Sélection de la langue

Recherche

Document de recherche 2019/055

Conditions optiques, chimiques et biologiques de l'océan sur le plateau continental de Terre-Neuve-et-Labrador au cours de 2016-2017

Par G. Maillet, D. Bélanger, G. Doyle, A. Robar, S. Fraser, J. Higdon, D. Ramsay et P. Pepin

Résumé

Le profil général de variation entre les nutriments et les niveaux trophiques inférieurs étudiés dans le présent rapport (biomasse du phytoplancton et abondance du zooplancton) a mis en évidence la relation entre les conditions biogéochimiques (stock permanent de nitrate) et la production primaire (biomasse du phytoplancton) et secondaire (abondance et biomasse du zooplancton).

Les indices optiques et de chlorophylle a indiquent une réduction de la biomasse du phytoplancton et un retard dans le cycle de production à la station d'échantillonnage à haute fréquence (S27) en 2016-2017. La reconstitution des principaux macronutriments dans les couches profondes (> 50 m) a encore diminué ces dernières années. L'absence d'une floraison automnale peut être liée à des changements dans les processus de renouvellement des nutriments. Les concentrations en profondeur de macronutriments dans les sections océanographiques standards sont passées d'anomalies généralement positives à anomalies principalement négatives au cours de la dernière décennie. La biomasse du phytoplancton a diminué globalement, conformément aux tendances observées pour les concentrations de macronutriments. L'abondance accrue du zooplancton observée à travers l'Atlantique Nord-Ouest peut également contribuer à l'augmentation de la pression exercée par le broutage et à la réduction des stocks de phytoplancton actuels.

La tendance générale à l'augmentation de l'abondance du zooplancton observée au cours des dix-neuf dernières années s'est poursuivie de 2016 à 2017, l'abondance atteignant des sommets sans précédent du sud du Labrador au sud des Grands Bancs. Par contre, la biomasse du zooplancton est demeurée inférieure aux données climatologiques pour l'ensemble des sections océanographiques et se situait à un creux record sur le sud du plateau continental du Labrador et dans les Grands Bancs. L'abondance des grands copépodes (Calanus finmarchicus, Calanus hyperboreus), qui est en déclin depuis 3 à 5 ans dans la majeure partie de la région, est demeurée faible sur le plateau continental de Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.), mais a montré des signes de rétablissement sur les Grands Bancs. L'abondance des petits copépodes (Pseudocalanus spp., Oithona similis, Microcalanus spp., Oncea spp.) et d'autres organismes zooplanctoniques autres que les copépodes a continué d'augmenter dans la région. Le cycle de production des premiers stades copépodites pour les espèces clés (Calanus finmarchicus et Pseudocalanus spp.) a été retardé d'environ un mois en 2016 et 2017 par rapport aux données climatologiques de la station S27, peut-être en raison du retard de la floraison printanière, ainsi que du refroidissement général et de la baisse de salinité dans cette région. D'autres recherches sont nécessaires pour comprendre les mécanismes à l'origine des changements observés dans la structure des communautés de zooplancton et leurs impacts potentiels à des niveaux trophiques supérieurs.

Avis d’accessibilité

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :