Omble à tête plate (populations des rivières Saskatchewan et Nelson)

Salvelinus confluentus

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

L'omble à tête plate (Salvelinus confluentus) appartient à la famille des saumons et des truites (Salmonidae) et il fait partie du sous-groupe qui comprend également le Dolly Varden (S. malma), le touladi (S. namaycush), l'omble de fontaine (S. fontinalis) et l'omble chevalier (S. alpinus). L'omble à tête plate possède les caractéristiques suivantes :

  • Un corps fin et long;
  • Une tête grande et large, ainsi qu'une mâchoire supérieure proéminente;
  • Une nageoire caudale légèrement fourchue;
  • Un dos vert olive à gris bleuâtre;
  • Des flancs d'une couleur argentée avec de petites taches roses, lilas, jaune-orange ou rouges;
  • Un ventre de couleur pâle et pouvant devenir jaune, orange ou rouge chez les mâles pendant le frai;
  • Un bord avant des nageoires anales et pelviennes blanc, sans ligne noire;

Une taille à maturité variant selon le cycle biologique. Les poissons des populations résidentes mesurent 250 mm de longueur en moyenne (maximum de 410 mm); les populations fluviales dépassent les 400 mm (maximum de 730 mm); les populations adfluviales dépassent aussi les 400 mm (maximum de 900 mm). Les populations anadromes peuvent être de plus grande taille.

Habitat

Les ombles à tête plate sont présents dans l'ouest de l'Amérique du Nord du nord du Nevada à l'Idaho, le Montana et l'état de Washington. Au Canada, l'aire de répartition comprend l'ensemble de la Colombie-Britannique et l'ouest de l'Alberta ainsi que le sud du Yukon et la partie centrale des Territoires du Nord-Ouest comme limite septentrionale. En se fondant sur des analyses génétiques et la fragmentation de l'aire de répartition, on a divisé les populations d'omble à tête plate en cinq unités désignables : côte sud de la Colombie-Britannique (DU1), ouest de l'Arctique (DU2), Yukon (DU3), Saskatchewan-Nelson (DU4) et Pacifique (DU5). Les populations des rivières Saskatchewan et Nelson sont limitées à l'Alberta et se trouvent principalement dans les bassins hydrographiques des rivières Saskatchewan Nord et Sud.

L'omble à tête plate est une espèce vivant en eau froide présente dans des lacs, des cours d'eau et des rivières aussi bien au niveau de la mer que dans les zones montagneuses. Son habitat a été décrit par le U.S. Fish and Wildlife Service comme étant « froid, propre, complexe et bien relié ». Le cycle vital de l'espèce peut prendre quatre formes : 1) résident; 2) fluvial; 3) adfluvial et 4) anadrome. Comme résident, l'omble à tête plate passe sa vie dans des petites rivières et cours d'eau, isolé grâce, entre autres, à des barrières physiques et chimiques. La forme fluviale boucle son cycle de vie dans de petites rivières et cours d'eau; elle migre des cours d'eau natals à d'autres plus importants. La forme adfluviale est semblable, mais atteint la maturité dans des lacs plutôt que dans des cours d'eau et des rivières. La forme anadrome, dont la présence se limite au sud-ouest de la Colombie-Britannique et au nord-est de l'état de Washington, migre des cours d'eau douce natals à l'habitat d'alimentation en mer. La maturité sexuelle survient à un âge entre 5 et 7 ans. Le frai a lieu en automne, quand la température de l'eau chute en dessous de 10 ºC. Les frayères préférées sont les cours d'eau froids, non pollués avec des substrats de galets ou de gravier qui sont associés avec les sources d'eaux souterraines. La femelle creuse une frayère au centre du chenal, accompagnée d'un mâle dominant qui la défend des autres mâles qui cherchent à la féconder. Certains mâles, dénommés « tricheurs », peuvent imiter des femelles et s'approcher suffisamment pour féconder quelques œufs. Les œufs éclosent au printemps. On ne connaît pas l'âge maximal que l'omble à tête plate peut atteindre, mais on a recensé des exemplaires de 24 ans.

L'omble à tête plate est opportuniste et se nourrit de tout un éventail de proies. Les adultes continuent à manger toute une gamme d'invertébrés : ce sont des prédateurs voraces qui consomment d'autres espèces de poissons quand l'occasion se présente.

Menaces

Parmi les menaces les plus importantes qui pèsent sur l'omble à tête plate, on peut citer un habitat dégradé et fragmenté par le développement et l'introduction d'espèces non indigènes. L'omble à tête plate est susceptible de s'hybrider avec une espèce introduite comme l'omble de fontaine, ce qui constitue une menace dans les zones où les deux espèces coexistent. Le développement pétrolier et gazier, l'exploitation forestière et minière, l'infrastructure de transport et les projets hydroélectriques ont des répercussions : ils favorisent l'envasement, l'augmentation de la température de l'eau et la diminution du débit des cours d'eau. À leur tour, ces changements ont une incidence sur le succès reproducteur. De même, les obstacles au déplacement des poissons tels que les barrages et les déversoirs causent la fragmentation des voies de migration nécessaires pour le frai. La surpêche et le braconnage constituent aussi les menaces. L'omble à tête plate est difficile à distinguer des autres espèces d'omble et de truite qui font l'objet de pêches récréatives; les erreurs d'identification de la part des pêcheurs constituent donc un autre risque.

Renseignements supplémentaires

Pêches et Océans Canada mène actuellement une recherche faisant appel aux connaissances traditionnelles et à des relevés scientifiques, pour confirmer et cartographier la répartition de l'omble à tête plate. Ces renseignements nous permettront de faire progresser les connaissances sur la biologie, le cycle biologique et les caractéristiques importantes de l'habitat des espèces au Canada.

À l'échelle provinciale et territoriale, l'omble à tête plate a été désigné comme faisant partie des  espèces préoccupantes par l'Alberta. Bull Trout: Alberta Environment and Sustainable Resource Development (disponible en anglais seulement).

Visitez le Profil de Registre public des espèces en péril (LEP).

Sources du texte : Rapport de situation du COSEPAC sur l’omble à tête plate au Canada (à la presse), 2012.

Omble à tête plate (populations des rivières Saskatchewan et Nelson)

Illustration d’un omble à tête plate (Illustration © Joseph R. Tomelleri)

Illustration © Joseph R. Tomelleri

Nom scientifique : Salvelinus confluentus
Statut selon la LEP : Aucun statut
Statut selon le COSEPAC : Menacée
Région : Alberta

Carte montrant la répartition de l’omble à tête plate, populations de l’ouest de l’Arctique, au Canada, telle que décrite dans les paragraphes suivants

Carte montrant la répartition de l’omble à tête plate, populations des rivières Saskatchewan-Nelson, au Canada.

Le saviez-vous?

Par le passé, l'omble à tête plate et le Dolly Varden étaient considérés comme une seule espèce.

ombles à tête plate

Crédit photo : Pêches et Océans Canada

Renseignements connexes