Avis scientifique 2019/030

Évaluation des effets cumulatifs sur les populations d'épaulards résidents du nord et du sud (orcinus orca) dans le pacifique nord-est

Sommaire

  • En 2003, les épaulards résidents du sud et du nord ont été inscrits en tant que populations « en voie de disparition » et « menacée », respectivement, en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Un programme de rétablissement pour ces populations a été achevé en 2008 (modifié en dernier lieu en 2018; MPO 2018) et un plan d'action en 2017 (MPO 2017a).
  • Le programme de rétablissement (modifié) élaboré en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) définit trois principales menaces pour les épaulards résidents : la disponibilité réduite des proies, les perturbations acoustiques et physiques et les contaminants environnementaux (MPO 2018).
  • Les travaux en cours visent à aborder la mesure de rétablissement hautement prioritaire (MR n°1) du plan d'action, qui détermine le besoin « d'évaluer les effets cumulatifs des impacts anthropiques possibles sur les épaulards résidents à l'aide d'un cadre approprié d'évaluation des impacts sur les espèces aquatiques ».
  • Dans la présente analyse, les mesures d'atténuation et de gestion potentielles n'ont pas été abordées. Les changements futurs des activités anthropiques n'ont pas été inclus. Les effets au niveau de la population des événements à impact élevé et de faible probabilité, comme les déversements catastrophiques d'hydrocarbures, ne sont pas pris en compte dans cette évaluation.
  • Le cadre d'évaluation des effets cumulatifs élaboré comportait deux phases : un modèle conceptuel des séquences des effets (SE) qui décrivait les voies de liaison entre les menaces et les taux de mortalité et de natalité des épaulards résidents, y compris les interactions potentielles entre les menaces;
  • Et un modèle d'analyse de viabilité de la population (AVP) qui évaluait quantitativement les effets des menaces prioritaires sur les trajectoires des populations d'épaulards résidents.
  • Les données et connaissances actuelles ont permis de quantifier sept des 13 voies de liaison identifiées dans les SE pendant la deuxième phase du cadre d'évaluation (modèle d'AVP).
  • Un certain nombre d'hypothèses clés ont été formulées dans la modélisation de l'AVP. On suppose que les conséquences de l'exposition aux menaces sont les mêmes pour les deux populations, et que l'exposition aux menaces est propre à la population. La quantification des voies de liaison entre le taux de mortalité et le taux de natalité a été fondée sur l'information principalement obtenue dans la région de la mer des Salish pendant l'été et l'automne, mais on a supposé qu'elle représentait des conditions des menaces dans l'ensemble de l'aire de répartition et durant toute l'année. On a présumé que l'abondance du saumon quinnat, indépendamment de la sélectivité par taille exercée par les épaulards, représentait la proie préférée à la disposition des épaulards résidents.
  • Les modèles de population ont été construits à partir des données démographiques et généalogiques du MPO et du Center for Whale Research, et d'un modèle de population déjà publié pour l'épaulard résident du sud (Lacy et al. 2017).
  • On a comparé les impacts des scénarios de menaces individuelles et cumulatives sur les populations modélisées d'épaulards résidents du sud et d'épaulards résidents du nord aux trajectoires des populations observées (2000-2017) afin de définir un modèle qui reflète le mieux la dynamique réelle des deux populations. Des scénarios de menaces individuelles et cumulatives ont été mis à l'essai à l'aide de 10 000 simulations de modèles.
  • Les scénarios des menaces individuelles utilisaient des paramètres mis à jour et nouvellement disponibles pour l'abondance du saumon quinnat, le bruit et la présence physique des navires, les collisions avec les navires et la contamination par les biphényles polychlorés (BPC). Pris un à la fois, les effets modélisés des menaces individuelles n'ont pas reproduit les trajectoires des populations observées pour les populations d'épaulards résidents du nord et du sud, ce qui suggère qu'un modèle cumulatif pourrait mieux répliquer les tendances de ces populations.
  • Lorsque les menaces sont considérées ensemble (abondance du saumon quinnat, bruit et présence physique des navires, collision avec les navires et contamination par les BPC), les résultats du modèle de l'AVP reproduisent fidèlement les trajectoires des populations observées pour les deux populations, ce qui donne à penser que ce modèle est utile pour évaluer les effets cumulatifs.
  • Le modèle d'AVP des effets cumulatifs a ensuite été utilisé pour projeter les trajectoires des populations d'épaulards résidents du nord et du sud dans l'avenir (10 000 simulations de modèles), en fonction des niveaux de menaces récents, des meilleures connaissances disponibles et de l'hypothèse selon laquelle aucune mesure d'atténuation future ne sera prise. Les sorties du modèle indiquent que la trajectoire moyenne modélisée de la population d'épaulards résidents du nord augmente jusqu'à la capacité de charge fixée dans le modèle en 25 ans. En revanche, la trajectoire moyenne modélisée de la population d'épaulards résidents du sud diminue, avec une probabilité de 26 % d'extinction de la population (définie dans le modèle comme un seul sexe restant); dans ces projections, l'extinction était estimée se produire après 75 à 97 ans.
  • Le modèle souligne l'importance de considérer les menaces collectivement. Plus précisément, dans le cadre de l'évaluation de l'AVP des effets cumulatifs, l'abondance du saumon quinnat et ses interactions avec le bruit des navires et les BPC ont fortement influencé la dynamique modélisée des populations d'épaulards.
  • Le cadre des effets cumulatifs élaboré, qui combine une SE et un modèle d'AVP, est une nouvelle approche qui identifie et quantifie explicitement les voies de liaison des menaces et les incertitudes connexes. Cette approche pourrait être utilisée pour d'autres populations et espèces.

Le présent avis scientifique découle de la réunion du 12 au 13 mars 2019 sur l'Évaluation des effets cumulatifs sur les populations d'épaulards résidents du nord et du sud dans le Pacifique Nord-Est. Toute autre publication découlant de cette réunion sera publiée, lorsqu'elle sera disponible, sur le calendrier des avis scientifiques de Pêches et Océans Canada (MPO).

 Document PDF complet

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :