Sélection de la langue

Recherche

Parasites rhizocéphales des crabes

Catégorie

Catégorie 2 (au Canada et d’intérêt régional)

Noms courants et généralement admis de l’organisme ou de l’agent pathogène

Parasites rhizocéphales des crabes, cirripèdes parasites des crabes.

Nom scientifique ou affiliation taxonomique

Plusieurs espèces des genres Lernaeodiscus, Sacculina, Loxothylacus, Thompsonia et Briarosaccus.

Répartition géographique

Répartition mondiale, avec diverses espèces apparaissant dans des emplacements circonscrits, alors que d’autres espèces, comme Briarosaccus callosus, sont considérées comme cosmopolites.

Espèces hôtes

Différentes espèces de crabes ayant une importance économique, notamment Carcinus maenas, Callinectes sapidus et des espèces de Lithodes et de Paralithodes.

Impact sur les hôtes

Le système radiculaire du parasite (nommé interna) envahit le céphalothorax et peut grandir dans les tissus musculaires des membres et de l’abdomen. Souvent, le parasite castre son hôte et altère l’endocrinologie des hôtes, ce qui a une répercussion sur la mue, le comportement, les caractéristiques sexuelles secondaires et peut retarder la croissance. Des prévalences élevées de l’infection peuvent sans doute réduire les stocks commerciaux de manière appréciable, principalement chez des populations déjà gravement en difficulté.

Techniques de diagnostic

Observations générales : Sac de forme ovoïde ou allongée (appelé externa) généralement attaché à la surface ventrale de l’abdomen du crabe. l’externa contient une cavité dans le manteau (généralement remplie d’œufs ou de larves nauplius en développement) et un ovaire. l’ovaire est attaché au manteau (couche externe de tissus de l’externa) près du stock. Le stock relie l’externa à l’hôte. Les racines (appelées interna) se propagent depuis le stock. Selon l’espèce, l’interna peut être de couleur verte ou incolore. Les rhizocéphales avec un interna vert ont généralement aussi un hémolymphe de couleur rouge contenant de l’hémoglobine. La gonade de l’hôte est généralement atrophiée.

Figure 1. Vue abdominale d’un crabe royal Lithodes Aequispina, avec un large externa de Briarosaccus callosus attaché à la surface de son abdomen.

Figure 2. Préparation humide d’une larve nauplius de Briarosaccus callosus récemment éclose.

Figure 3. Vue dorsale d’un crabe royal Lithodes Aequispina sans carapace, montrant l’interna (flèches) vert de Briarosaccus callosus entremêlé dans les organes du céphalothorax : tubules de l’hépatopancréas (H), gonade (G) femelle atrophiée et cœur (He).

Histologie : l’interna, couvert d’une cuticule fine, pénètre dans les organes du céphalothorax. Si le parasite est sain, il n’y a généralement aucune réponse cellulaire de l’hôte à l’interna. Si l’externa est perdu, une réponse inflammatoire mélanique massive se produit autour de l’interna, entraînant une coloration brune évidente du système radiculaire.

Figure 4. Coupe histologique d’un interna sain (flèches) d’un Briarosaccus callosus entre les tubules de l’hépatopancréas (T) dans le céphalothorax d’un Lithodes aequispina. Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Figure 5. Coupe histologique d’un interna sain (flèches) d’un Briarosaccus callosus voisin et à l’intérieur d’un ganglion nerveux ventral (N) d’un Lithodes aequispina. Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Figure 6. Coupe histologique d’un interna nécrotique (I) d’un Briarosaccus callosus entouré par une intense accumulation d’hémocytes de l’hôte dans l’hépatopancréas d’un Lithodes Aequispina ayant perdu l’externa du parasite. Coloration à l’hématoxyline et à l’éosine.

Méthodes de contrôle

On ne connaît aucune méthode de prévention ou de contrôle. Les crabes infectés de toutes les tailles doivent être retirés de l’eau et détruits.

Références

Bower, S.M. et N.A. Sloan. 1985. Morphology of the externa of Briarosaccus callosus Boschma (Rhizocephala) and the relationship with its host Lithodes aequispina Benedict (Anomura). The Journal of Parasitology 71: 455-463.

Høeg, J.T. 1995. The biology and life cycle of the Rhizocephala (Cirripedia). Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom 75:517-550.

Meyers, T.R. 1990. Diseases of Crustacea. Diseases caused by protistans and metazoans. In: O. Kinne (eds.). Diseases of Marine Animals. Volume III: Introduction, Cephalopoda, Annelida, Crustacea, Chaetognatha, Echinodermata, Urochordata. Biologische Anstalt Helgoland, Hamburg, p. 350-423.

Overstreet, R.M. 1983. Metazoan symbionts of crustaceans. In: A.J. Provenzano Jr. (ed.). The Biology of Crustacea. Volume 6, Pathobiology. Academic Press, New York, p. 155-250.

Citation

Bower, S.M., Meyer, G.R. (1999): Précis des maladies infectieuses et des parasites des mollusques et des crustacés exploités commercialement: Parasites rhizocéphales des crabes.

Date de la dernière révision : Mars 1999
Faire parvenir les commentaires à Susan Bower

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :