Phoques gris

Phoques gris. Photo : D. Bowen

Photo : D. Bowen

Taille : Les phoques gris mâles peuvent atteindre 2,3 m de long et peser jusqu'à 350 kg. Les femelles sont plus petites, mesurant jusqu'à 2 m de long et pesant jusqu'à 227 kg.

Habitudes alimentaires et incidence sur l'écosystème : Les phoques gris se nourrissent d'une grande variété de poissons, comme la morue, la merluche blanche, les poissons plats, le hareng, la raie, la pieuvre et le homard.

En collaboration avec l'industrie de la pêche et des experts scientifiques indépendants, le MPO a mené des recherches scientifiques approfondies pour améliorer notre compréhension des relations complexes qui existent entre le phoque gris et d'autres éléments de l'écosystème côtier de l'Atlantique, dont fait partie la morue franche.

Alors qu'il reste beaucoup de recherches à faire, le non-rétablissement de la morue dans le sud du golfe du Saint-Laurent semble être dû à un taux de mortalité élevé chez les morues de plus grande taille. La prédation par les phoques gris peut représenter jusqu'à 50 % de cette mortalité naturelle, ce qui fait de cette espèce un important facteur limitant au rétablissement de ce stock de morue. Le Ministère continue d'étudier l'interaction entre le phoque gris et la morue au Québec et au Canada atlantique, et l'information qui en découlera servira à éclairer la gestion de la chasse au phoque et celle de la pêche à la morue.

Lien Les phoques gris et la morue

Reproduction et cycle de vie : Les blanchons gris naissent à partir de la fin de décembre jusqu'au début de février dans l'Atlantique Ouest. Durant leur période d'allaitement de deux semaines, ils doublent leur poids qui atteint environ 50 kg au sevrage. Au cours de leur premier mois, leur pelage blanc mue en une fourrure dense imperméable, et ils partiront bientôt pour la mer afin d'apprendre à se nourrir seuls.

Espérance de vie : 30 à 40 ans

Répartition : On trouve le phoque gris sur les deux rives de l'océan Atlantique Nord. Au Canada, on le trouve dans le golfe du Saint-Laurent, sur les côtes du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve.

Tendances démographiques : La population de phoques gris a augmenté de façon constante au cours des 30 dernières années. En 2014, la taille de la population totale de phoques gris (y compris les petits) était estimée à 505 000 individus. Les phoques gris de l'Atlantique Nord-Ouest forment une seule population. Toutefois, aux fins de gestion, elle est généralement divisée en trois troupeaux, selon l'emplacement de leurs aires de reproduction. Ces trois troupeaux se trouvent dans l'île de Sable, au large des côtes de la Nouvelle-Écosse et dans le golfe du Saint-Laurent. Le troupeau de l'île de Sable a rapidement augmenté, passant de 1 300 individus en 1960 à un total estimé de 394 000 individus en 2014. Dans le Golfe, la population s'est accrue plus lentement en raison d'un taux plus élevé de mortalité chez les jeunes de l'année, causé par de mauvaises conditions de glace nuisant à la reproduction et par un plus grand nombre de captures. La population du Golfe a augmenté, passant de 5 000 individus en 1960 à un total estimé de 98 000 individus en 2014. Le troupeau au large de la Nouvelle-Écosse comprend moins d'individus. Dans cette zone, le nombre total de phoques a augmenté, passant d'environ 1 000 individus en 1960 à un total estimé de 14 000 individus en 2014.

Situation en matière de conservation au Canada : Le COSEPAC a désigné les phoques gris comme espèce « non en péril », en avril 1999.