Grande raie

Dipturus laevis

Vue dorsale d'une grande raie (Dipturus laevis) mâle.
Vue dorsale d'une grande raie (Dipturus laevis) mâle.
Vue ventrale d'une grande raie (Dipturus laevis) mâle.
Vue ventrale d'une grande raie (Dipturus laevis) mâle.
Museau pointu d'une grande raie (Dipturus laevis) femelle de grande taille. Le museau de cette espèce forme un angle antérieur de moins de 90°.
Museau pointu d'une grande raie (Dipturus laevis) femelle de grande taille. Le museau de cette espèce forme un angle antérieur de moins de 90°.

Description

Cette espèce est une très grande raie au corps déprimé, au disque en forme de diamant et à la longue queue effilée dotée de replis latéraux. Le museau de la grande raie forme un angle antérieur de moins de 90°. Elle se distingue des autres raies par ses deux nageoires dorsales pratiquement de la même grandeur situées près de l'extrémité de la queue et séparée à la base par un petit espace, sa petite nageoire caudale s'étendant vers l'arrière depuis la base de la seconde nageoire dorsale, ainsi que ses nageoires pelviennes relativement petites et fortement concaves entre leurs lobes antérieurs et postérieurs. La grande raie est dotée d'une rangée médiane d'épines plutôt petites s'étendant de l'axe des nageoires pectorales jusqu'à la base de la première nageoire dorsale, qui, elle, est bordée d'une ou deux rangées d'épines acérées de chaque côté. De petites épines sont aussi visibles sur le museau, le long du bord frontal des nageoires pectorales ainsi que devant et derrière les yeux des grandes raies mâles et femelles. Les mâles sont dotés de crochets érectiles près du bord externe de chaque nageoire pectorale. La surface ventrale de la grande raie est lisse, à l'exception d'une zone armée de piquants le long du bord du museau, qui s'étend jusqu'aux narines chez les femelles. Les dents de la grande raie mâle sont pointues (celles de la femelle sont plates), et les ptérygopodes des mâles matures sont gros et mesurent environ les trois quarts de la distance entre l'axe du bassin et la première nageoire dorsale. La grande raie se distingue par sa coloration. La surface supérieure est brunâtre avec de petites taches foncées éparses – y compris un gros point foncé au centre de chaque nageoire pectorale – et la surface inférieure est blanche mais fortement tachetée de gris, et couverte de petits pores muqueux foncés.

Taille

La grande raie est le plus grand membre de la famille des Rajidae présent dans l'Atlantique Nord-Ouest. Elle peut atteindre une longueur totale d'environ 152 cm.

Aire de répartition

La grande raie est présente dans l'est de l'Atlantique Nord, principalement du golfe du Saint-Laurent et du sud du Grand Banc vers le Sud le long du plateau continental au large de la Nouvelle-Écosse jusqu'au banc de Georges, la baie de Fundy et le golfe du Maine. La limite la plus au sud de l'aire de répartition de la grande raie demeure inconnue; toutefois, l'espèce est présente au moins jusqu'au cap Hatteras, en Caroline du Nord. Une récente analyse des données dérivées des relevés canadiens par navire de recherche (NR) et des données sur la pêche commerciale laisse entendre que la répartition globale de cette espèce serait en fait plus étendue qu'on ne le croit, tant sur le plan de la profondeur que de la répartition vers le Nord. Par exemple, on a capturé des grandes raies aussi loin au Nord que le plateau du Labrador et à des profondeurs d'environ 1 600 m, les prises les plus importantes ayant été effectuées à des profondeurs inférieures à la profondeur maximale de 450 m autrefois établie.

Habitat

Il s'agit d'une espèce benthique vivant sur tous les types de substrats sur le plateau continental, des eaux peu profondes aux eaux de plus de 750 m de profondeur. Elle peut supporter de fortes variations de températures, de 1,2 à 20 °C. Les habitudes migratoires de la grande raie sont inconnues. On a déjà observé des migrations saisonnières vers le large en été (les populations vivant dans les zones côtières recherchant généralement des températures plus froides) et des migrations vers la côte en hiver et au printemps; cependant, d'autres observations laissent supposer un déplacement vers les hauts-fonds en été.

Cycle biologique

On a récemment reconnu que la grande raie risquait de disparaître en raison de la surpêche. On pense que la diminution du nombre de grandes raies est attribuable en partie aux caractéristiques « lentes » de son cycle biologique, comme sa grande taille, sa croissance lente, sa maturité tardive et son étonnante longévité. Toutefois, la faible quantité de renseignements élémentaires sur le cycle biologique a empêché d'évaluer avec exactitude l'état de la grande raie dans la majeure partie de son aire de répartition, notamment dans les eaux au large du Canada atlantique. À ce jour, une seule étude portant sur les caractéristiques du cycle biologique de la grande raie a été publiée, et les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Les caractéristiques du cycle biologique de la grande raie a été publiée
Zone Taille max. (cm) Longévité (années) Taille à la maturité (cm) âge à la maturité (années)
Banc de GeorgesNote de bas de page 1 133,5 11 107,9 (mâles)
116,3 (femelles)
5,8 (mâles)
6,5 (femelles)

Régime alimentaire

La grande raie serait un prédateur vorace, se nourrissant de tous les types d'organismes benthiques, y compris des mollusques bivalves, des calmars, des crabes communs, des homards, des crevettes et des vers marins ainsi que de divers poissons, notamment des aiguillats communs, des gaspareaux, des harengs de l'Atlantique, des morues charbonnières, des lançons, des tanches-tautogues, des merluches et des poissons plats.

Reproduction

On dispose de connaissances limitées sur la biologie reproductrice de la grande raie. La présence de femelles dotées de capsules d'œuf entièrement développées près de l'île de Sable en décembre et en janvier laisse entendre que le frai se produit probablement au cours de l'hiver. Les capsules d'œuf de la grande raie sont grosses et jaunâtres, mesurent environ 12,7 cm de longueur et 7 cm de largeur et présentent de très courtes cornes (moins de 2,5 cm de longueur) qui dépassent à chaque coin de la capsule.

Interaction avec l'homme

La grande raie a une faible valeur marchande. Toutefois, étant donné sa grande taille, elle est souvent pêchée en tant que prise accessoire par les dragues à pétoncle et à poisson à nageoires dans l'Atlantique Nord-Ouest. Dans ces cas-là, elle est utilisée dans la préparation de farine de poisson et d'aliments pour animaux de compagnie. Aujourd'hui, les débarquements commerciaux de grandes raies sont interdits dans le golfe du Maine, en partie à cause de son inscription sur la liste des espèces en péril par l'IUCN. La surpêche de la grande raie serait responsable de la diminution marquée de l'abondance et de la quasi-disparition de cette espèce dans certaines parties de son aire de répartition au Nord.