Sélection de la langue

Recherche

Pêche côtière du homard

American Lobster
Homard américain
(Homarus americanus)

Plan de gestion intégrée des pêches (résumé)
Zones de pêche du homard 27 - 38
Secteur Scotia-Fundy - Région des Maritimes - 2011

AVANT-PROPOS

Le présent document est un résumé du Plan de gestion intégrée des pêches (PGIP ) pour la pêche côtière du homard dans les zones de pêche du homard (ZPH) 27 à 38 de la région des Maritimes. Ce PGIP a été élaboré conjointement avec les pêcheurs de homard de ces ZPH.

Signé : Directeur régional, Gestion des pêches, Région des Maritimes

PLAN DE GESTION INTÉGRÉE DES PÊCHES POUR LA PÊCHE CÔTIÈRE DU HOMARD (Homarus americanus) (RÉSUMÉ)
RÉGION DES MARITIMES

Introduction

Dans la région des Maritimes, la pêche côtière du homard se pratique dans 12 zones de pêche du homard (ZPH 27-41; figure 1) commençant à l'extrémité nord du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, et s'étendant le long de la côte atlantique dans la baie de Fundy jusqu'à la frontière avec les États-Unis. Les principales mesures de gestion de cette pêche sont présentées au tableau 1.

Figure 1 - Zones de pêche du homard - Pêches de Scotia-Fundy - Région des Maritimes *

Zones de pêche du homard - Maritimes

* Offshore/Inshore Boundary = Limite entre les zones de pêche côtière et la zone de pêche hauturière

Tableau 1 - Mesures de gestion actuelles
ZPH Saison Nombre maximal
de casiers1
Taille minimale
réglementaire mm)
Autres mesures
27 15 mai-15 juillet 275 81  
28 30 avril-30 juin 250 84 Diamètre maximum de l'entrée : 153 mm
29 30 avril-30 juin 250 84 Diamètre maximum de l'entrée : 153 mm
30 20 mai-20 juillet 250 82,5 LC max. : 135 mm (femelles);
31A 29 avril-30 juin 250 82,5 Fourchette de tailles protégées (femelles),
114-124 mm
31B 19 avril-20 juin 250 82,5 Marquage par encoche en V2
32 19 avril-20 juin 250 82,5 Marquage par encoche en V2
33 Dernier lundi de nov.-31 mai 250 82,5  
34 Dernier lundi de nov.-31 mai 375/400 82,5  
35 15 oct.-31 déc.; 1er mars-31 juill. 300 82,5  
36 2e mardi de nov.-14 janv.; 31 mars-30 juin 300 82,5  
37 Partagée entre les ZPH 36 et 38   82,5  
38 2e mardi de nov.-30 juin 375 82,5  
38B 30 juin-6 nov. 375 82,5  
1) Le nombre maximal de casiers s'applique aux permis de catégorie A. Les titulaires de permis à temps partiel ou permis de catégorie B et les titulaires de permis en partenariat peuvent exploiter 30 % et 150 %, respectivement, du nombre de casiers associé à un seul permis de catégorie A.
2) Le marquage par encoche en V est un programme en cours qui consiste à effectuer une encoche en V sur les femelles. Il est interdit de posséder des homards portant une encoche en V, sauf dans les ZPH 27 et 31A.

Évaluation des stocks

Des évaluations des stocks de homard sont effectuées régulièrement dans le cadre du processus d'évaluation régional coordonné par le Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS). Des évaluations intégrales de chaque ZPH sont effectuées tous les cinq ans. Elles font l'objet d'un examen par les pairs et leur contenu est rendu public sur le Web sous forme d'avis scientifiques, de documents de recherche ainsi que de comptes rendus de réunion.

En l'absence d'estimation directe de l'abondance des populations ou de la biomasse, les scientifiques qui évaluent les stocks de homard utilisent divers indicateurs qui nous renseignent sur les tendances des stocks et aident à choisir de bonnes stratégies de gestion et de capture. La Stratégie de conservation du homard de la région des Maritimes (2004-2008) exige que soient élaborés pour chaque ZPH des indicateurs, ralliant un large appui de la part des intervenants, faciles à mesurer et à comprendre pouvant servir à évaluer l'état des stocks et à élaborer, à partir des résultats de l'analyse de sources de données pertinentes, exactes et opportunes, des règles décisionnelles qui influenceront les mesures de gestion.

Approche de précaution (AP)

Il n'existe pas à l'heure actuelle d'indicateurs directs de l'abondance dans la pêche du homard et il est donc nécessaire de fixer des points de référence ayant un fondement biologique. Les débarquements totaux constituent les seules données historiques disponibles pour l'ensemble des ZPH dans la région des Maritimes. Mais il est reconnu que les débarquements ne sont pas un indicateur très sensible de la biomasse, compte tenu de l'influence des changements dans l'effort, l'efficacité et la capturabilité. Toutefois, tant que d'autres indicateurs potentiels n'auront pas fait l'objet d'un examen par les pairs, les débarquements sont le seul indicateur approximatif de l'abondance pour lequel une série chronologique représentative de données est disponible (> 20 ans). La possibilité d'utiliser des indicateurs approximatifs de rechange pour la biomasse sera évaluée et des points de référence possibles pour les indicateurs choisis seront examinés dans le cadre du processus d'évaluation régional de Sciences.

Aucune réponse ne sera introduite sans consultation préalable de l'industrie. Les indicateurs et les réponses peuvent varier selon la ZPH. Toutefois, l'introduction d'approches sensiblement différentes dans des ZPH voisines peut nécessiter des consultations poussées.

Ces seuils provisoires éventuels sont inspirés de ce qui a été adopté dans le document intitulé « Un cadre décisionnel pour les pêches intégrant l'approche de précaution ».

Enjeux de gestion

Utilisation des prises accessoires

Les titulaires de permis de pêche du homard dans toutes les ZPH peuvent utiliser comme appâts les crabes verts, les crabes communs mâles et les chabots pris accessoirement. De plus, dans les ZPH 34 à 38, ils peuvent utiliser les crabes nordiques mâles comme appâts ou les débarquer pour la vente. Les prises accessoires de crabes communs mâles issues de toutes les ZPH peuvent être débarquées et vendues. Des pêches commerciales dirigées du crabe commun et du crabe nordique sont également pratiquées. Afin d'être en mesure de faire des évaluations exactes de ces stocks, des données sur les prises accessoires récoltées dans le cadre d'autres pêches devraient être recueillies. Les titulaires de permis doivent consigner dans un journal de bord la quantité de crabe qu'ils ont utilisée comme appâts, et tous les débarquements de crabe doivent être déclarés dans un document de contrôle du crabe.

Politique de remplacement des étiquettes

Tous les titulaires de permis de pêche du homard sont assujettis à une limite de casiers et, chaque année, un jeu d'étiquettes en plastique, numérotées et datées, leur est délivré. Ils doivent fixer une de ces étiquettes, dont le nombre correspond à la limite de casiers, à chacun de leurs casiers. La conformité à la limite de casiers est contrôlée par le biais de la vérification de la validité des casiers étiquetés. Les titulaires de permis doivent obtenir une étiquette de remplacement pour chaque casier perdu, endommagé, détruit ou remplacé. Afin d'assurer que les politiques de remplacement des étiquettes pour les ZPH soient documentées et uniformes, une approche régionale est en voie d'être considérée. Les procédures de remplacement des étiquettes devraient permettre d'assurer que les demandes de remplacement sont officielles et qu'elles font un suivi précis du nombre de casiers perdus chaque année.

Exigences en matière de rapports

Les données tirées des journaux de bord, dont la présentation est obligatoire, constituent la principale méthode de collecte de renseignements sur cette pêche : prises, effort, débarquements et valeur, prises accessoires, captures d'espèces en péril et coordonnées des lieux de capture. Par le passé, le niveau de conformité aux exigences en matière de rapports se situait à 75 % environ. En 2008, le MPO a annoncé que, à partir de la saison de pêche de 2009, un pêcheur ne pourrait obtenir un permis de pêche du homard que lorsqu'il aurait présenté un journal de bord couvrant tous les mois de pêche pendant lesquels il a pêché l'année précédente.

Les journaux de bord doivent être présentés à une entreprise de contrôle à quai agréée reconnue par la région des Maritimes du MPO.

Espèces en péril en vertu de la LEP

Depuis 2010, tous les titulaires de permis de pêche du homard sont tenus, par le biais des conditions de permis, de présenter un journal de bord LEP (disponible aux centres de délivrance des permis du MPO) à la fin de chaque saison de pêche, qu'ils aient rencontré ou non une espèce en péril. Le numéro de téléphone que les pêcheurs peuvent composer (1-866-567-6277) pour signaler l'observation d'un cétacé blessé ou emmêlé dans un engin de pêche est également inclus dans les conditions de permis.

Pour un complément d'information, aller à la page Web d'Environnement Canada.

Objectifs

Objectifs en matière de conservation

Le MPO vise les objectifs en matière de conservation suivants :

Objectifs sociaux, culturels et économiques

L'un des objectifs sociaux, culturels et économiques du Ministère est d'appuyer des collectivités autochtones saines et prospères et d'assurer le respect de la protection des droits autochtones et des droits conférés par traité accordée par la Constitution. Un autre est d'aider à créer les circonstances pour des pêches prospères.

Stratégies

Stratégies en matière de conservation

Des stratégies explicites (assorties de points de référence précis dans certains cas) ont été élaborées pour les principales pressions exercées par la pêche côtière du homard, comme suit :

Productivité

Biodiversité

Habitat

Stratégies sociales, culturelles et économiques

Dans la pêche côtière du homard, la stratégie pour appuyer des collectivités autochtones saines et prospères est la suivante :

Les stratégies pour atteindre l'objectif de prospérité général sont les suivantes :

Mesures de gestion tactiques pour la durée du PGIP

Productivité

Limiter à un niveau modéré la mortalité par pêche chez le homard

Limiter à un niveau modéré la mortalité par pêche chez les espèces prises accessoirement

Prévoir une échappée suffisante de l'exploitation pour la fraie

Biodiversité

Limiter la mortalité accidentelle involontaire chez la baleine noire de l'Atlantique Nord

Limiter la mortalité accidentelle involontaire chez d'autres espèces

Habitat

Gérer la zone perturbée de l'habitat marin

Limiter l'introduction de polluants dans le milieu marin

Prospérité

Faciliter la participation des Autochtones à des activités de pêche et aux possibilités économiques qui en découlent dans la gestion des ressources aquatiques

Offrir de la latitude en ce qui concerne les politiques et les permis

Promouvoir la stabilité de l'accès aux ressources et aux allocations

Permettre l'autocorrection de la capacité en fonction de la disponibilité de la ressource

Appuyer la certification pour assurer la durabilité

Accès et allocations

La pêche commerciale de cette ressource est une pêche concurrentielle à accès limité. L'accès est géré par le biais de la délivrance de permis de pêche commerciale de catégorie A ou de catégorie B (⅓ du nombre de casiers d'un permis de catégorie A) ou d'ententes de partenariat (1,5 fois le nombre de casiers d'un permis de catégorie A). Les organisations autochtones ont la possibilité de pratiquer la pêche à des fins commerciales grâce à la délivrance de permis de pêche communautaires, équivalents aux permis de la catégorie A.

Aucun permis d'élevage du homard n'a été émis, et aucune pêche récréative de ce crustacé n'est considérée.

Ententes de partenariat partagé

Comme dans le cas d'autres pêches pratiquées dans la région des Maritimes, le processus des comités consultatifs constitue la principale tribune de consultation dans la pêche côtière du homard. Les comités se composent typiquement de représentants de l'industrie, de collectivités autochtones, des gouvernements provinciaux, des collectivités locales, d'organisations non gouvernementales et du MPO. Les représentants des pêcheurs incluent généralement des représentants au port élus (ou un substitut). Les comités consultatifs servent d'interface pour la discussion de divers enjeux, notamment la conservation, la protection, la science et la gestion des pêches. De nombreux problèmes de gestion quotidiens sont réglés par le biais des travaux de ces comités. D'autres comités chargés de l'étude de sujets précis, notamment la science et l'application de la réglementation, sont également en place, et le MPO mène des consultations sur des questions précises, de façon officielle et non officielle, sur une base continue.

Conformité

Pour la région des Maritimes dans son ensemble, les agents des pêches consacrent une partie considérable de leur temps de travail à l'application des mesures réglementaires visant la pêche côtière du homard. De 2000 à 2008, les agents des pêches y ont consacré 32 % de leurs heures de travail; ce pourcentage est passé à presque 40 % dans les dernières années. C et P peut ne pas toujours être en mesure de maintenir ce niveau d'effort à la lumière des risques qui pèsent sur la conservation ailleurs.

Examen de rendement

Les objectifs à long terme du PGIP tournent autour du maintien de la viabilité des stocks et de la flottille existante, de la promotion de l'intendance partagée et de l'optimisation des retombées pour les pêcheurs et les collectivités locales. Les critères d'évaluation du rendement sont les suivants :

L'élaboration d'une approche de précaution établissant des mesures efficaces constituera un indicateur de rendement important.

Amélioration du PGIP

Trois aspects du PGIP peuvent être améliorés, notamment :

Des travaux de préparation d'un cadre pour l'élaboration et la mise en œuvre de l'approche de précaution dans cette pêche sont en cours. On s'attend à ce que les progrès dans ce sens feront avancer les efforts en vue d'atteindre les buts socio-économiques et les buts en matière de conservation dans cette pêche.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :