Otarie à fourrure du Nord

Callorhinus ursinus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

L'otarie à fourrure du Nord est le pinnipède (mammifère à nageoires) le plus abondant et le plus largement répandu dans le Pacifique Nord. Cette espèce de mammifère marin affiche un dimorphisme sexuel (grandes différences physiques entre les mâles et les femelles) très prononcé. Les mâles adultes sont 3, 4 fois plus gros que les femelles avant l'accouplement et 5,4 fois plus lourds (pouvant peser jusqu'à 300 kg de plus) pendant la saison de reproduction. En général, les femelles pèsent de 35 à 45 kg. Les otaries à fourrure du Nord font partie de la famille des otariidés (phoque à petites oreilles) et se reconnaissent à leurs oreilles externes caractéristiques (pinnae, ou pavillons - parties externes visibles de l'oreille), leurs longues nageoires antérieures musclées et leur capacité à tourner leurs nageoires postérieures vers l'avant pour se déplacer sur leurs quatre nageoires. Les deux sexes ont un pelage épais (fourrure) composé d'un sous-poil ou bourre dense, de couleur crème, et de jarres raides et plus longs. Les petits naissent avec un pelage noir, qui change après leur première mue. Les femelles sont grises ou brunâtres avec le ventre plus clair; les mâles varient de noir à brun-roux et se distinguent par la crinière de jarres raides plus longs qui apparaît lorsqu'ils atteignent la maturité sexuelle.

Habitat

Six colonies, ou rookeries, sont établies dans le Pacifique Nord. Les otaries à fourrure du Nord s'y rendent pour se reproduire, mettre bas et élever leurs petits. À l'heure actuelle, il n'existe pas de rookerie établie au Canada pour l'espèce. La saison de reproduction dure de quatre à cinq mois. Elle est suivie d'une phase de quête de nourriture pélagique qui s'étend sur sept à huit mois, pendant lesquels les animaux passent leur temps à se nourrir, essentiellement dans des eaux de mer ouverte. Les eaux de la Colombie-Britannique constituent une importante zone pour la quête de nourriture, en particulier pour les femelles gestantes pendant leur voyage de retour dans les rookeries de l'Alaska. Les plus grands nombres se rencontrent dans les eaux au large de la Colombie-Britannique de janvier à juin, de 20 à 150 km des côtes.


Menaces

La population d'otaries à fourrure du Nord est abondante et largement répandue, mais on a noté un déclin dans la plus grande zone de reproduction, située sur les îles Pribilof, en Alaska. Les facteurs à l'origine de ce déclin sur les îles Pribilof n'ont pas été déterminés. Les otaries à fourrure du Nord pourraient finir par être limitées par la disponibilité de proies convenables, surtout des bancs de petits poissons fourrage et des calmars pélagiques. Les changements de la disponibilité des proies peuvent résulter de causes naturelles ou anthropiques comme le climat océanique, la pêche commerciale ou les cycles naturels des populations. La compétition avec les autres prédateurs comme les lions de mer peut elle aussi se refléter dans la disponibilité des proies pour la population d'otarie à fourrure du Nord.

Autres menaces potentielles : changements de la disponibilité des proies, enchevêtrement dans des débris marins, changements climatiques, déversements d'hydrocarbures et contaminants.

Renseignements supplémentaires

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada a réévalué à Menacée la situation des otaries à fourrure du Nord en novembre 2010.

Les otaries à fourrure du Nord sont actuellement protégées en vertu de la Réglementation des mammifères marins de la Loi sur les pêches, qui protège l'espèce contre toute chasse ou perturbation, à l'exception de l'utilisation aux fins de subsistance.

Les consultations officielles sur le processus d'inscription de l'otarie à fourrure du Nord en vertu de la Loi sur les espèces en péril se dérouleront en novembre 2012. Pêches et Océans Canada invite toutes les Premières Nations et les parties intéressées, ainsi que les membres du public, à lui faire part de leurs avis et commentaires sur l'inscription possible de l'espèce. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web des consultations régionales en vertu de la LEP ou le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Otarie à fourrure du Nord

Otarie à fourrure du Nord

Crédit photographique : A.W. Trites

Nom scientifique Callorhinus ursinus
Statut selon la LEP : Aucun statut
Statut selon le COSEPAC : Menacée (2010)
Régions : Colombie-Britannique, océan Pacifique

Renseignements connexes