Saumon Quinnat (population de l'Okanagan)

Oncorhynchus tshawytscha

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Coup d'œil

Le saumon quinnat, le plus imposant représentant des salmonidés du Pacifique, peut atteindre 1,5 m de longueur et peser 45 kilogrammes ou plus, à l’âge adulte. Bien que sa population ait déjà été très abondante de l’Alaska jusqu’au sud de la Californie, le nombre d’individus a fortement chuté, surtout en raison des facteurs anthropiques. Dans les eaux canadiennes, la population de saumon quinnat de la rivière Okanagan a souffert en raison des barrages le long de son itinéraire de reproduction, de la pêche excessive qui a duré des années, de nouveaux prédateurs et d'autres espèces de poissons d’origine exotique, qui sont devenus concurrents. Les chiffres de reproduction sont maintenant aussi faibles que 50 adultes par année, ce qui rend cette petite population très vulnérable.

Au sujet du saumon quinnat

Le saumon quinnat nait dans l'eau douce et y reste environ un an avant de se lancer dans l'océan Pacifique, où il demeure jusqu'à ce qu’il atteigne la maturité sexuelle, qu’il atteint entre la première et la septième année, mais en général à quatre ans. C’est à cette époque que le quinnat entreprend son long voyage de retour pour se reproduire et mourir peu après. Il ne s’alimente pas au cours de cette migration, épuisant lentement ses réserves d’énergie. Son triomphe final, c’est le frai. Tous les saumons quinnat meurent peu de temps après le frai.

En raison des différences d’années requises pour parvenir à la maturité sexuelle, la taille des individus en route vers la montaison varie considérablement. Alors qu’un saumon quinnat mature âgé de 3 ans peut peser moins de deux kilogrammes, un autre adulte âgé de sept ans peut faire dans les 20 kilos. Les femelles tendent à mûrir sexuellement plus tard que les mâles, ce qui fait qu’elles sont les plus gros poissons de l’espèce dans la course vers les zones de frai.

Au cours de la ponte, chaque femelle dépose de 3 000 à 14 000 œufs dans plusieurs nids de gravier, ou nid de salmonidés, qu'elles creusent assez profondément dans les eaux en mouvement. Les bébés nouvellement éclos, appelés alevins, vivent dans le gravier pendant plusieurs semaines en absorbant lentement la nourriture contenue dans le vitellus. Un jour, les jeunes qu’on appelle alors fretins se tortillent hors de leurs nids de gravier sous-marins et demeurent en eau douce pendant un an, avant de migrer vers l'océan à leur deuxième année.

Les jeunes saumons quinnat se nourrissent de plancton et d’insectes. Une fois dans l'océan, ils peuvent doubler de poids tous les ans en mangeant d'autres poissons, des calmars et des crustacés. Le plus gros quinnat recensé est un individu de 126 livres qui fut pris dans un piège à poissons en 1949, près de Petersburg en Alaska. Un autre grand quinnat pris en 1986, à la pêche sportive, pesait 97 livres et venait de la rivière Kenaï, en Alaska.

Comment reconnaître le saumon quinnat

Le quinnat se distingue facilement des autres espèces de saumon grâce à certaines caractéristiques autres que celle d’être le plus long. Les pêcheurs à la ligne en parlent souvent comme étant le plus beau. Le quinnat a les gencives noires, ce qui lui vaut le surnom de « bouche noire » dans certaines régions. Des points noirs s'étendent de ses branchies jusqu’à sa queue, en passant par son dos. Le quinnat qui habite dans l'océan a les flancs bleu-vert qui noircissent en été, et le ventre argenté. En outre, il exhale un parfum unique, les gens qui sont habitués aux salmonidés peuvent l’identifier seulement par son odeur.

Le quinnat est également le seul saumon à avoir deux souches génétiques différentes, donnant une chair blanche ou rose.

Lorsqu’ils entreprennent leur course vers la reproduction, leurs couleurs passent du rouge au cuivre et presque au noir, selon les endroits et la maturité. Les mâles ont des couleurs plus intenses que les femelles.

Son habitat

Le quinnat (population d'Okanagan) est anadrome; il migre vers l'océan Pacifique et revient par le fleuve Columbia et le lac Okanagan. Indépendant, bien que circulant « plus ou moins en banc », le quinnat tendent à se rassembler dans des secteurs abritant des structures sous-marines, telles que des récifs, des rochers, des talus et des dépressions. Alors qu’ils se reproduisent au cours de l'été et tôt à l'automne, ils suivent des itinéraires longeant les côtes et se terrent généralement durant la nuit dans les eaux calmes, près du rivage.

Le saumon quinnat (population d'Okanagan) a déjà habité la région allant du lac Osoyoos jusqu’au lac Okanagan, mais le barrage McIntyre, un projet de détournement d'irrigation achevé en 1954, près d'Oliver en Colombie-Britannique, empêche maintenant les poissons de continuer en amont. En fait, la limite nord en zone d’eau douce pour la population est le barrage McIntyre et sa limite en zone d’eau douce au sud peut être le bassin nord du lac Osoyoos, immédiatement au nord de la frontière que la Colombie-Britannique partage avec l'État de Washington.

Certains saumons quinnat ne semblent pas être anadromes, passant leurs vies entières dans le lac Osoyoos. La réussite de reproduction de ce groupe est inconnue.

Pourquoi le saumon quinnat est-il en péril?

Les prises de saumon quinnat dans le nord du Pacifique pendant la fin des années 1970 et au début des années 1980 ont servi à établir une moyenne de plus de 4 millions de poissons par année. Les États-Unis ont récolté la majorité des prises, suivi du Canada, du Japon, et de l’USSR. Aujourd'hui, la population de saumon quinnat de la rivière Okanagan dans le bassin de Colombia est la seule qui subsiste au Canada.

La population d'Okanagan a déjà été assez nombreuse pour subvenir aux besoins alimentaires de la région et aux échanges de pêche des Premières nations, avant la colonisation par des non-autochtones. Aujourd’hui, les chiffres de reproduction sont maintenant aussi faibles que 50 adultes par année, ce qui rend cette petite population extrêmement vulnérable. En plus de la perte de son habitat dont elle a souffert après la construction du barrage McIntyre, la pêche excessive qui a duré des années dans le fleuve Columbia, un taux élevé de mortalité provoqué par d'autres barrages en aval, la pêche intensive dans l'océan, de nouveaux prédateurs et d'autres espèces exotiques devenues concurrents ont tous contribué à épuiser la population d'Okanagan.

On croit également que les projets d'alevinage dans le fleuve Columbia peuvent compromettre la vitalité génétique du quinnat de l'Okanagan. En 2005, l’espèce a été classée comme étant en voie de disparition par le COSEPAC et considérée en danger imminent d'extinction. Cependant, de récents efforts de sauvetage, et certains signes évidents que la population d’Okanagan peut se reproduire avec des populations issues de secteurs adjacents du bassin du fleuve Colombia, ont amené le COSEPAC à changer le statut de cette population, en le faisant passer « d’extinction éminente » à « menacée » en novembre 2006.

Ce qui est fait

En 2005, le Comité sur le statut des espèces en péril a mené une évaluation d’urgence sur cette population de saumon quinnat et a conclu que « le saumon quinnat d'Okanagan fait face à une menace imminente concernant sa survie, de telle manière que de l’ajouter à la liste d’urgence des espèces en voie de disparition est justifié, » bien que par la suite la désignation ait été réduite à « menacé » en novembre 2006 en raison de l’observation de certains signes encourageants de rétablissement. Cette population est maintenant à l'étude pour être ajoutée à la liste de la LEP. Si la population de saumon quinnat d'Okanagan est ajoutée à la liste, elle bénéficiera des protections permises par la LEP. L’espèce profite actuellement d’une certaine protection selon la Loi sur les pêches, qui interdit la destruction de l'habitat essentiel.

Que pouvez-vous faire?

Le saumon quinnat recevra la protection dont il a besoin seulement si tous les Canadiens travaillent ensemble pour atténuer ces menaces. Chacun d’entre nous, sans exception, a la responsabilité de s’assurer que nous faisons tout ce qui est possible pour protéger et rétablir toutes les espèces en péril. Renseignez-vous au sujet du saumon quinnat et engagez-vous dans le Programme d’intendance de l’habitat pour les espèces en péril (PIH) ou un autre organisme de conservation.

Pour un complément d’information, consultez le Profil du Registre public des espèces en péril (LEP).

Saumon Quinnat (population de l'Okanagan)

Saumon Quinnat

Saumon Quinnat

Nom scientifique : Oncorhynchus tshawytscha
Taxonomie : Poisson (marin)
Statut LEP : Aucun statut
Statut COSEPAC : Menacé
Région :océan Pacifique

Chinook salmon

Roger Peters, U.S. Fish and Wildlife Service

Le saviez-vous?

Où le cœur aime, là est le foyer

Après avoir vécu des années en mer, ce puissant poisson entreprend un voyage marathon pour retourner dans le cours d’eau où il est né, pour se reproduire et pour s’éteindre. Le saumon quinnat ne s'alimente pas durant la montaison, son état général se détériore au cours des semaines passées à nager à contre-courant, pendant lesquelles il utilise les réserves emmagasinées dans son corps pour ses besoins énergétiques et pour développer la matière reproductrice. Son dernier tour de piste consiste à engendrer dans la rivière où il a vu le jour. Il meurt ensuite et flotte le long de la rivière descendante, où il rejoint la chaîne alimentaire en servant de repas à d'autres animaux.

Renseignements connexes