Sélection de la langue

Recherche

Document de recherche 2015/027

Conditions océanographiques biologiques, chimiques et optiques sur la plate‑forme continentale de Terre-Neuve-et-Labrador en 2013

Par P. Pepin, G. Maillet, S. Fraser, T. Shears, et G. Redmond

Résumé

Ces dernières années, les cycles saisonniers de température et de salinité à la station 27 (S27) se sont déplacés, prolongeant les conditions chaudes et fraîches jusqu’en hiver. Le devancement des cycles saisonniers dans les conditions physiques observées dans les dernières années semble avoir entraîné un devancement du rabattement printanier et un retard du recyclage des niveaux de macronutriments (silicate et nitrate), qui, auparavant, avait lieu en début d’automne. Résultat, les anomalies annuelles ajustées pour les variations saisonnières des couches de surface et profonde de ces macronutriments à la S27, pour toutes les sections, sont bien en dessous de la normale climatologique depuis 2009-2010; en 2013, elles approchaient 3 écarts-types sous la normale. En général, les inventaires de chlorophylle a (une approximation du stock actuel de phytoplancton) à la S27 et dans toutes les sections sont restés sous la normale ces dernières années et ont atteint leur plus bas niveau de toute la série temporelle à la S27 en 2013. Dans l’ensemble, l’amplitude (intensité maximale) et la magnitude (biomasse intégrée de chlorophylle a) de la floraison printanière en 2013 étaient en dessous de la normale dans presque toutes les sous-régions du plateau de Terre-Neuve par rapport à la moyenne climatologique (1999-2010). Le début de la floraison printanière a été retardé sur le sud du plateau du Labrador et sur le plateau nord-est, ce qui en a réduit la durée. Dans les autres sous-régions, on a observé des indices de début de floraison uniformes, à l’exception de la sous-région d’Hibernia, où la floraison a débuté tôt et s’est déroulée sur une période prolongée. L’abondance d’Oithona similis, de Pseudocalanus sp. et de Triconia sp. a atteint (ou presque atteint) des niveaux d’abondance record de la section de la baie Bonavista jusqu’à celle du sud des Grands Bancs. L’abondance de Calanus glacialis et de Calanus hyperboreus présente un déclin d’abondance à long terme sur le bonnet Flamand et le sud-est des Grands Bancs depuis 2001 et, depuis 2009, sur la section de la baie Bonavista et de l’île des Phoques, à plus court terme. La biomasse des copépodes à la S27 pendant la période 2011-2013, d’après 8 taxons dominants, a connu un déclin contant depuis le pic record de 2009 pour atteindre son niveau le plus bas en 2013. Une analyse des tendances d’abondance saisonnières a permis de constater que des changements marquants dans la phénologie d’espèces écologiquement importantes, tels que C. finmarchicus et Pseudocalanus sp., se sont produits à la S27 dès 2005, environ, à quel moment la cohorte d’automne a connu une augmentation d’abondance. Les tendances de variations générales parmi les trois niveaux trophiques étudiés dans ce rapport (nutriments, biomasse des phytoplanctons et abondance du zooplancton) ne dévoilent aucune association claire dans les niveaux trophiques, mais l’uniformité de certaines tendances pourrait commencer à donner de nouveaux indices de certains liens trophiques.

Avis d’accessibilité

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :