Marsouin commun (population de l'Atlantique Nord-Ouest)

Phocoena phocoena

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Coup d'œil

L’un des plus petits membres de la famille des baleines, le marsouin commun se retrouve principalement dans les plateaux continentaux du Canada, divisés en deux populations : celle du Pacifique et celle de l'Atlantique du Nord-Ouest. Cependant, comme son nom anglais le suggère (Harbour Porpoise), cette créature timide se retrouve parfois dans les baies et les ports, en particulier pendant la saison estivale. Les menaces auxquelles fait face la population de marsouin commun d’Atlantique du Nord-Ouest comprennent l’enchevêtrement accidentel dans les filets tendus pour la pêche commerciale.

Au sujet du marsouin commun

Les marsouins communs ont une longueur moyenne exacte de 1,6 m et pèsent environ 50 kg. Bien adapté aux eaux froides, on les retrouve rarement dans des eaux plus chaudes que 16 ºC. Ils peuvent vivre en grands groupes, mais ils restent plus fréquemment en petites bandes de moins de dix animaux et ils sont encore plus souvent solitaires. Les femelles sont généralement plus grosses que les mâles et les deux genres ont des vies relativement courtes : seulement quelques marsouins communs vivent jusqu’à l’âge de 20 ans.

La femelle du marsouin commun atteint la maturité sexuelle à l’âge de trois ans. à la suite de l’accouplement au début de l’été et d’une période de gestation de dix à onze mois, les femelles donnent naissance à des baleineaux qu’elles allaiteront pendant au moins huit mois. Alors que les femelles du marsouin commun sont enclines à être enceintes chaque année, durant la majorité de leur vie d’adulte elles seront enceintes d’une nouvelle progéniture tout en allaitant le baleineau de l’année précédente. Les marsouins communs se nourrissent de petits poissons notamment la morue, le hareng, la merluche, le capelan et le lançon.

Comment reconnaître le marsouin commun de l'Atlantique du Nord-Ouest

Le marsouin commun a une tête sensiblement arrondie à laquelle il manque un bec évident ou un museau. Un petit aileron triangulaire dorsal est situé approximativement au milieu de son dos. Ses flancs d’un blanc gris moucheté deviennent presque entièrement blancs sur le ventre. On dirait qu’il porte une cape noire sur le dos et les flancs, mais le style de la cape varie légèrement d’un individu à l’autre. Les marsouins communs de l’Atlantique du Nord-Ouest peuvent également arborer des taches foncées sur la figure. Les mâles et les femelles se ressemblent au chapitre de la couleur, mais les jeunes marsouins sont nettement plus foncés.

L’habitat du marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest

Les marsouins communs de l’Atlantique du Nord-Ouest sont éparpillés sur les plateaux continentaux de l’hémisphère Nord (les zones côtières les moins profondes de l’océan, généralement à moins de 250 km du rivage). Mais comme leur nom anglais l’indique, on les aperçoit souvent près du rivage, recherchant les ports et les baies, surtout durant les mois estivaux. Au Canada, l’aire du marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest s’étend du nord de la Baie de Fundy jusqu’au Nord Labrador, en trois populations distinctes autour de Terre-Neuve-et-Labrador, du golfe du Saint-Laurent et de la Baie de Fundy et du golfe du Maine. Ces groupes descendent régulièrement vers les eaux américaines pour revenir ensuite au Canada.

Pourquoi le marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest est-il en péril?

La menace la plus évidente pour le marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest est de s’enchevêtrer dans les filets droits calés sur le fond qui servent à capturer les poissons de fond comme la morue. Les autres menaces qui guettent cette espèce incluent la dégradation de l’habitat, et même la disparition de l’habitat dû à l'utilisation des dispositifs de sondage acoustique par les pisciculteurs commerciaux (p. ex. : les producteurs de saumons) pour empêcher les prédateurs naturels de se nourrir à même leurs productions. Les marsouins communs de l’Atlantique du Nord-Ouest sont également menacés par les pesticides et autres produits chimiques comme le diphényle polychloré (BPC) qui contaminent l’environnement.

Ce qui est fait

Le marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest est actuellement à l'étude pour être ajouté aux espèces en péril fédérales (LEP) à titre d’espèce préoccupante. Le marsouin commun est protégé en vertu de la Loi fédérale sur les pêches, qui interdit la destruction des habitats, et des règlements sur les mammifères marins, faisant partie de cette même mesure législative. Le marsouin commun est également sur la liste rouge des animaux menacés de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), et il est inscrit sur la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), qui réduit l'exploitation commerciale des espèces en péril.

Les marsouins communs emprisonnés dans la Baie de Fundy par les fascines ou par les nasses à harengs, ont été régulièrement détachés et libérés. En outre, les protagonistes de la pêche aux poissons de fond à l’aide de filets maillants ont fait plusieurs efforts pour réduire au minimum les conséquences de leurs activités sur les marsouins communs. D'autres mesures pour réduire les prises accidentelles sont étudiées et pourraient inclure l'utilisation de mesures de dissuasion acoustiques ou d’équipements modifiés, tels que des filets de pêche enduits de sulfate de baryum qui donneraient aux marsouins communs et à d'autres mammifères marins, un signal précoce de détection des filets dangereux le long de leurs itinéraires de natation.

De plus, le « Trans North Atlantic Scans Survey », prévu pour 2007, permettra (entre autres choses) au MPO d’évaluer le nombre de marsouins communs dans les eaux canadiennes. En outre, la répartition de la population de marsouins de Terre-Neuve est surveillée par l’équipement acoustique subaquatique.

Que pouvez-vous faire?

Les marsouins communs de l’Atlantique du Nord-Ouest bénéficieront de la protection nécessaire seulement si les Canadiens travaillent ensemble pour réduire les menaces qui le guettent. Renseignez-vous au sujet du marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest et faites de votre mieux, là où c’est possible, pour réduire ces menaces et protéger l’habitat indispensable du marsouin commun de l’Atlantique du Nord-Ouest. Engagez-vous auprès du Programme d'intendance de l'habitat pour les espèces en péril (PHI) ou un autre organisme de conservation.

Pour un complément d’information, consultez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Renseignements généraux fournis par Environnement Canada, mars 2006.

Marsouin commun (population de l'Atlantique Nord-Ouest)

Marsouin commun

Crédit photo : Ari S. Friedlaender

Nom scientifique : Phocoena phocoena
Taxonomie : Mammifères marins
Statut LEP :  Menacée
Statut COSEPAC :  Préoccupante
Région : Océan Atlantique

Marsouin commun

Illustration par Jeffrey C. Domm

Le saviez-vous?

Surveillez la baie
Alors que plusieurs autres espèces de dauphins et de marsouins vont approcher les bateaux et se laisser porter par la vague d’étrave avec espièglerie, le timide et insaisissable marsouin commun n’y est pas très disposé. Encore que sa tendance à rechercher les ports et les baies le dispose à de fréquentes observations. Par les très calmes journées d’été, ces animaux peuvent être repérés dans les baies grâce au léger son bouffant qu’ils font lorsqu’ils émergent à la surface de l’eau pour respirer.

Renseignements connexes