Crabe vert

Carcinus maenas

Pensez-vous avoir découvert une espèce aquatique envahissante ?

  1. Ne rejetez pas ces espèces dans l’eau.
  2. Notez l’endroit précis (coordonnées GPS) et la date d’observation.
  3. Prenez des photos.
  4. Familiarisez-vous avec leurs caractéristiques.
  5. Signalez la présence d’une espèce envahissante selon l’endroit où vous vous situez.
  6. Ce que vous pouvez faire pour minimiser les risques de propagation.

Le Crabe vert est l'une des dix espèces les plus indésirables au monde. Ce petit crabe côtier, très résilient, rivalise avec les espèces indigènes pour les proies et a le potentiel d’affecter l’équilibre de l’écosystème marin.

Crabe vert

Crabe vert

Caractéristiques d’identification

  • Taille adulte : jusqu'à 10 cm;
  • Carapace dentelée, en forme de trapèze, avec trois pics entre les yeux et cinq de chaque côté;
  • Couleur variable : vert, rouge ou jaune;
  • Deux pinces de taille différente;
  • Bout des pattes arrières pointu, légèrement aplati et garni de soies;
  • Agressif et vigoureux, peut survivre hors de l'eau plusieurs jours.

On a récemment découvert qu’il y avait en fait deux types de crabes verts différents dans l’est du Canada. En étudiant leur constitution génétique, les scientifiques ont appris que les premières populations de crabes verts qui avaient envahi la baie de Fundy et la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse (au sud d’Halifax) sont différentes de celles qui ont fait leur apparition dans les années 1980 et 1990 au nord d’Halifax et dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Les crabes vivant dans les eaux plus au nord survivent mieux dans les eaux plus froides parce qu’ils proviennent vraisemblablement d’Europe du Nord (mer du Nord et Scandinavie). Les scientifiques cherchent à savoir quel est le prochain endroit que ces crabes plus robustes pourraient envahir.

Espèces similaires (indigènes)

Crabe Commun (Cancer irroratus)

Le crabe commun est plus gros (jusqu'à 15 cm), sa carapace de couleur pêche est large et ovale, munie de neuf encoches lisses de chaque côté des yeux

Crabe Nordique (Cancer borealis)

Le Crabe Nordique peut être différentié du Crabe vert par sa carapace de forme ovale, ayant neuf encoches arrondies de chaque côté des yeux.

Crabe Demoiselle (Ovalipes ocellatus)

Le crabe demoiselle est aussi plus gros. Il a cinq encoches, comme le Crabe vert, mais le bout des pattes arrières ovale.

À quel(s) endroit(s) cette espèce a-t-elle été retrouvée

Le Crabe vert a été observé pour la première fois dans les eaux canadiennes en 1951, au sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Depuis, il s’est déplacé vers d’autres endroits au Canada atlantique. Le Crabe vert est apparu dans les eaux de la Nouvelle-Écosse en 1953-1954 et a atteint le sud d’Halifax en 1966. En 1982-1983, il était présent le long de la côte est de la Nouvelle-Écosse. Il a été observé au cap Breton et dans les lacs du Bras d’Or en 1991-1995 et est arrivé dans le golfe du Saint-Laurent en 1994, aux îles de la Madeleine en 2004 et à Terre-Neuve-et-Labrador en 2007. Cette espèce est commune dans le sud du Golfe du Saint-Laurent le long des côtes du Nouveau-Brunswick, de l’Île du Prince Édouard et de la Nouvelle-Écosse. Les limites de la distribution de cette espèce incluent le nord-est du Nouveau-Brunswick et certains secteurs du sud de Terre-Neuve.

L’espèce s’est introduite en Colombie-Britannique probablement par transport larvaire en 1998 et 1999. En Colombie-Britanique en 2006, des Crabes Verts ont été découvert sur la côte ouest de l’île de Vancouver, de même que dans le bassin de Barkley, la baie Clayoquot, la baie Nootka et l’inlet Esperanza. Cette espèce n’a pas été observée dans le détroit de Géorgie.

Habitat

Habite les zones peu profondes, généralement à travers la végétation, sur fonds de vase, de sable ou de gravier. Préfère les endroits protégés. Commun dans les marais salés, sur les plages de sable et sur les côtes rocheuses. Peut tolérer des variations de salinité importantes.

Le Crabe vert vit entre quatre et sept ans et peut tolérer différentes températures et salinités (contenu de sel). La femelle peut pondre jusqu’à 185 000 œufs une ou deux fois par année. Le premier stade de développement (larvaire) du Crabe vert est long et dure 50 à 80 jours pendant lesquels il dérive dans le courant océanique avant de s’établir sur le fond.

Le Crabe vert adulte est très robuste et peut survivre en dehors de l’eau pendant cinq jours ou plus en se cachant dans les engins et l’équipement de pêche ou au fond de caisses, de seaux ou de bateaux. Le Crabe vert est une espèce agressive. C’est un prédateur dominant qui consomme de nombreuses espèces de mollusques et de crustacés comme les palourdes, les moules, les huîtres, les crabes plus petits que lui ainsi que d’autres crustacés, et même de petits poissons. Ses prédateurs sont les autres crabes, certaines espèces de poissons, les oiseaux, les visons, les loutres et les phoques, etc.

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Répartition du Crabe Vert dans la région du Golfe

Répartition du Crabe Vert dans la région du Golfe
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Impacts écologiques et économiques

Le Crabe vert peut présenter de graves menaces pour les écosystèmes estuariens et marins canadiens.

Menaces écologiques

Le Crabe vert se nourrit principalement de mollusques et d'autres crustacés, mais on a constaté qu'il mange aussi des poissons petits et juvéniles dans les herbiers de zostère. C'est un crabe qui est naturellement agressif et territorial. On s'inquiète aussi du fait que le Crabe vert risque d'endommager l'habitat que constituent les herbiers de zostère. En effet, lorsqu'il fouille les sédiments à la recherche de proies ou qu'il creuse des terriers, le Crabe vert coupe les racines des zostères, détruisant cet habitat écologique.

Si on lui laisse le champ libre, cette nouvelle espèce aquatique envahissante aura des répercussions importantes sur la biodiversité et l'habitat de l'écosystème canadien.

Menaces socioéconomiques

Le Crabe vert fait concurrence aux crabes indigènes et aux homards pour s’alimenter et s’abriter. Il réduit la diversité parmi les invertébrés et les poissons, peut détruire les bancs de mollusques et crustacés (palourdes américaines, huîtres, palourdes et pétoncles), menacer la conchyliculture et avoir des répercussions sur la pêche à l’anguille, car il meurtrit les anguilles qui entrent dans les trappes. Le Crabe vert endommage les herbiers de zostère, qui constituent des habitats essentiels pour de nombreuses espèces, en y cherchant de la nourriture, en creusant, en déracinant les pousses et en les coupant.

Origine et mode d’arrivée au pays

Originaire d’Europe et du nord de l’Afrique

On croit que le Crabe vert est arrivé en Amérique du Nord vers 1817, probablement via des adultes transportés dans la marchandise de bateaux de bois. On croit aujourd’hui que cette espèce se disperse principalement pendant son stade larvaire par le biais des eaux de ballast ou en dérivant avec les courants océaniques.

Côte Est

Cette espèce s’est retrouvée dans les eaux de l’Amérique du Nord au début du 19e siècle. Elle a été observée pour la première fois dans l’Est canadien dans la baie de Fundy, au cours des années 1950.

Côte Ouest

Cette espèce fut apporter dans la baie de San Francisco en 1989 via de la marchandise. Elle est arrivée en Colombie-Britannique probablement par la dispersion de larves, entre 1998 et 1999.

Méthodes de dispersion

Dispersion

Le Crabe vert a un long stade larvaire (jusqu’à 90 jours), les larves peuvent dérivées avec les courants et s’établir dans de nouveaux habitats.

Activités humaines

Eau de ballasts : Ce crabe connaît un long stade larvaire et il peut donc survivre longtemps dans les réservoirs d'eau de ballast.

Déplacement d’équipement de pêche et remise à l’eau : Ce crabe, à l’état adulte, peut également survivre longtemps dans les réservoirs d'eau de ballast. Les crabes verts adultes peuvent également survivre longtemps en eau douce ou hors de l'eau. Le déplacement d'un engin de pêche d'une zone à une autre et la remise à l'eau intentionnelle de ce crabe parmi des prises accessoires hors de sa zone de capture sont d'autres voies possibles d'introduction de l'espèce dans nos eaux. Pour enrayer la propagation du Crabe vert, il est donc important de vérifier et de nettoyer les engins et les bateaux de pêche.

Actions du gouvernement

Recherche scientifique

Pêches et Océans Canada étudie les populations de Crabe vert afin d’améliorer la compréhension concernant son adaptation aux conditions canadiennes.

Contrôle de l’abondance

En 2008 et 2009, Pêches et Océans Canada, de concert avec les pêcheurs, l'Union des pêcheurs de Terre-Neuve, la Memorial University of Newfoundland et le ministère des Pêches et de l'Aquaculture de la province, a entrepris de faire l'essai de diverses méthodes de lutte contre les crabes verts, comprenant notamment leur capture au casier et leur prélèvement. Les résultats de ces essais ont révélé que là où des opérations soutenues de prélèvement de crabes verts ont eu lieu, le taux de capture de ces crabes a diminué considérablement et l'espèce indigène, le crabe nordique, a reconquis les lieux.

Dans certaines régions, Pêches et Océans Canada (MPO) délivre aux pêcheurs des permis de pêche d'espèce nuisible. En vertu de ces permis, les pêcheurs peuvent détruire tous les crabes verts capturés, ce qui est un moyen de réduire la taille de la population.

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Crabe vert

Le Crabe vert dans les eaux de Terre-Neuve

Découverte de la présence du Crabe vert et résultats des relevés

Répartition du crabe vert dans les eaux de Terre-Neuve

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Répartition Lieux et Baie
  • Arnolds Cove : Baie Placentia
  • Baine Harbour : Baie Placentia
  • Baker Cove : Baie Placentia
  • Bakers Cove : Baie Placentia
  • Beau Bois : Baie Placentia
  • Bests Harbour : Baie Placentia
  • Bittern Cove : Baie Placentia
  • Black River : Baie Placentia
  • Bloody Point : Baie Placentia
  • Boat Harbour : Baie Placentia
  • Browns Cove : Baie Placentia
  • Butlers Island : Baie Placentia
  • Civil East Cove : Baie Placentia
  • Clay Cove : Baie Placentia
  • Cocks and Hens Cove : Baie Placentia
  • Come by Chance : Baie Placentia
  • Cook Brook : Baie des Îles
  • Coopers Cove : Baie Placentia
  • Corner Brook : Baie des Îles
  • Crabbe Cove : Baie Placentia
  • Davis Cove : Baie Placentia
  • Deer Brook : Bonne Baie
  • Dog Harbour : Baie Placentia
  • Doting Hole : Baie Placentia
  • East of Placentia Mans Pt : Baie Placentia
  • Fair Haven : Baie Placentia
  • Flat Island St. : Baie St Georges
  • Fox Harbour : Baie Placentia
  • Garden Cove : Baie Placentia
  • Goose Arm : Baie des Îles
  • Great Brule : Baie Placentia
  • Great Sandy Harbour : Baie Placentia
  • Gulch : Baie Placentia
  • Hollets Cove : Baie Placentia
  • Hound Island : Baie Placentia
  • Jean Cove : Baie Placentia
  • Jeffery Cove : Baie Placentia
  • Kingwell : Baie Placentia
  • La Plante Cove : Baie Placentia
  • Lamaline : Baie Placentia
  • Lawn : Baie Placentia
  • Little Bay : Baie Placentia
  • Little Harbour East : Baie Placentia
  • Little Harbour West : Baie Placentia
  • Little Port Harmon St. : Baie St Georges
  • Little Sandy Harbour : Baie Placentia
  • Little St Lawrence : Baie Placentia
  • Lomond : Bonne Baie
  • Long Harbour : Baie Placentia
  • Maggotty Cove : Baie Placentia
  • Marystown : Baie Placentia
  • Mattis Point : St. Baie St Georges
  • Mooneys Point : Baie Placentia
  • Muddy Hole : Baie Placentia
  • NE Arm Placentia : Baie Placentia
  • Neddies Harbour : Bonne Baie
  • North Arm : Western NL
  • North Harbour : Baie Placentia
  • North of Baker Cove : Baie Placentia
  • North of Brimstone : Point Baie Placentia
  • North Tilt Island : Baie Placentia
  • Old Cove : Baie Placentia
  • Penguin Arm : Baie des Îles
  • Piccadilly : Port au Port Peninsula
  • Pipers Hole : Baie Placentia
  • Placentia : Baie Placentia
  • Placentia Sound : Baie Placentia
  • Point au Mal : Port au Port Peninsula
  • Pools Cove : Baie Fortune
  • Port Harmon St. : Baie St Georges
  • Port Saunders : péninsule Northern Ouest
  • Prowseton : Baie Placentia
  • Red Island : Baie Placentia
  • Rock Harbour : Baie Placentia
  • Rocky Cove : Baie Placentia
  • Rocky Harbour : Bonne Baie
  • Rose Blanche : Côte Sud-Ouest 
  • Sandy Cove St. : Baie St Georges
  • Sandy Harbour : Baie Placentia
  • SE Arm Placentia : Baie Placentia
  • Shallop Cove : St. Baie St Georges
  • Ship Harbour : Baie Placentia
  • Southern Harbour : Baie Placentia
  • Spanish Room : Baie Placentia
  • Spencers Cove : Baie Placentia
  • St Andrews : Côte Sud-Ouest 
  • Staceys Point : Baie Placentia
  • Stephenville Crossing St. : Baie St Georges
  • Swift Current : Baie Placentia
  • The Hole : Baie Placentia
  • Woods Island : Baie des Îles
  • Woody Island : Baie Placentia
  • York Harbour : Baie des Îles

En août 2007, la présence du Crabe vert a été confirmée dans le nord de la baie Placentia. Cette découverte a suscité d'importantes inquiétudes, en raison des effets néfastes que cette espèce peut avoir sur la biodiversité et l'habitat de cette région. Après la découverte initiale de crabes verts à North Harbour, dans la baie Placentia, la Direction des sciences de Pêches et Océans Canada, en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland et le ministère des Pêches et de l'Aquaculture de la province, a procédé à plusieurs relevés rapides en vue d'évaluer les espèces aquatiques envahissantes dans la baie Placentia. C'est à North Harbour que la plus forte population de crabes verts a été observée. Ces crabes ont aussi été vus en petit nombre dans les eaux avoisinantes, ainsi que sur les côtes ouest et sud-ouest de la baie Placentia. Cela a suscité des inquiétudes, car de petites populations peuvent grossir rapidement. Des crabes verts ont également été trouvés sur la côte ouest de Terre-Neuve, dans la baie St. Georges, près de Stephenville en 2008 et ils ont été propagés dans Bonne Bay en 2010.

Espèces aquatiques envahissantes : répartition du Crabe vert dans les eaux de Terre-Neuve

Pour plus d’information

Références

  • Klassen, G., et A. Locke. 2007. A biological synopsis of the European Green Crab, Carcinus maenas. Rapport manuscrit canadien des sciences halieutiques et aquatiques no 2818 : vii +75p.
  • McKenzie, C. H., T. Baines, K. Best, R. Boland, E. Dawe, D. Deibel, D. Drover, E. Johnson, S. Kenny, S. Macneill, D. Mouland, R. O'Donnell, L. Park, P. Sargent, C.Vickers, A.Vickerson. 2007. The European Green Crab, Carcinus maenas, in Placentia Bay, Newfoundland. Résultats d'un relevé de 2007 sur les espèces aquatiques envahissantes présentés lors d'un atelier sur les espèces aquatiques envahissantes à St. John's (T.-N.-L.) le 16 novembre 2007.
Date de modification :