Chevalier de rivière

Moxostoma carinatum

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

Le chevalier de rivière (Moxostoma carinatum) est un meunier de grande taille appartenant à la famille des catostomidés. Il est également désigné sous le nom de suceur ballot, carpe ballot, moxostome ballot et ballot. Le chevalier de rivière présente les caractéristiques suivantes :

  • une grande taille et un corps comprimé latéralement;
  • une longueur de 500 à 700 mm chez les adultes;
  • une bouche subterminale et un arc pharyngien massif muni de dents molariformes;
  • des lèvres profondément plissées sans stries transversales ni papilles (bosses);
  • une nageoire dorsale droite ou légèrement concave et une nageoire caudale fourchue;
  • des nageoires caudale et dorsale de couleur rouge, et des nageoires inférieures oranges à rougeâtres;
  • une face ventrale blanche, une face dorsale brune ou vert olive et des flancs de couleur laiton, cuivre ou vert jaunâtre;
  • des points foncés en forme de croissant sur chaque écaille;
  • des tubercules sur le museau et sur les nageoires anale et caudale chez les mâles en parure nuptiale;
  • habituellement 12 écailles autour du pédoncule caudal et de 42 à 47 le long de la ligne latérale.

Habitat

Le chevalier de rivière est présent dans tout le centre et l'est du réseau du Mississippi et dans le versant du golfe, de la Floride à la Louisiane. Au Canada, on trouve plusieurs populations isolées de chevalier de rivière dans le sud et l'est de l'Ontario et le sud et sud-ouest du Québec. Cette espèce a connu des déclins considérables dans la majeure partie de son aire de répartition depuis les 100 dernières années. En Ontario, des populations fréquentent toujours les rivières Grand, Trent, Thames, Mississippi, Madawaska, et la Baie de Quinte. Aussi, il y a des données récentes semblent indiquer une plus forte présence dans le bassin hydrographique de la rivière des Outaouais que ce que l'on croyait précédemment. Au Québec, elles fréquentent les rivières Colounge, Gatineau, Noire and Richelieu. Cependant, il semble que ce poisson ait disparu des bassins hydrographiques des rivières Ausable, Châteauguay et Yamaska.

Au Canada, le chevalier de rivière habite les cours d’eau de taille moyenne à grande. À la fin du printemps, les poissons migrent des habitats calmes où le courant est faible et la végétation abondante vers des habitats peu profonds faits de rapides ou de bancs où le courant est de modéré à rapide et le substrat, grossier (gravier, galets). Le frai a lieu à des températures variant entre 17 et 20° C, et un comportement rituel est observé. Les œufs fertilisés éclosent dans les cinq à six jours, selon la température. Les larves sont dispersées par dérive jusqu’à des habitats d’alevinage appropriés. La maturité est atteinte plus tard que chez les populations du sud, entre l’âge de cinq et dix ans. Au Canada, l’âge maximal est de 28 ans.

Menaces

En raison de la gamme limitée d’habitats de prédilection, des conditions de frai et de son intolérance aux niveaux élevés de turbidité, d’envasement et de pollution, le chevalier de rivière est exposé à un certain nombre de menaces. Les habitats, en se fragmentant, peuvent se modifier, ce qui restreint les déplacements des poissons et limite le flux génétique entre les populations. En outre, les changements du régime d’écoulement et l’envasement des habitats de frai peuvent réduire le recrutement. La mauvaise qualité de l’eau, qui se caractérise notamment par une présence accrue de sédiments et/ou de nutriments, a également un effet néfaste sur l’espèce. D'autres menaces présumées comprennent les effets du changement climatique, les espèces envahissantes, les maladies et les prises accidentelles.

Renseignements supplémentaires

Pour un complément d’information, consultez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Chevalier de rivière

Chevalier de rivière

Moxostoma carinatum
Illustration © J. R. Tomelleri

Nom scientifique : Moxostoma carinatum
Statut selon la LEP : Préoccupante
Statut selon COSEPAC : Préoccupante
Région : Ontario, Québec

Carte montrant la répartition du chevalier de rivière du secteur Supérieur au Canada telle que décrite dans les paragraphes suivants

Répartition du chevalier de rivière au Canada.

Le saviez-vous?

Le régime alimentaire du chevalier de rivière se compose d’écrevisses, de larves d’insectes et d’autres invertébrés benthiques. L’espèce consomme également beaucoup de mollusques. Ses grandes dents lui permettent de briser les coquilles de ces organismes.

Renseignements connexes