Cycle de vie du saumon de l’Atlantique

Oeufs
Des œufs orange de la grosseur d’un pois sont déposés dans le gravier du lit de la rivière et éclosent au début du printemps suivant.
Alevin vésiculé
Après l’éclosion, le saumon est appelé alevin. À ce stade, l’alevin demeure caché dans le gravier du lit de la rivière et se nourrit de la vésicule vitelline qu’il porte. Il mesure environ 2 cm.
Alevin
En se tortillant, l’alevin émerge du gravier et commence à se nourrir d’organismes microscopiques dans le cours d’eau. Il finit par atteindre une longueur de 5 à 8 cm, puis il devient un tacon.
Tacon
Des marques verticales foncées, appelées marques de parr et séparées entre elles par un point rouge, apparaissent de chaque côté du jeune saumon (tacon). Il reste dans la rivière de 1 à 6 ans, selon la température de l’eau et la disponibilité de la nourriture.
Saumonneau
Au cours du printemps, une irisation argentée remplace les marques de parr et le saumon commence une transformation interne qui le prépare à vivre dans l’eau salée. Il commence à nager dans le sens du courant plutôt qu’à contre-courant. Au cours de son avalaison, les odeurs de la rivière native du saumoneau sont imprégnées dans sa mémoire afin qu’il puisse s’en servir pour retrouver son chemin quand viendra le temps de revenir pour frayer.
Adulte
Après une période d'un à trois ans, le saumon retourne dans la rivière où il est né pour frayer (avril-novembre). La classification du saumon est établie en fonction du nombre d'année qu'il passe en mer : madeleineau ou saumon unibermarin, un hiver en mer; saumon pluribermarin, deux hivers ou plus en mer. Une fois en eau douce, il cesse de s’alimenter et survit grâce aux réserves de graisse qu’il a accumulées.
Frayer dans une frayère

Vers la fin de l’automne, la femelle creuse un nid, appelé frayère, dans le gravier. Elle pond ses œufs, puis un mâle adulte vient les féconder en libérant sa laitance sur la frayère. La femelle peut pondre 1 500 œufs pour chaque kilogramme de son poids total. Les saumons de l’Atlantique qui retournent dans l’océan le printemps suivant pour s’alimenter sont appelés charognards.

Date de modification :