Sélection de la langue

Recherche

Le projet des bouteilles flottantes

En savoir plus sur les bouteilles flottantes, les dériveurs à travers les siècles, les organisateurs du projet et l'étude de la circulation.

Sur cette page

À propos des bouteilles flottantes

Nous utilisons des bouteilles pour étudier les courants océaniques de surface. Une bouteille flottante est un outil scientifique très simple qui consiste en une bouteille de verre étanche contenant une note. La note explique comment prendre contact avec les responsables du projet de recherche.

Les participants au projet lâchent ces bouteilles par-dessus bord depuis des bateaux voguant sur l'océan en notant les coordonnées de l'emplacement où elles sont lâchées. Lorsque la bouteille est retrouvée et signalée à nos services, nous ajoutons les renseignements sur l'emplacement à notre base de données aux fins d'analyse.

Historique du projet

Au fil des siècles, les bouteilles flottantes ont été utilisées à diverses fins :

  • comme publicité
  • pour transmettre de l'information
  • pour suivre les courants océaniques
  • pour envoyer des messages d'appel à l'aide

Le projet des bouteilles flottantes de l'Institut des sciences de la mer a commencé en 2000 dans le cadre du Projet du millénaire St Roch II de la Gendarmerie royale du Canada. À cette époque, nous avons lâché des bouteilles :

  • autour de l'Alaska
  • à travers l'arctique canadien
  • le long de la côte ouest du Canada

Nous avons depuis lâché d'autres bouteilles :

  • dans l'arctique
  • au nord du canal du Panama vers les Bahamas
  • le long de la côte ouest de l'Amérique du Nord entre Victoria et le canal de Panama

Organisateurs et bénévoles

Le projet des bouteilles flottantes est basé à l'Institut des sciences de la mer à Sydney, en Colombie-Britannique.

Eddy Carmack a mis ce projet en place. Après avoir entendu parler des voyages stupéfiants effectués par les bouteilles dérivantes, Eddy Carmack pensait qu'avec un peu de planification, on pourrait les utiliser pour les projets scientifiques.

L'étude a été motivée par les avancées fructueuses du Dr Curtis Ebbesmeyer dans la science des objets océaniques dérivants. Julie Lobb et Peter van Hardenberg ont aidé à recueillir les données, et de nombreux volontaires ont participé en plaçant les notes dans les bouteilles.

Les bouteilles ont été lâchées par :

  • les équipages des vaisseaux :
    • Sedna IV
    • St Roch II
  • les brise-glaces :
    • Navire à moteur Simon Fraser
    • les navires de la Garde côtière canadienne :
      • Sir Wilfrid Laurier
      • Louis St Laurent
  • Students On Ice à bord du Akademik Ioffe

Le projet est un succès grâce à tous ceux qui ont signalé une découverte.

Illustration des lieux de récupération

Illustration des lieux de récupération

Les Courants

Les Courants

Les lignes de transit sont calculées à partir du temps maximal et de la distance minimale de déplacement.

Les lignes de transit sont calculées à partir du temps maximal et de la distance minimale de déplacement.

Résultats du projet

Illustration de nos prévisions de dérive des bouteilles selon l'hypothèse du courant de dérive nord.

Illustration de nos prévisions de dérive des bouteilles selon l'hypothèse du courant de dérive nord.

Une bouteille récupérée est utile uniquement si elle contient la référence de l'emplacement où elle a été lâchée et les renseignements sur l'endroit où elle a été retrouvée. Nous comparons le numéro de référence de la bouteille à notre liste d'emplacements pour déterminer son parcours.

Certaines bouteilles parcourent des milliers de kilomètres, depuis l'océan arctique jusqu'aux Caraïbes. Ces résultats montrent que les bouteilles flottantes peuvent parcourir une distance de 5 à 10 kilomètres par jour. Comme certaines bouteilles restent longtemps bloquées sur des plages ou empruntent des routes inattendues, on peut seulement calculer le temps maximal de déplacement et la distance minimale du parcours.

Bouteilles non retrouvées

On retrouve seulement une bouteille sur 25. Les autres sont perdues car elles :

  • coulent
  • s'enfoncent dans le sable
  • échouent dans des lieux inexplorés
  • fuient, rendant la note à l'intérieur illisible

Les bouteilles non retrouvées finissent par se décomposer et se fondre dans l'environnement marin.

Circulation océanique

L'information recueillie à l'aide du projet des bouteilles flottantes est importante car elle permet aux océanographes de vérifier les théories de circulation océanique. Chaque bouteille découverte sur les « autoroutes océaniques » connues confirme les théories existantes.

Jusqu'à présent, on n'a pas trouvé de bouteille ayant emprunté d'autres voies non prévues. Si on découvre qu'une bouteille a suivi un courant inhabituel, cela pourrait amener le lancement de nouvelles recherches et l'élaboration de nouvelles théories.

Le fait de comprendre les océans du monde nous aide à savoir à quel moment les régimes de circulation changent. Dans ce cas, de nouveaux types d'eaux peuvent arriver sur la côte et entraîner une modification des températures. Cela peut avoir des incidences sur les conditions climatiques à des milliers de kilomètres des côtes et provoquer :

  • des tempêtes
  • des inondations
  • de la sécheresse

Les effets de El Nino en sont un exemple, avec des modifications des courants océaniques et des conséquences climatiques tout autour de la planète.

Des changements dans la circulation océanique peuvent aussi avoir des répercussions sur les poissons et la vie marine en général. De nouveaux courants amènent des eaux différentes et parfois de nouvelles sources de pollution qui peuvent se frayer un chemin dans l'ensemble des écosystèmes océaniques.

Chaque rapport de bouteille renvoyé au projet des bouteilles flottantes nous aide à mieux comprendre les océans et à suivre les changements qui s'y produisent.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :