Rorqual boréal (Pacifique)

Balaenoptera borealis

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Coup d'œil

Il fut un temps où cette espèce était une des baleines les plus répandues dans l’océan Pacifique, au large des côtes de la Colombie-Britannique. La population de rorqual boréal a diminué radicalement en raison de la chasse. Dans les années 1960, plus de la moitié de toutes les baleines prises en Colombie-Britannique appartenaient à cette espèce. De nos jours, leur population semble bien mince en Colombie-Britannique, s’il en reste encore, alors que la population totale de rorqual boréal est d’environ 14 000—soit 20 pour cent de sa population des beaux jours. Bien que le rorqual boréal soit maintenant protégé, les scientifiques ne sont pas certains pourquoi la population n’augmente pas.

Au sujet du rorqual boréal

Baleine mince et fuselée, le rorqual boréal s’approche rarement de la côte, préférant se reproduire et se nourrir en plein océan. Les rorquals sont la plupart du temps retrouvés seuls ou en groupe de deux à cinq. On en sait très peu sur leur migration, qui semble plutôt irrégulière. Le rorqual boréal atteint la maturité sexuelle entre six et huit ans. Les baleineaux naissent en général en hiver et ils sont allaités entre quatre et six mois.

Leur nourriture

Le rorqual boréal se nourrit principalement de plancton mais également de petits poissons et de calmars. Peu importe les espèces de nourriture, le rorqual boréal semble préférer les proies qui se rassemblent en groupes denses près de la surface. Comme d’autres baleines à fanons, le rorqual à bosse par exemple, le rorqual boréal n’a pas de dent; à la place, il a une série de fanons – appelés plaques de fanons – suspendus de chaque côté de la mâchoire supérieure. Pendant qu’il se nourrit, des fentes plissées dans la gorge du mammifère lui permettent d’avaler de grandes gorgées d’eau et de nourriture. Quand le rorqual ferme sa mâchoire, l’eau est rejetée à l’extérieur. Les fanons jouent le rôle de filtre, conservant la nourriture à l’intérieur prête à être avalée.

Comment reconnaître le rorqual boréal

La troisième baleine en terme de grosseur, le rorqual boréal peut peser jusqu’à 40 tonnes et mesurer entre 18 et 21 mètres de longueur; la femelle mesure généralement la moitié de la longueur du mâle. Le rorqual a une peau de couleur verte foncé avec des points blancs variables sous le ventre et des endroits de couleur pâles sur le reste du corps. La nageoire dorsale est courbée et la face inférieure des nageoires pectorales et la pointe de la queue sont d’un gris noir tirant sur le bleu. Le rorqual boréal peut facilement être repéré avec son bec en forme de V, qui atteint six à huit pieds quand la baleine est sortie de l’eau.

Son habitat

Le rorqual boréal est une espèce cosmopolite qui vit en groupes dans différents endroits de l’océan. Les rorquals semblent avoir une prédilection pour les habitats profonds éloignés des côtes et ne s’approchent généralement pas des eaux glacées. On ne sait pas grand-chose des lieux qu’habite le rorqual boréal pendant la saison hivernale.

Pourquoi le rorqual boréal est-il en péril?

Espèce décimée par la chasse à la baleine à la fin du 18e siècle et au début du 19e, la population du rorqual boréal n’a manifesté aucun signe de rétablissement depuis qu’elle est protégée par la Commission internationale baleinière. On en sait très peu sur les raisons de cette absence de rétablissement, cependant plusieurs rorquals boréals souffrent du ver plat, qui peut causer des problèmes au rein et au foie.

Ce qui est fait

La population du Pacifique du rorqual boréal est désignée en voie de disparition et est protégé en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Au niveau international, la Commission internationale baleinière (IWC) réglemente la chasse au rorqual boréal.

À long terme, la planification du rétablissement pourrait se traduire par des mesures de gestion comme la modification des lignes directrices pour le développement du pétrole et du gaz et la prospection séismique; la modification des couloirs de navigation; l’imposition de directives strictes pour les touristes désireux de voir les rorquals boréals ou leur habitat essentiel; et la multiplication des recherches sur les risques potentiels.

Un programme de rétablissement des grandes baleines (le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal) a été développé. Un plan d’action sur les grandes baleines (rorqual bleu, rorqual commun, rorqual boréal et baleine noire du Pacifique Nord) est en cours d’élaboration.

Que pouvez-vous faire?

Le rorqual boréal obtiendra la protection dont l’espèce a besoin seulement si tous les Canadiens et Canadiennes travaillent ensemble à l’élimination des menaces. Renseignez-vous sur le rorqual boréal et soyez conscients des menaces crées par l’activité humaine. Faites votre possible pour éliminer ces menaces et mieux protéger l’habitat essentiel du rorqual boréal. Participez en joignant le Programme d’intendance de l’habitat pour les espèces en péril ou un autre organisme de conservation.

Profil du Registre public des espèces en péril