Raie tachetée

Leucoraja ocellata

Vue dorsale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) mâle.
Vue dorsale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) mâle.
Vue ventrale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) mâle.
Vue ventrale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) mâle.
Vue dorsale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) femelle.
Vue dorsale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) femelle.
Vue ventrale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) femelle.
Vue ventrale d'une raie tachetée (Leucoraja ocellata) femelle.

Description

La raie tachetée a un corps déprimé, une queue fine, un disque environ 1,2 à 1,3 fois plus large que long, un museau présentant un angle antérieur de 130° et plus, et une queue dont les replis latéraux étroits s'étendent de l'axe postérieur des nageoires pelviennes jusqu'au bout de la queue. La bouche est légèrement arquée et compte 63 rangées ou plus de dents dans la mâchoire supérieure, mais ce nombre varie considérablement en fonction de la taille du poisson. Chez la femelle, les dents sont émoussées, tandis que chez le mâle, les dents sont dotées de hautes cuspides coniques distinctives. La surface dorsale du disque est rugueuse, avec de nombreuses épines dont le nombre diminue à mesure que le poisson atteint sa maturité. Plus précisément, la raie tachetée possède entre deux et trois rangées irrégulières d'épines de chaque côté de la ligne médiane du disque jusqu'à la partie antérieure de la queue, un groupe d'épines formant un triangle irrégulier dans la région du cou et de l'épaule, quelques épines derrière et devant les yeux ainsi que le long du bord interne de chaque orbite, de même que plusieurs épines entre les orbites. Les jeunes raies tachetées sont dotées d'une rangée de grosses épines médianes le long du disque et de la queue, lesquelles tombent lorsque les raies atteignent une longueur totale de plus de 50,8 cm. La surface ventrale est lisse, à l'exception de quelques épines près du museau. La raie tachetée possède deux nageoires dorsales reliées à leur base et situées près de l'extrémité de la queue, une toute petite nageoire caudale, et deux nageoires pelviennes bilobées que chevauchent les nageoires pectorales. Cette espèce est brun pâle sur le dos avec un nombre variable de taches ovales très foncées, et elle est blanche sur le ventre, parfois avec des marques brunâtres irrégulières sur la partie postérieure du disque et de la queue. On observe souvent de une à quatre taches foncées bordées de blanc (appelées taches ocellées) sur la surface dorsale près de la partie postérieure des nageoires pectorales. Il est difficile de distinguer la raie tachetée de la raie hérisson (Leucoraja erinacea), surtout lorsque les individus mesurent moins de 30-35 cm de LT. Il est donc nécessaire d'examiner certaines caractéristiques afin de les différencier. Chez la raie tachetée, la bouche est plus large et moins arquée que chez la raie hérisson. La raie hérisson femelle est dotée de petites épines pelviennes rugueuses situées très près du cloaque, tandis que les épines pelviennes de la raie tachetée femelle sont situées plus vers le bord externe des nageoires pelviennes. La raie tachetée mâle possède des épines pelviennes, contrairement à la raie hérisson mâle. On peut aussi compter les dents pour différencier les deux espèces. La raie tachetée possède 63 rangées ou plus de dents dans la mâchoire supérieure, tandis que la raie hérisson en possède de 30 à 62. Cependant, comme le nombre de dents varie considérablement selon la taille du poisson chez les deux espèces, cette méthode n'est pas toujours efficace. Les analyses génétiques constituent le meilleur moyen d'identifier les raies hérissons et les raies tachetées mesurant moins de 30-35 cm de LT. Plus précisément, on se sert d'une technique de réaction en chaîne de la polymérase – dosage de polymorphisme de longueur des fragments de restriction (PCR-RFLP) pour différencier ces deux espèces sur le plan génétique.

Taille

La raie tachetée est l'une des plus grandes espèces de raie du Canada atlantique, atteignant une longueur totale maximale d'environ 109 cm. La taille maximale de l'espèce semble varier légèrement selon la région géographique (voir la section Cycle biologique).

Aire de répartition

La raie tachetée ne vit que dans l'Atlantique Nord-Ouest. L'aire de répartition de la raie tachetée est délimitée au Nord par la côte Sud de Terre-Neuve-et-Labrador, elle s'étend ensuite au Sud dans le golfe du Saint-Laurent, le long du plateau néo-écossais, dans la baie de Fundy et sur le banc de Georges vers le Sud jusqu'au cap Hatteras. La raie tachetée est légèrement plus répandue que la raie hérisson (Leucoraja erinacea), puisqu'elle est présente dans le golfe du Saint-Laurent et dans des parties septentrionales du plateau néo-écossais où la raie hérisson est absente.

Habitat

La raie tachetée est une espèce benthique vivant sur des fonds de sable ou de gravier, généralement à des profondeurs de moins de 111 m; toutefois, on en a déjà capturé à plus de 371 m de profondeur dans le golfe du Saint-Laurent. La fourchette de températures auxquelles des raies tachetées ont été capturées s'échelonne de -1,2 à 15 °C. Dans les parties méridionales de son aire de répartition, comme la baie de Fundy, la raie tachetée semble se déplacer vers la côte en automne et vers le large en été, ce qui laisse supposer qu'elle préfère les températures plus froides (c.-à-d. qu'elle a un comportement « hivernal périodique »). À l'inverse, des relevés par navire de recherche (NR) menés dans l'est du plateau néo-écossais indiquent que cette espèce ne semble plus se déplacer vers la côte en hiver. D'après des rapports anecdotiques de l'industrie de la pêche, la raie tachetée semble plutôt se déplacer vers les bancs (c.-à-d. banc de l'île de Sable, banc Banquereau) en été et vers les eaux plus profondes en hiver.

Cycle biologique

Des études sur l'âge, la croissance et la maturité de la raie tachetée démontrent qu'il s'agit d'une espèce longévive, à croissance lente, qui atteint la maturité tardivement et qui est donc vulnérable à un déclin attribuable à la surexploitation. On s'inquiète surtout de l'âge tardif auquel les femelles atteignent la maturité par rapport à leur âge maximal observé, ce qui ne laisse au total que quelques épisodes de frai pour toute la durée de vie de chaque femelle. Une récente étude sur la vulnérabilité des raies de l'Atlantique Nord-Ouest de l'est du plateau néo-écossais menée à l'Institut océanographique de Bedford révèle que sur les quatre espèces les plus communes dans cette zone (c.-à-d. raie tachetée, raie hérisson, raie épineuse et raie à queue de velours), la raie tachetée affiche le plus faible taux intrinsèque de croissance de la population et ne peut donc soutenir qu'un très faible niveau de pression de la pêche. Pour de plus amples renseignements sur la façon dont les caractéristiques du cycle biologique sont déterminées pour les raies de l'Atlantique Nord-Ouest, veuillez consulter la section Recherche sur les raies du site Web ou voir les références contenues dans le tableau ci-dessous. Pour en apprendre davantage sur l'état de la raie tachetée dans les eaux canadiennes de l'Atlantique, veuillez consulter la section Conservation des raies du site Web.

L'état de la raie tachetée dans les eaux canadiennes de l'Atlantique
Zone Taille max. (cm) Longévité (années) Taille à la maturité (cm) âge à la maturité (années)
Côte nord-est des É.-U.Note de bas de page 1 107 20,5 76,0 (femelle) 12,5 (femelle)
Golfe du MaineNote de bas de page 2 94 19 73,0 (mâle)
76,0 (femelle)
11,0 (mâle)
12,0 (femelle)
Est du plateau néo-écossaisNote de bas de page 3 92,5 19 75,9 (mâle)
77,0 (femelle)
11,3 (mâle)
13,4 (femelle)

Régime alimentaire

La raie tachetée se nourrit principalement d'amphipodes et de polychètes, mais elle consomme également des poissons, des décapodes, des isopodes et des bivalves. Les poissons (comme le lançon) occupent une grande place dans le régime alimentaire des grands individus. On en a d'ailleurs trouvé en quantités considérables dans l'estomac d'individus capturés en été. Ses préférences alimentaires ou son comportement de prédateur opportuniste (c.-à-d. qu'elle consomme différentes proportions de la même proie) permettent à la raie tachetée d'éviter d'entrer en compétition directe pour la nourriture avec la raie hérisson (Leucoraja erinacea), une espèce sympatrique, car la raie tachetée consomme bien plus d'espèces endofauniques.

Reproduction

La raie tachetée vivant dans le golfe du Maine affiche un cycle de reproduction annuel partiellement défini, avec des périodes de pointe pour la reproduction en juillet, et une production maximale de capsules d'œuf en septembre, en octobre et en novembre. Les mâles produisent du sperme mature tout au long de l'année, et on peut observer des femelles prêtes à se reproduire pendant presque toute l'année. Dans l'est du plateau néo-écossais, il est difficile de déterminer le caractère saisonnier du cycle de reproduction de la raie tachetée en raison du trop petit nombre de femelles matures, peut-être à cause de l'effondrement de la population dans cette zone. Cependant, des observations anecdotiques laissent entendre que le dépôt des capsules d'œuf au large de la Nouvelle-Écosse atteindrait un sommet de la fin de l'été jusqu'en automne. Les jeunes raies tachetées mesurent environ 11,2 à 12,7 cm de longueur lorsqu'elles sortent de leur capsule d'œuf. Pour de plus amples renseignements sur la façon dont le cycle de reproduction est déterminé pour les raies de l'Atlantique Nord-Ouest, veuillez consulter la section Reproduction du site Web. Pour obtenir un aperçu des capsules d'œuf de la raie tachetée, cliquez sur le lien Identification des capsules d'œuf de raies de l'Atlantique Nord-Ouest.

Interaction avec l'homme

Jusqu'à récemment, la raie tachetée ne revêtait qu'une faible importance économique dans le Canada atlantique. Toutefois, en raison de la diminution des stocks de poisson à nageoires traditionnels, Pêches et Océans Canada a mis en place une pêche dirigée à la raie tachetée, principalement dans l'est du plateau néo-écossais. Cette pêche a été fermée depuis à cause de l'inscription de la raie tachetée de l'est du plateau néo-écossais sur la liste des espèces menacées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Néanmoins, la raie tachetée continue d'être prise de façon accessoire dans les eaux canadiennes. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les sections Pêche des raies et Conservation des raies du site Web. En Nouvelle-Angleterre, la raie tachetée est consommée et utilisée comme poisson ordinaire dans la préparation de farine de poisson et d'aliments pour animaux de compagnie. Des études d'évaluation menées dans le nord-est des États-Unis indiquent que la raie tachetée serait surexploitée.

Noms communs

En anglais, cette espèce est désignée sous plusieurs noms.