Crabe dormeur

Crabe dormeur
Nom latin

Cancer magister

Nom du groupe

invertébrés

Information taxonomique (en anglais seulement)

Habitat

Le crabe dormeur peuple les eaux de la côte ouest de l'Amérique du Nord, depuis les îles Aléoutiennes jusqu'au sud de la Californie. Il préfère des eaux froides, ce qui fait des eaux littorales de la Colombie-Britannique un excellent lieu de pêche de ce crustacé. Il vit dans les baies, les entrées et les estuaires, ainsi que sur la côte. Ce crabe préfère les fonds sableux, de la zone intertidale jusqu'à au moins 250 mètres, quoiqu'il se retrouve surtout à des profondeurs inférieures à 50 mètres. Il préfère des proies vivantes comme des petits poissons, d'autres crustacés, des coquillages et des vers, mais peut également se nourrir de débris d'animaux morts.

Description de l'espèce

Le crabe dormeur a une carapace ovale, allant du brun jaunâtre au brun violacé. Il porte quatre paires de pattes locomotrices et une paire de pinces. Les pinces, aux dents en scie, ont les pointes blanches et se terminent en crochet, ce qui permet de distinguer ce crabe de ses semblables. Le crabe dormeur peut peser jusqu'à 2 kilogrammes et le diamètre de sa carapace peut dépasser 20 centimètres, mais il est rare d'en trouver de telle taille en raison de la pêche intensive dont il est l'objet.

Les crabes dormeurs sont l’espèce récoltée de crabe la plus importante en Colombie-Britannique et constituent la deuxième pêche d’invertébré en terme de valeur sur la côte ouest du Canada, les prises déclarées ont dépassées $21 millions en 1998. Ces crabes sont exploités par les pêcheurs commerciaux, autochtones et sportifs tout le long de la côte. Les régions principales de pêche du crabe en Colombie-Britannique incluent le delta du fleuve Fraser, les îles du Golfe, les eaux intérieures du détroit de Géorgie et la côte ouest de l'île de Vancouver au large de Tofino.

Évaluation du stock

Illustration d'un crabe dormeur

Illustration d'un crabe dormeur

Les stocks de crabe dormeur sont gérés selon une taille minimale de capture et la récolte de seulement les mâles, ce qui conserve le potentiel reproducteur des stocks de crabe. En conséquence, les évaluations de population ne sont pas exigées avant la pêche comme dans le cas de plusieurs autres espèces et on ne fixe pas de quotas.

L'évaluation du stock de crabe dormeur se concentre sur la collecte de données biologiques relatives aux stocks de crabe sur toute la côte qui sont utilisées pour s'assurer que les pratiques de pêche ne tuent ou ne blessent pas par mégarde les crabes femelles et ceux n'atteignant pas la taille minimale de capture fixée afin de les protéger. Les activités incluent: la détermination du temps de la mue des crabes dans différents secteurs afin d'éviter la pêche lorsqu’ils sont mous et facilement endommagés; la détermination des taux de blessure et de la probabilité de blessure en fonction de la dureté de la coquille; la détermination des effets du temps de mouillage sur la rétention dans les casiers des crabes femelles et de ceux n'atteignant pas la taille minimale de capture; la détermination du rapport entre les crabes capturés et les crabes retournées à l'eau en tant que mesure de la productivité de la pêche; la détermination des habitudes migratoires et de la probabilité de capture en fonction de la taille; des recommandations sur l'utilisation de divers types de casiers, les anneaux de sortie pour les crabes qui n'ont pas la taille minimale et les mécanismes pour empêcher les casiers de pêcher s'ils sont perdus; et la détermination de la disponibilité des crabes pour la récolte par les Premières nations et les utilisateurs sportifs.

Les données biologiques sont habituellement obtenues à partir des crabes attrapés par les casiers recueillis à bord des navires de recherche et commerciaux, cela dit, d'autres méthodes, telles que la pêche au chalut et l'observation directe par appareils photo sous-marins, sont aussi utilisées.

Cycle biologique

L'aire de répartition naturelle du crabe dormeur, Cancer magister, s'étend de la Californie jusqu’au Golfe de l'Alaska, généralement sur les fonds sableux à des profondeurs de moins de 50 mètres ayant des courants modérés à forts.

La taille maximale de la coquille des crabes en Colombie-Britannique est d’environ 220 mm, ou un poids d’environ 2.0 kg, cependant, la plupart des crabes attrapés ont moins de 200 mm ou 1.0 kg. Les crabes femelles sont généralement plus petits.

Les crabes se développent en produisant une nouvelle carapace sous la vieille, un processus appelé mue. Après s’être dépouillé de sa veille carapace, le crabe se gonfle rapidement d’eau afin de donner du volume à sa nouvelle carapace qui atteint une taille d’environ 15-25% plus grande. Pendant les quelques premières semaines, la nouvelle carapace est molle et facilement endommagée. Dans cet état de carapace molle, le crabe est très vulnérable à la prédation naturelle et aux blessures ou à la mort résultant du piégeage et de la manipulation. Il faut deux mois ou plus pour que la carapace durcisse. Les plus petits crabes muent plusieurs fois par année tandis que les plus gros crabes peuvent muer annuellement ou semestriellement après avoir atteint la maturité sexuelle. En règle générale, la mue a lieu à la fin du printemps et est habituellement synchronisée localement bien que la synchronisation soit variable selon les années et sur des distances relativement courtes. Un crabe devient sexuellement mature après la deuxième année et, en règle générale, accèdent à la pêche à l’âge de 3 ans. L'âge maximal est estimé à 6-7 ans.

Le crabe dormeur s’accouple en été. Le crabe femelle ne peut être fécondé que dans l’état nouvellement mué (carapace molle), mais peut produire deux pontes ou plus d'oeufs à partir d'un seul accouplement en utilisant du sperme entreposé. En automne, elle expulse une couvée d'oeufs de couleur orange vif qui adhère à son abdomen. Tout au long de l'hiver elle reste inactive, enfouie dans les sédiments benthiques, pour protéger et aérer ses oeufs. Les oeufs éclosent au printemps et des larves planctoniques sont relâchées dans l'eau. Les larves se développent pendant 3 à 4 mois et sont dispersées par les courants océaniques avant de se poser sur un fond convenable. Il est fort probable que le recrutement des juvéniles provienne de cette population larvaire du large, au moins à l’échelle régionale, et ne semble pas dépendre de l'abondance du stock local adulte. Une fois que ces crabes se sont établis, ils sont confinés pour le reste de leur vie juvénile et adulte à un habitat approprié.

Photo de la partie inférieure de la vieille et de la nouvelle carapace d’un crabe dormeur ayant mué.   Source : Jim Boutillier

Photo de la partie inférieure de la vieille et de la nouvelle carapace d’un crabe dormeur ayant mué.
Source : Jim Boutillier

Photo du dos de la vieille et de la nouvelle carapace d’un crabe dormeur ayant mué. Source : Jim Boutillier

Photo du dos de la vieille et de la nouvelle carapace d’un crabe dormeur ayant mué.
Source : Jim Boutillier

Publications sur le crabe dormeur