Programme d’intervention auprès de mammifères marins : incidents déclarés en vertu de la LEP pour 2016

Informations archivées

La Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Programme d’intervention auprès de mammifères marins : incidents déclarés en vertu de la <abbr title='Loi sur les espèces en péril'>LEP</abbr> pour 2016

Programme d’intervention auprès de mammifères marins : incidents déclarés en vertu de la LEP pour 2016 (PDF, 343 KB)

En 2016, on a enregistré un nombre total de 845 incidents déclarés impliquant 965 animaux. Sur le nombre total d’incidents déclarés, on a enregistré 411 interventions. Souvent, les incidents déclarés sont des signalements d’animaux (pas d’intervention requise, mais des données sont recueillies) ou sont des déclarations répétées du même incident (chaque appel entrant étant enregistré pour que l’on puisse montrer le niveau d’activité des numéros d’urgence), c’est pourquoi le nombre d’interventions est différent du nombre de déclarations reçues. Sur le nombre total d’incidents déclarés, 259 étaient des incidents impliquant des espèces visées par la LEP (dans la région du Pacifique, 58 incidents concernaient des espèces inconnues; en conséquence, le nombre d’incidents impliquant des espèces visées par la LEP pourrait être supérieur). Sur les 259 incidents déclarés impliquant des espèces visées par la LEP, 155 ont donné lieu à une intervention. Souvent, les incidents déclarés sont des signalements d’animaux (pas d’intervention requise, mais des données sont recueillies) ou sont des déclarations répétées du même incident, c’est pourquoi le nombre d’interventions est différent du nombre de déclarations reçues.

Les types d’incidents comprenaient les suivants : empêtrements, approches de navires à proximité, harcèlement, collisions, échouements d’animaux vivants, signalements d’animaux blessés ou malades/nage libre, animaux morts (échoués et flottants), animaux en détresse, tournages et animaux interagissant avec le public.

Parmi les types d’intervention figuraient les suivants : libération de baleines et de pinnipèdes empêtrés, prélèvement d’échantillons et réalisation de nécropsies sur des animaux morts, regroupement d’animaux échoués avec leurs congénères, intervention faisant suite à des déclarations de harcèlement, remise à flot d’animaux échoués vivants, surveillance d’animaux malades, surveillance des approches de navires à proximité et réchauffement de tortues de mer étourdies par le froid.

Sur tous les incidents déclarés et ayant fait l’objet d’une intervention, quelques-uns sont dignes de mention :

Nombres d’incidents par région

Veuillez noter : souvent, les incidents déclarés sont des signalements d’animaux (pas d’intervention requise, mais des données sont recueillies) ou sont des déclarations répétées du même incident (chaque appel entrant étant enregistré pour que l’on puisse montrer le niveau d’activité des numéros d’urgence), c’est pourquoi le nombre d’interventions est différent du nombre de déclarations reçues.

Pacifique :
On a enregistré un nombre total de 508 incidents déclarés et de 240 interventions réalisées. Parmi celles-ci, 121 visaient des espèces inscrites sur la liste de la LEP.

Québec :
On a enregistré un nombre total de 140 incidents déclarés et de 69 interventions réalisées. Parmi celles-ci, 18 visaient des espèces inscrites sur la liste de la LEP.

Golfe :
On a enregistré un nombre total de 72 incidents déclarés et de 32 interventions réalisées. Parmi celles-ci, quatre visaient des espèces inscrites sur la liste de la LEP.

Maritimes :
On a enregistré un nombre total de 36 incidents déclarés et de 25 interventions réalisées. Parmi celles-ci, cinq visaient des espèces inscrites sur la liste de la LEP.

Terre-Neuve-et-Labrador :
On a enregistré un nombre total de 81 incidents déclarés et de 45 interventions réalisées. Parmi celles-ci, sept visaient des espèces inscrites sur la liste de la LEP.

Activités pédagogiques

Des vignettes autocollantes faisant la promotion du programme d’assistance ont été envoyées à toutes les autorités portuaires, à toutes les régions du MPO, à la Garde côtière canadienne, aux fournisseurs de criminodrames, aux bureaux côtiers municipaux, à la SPCA, à l’association de protection des animaux, aux bureaux de presse et aux entreprises d’aventure maritime en plein air à travers les régions, de même qu’aux groupes et aux pêcheurs qui les ont réclamées. Un ajout a également été apporté tout au long de l’année à la revue spécialisée sur la pêche – Le Navigator.

Le groupe de libération des baleines et d’intervention en cas d’échouement a aidé à l’organisation du sixième « jour de la baleine » qui s’est tenu à Cape Spear et a participé à l’événement en présentant au public un squelette complet de petit rorqual et une bâche déployée sur un rorqual à bosse à l’échelle dans le cadre de ses présentations éducatives sur les « os, les bernaches et les fanons ». Une réplique en fibre de verre grandeur nature d’une tortue luth qui s’était échouée a également été exposée.

Le groupe a réalisé plusieurs présentations à des enfants dans la zone de St. John’s, sur le thème des « os, des bernaches et des fanons ».

Perturbation/harcèlement

La perturbation et le harcèlement de mammifères marins continuent de poser des problèmes pour les agents de Conservation et Protection en raison du manque de clarté et d’appui réglementaires. Des efforts ont été consentis pour éduquer le public en ce qui concerne les activités susceptibles de perturber ou de harceler des mammifères marins, mais sans appui réglementaire ou mesure d’application de la réglementation. Des modifications proposées au Règlement sur les mammifères marins devraient permettre de résoudre une partie du problème en définissant la perturbation et en déterminant des distances à respecter par les navires d’approche. En outre, les modifications devraient introduire la déclaration obligatoire des contacts accidentels, ce qui permettrait au réseau d’intervention régional d’apporter sa contribution pour la récupération des engins de pêche et pour la documentation des risques élevés d’empêtrement et des zones où des collisions avec des navires sont susceptibles de se produire.

Date de modification :