Baleine à bec commune (population du plateau néo-écossais)

Hyperoodon ampullatus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

La baleine à bec commune est une baleine de taille moyenne. Les adultes mesurent habituellement entre sept et neuf mètres de longueur. Les caractéristiques distinctives de l'espèce comprennent les suivantes :

  • Un grand front bulbeux et un bec proéminent;
  • Gris ou brun;
  • Une petite nageoire dorsale située environ aux deux tiers du dos.

Les mâles adultes se distinguent des femelles et des mâles juvéniles par les caractéristiques suivantes :

  • Les mâles adultes ont un front plus grand et plus plat qui a tendance à devenir de plus en plus blanc au fil du temps;
  • Les mâles adultes peuvent avoir une seule paire de dents à éruption complétée sur la mâchoire inférieure.

Habitat

La population de baleines à bec communes du plateau néo-écossais vit dans les eaux profondes (plus de 500 mètres) le long du talus au large de la Nouvelle-Écosse et du sud-est de Terre-Neuve. À ce jour, la majorité des observations ont été faites dans trois canyons sous-marins adjacents dans l'est du plateau néo-écossais : le Gully et les canyons Shortland et Haldimand. En 2010, ces canyons ont été définis comme étant un habitat essentiel pour la population en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).

La population de baleines à bec communes du plateau néo-écossais est génétiquement distincte de la population du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador, qui se trouve plus au nord; en 2011, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a désigné cette dernière population comme préoccupante.

  • Les baleineaux sont plus petits et leur front est plus foncé (mention de source : Laboratoire Whitehead)

    Les baleineaux sont plus petits et leur front est plus foncé (mention de source : Laboratoire Whitehead)

  • Les femelles et les jeunes mâles ont un front arrondi (mention de source : H. Moors-Murphy)

    Les femelles et les jeunes mâles ont un front arrondi (mention de source : H. Moors-Murphy)

  • Le front des mâles devient plus plat et plus blanc au fil du temps (mention de source : H. Moors-Murphy)

    Le front des mâles devient plus plat et plus blanc au fil du temps (mention de source : H. Moors-Murphy)

Menaces

La population de baleines à bec communes du plateau néo-écossais est petite; on estime qu'elle comprend 143 individus. Les menaces pesant actuellement sur la population comprennent (sans ordre d'importance) les enchevêtrements, les activités pétrolières et gazières, les perturbations acoustiques, les contaminants, les changements dans la disponibilité de la nourriture et les collisions avec les navires. Le bruit anthropique (d'origine humaine) est une menace particulièrement préoccupante étant donné que la baleine à bec commune se fie sur les sons pour accomplir ses fonctions biologiques, y compris la quête de nourriture, la socialisation et les déplacements. Le comportement de plongée en eau profonde de cette baleine la rend particulièrement vulnérable aux répercussions physiologiques causées par les perturbations acoustiques.

Renseignements supplémentaires

Un programme de rétablissement pour la population du plateau néo-écossais a été publié dans le Registre public des espèces en péril en mai 2010 et un rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement est maintenant disponible. La version finale du plan d'action, qui comprend les mesures de rétablissement détaillées pour traiter les menaces et les lacunes dans les connaissances est présentement affiché sur le Registre public des espèces en péril.

En 2004, le Gully a été désigné comme zone de protection marine en vertu de la Loi sur les océans. La population de baleines à bec communes du plateau néo-écossais a probablement bénéficié du niveau élevé de protection accordé à cette zone d'habitat essentiel.

Depuis plusieurs années, Pêches et Océans Canada (MPO) et ses partenaires, y compris des scientifiques du milieu universitaire, le secteur privé et d'autres ministères, mènent des recherches sur cette population et la surveillent. Ces travaux ont mené à une meilleure compréhension des vocalisations, du comportement, de l'utilisation de l'habitat et de la dynamique des populations de la baleine à bec commune. Par exemple, de 2012 à 2014, des données acoustiques ont été recueillies à trois sites situés dans les trois canyons et entre ceux-ci. Ces données permettront d'établir des renseignements de base sur la présence et les vocalisations de la baleine à bec commune. Ces données aideront aussi à déterminer les niveaux de bruit ambiant dans les zones d'habitat essentiel. De plus, l'identification photographique a permis aux scientifiques de suivre les individus et de déterminer avec exactitude la taille et les tendances de la population.

Pour en apprendre davantage sur l'écosystème du Gully et la baleine à bec commune : La zone de protection marine du Gully : diversité de la vie et refuge pour les baleines.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les mammifères marins et les espèces en péril, consultez les sites suivants Registre public des espèces en péril.

Pour signaler les observations de baleines à bec communes, veuillez communiquer avec le MPO :

Dans les Maritimes :

Téléphone (numéro sans frais) : 1-844-800-8568
Courriel : XMARWhaleSightings@dfo-mpo.gc.ca
Twitter : @MPO_MAR

À Terre-Neuve-et-Labrador :

Téléphone : 1-709-772-2295
Courriel : whalesighting@dfo-mpo.gc.ca ou telljack@dfo-mpo.gc.ca
Twitter : @MPO_TNL ou @drjwlawson

Pour signaler un incident avec une baleine à bec commune (p. ex. animal mort, enchevêtré ou blessé), appelez l'une des lignes téléphoniques d'urgence sans frais suivantes dès que possible :

Dans les Maritimes :

1-866-567-6277 (Marine Animal Response Society)

À Terre-Neuve-et-Labrador :

1-888-895-3003 (Tangly Whales)

Une chercheuse de Pêches et Océans Canada, Mme Hilary Moors-Murphy, étudie et surveille les baleines dans l'est du Canada. Elle utilise de rares photos et séquences vidéo pour vous montrer comment identifier les baleines à bec communes à la surface de l'eau et signaler vos observations.

Transcription

Narratrice : « Pêches et Océans Canada présente : Savoir identifier la baleine à bec commune et en signaler l'observation. Une chercheuse de Pêches et Océans Canada, Mme Hilary Moors-Murphy, étudie et surveille les baleines dans l'est du Canada. Elle présente les renseignements suivants sur la baleine à bec commune et la manière de l'identifier en mer. Elle espère que vous participerez à la surveillance de ces baleines et que vous signalerez vos observations.

Les baleines à bec communes de la côte est de la Nouvelle-Écosse et de la côte sud de Terre-Neuve-et-Labrador sont en voie de disparition. Bien qu'elle ressemble au grand dauphin, la baleine à bec commune fait en réalité partie des grands cétacés à dents, qui appartiennent à la famille des Ziphiidés, aussi appelés baleines à bec. Les adultes mesurent de 8 à 10 mètres, soit jusqu'à 30 pieds. Elles ont un bec proéminent en forme de bouteille. Leur couleur va du gris pâle au gris foncé, et parfois au brun. Elles ont également une nageoire dorsale arrondie au bas de leur dos, aux deux tiers environ. Elles font un petit souffle diffus. Les bébés, que l'on appelle baleineaux, sont en général plus foncés. Les femelles et les jeunes mâles ont un front arrondi. Les mâles plus âgés ont un front blanc et plat et qui s'éclaircit avec le temps. Lorsque la baleine à bec commune fait surface, on aperçoit d'abord son front et son souffle, puis leur nageoire dorsale. Quand elle plonge, il est rare qu'elle lève sa nageoire caudale. Comme les autres baleines à bec, la baleine à bec commune n'a pas d'entaille au milieu de sa nageoire caudale. La baleine à bec commune a tendance à se trouver dans les zones d'eaux profondes. Les habitats de canyons sous-marins au large de la côte est de la Nouvelle-Écosse sont particulièrement importants pour l'espèce. Ces baleines sont fréquemment observées dans le Gully et les canyons Shortland et Haldimand de l'est du plateau néo-écossais. Mais elles fréquentent aussi d'autres zones au large de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador.

Aidez le MPO à surveiller les baleines à bec communes et n'oubliez pas de signaler vos observations. Il vous faudra donner des détails comme le nombre et le type de baleine observée, la date et l'heure de l'observation, ainsi que les coordonnées de l'endroit où vous vous trouviez. Si possible, envoyez-nous vos photos et vos vidéos. Pour signaler une observation de baleine à bec commune, veuillez composer le 1-844-800-8568 ou envoyer un courriel à : XMARwhalesightings@dfo-mpo.gc.ca. Si vous voyez une baleine à bec prise dans un filet, blessée ou morte, veuillez communiquer dès que possible avec la Marine Animal Response Society au 1-866-567-6277, ou par la bande radio VHF 16, ou par courriel à marineanimalresponse@gmail.com. »

Baleine à bec commune (population du plateau néo-écossais)

baleine à bec commune

Mention de source : Dorothea Kappler

Nom scientifique : Hyperoodon ampullatus
Statut selon la LEP : Espèce en voie de disparition
Statut selon le COSEPAC : Espèce en voie de disparition
Regions: Océan Atlantique

Appel d'une baleine à bec commune - La ZPM du Gully (dans l'est du plateau néo-écossais)

Les baleines à bec communes produisent des impulsions d'écholocalisation pour naviguer et se nourrir. Ces sons courts sont des clics à haute fréquence qui durent moins d'une seconde. Ils sont produits à une fréquence entre 20 et 60 kHz. Les odontocètes comme les baleines à bec communes produisent des clics et écoutent les échos qui reviennent pour trouver des objets dans l'eau. Dans le cas des baleines à bec communes, ils sont à la recherche de calmars du genre Gonatus, leurs proies préférées. Ces clics ont été enregistrés dans la zone de protection marine du Gully. Ce grand canyon sous-marin est situé au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, où les baleines à bec communes vivent toute l'année. Le Gully a été désigné habitat essentiel pour les baleines à bec communes en voie de disparition.

voir description ci-dessous

Aire de répartition de la baleine à bec commune dans les eaux canadiennes. Source : Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Cette carte présente l'aire de répartition de deux unités désignables de la baleine à bec commune dans les eaux canadiennes de l'Atlantique. L'aire de répartition de la population du plateau néo-écossais comprend les eaux profondes le long du rebord de la plate-forme continentale et le talus jusqu'à la limite de la zone économique exclusive et au-delà, et elle s'étend de la frontière canado-américaine jusqu'aux Grands Bancs au large de Terre-Neuve-et-Labrador. L'aire de répartition de la population de la baie de Baffin, du détroit de Davis et de la mer du Labrador comprend les eaux profondes au large du nord de Terre-Neuve-et-Labrador et dans le détroit de Davis.

voir description ci-dessous

Cette carte présente l'habitat essentiel désigné de la baleine à bec commune du plateau néo-écossais. L'habitat essentiel comprend trois zones de canyons sous-marins adjacents : 1) la zone 1 de la zone de protection marine du Gully; 2) le canyon Shortland; et 3) le canyon Haldimand. Chaque zone de l'habitat essentiel est délimitée par un ensemble précis de coordonnées. Les canyons sont situés au large de la Nouvelle-Écosse, le long du rebord de la plate-forme continentale.

Le saviez-vous?

La baleine à bec commune compte parmi les espèces de mammifères qui plongent le plus profondément au monde, avec des plongées dépassant souvent 1 000 mètres. La plus profonde plongée enregistrée pour l'espèce était de plus de 2 300 mètres.

Renseignements connexes