire de l'Atlantique Nord. Jusqu'ici, le Canada a adopté une approche réactive face aux cas d'empêtrement dans des engins de pêche, mettant l'accent sur les efforts de dégagement des baleines menés par différents organismes non gouvernementaux. Peu d'activités de rétablissement proposées mettent l'accent sur la prévention des cas d'empêtrement (p. ex. par des fermetures spatiotemporelles) et l'atténuation (p. ex. en réduisant la résistance à la rupture des cordages). Les lacunes dans les connaissances demeurent à propos des cas d'empêtrement dans des engins de pêche, notamment sur les mécanismes d'empêtrement, le niveau de menace associé à chaque type de ligne des engins de pêche fixes (p. ex. les lignes-mères et les lignes de fond) et le niveau de menace associé aux différentes pêches. Néanmoins, éliminer les activités de pêche dans les habitats essentiels du bassin Grand Manan et du bassin Roseway lorsque les baleines sont présentes (fermetures spatiotemporelles) permettrait de réduire le risque d'empêtrement mortel dans des engins de pêche, comme le montrent des études menées antérieurement (Vanderlaan et al. 2011; Brillant et al. 2017). Ces études reposent sur des données historiques sur la pêche, et Vanderlaan et al. (2011) ont regroupé les données sur la pêche de plusieurs années afin de saisir la variation spatiotemporelle dans le déploiement des engins de pêche fixes. Les engins de pêche devraient également être retirés des autres zones d'utilisation intensive; toutefois, il faudra mener d'autres recherches pour déterminer les frontières de ces zones. Réduire la cooccurrence spatiotemporelle des baleines noires de l'Atlantique Nord et des engins de pêche pourrait permettre de réduire la probabilité qu'une baleine rencontre un engin et s'y empêtre. Cette activité de rétablissement pourrait empêcher les cas d'empêtrement et ainsi éliminer tout déclin connexe de l'état de santé de la baleine parce qu'elle doit traîner un engin de pêche ou les blessures résultant d'un empêtrement. Les fermetures des pêches spatiotemporelles pourraient également permettre de réduire d'autres menaces qui pèsent sur la population, comme les perturbations acoustiques et les perturbations attribuables à la présence d'embarcations.

Le Plan de réduction des prises de grandes baleines de l'Atlantique des États-Unis (Atlantic Large Whale Take Reduction Plan, ou ALWTRP) a commencé en 1997. La NOAA et l'industrie de la pêche des États-Unis ont, depuis environ 20 ans, mis en application des modifications des engins de pêche, sans trop d'essais et sans beaucoup de succès pour ce qui est de réduire les cas d'empêtrement dans des engins de pêche. L'échec des modifications aux engins de pêche comme activité de rétablissement pour la baleine noire de l'Atlantique Nord découle de l'incapacité à tester efficacement les solutions proposées avant leur déploiement (Moore 2014). Knowlton et al. (2015) ont récemment recommandé de réduire la résistance à la rupture des cordages à ≤ 7,56 kilonewtons (≤ 1700 livres-force) afin de réduire le nombre d'empêtrements pouvant menacer la vie des baleines. Cette modification pourrait être mise au point et testée afin de déterminer la faisabilité de l'utilisation de tels cordages dans les pêches canadiennes. Comme mesure de remplacement (ou mesure additionnelle), l'élimination des engins, plus précisément des lignes, de la colonne d'eau permettrait également de réduire la menace d'empêtrement. La mise au point et la mise à l'essai d'engins sans cordage devraient également être envisagées; il faudrait aussi déterminer la faisabilité de l'utilisation de tels engins dans les pêches canadiennes. Toutefois, jusqu'à ce que des modifications aux engins de pêche soient mises au point, testées et mises en place, la priorité immédiate doit être donnée aux efforts en vue de garder les engins et les baleines éloignés les uns des autres dans le temps et l'espace (Moore 2014).

Les efforts visant à dépêtrer les baleines n'empêchent pas les cas d'empêtrement; il s'agit plutôt d'une mesure réactive. Son efficacité est limitée en raison des difficultés associées à la libération des baleines noires de l'Atlantique Nord. Qui plus est, même si on arrive à la libérer, la baleine pourra toujours souffrir d'effets à long terme sur sa santé des suites de son empêtrement dans un engin de pêche. Malgré cela, parce que la population est si peu nombreuse et que le décès de deux femelles chaque année peut mettre en péril le rétablissement de l'espèce (Fujiwara et Caswell 2001), tous les efforts doivent être faits pour réduire les effets de l'empêtrement d'une baleine dans des engins de pêche quand cela se produit. Ainsi, lorsqu'une baleine noire de l'Atlantique Nord s'empêtre dans un engin de pêche, les efforts pour la libérer doivent constituer une priorité. Le retrait des engins et les protocoles pour stocker et examiner les engins doivent également être prioritaires, puisqu'ils peuvent permettre d'en savoir plus sur les types d'engins et le type de pêche causant les cas d'empêtrement.

Le marquage des engins et la déclaration des engins, même s'il ne s'agit pas d'activités de rétablissement préventives, doivent être mis en application afin d'accroître la probabilité de pouvoir déterminer la source de l'engin en cause dans les cas d'empêtrement (p. ex. lignes de fond ou lignes-mères, et pêche en particulier). La déclaration des engins de pêche (y compris quand, où et comment est installé l'engin) doit constituer une exigence pour l'industrie, étant donné que les données d'emplacement détaillées permettent d'estimer le risque de façon plus précise et d'élaborer des activités de rétablissement. Les données géographiques sont généralement regroupées à l'échelle spatiale pour ces types d'analyse, et les identificateurs uniques ne sont pas utilisés (Vanderlaan et al. 2011; Brillant et al. 2017). Les données doivent être normalisées pour toutes les régions du MPO; afin d'assurer l'exactitude des analyses, il faut utiliser des données de latitude et de longitude précises plutôt que des polygones de signalement à faible résolution. Des renseignements détaillés sur l'emplacement des navires et leur vitesse étaient nécessaires pour atténuer la menace de collision avec des navires dans les habitats essentiels de la baleine noire de l'Atlantique Nord; les mesures d'atténuation n'auraient pas été possibles sans ces données. De la même façon, des renseignements détaillés sur les activités de pêche sont nécessaires pour élaborer des mesures d'atténuation efficaces pour réduire le risque d'empêtrement pour les baleines noires de l'Atlantique Nord.

8.3. Perturbation et réduction ou dégradation de l'habitat

Les données manquent sur les menaces que représentent la perturbation et la réduction ou la dégradation de l'habitat. Même si les effets directs de ces menaces sur la santé des baleines noires de l'Atlantique Nord et la dynamique des populations sont généralement inconnus, des activités de rétablissement pourraient être mises en œuvre afin de réduire les effets potentiels sur les individus et la population.

Comme nous l'avons souligné précédemment, le déplacement de la circulation maritime et des activités de pêche à l'extérieur de l'habitat essentiel désigné et des zones d'utilisation intensive permettrait de réduire les perturbations attribuables à la présence d'embarcations et les perturbations acoustiques. Réduire la vitesse des navires pourrait également permettre de réduire le bruit provenant des porte-conteneurs (McKenna et al. 2013) et de diminuer aussi la probabilité de blessure mortelle lorsqu'un navire heurte une baleine (Vanderlaan et Taggart 2007). Si des limites de vitesse devaient être imposées pour réduire les perturbations acoustiques, elles devront être équilibrées avec les effets potentiels d'une hausse des perturbations attribuables à la présence prolongée des navires. Avant d'en savoir plus sur la menace qui est la plus dommageable pour la baleine noire de l'Atlantique Nord, entre les perturbations acoustiques ou les perturbations attribuables à la présence d'embarcations, il est difficile d'élaborer des activités de rétablissement efficaces pour réduire ces perturbations au moyen de limites de vitesse.

On ne peut recommander pour l'instant des mesures fondées sur les menaces pour réduire directement les effets de contaminants en raison des lacunes existantes dans les connaissances; par conséquent, des travaux de recherche et de surveillance sont nécessaires pour réduire cette menace.

Les changements dans les ressources alimentaires pourraient aussi avoir une incidence sur la santé des baleines noires de l'Atlantique Nord et leur répartition. Plusieurs études ont pour but d'évaluer la variabilité des regroupements, de la répartition et de la condition des Calanus et tentent de déterminer les zones à l'extérieur de l'habitat essentiel qui pourraient soutenir la quête de nourriture de regroupements de baleines noires de l'Atlantique Nord. Toutefois, aucune mesure fondée sur les menaces et liée aux changements dans les ressources alimentaires ne peut être mise en application pour l'instant.

8.4. Activités de recherche et de surveillance nécessaires

Une surveillance de la population est nécessaire, pour toutes les activités de rétablissement décrites précédemment, afin de déterminer si les mesures sont efficaces pour réduire la menace ciblée. Les études de surveillance de la population permettent d'évaluer l'abondance, le taux de survie et l'état de santé des mammifères. Il est hautement prioritaire que de telles études de surveillance de la population se poursuivent.

De plus, la surveillance de la fréquence des cicatrices et des animaux blessés ou morts nécropsies) fournit d'autres indices sur les causes d'un déclin de l'état de santé ou la hausse de la mortalité. La documentation de tous les incidents mettant en cause des baleines noires de l'Atlantique Nord (et d'autres espèces de cétacés) devrait se poursuivre, afin de soutenir le suivi des menaces et d'en apprendre plus sur la manière dont ces incidents surviennent. Les données sur les incidents touchant les mammifères marins sont actuellement éparpillées au sein de divers organismes, ce qui rend difficile les analyses exhaustives; la collecte des données sur les incidents doit être normalisée à l'échelle nationale, et ces données doivent être rendues disponibles pour les fins d'analyse (MPO 2016c). Des nécropsies doivent être réalisées sur les baleines noires de l'Atlantique Nord trouvées mortes, chaque fois que c'est sécuritaire pour l'équipe chargée de la nécropsie. Les nécropsies fournissent des renseignements essentiels sur les menaces et représentent la seule méthode qui permet de déterminer la cause des décès (Campbell-Malone et al. 2008), en plus de permettre d'éliminer certaines causes. Les nécropsies fournissent également des statistiques utiles pour les scientifiques et les organismes responsables de la protection et du rétablissement de la baleine noire de l'Atlantique Nord. Les données recueillies à partir des carcasses de baleines noires de l'Atlantique Nord sont la principale source de renseignements sur la mortalité attribuable aux activités humaines et sont donc essentielles pour surveiller les causes de blessures graves et de mortalité. De telles données peuvent également éclairer l'élaborer de futures activités de rétablissement. Par exemple, l'étude de Vanderlaan et Taggart (2007) visant à estimer la probabilité de blessure mortelle chez les grandes baleines en fonction de la vitesse du navire au moment de la collision se basait sur des rapports publiés documentant les collisions avec des navires (p. ex. Laist et al. 2001; Jensen et Silber 2003). Cette étude a été utilisée, en partie, pour justifier la limite de vitesse de 10 nœuds mise en application aux États-Unis, ce qui n'aurait pas été possible si des nécropsies n'avaient pas été réalisées pour déterminer la cause des décès, et si les données n'avaient pas été regroupées dans une base de données centralisée.

La gestion des activités humaines qui menacent la baleine noire de l'Atlantique Nord nécessite une connaissance des moments et des lieux où les baleines et les menaces coexistent. Les relevés effectués portent généralement sur des regroupements saisonniers connus de baleines noires de l'Atlantique Nord et ne couvrent qu'une fraction de leur aire de répartition (Brillant et al. 2015). Leur profil de déplacement a des conséquences sur les profils de conservation (Schick et al. 2009), surtout si les activités de rétablissement proposées et mises en œuvre mettent l'accent sur les habitats essentiels. D'autres recherches sont nécessaires pour détecter et étudier les baleines noires de l'Atlantique Nord à l'extérieur de leurs zones traditionnelles de présence, et pour effectuer des relevés. Ces recherches pourraient servir à déterminer les zones d'utilisation intensive et les trajectoires migratoires, où d'autres activités de rétablissement pourraient être mises en œuvre.

Dans le programme de rétablissement, le taux d'interaction dans les eaux canadiennes constitue un indicateur de rendement pour la menace liée aux collisions avec des navires et aux empêtrements dans des engins de pêche. Les données disponibles pour mesurer les interactions entre les pêches et les grandes baleines sont généralement trop limitées pour soutenir des conclusions solides, significatives d'un point de vue statistique, sur l'efficacité des activités de rétablissement (Pace et al. 2014). Cela est souvent vrai dans le domaine de la biologie de conservation, et van der Hoop et al. (2014) ont attribué leur incapacité à détecter des interactions significatives dans l'espace et le temps à la suite de la mise en application de limites de vitesse aux États-Unis au faible taux de conformité à ces limites de vitesse, au manque de temps ou au manque de surveillance pour examiner l'efficacité de la mesure, et au fait que les zones de gestion saisonnières (ZGS) étaient trop petites ou de trop courte durée. Une étude de simulation a permis de conclure que les taux de mortalité détectée qui sont attribuables aux engins de pêche devaient diminuer d'au moins 50 % si l'on veut être en mesure de détecter un changement d'ici 10 ans (Pace et al. 2014). Bien que l'élimination de la menace soit jugée comme étant immédiate dans bon nombre des activités de rétablissement proposées, il faudra beaucoup plus de temps pour être en mesure de détecter des changements au sein de la population.

La surveillance et l'évaluation du taux de conformité représentent une composante essentielle de toute initiative de conservation (Stem et al. 2005). La surveillance permet d'effectuer une évaluation exacte de l'efficacité des activités de rétablissement, en plus de permettre de déterminer les raisons (comme le manque de conformité aux mesures obligatoires et volontaires) expliquant pourquoi les activités de rétablissement peuvent être inefficaces. Pour toute activité de rétablissement mise en œuvre, il est essentiel qu'un plan de surveillance soit préparé et mis en œuvre afin de déterminer le taux de conformité à la mesure et son efficacité.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :