Sélection de la langue

Recherche

Document de recherche 2005/020

Bilan des conditions météorologiques, des conditions de la glace de mer et des températures de surface de la mer au large de la côte Est du Canada en 2004

Par Petrie, B., R.G. Pettipas, W.M. Petrie

Résumé

Nous faisons un bilan des conditions météorologiques, des conditions de la glace de mer et des températures de surface de l’Atlantique Nord-Ouest en 2004. En 2004, la valeur de l’indice d’oscillation nord-atlantique (ONA) en hiver a été inférieure à la normale (~9 mb) pour la quatrième année consécutive, se rapprochant de la valeur pour 2001. Un indice d’ONA négatif correspond à des vents moins forts, des températures de l’air plus élevées et une perte moins élevée de chaleur des eaux océaniques durant l’hiver dans la mer du Labrador et sur une partie du plateau Labrador-Terre-Neuve. En raison du rôle important que joue l’advection vers le sud sur le littoral canadien de l’Atlantique, les effets d’un indice d’ONA négatif (et positif aussi), particulièrement parce qu’il l’a été durant quatre années consécutives, se font éventuellement ressentir dans l’ensemble de la région. Les valeurs annuelles moyennes des températures de l’air dans le secteur de la mer et du plateau du Labrador, du plateau de Terre-Neuve et du golfe du Saint-Laurent se situaient à ~ 1,2 °C au dessus de la normale, alors que dans le secteur du plateau néo-écossais et du golfe du Maine, elles se situaient à environ 0,4 °C au-dessous de la normale. En hiver, les vents dans la mer du Labrador ont montré des anomalies tendant généralement vers le nord-ouest, d’environ 1 à 2 m/s, ce qui va de pair avec l’indice d’ONA négatif et laisse prévoir un flux de chaleur réduit de l’océan vers l’atmosphère. La couverture glacielle à Terre-Neuve était la deuxième moins étendue en 42 ans et a généralement duré moins longtemps que la moyenne. Son étendue était aussi inférieure à la moyenne dans le golfe du Saint-Laurent, soit la onzième fois que cela se produit en 42 ans, et a typiquement duré moins longtemps que la moyenne. Par contre, sur le plateau néo-écossais, où la plus grande partie de la glace provient du golfe, la couverture glacielle n’était pas exceptionnelle (soit la dix-neuvième fois en 43 ans) et a duré un peu plus longtemps que la normale. Les 262 icebergs qui ont atteint le Grand Banc représentent un total nettement inférieur aux 927 dénombrés en 2003, soit la cinquième fois que cela se produit depuis 1985, lorsque des dénombrements plus précis ont commencé à être faits. L’analyse des données-satellites indique un gradient nord-sud des températures de surface de la mer semblable à la distribution des températures de l’air. La mer et le plateau du Labrador, ainsi que le secteur nord du plateau de Terre-Neuve et du Grand Banc, ont connu des anomalies de la température de surface de la mer de 0,2 à 0,5 °C au-dessus de la normale, alors que les températures sur Le Platier, le banc de Saint-Pierre et le Banc à Vert se situaient légèrement au-dessous de la normale. Des températures de surface de la mer au-dessus de la normale ont été enregistrées dans le secteur nord-est du golfe du Saint-Laurent, alors que le reste du golfe a connu des valeurs légèrement au-dessous de la normale. Sur le plateau néo-écossais et dans le golfe du Maine, ces températures se situaient entre 0,3 à 1,1 °C au-dessous de la normale.

Avis d’accessibilité

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :