Raie hérisson

Leucoraja erinacea

Vue dorsale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) mâle.
Vue dorsale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) mâle.
Vue ventrale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) mâle.
Vue ventrale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) mâle.
Vue dorsale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle.
Vue dorsale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle.
Vue ventrale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle.
Vue ventrale d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle.

Description

La raie hérisson a un corps déprimé, une queue fine, un disque environ 1,2 fois plus large que long, un museau présentant un angle antérieur de plus de 90° et des dents émoussées (les dents des mâles matures sont parfois pointues, parfois émoussées). La surface dorsale du disque est rêche, surtout chez les femelles, et les épines forment un motif distinct. Plus précisément, on compte entre 2 et 4 rangées irrégulières d'épines de chaque côté de la ligne médiane du disque jusqu'à la partie antérieure de la queue, un groupe de 30 à 60 épines formant un triangle irrégulier dans la région du cou et de l'épaule, de 3 à 8 épines derrière les yeux, de 8 à 15 épines devant les yeux, de 9 à 12 épines le long du bord interne de l'orbite ainsi que plusieurs épines entre les orbites. Les jeunes raies hérissons sont dotées d'une rangée de grosses épines médianes, qui tombent généralement lorsque le poisson atteint environ 30,5 cm. De plus, on compte quelques épines sur la surface inférieure de la région du museau. Pour sa part, la surface ventrale est lisse. La raie hérisson possède deux nageoires dorsales reliées à leur base et situées près de l'extrémité de la queue. On observe des replis latéraux environ aux deux tiers postérieurs de la queue, et la nageoire caudale est toute petite. Les nageoires pelviennes sont divisées en lobes antérieur et postérieur distincts que chevauchent les nageoires pectorales. La surface dorsale de la raie hérisson va du grisâtre au brun foncé, avec généralement de petites taches ovales plus foncées, et la surface ventrale du blanc au gris pâle.

Il est difficile de distinguer la raie hérisson de la raie tachetée (Leucoraja ocellata), surtout lorsque les individus mesurent moins de 30-35 cm de LT. Il est donc nécessaire d'examiner certaines caractéristiques afin de différencier ces deux espèces. Chez la raie hérisson, la bouche est davantage arquée ou courbée. La raie hérisson femelle est dotée de petites épines pelviennes rugueuses situées très près du cloaque, tandis que les épines pelviennes de la raie tachetée femelle sont situées plus vers le bord externe des nageoires pelviennes. La raie tachetée mâle possède des épines pelviennes, contrairement à la raie hérisson mâle. On peut aussi compter les dents pour différencier les deux espèces. La raie hérisson possède de 30 à 62 rangées de dents dans la mâchoire supérieure, tandis que la raie tachetée en possède 63 ou plus. Cependant, comme le nombre de dents varie considérablement selon la taille du poisson chez les deux espèces, cette méthode n'est pas toujours efficace. Les analyses génétiques constituent le meilleur moyen d'identifier les raies hérissons et les raies tachetées mesurant moins de 30-35 cm de LT. Plus précisément, on se sert d'une technique de réaction en chaîne de la polymérase – dosage de polymorphisme de longueur des fragments de restriction (PCR-RFLP) pour différencier ces deux espèces sur le plan génétique.

Épines pelviennes (ou zone rugueuse) d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle mature qui sont situées de chaque côté et très près du cloaque.
Épines pelviennes (ou zone rugueuse) d'une raie hérisson (Leucoraja erinacea) femelle mature qui sont situées de chaque côté et très près du cloaque.

Taille

La raie hérisson est l'une des plus petites espèces vivant dans les eaux au large du Canada atlantique. Elle atteint une longueur totale maximale d'environ 53 à 59 cm. La taille maximale de l'espèce semble varier selon la région géographique (voir la section Cycle biologique).

Aire de répartition

La raie hérisson n'est présente que dans l'Atlantique Nord-Ouest, où son aire de répartition s'étend du sud-est de Terre-Neuve-et-Labrador et du plateau néo-écossais, de la baie de Fundy et du banc de Georges vers le Sud jusqu'en Caroline du Nord. On ne l'observe pas souvent au nord du banc de LaHave dans l'est du plateau néo-écossais. Elle est surtout abondante dans la région du banc de Georges et de la baie du Delaware. La raie hérisson est sympatrique avec la raie tachetée (Leucoraja ocellata); leurs aires de répartition se chevauchent.

Habitat

La raie hérisson est une espèce benthique qui vit principalement sur le plateau continental sur des fonds de sable ou de gravier, souvent dans des eaux peu profondes (c.-à-d. à des profondeurs de moins de 111 m). Cependant, on en a déjà prélevé à une profondeur de 329 m sur le banc de Georges. La raie hérisson peut supporter de grandes variations de températures (1,2 à 21 °C), mais on la capture surtout dans des eaux froides (2 à 15 °C). Dans les eaux canadiennes (baie Passamaquoddy, au large de la baie de Fundy), la raie hérisson semble préférer les basses températures et son comportement est considéré comme « hivernal périodique », car elle se déplace vers la côte l'hiver et retourne dans les eaux plus profondes du large en été.

Cycle biologique

Parmi les espèces de raies de l'Atlantique Nord-Ouest étudiées jusqu'à maintenant, la raie hérisson est l'une des espèces dont la croissance est la plus rapide. Des études sur l'âge, la croissance et la maturité ont démontré que cette espèce atteint également sa maturité plus tôt et à une taille plus petite, et qu'elle vit moins longtemps que les autres espèces de raies de l'Atlantique Nord-Ouest. Pour de plus amples renseignements sur la façon dont les caractéristiques du cycle biologique sont déterminées pour les raies de l'Atlantique Nord-Ouest, veuillez consulter la section Recherche sur les raies du site Web ou voir les références contenues dans le tableau ci-dessous.

Les caractéristiques du cycle biologique de la raie des profondeurs a été publiée
Zone Taille max. (cm) Longévité (années) Taille à la maturité (cm) âge à la maturité (années)
Côte Nord-Est des É.-U. Note de bas de page 1 57 12,5 43,0-46,0 (femelle) 6,5-7,0 (femelle)
Nouvelle-Angleterre/banc de Georges Note de bas de page 2 53 8 environ 42,0-50,0 S.O.
Est du plateau néo-écossais Note de bas de page 3 59 12 48,4 (mâle)
46,4 (femelle)
7,1 (mâle)
6,9 (femelle)

Régime alimentaire

La raie hérisson se nourrit principalement de crustacés décapodes et d'amphipodes. Les polychètes occupent également une grande place dans son alimentation, suivis des isopodes, des mollusques et des poissons (ces derniers ne revêtent qu'une faible importance pour cette espèce). La proportion de chaque type de proies consommées semble varier selon la région géographique. Des études portant sur les habitudes alimentaires de la raie hérisson et de la raie tachetée (Leucoraja ocellata), deux espèces sympatriques, indiquent qu'elles peuvent éviter d'entrer en compétition directe pour la nourriture en consommant différentes proies ou à des proportions différentes de manière opportuniste. Plus précisément, la raie hérisson semble consommer davantage d'organismes épifauniques, tandis que la raie tachetée se nourrit surtout d'organismes endofauniques.

Reproduction

La raie hérisson vivant le long de la côte Nord-Est des États-Unis affiche un cycle de reproduction annuel partiellement défini, avec des périodes de pointe pour la reproduction et le dépôt de capsules d'œuf en juin-juillet ainsi que vers la fin du mois d'octobre et le mois de janvier. Il semble que l'accouplement ait lieu tout au long de l'année. Le développement au sein des capsules d'œuf dépendrait de la température, les embryons venant à éclore après six à neuf mois. Les jeunes raies hérissons mesurent environ 9,5 à 10 cm de LT lorsqu'elles sortent de leur capsule d'œuf. Pour de plus amples renseignements sur la façon dont le cycle de reproduction est déterminé pour les raies de l'Atlantique Nord-Ouest, veuillez consulter la section Reproduction du site Web.

Interaction avec l'homme

Les débarquements de raies hérissons en tant que prises accessoires ont augmenté en raison de la diminution des stocks de poissons de fond traditionnels, surtout dans les eaux des États-Unis, comme le golfe du Maine. Un grand nombre de raies sont prises de façon accessoire dans des chaluts à panneaux, des casiers et des fascines. Ces raies sont utilisées comme appâts à homard et dans la préparation de farine de poisson. Elles servent également en laboratoire à des fins d'études biochimiques et physiologiques. Au Canada, dans l'est du plateau néo-écossais, l'abondance de la raie hérisson semble avoir augmenté au cours des dernières années, peut-être en raison du déclin de la raie tachetée (espèce vivant de manière sympatrique avec la raie hérisson).

Interaction avec l'homme

En anglais, cette espèce est désignée sous plus de trois noms différents.