Sélection de la langue

Recherche

Document de Recherche 1999/176

Pacific herring tagging from 1936-1992: a re-evaluation of homing based on additional data.

Par D.E. Hay, P.B. McCarter, et K. Daniel

Résumé

Les organismes des pêches fédéraux situés en Colombie-Britannique ont commencé à procéder au marquage et à la récupération de harengs du Pacifique (Clupea pallasi) en 1936. Les premiers programmes de marquage (1936-1967) faisaient appel à des « étiquettes métalliques » internes placées dans la cavité abdominale et récupérées ensuite à l’aide d’un détecteur magnétique dans les usines de transformation en produits secondaires. Les programmes de marquage plus récents (1979-1991) faisaient appel à des étiquettes de plastique de type « ancre » pouvant être décelées visuellement, généralement dans les usines de transformation du poisson, mais aussi par les pêcheurs et d’autres personnes. On compte de nombreuses publications sur les résultats du marquage interne, mais les résultats des études par étiquettes ancrées n’ont pas tous été rapportés. On a récemment versé les données des deux types de programmes de marquage, y compris certaines données encore inédites, dans une même base de données électronique. Cette base est relativement importante regroupant environ 1,6 million de marquages et 42 000 récupérations. Ces nouvelles données et ce nouveau format permettent d’effectuer des analyses qui étaient auparavant impossibles. Le présent document fait état d’une analyse des données de marquage combinées étiquettes internes et ancres dans le contexte du « retour au lieu de naissance » chez le hareng. Les données les plus récentes ont trait aux étiquettes de type ancre utilisées pour les poissons faisant l’objet de la pêche pour les œufs. Les auteurs ont utilisé ces données, ainsi que les données révisées du marquage interne, et tenu compte dans leur analyse du temps passé en mer (entre la remise à l’eau du poisson marqué et sa recapture) dont il n’était pas tenu compte au cours des analyses antérieures. Selon leur analyse du taux de retour apparent, celui-ci varie en fonction : 1) du type d’étiquettes utilisées (ancre plutôt qu’étiquette interne), de la pêche et du mode de récupération; 2) de la saison ou du mois du marquage; 3) de la période ou de la durée entre le marquage et la recapture, en mois ou en années et 4) de la superficie de la zone désignée comme zone de « retour » qui va de « lieux » très petits (<100 km2) à des « Régions » très grandes (~10 000 km2). Les auteurs interprètent les résultats dans le contexte des préoccupations actuelles au sujet de la structure des populations de hareng de la Colombie-Britannique et ils formulent des recommandations visant la gestion et la recherche à effectuer.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :
Date de modification :